Découvrez le cru fiscal 2009

 |   |  340  mots
Par Sophie Gherardi, directrice adjointe de la rédaction de La Tribune.

La communication embellit tout, à la différence de sa cousine ombrageuse, l'information. Même les impôts font désormais l'objet d'un "lancement", un peu à la manière du beaujolais nouveau ou des collections printemps-été. Hier, le ministre du Budget et des Comptes publics, Éric Woerth, présentait à la presse la campagne 2009 de l'impôt sur le revenu, avec son lot de nouveautés propres à séduire les clients.
Oui, nous sommes maintenant traités en clients qui apportent leur argent à l'État en échange de services. Croyez-vous que l'on déploierait de tels efforts pour des assujettis ou pour des contribuables, comme on appelait il n'y a pas si longtemps les cochons de payants ? La déclaration d'impôts de cette année, que nous recevrons entre le 24 avril et le 6 mai, et devrons retourner avant le 29 mai à minuit (pour la version papier), est encore plus simple que celle de l'an passé. Non seulement y figureront dans des cases préremplies les revenus salariaux, mais aussi les revenus de capitaux mobiliers.
L'heureux ministre a pu ainsi annoncer que le fisc connaissait d'avance les revenus de 90 % des contribuables. Il ne reste plus, dans les zones d'ombres propices aux erreurs ou ? ce qu'à Dieu ne plaise ? aux omissions, que les revenus fonciers, les plus-values et les revenus non salariaux, pour les commerçants par exemple. Les internautes verront aussi faciliter leur "télédéclaration", qu'ils pourront envoyer de n'importe quel ordinateur ? hommage à la cybermobilité contemporaine.
Autre nouveauté, plus substantielle celle-là : le cadeau "spécial relance" accordé à 6 millions de foyers fiscaux relevant des deux tranches les plus basses de l'impôt sur le revenu, qui ne paieront pas cette année les deux derniers tiers provisionnels. Et enfin, il y a la main tendue aux ? comment dire ? ? "exilés" qui décideraient de revenir au bercail dans le contexte nouveau créé par le G20 de Londres vis-à-vis des paradis fiscaux. Bonne foi aidant, ils ne seront pas poursuivis pénalement. Vigilant et débonnaire, tel est le cru fiscal 2009.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ouaouhhh, on n'arrête pas le progrès de la communication. Trop fort. Mais de la crotte emballée dans du papier cadeau restera toujours de la crotte. Et ceux qui payent l'impôt en sont conscient plus que jamais.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bonjour Sophie, c'est vrai que nous ne sommes plus les cochons de payants, je crois que votre interlocuteur du 22 / 04 à 17 h. 40 ne le sais pas ! j'ai bien aimé votre " papier " toutefois il y a une petite erreur " ce sont les déclarations de Revenus " que nous recevrons et non d'impôts.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :