Quand Sarkozy roulera chinois

 |   |  359  mots
Par Philippe Mabille, rédacteur en chef et éditorialiste à La Tribune.

Le général de Gaulle s'en retournera dans sa DS noire. Qui eût cru que, 46 ans après que la France a reconnu la République populaire de Chine, un de ses lointains successeurs à l'Élysée soit conduit à devoir se déplacer dans une voiture "made in China". Cet événement considérable n'est pas une simple vue de l'esprit. Les deux grands constructeurs français, Renault et PSA Peugeot-Citroën, ont en effet décidé pour le premier, et envisage sérieusement pour le second, de produire désormais en Asie leurs modèles "haut de gamme".

Renault s'appuie sur sa filiale avec Samsung pour fabriquer en Corée sa nouvelle berline de luxe. PSA devrait suivre l'exemple en concevant et fabriquant en Chine le successeur de la C6 bretonne. Voilà pourquoi le directeur des achats de l'Elysée n'aura guère le choix : à moins de parader dans une berline allemande (!), le chef de l'Etat, les ministres et leurs directeurs de cabinet (enfin ceux qui ont encore droit à une grosse voiture, la piétaille étant passée au rabot budgétaro-écologique...) devront demain rouler... chinois ou coréen.

Ce sont les nouvelles règles du jeu du "made in monde". La Chine et les marchés émergents au sens large sont devenus la planche de salut de l'Occident. Il n'est qu'à regarder la géographie des profits des entreprises postcrise pour s'en convaincre. Faut-il, dès lors, vraiment parler de délocalisations ? Ou plutôt se féliciter de voir nos champions nationaux aller chercher la croissance (avec les dents) là où elle se trouve ? Les Chinois ont d'ailleurs trouvé le slogan parfait, quoi qu'un brin provocateur, pour résumer la situation : "made in China, made with the world".

Pour être tout à fait équilibré, l'idéal serait évidemment que la réciproque soit vraie. Que nous produisions en Chine les voitures que nous vendons aux Chinois, très bien. Mais, à l'image de Toyota à Valenciennes, il serait logique que, demain, des entreprises chinoises produisent en France. Ce sera alors un autre événement considérable, qui n'est peut-être pas si éloigné qu'on le pense.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :