Révolution tranquille dans l'assurance

 |  | 328 mots
Par Pierre-Angel Gay, directeur adjoint de la rédaction de La Tribune.

Voilà une opération qui déplace les lignes. Qui rebat les cartes du marché de l'assurance. La confirmation, hier, du rapprochement de la Macif, de la Maif et de la Matmut fait émerger un nouvel acteur qui se hisse d'emblée parmi les grands du secteur. Que ce soit par le nombre de sociétaires (plus de 10 millions) ou par les revenus (9,3 milliards d'euros), le nouveau groupe d'assurance mutuelle se retrouve dans l'Hexagone au coude-à-coude avec Axa France, Generali et Allianz France. Voire devant, lorsque l'on parle spécifiquement d'assurance dommages.

Mais ce rapprochement n'est pas seulement une addition de chiffres et de clientèles. Sept ans après la création en droit français d'une structure juridique qui autorise ce type d'accord, tout en conservant la structure mutualiste de chacune des entités qui la composent, l'union de la Macif, de la Maif et de la Matmut apporte la preuve que le secteur de l'économie sociale est doté du bon outil pour affronter une économie moderne.

MMA et la Maaf avaient ouvert la voie dès 2003, rejointes deux ans plus tard par le groupe Azur-GMF. Mais ce premier regroupement répondait à une histoire et à un contexte spécifiques (une présidence commune pour MMA et Maaf, puis un problème de succession). Cette fois, et même si la concurrence est rude, aucune des trois mutuelles n'était à proprement parler dans un "corner".

Le choix est stratégique?: la mise en commun de moyens répond à la nécessité d'industrialiser le métier de l'assurance dommages. Il est aussi culturel, puisqu'il permet d'éviter le piège dans lequel les grandes banques coopératives, Crédit Agricole, Banques Populaires et Caisses d'épargne, se sont mises en créant des structures cotées. L'actionnaire y a largement détrôné le sociétaire. La Macif, la Maif et la Matmut, si elles surmontent les risques du rapprochement, confirmeraient l'existence d'une troisième voie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :