Paysage boursier cherche équilibre

 |   |  415  mots
Par Pierre-Angel Gay, directeur adjoint de la rédaction de La Tribune.

Le paysage boursier européen est habitué au "big-bang". En vingt ans, les professionnels ont tout vu : la consolidation des sociétés de Bourse traditionnelles à l?échelle du continent, leur transformation en SSII, la naissance des premiers opérateurs transatlantiques, avec Nyse-Euronext ou Nasdaq OMX? Mais ces derniers jours, l?industrie financière européenne a encore connu deux retournements.

Spectaculaires. Deux ans après l?ouverture à la concurrence du marché de la négociation de titres, un vrai séisme, on a vu une Bourse traditionnelle, le London Stock Exchange (LSE), repasser à l?offensive. Et l?une de ses jeunes concurrentes, Bats, "s?institutionnaliser". Pour le LSE, il y avait urgence. La Bourse de Londres a vu, ces derniers mois, sa part de marché tomber à 60% environ sur son indice phare, le Footsie 100, quand les platesformes alternatives nées de la dérégulation s?en adjugeaient près de 38% !

En rachetant l?une d?entre elles, Turquoise, le London Stock Exchange tente d?inverser le mouvement, de s?ouvrir sur l?ensemble de l?Europe et d?accélérer son développement sur le segment stratégique des échanges de blocs de titres. Cela répond aussi à l?attente des banques actionnaires de Turquoise, inquiètes des déficits de la jeune entreprise de marché.

C?est la première opération de consolidation depuis l?ouverture du secteur à la concurrence. Bats, de son côté, montre que les plates- formes alternatives entrent dans une phase de maturité. Jusqu?ici, cette société avait tout misé sur la guerre des prix. Elle s?était fait un nom, et une place, à coups de tarifs promotionnels. Non sans succès, puisqu?elle s?est octroyée en un an d?existence près de 8 % des échanges sur le Footsie 100 et de 3,5 % sur le CAC 40?

Vendredi, Bats a ouvert un nouveau cycle en annonçant une première hausse de prix début janvier. Elle semble décidée à marcher sur les traces de sa maison mère américaine, qui a obtenu en août 2008 le statut de Bourse traditionnelle et s?apprête à lancer aux États-Unis, après seulement quatre ans d?existence, sa propre cote.Elle sera alors en concurrence directe avec les deux grandes Bourses américaines, le Nyse et le Nasdaq. Bats Europe n?en est pas encore là. Mais, comme le LSE, elle montre que le marché boursier européen est à la recherche d?un nouveau point d?équilibre.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :