Tunis et dépendance

 |   |  268  mots
DR
DR
Par Eric Chol, rédacteur en chef à La Tribune.

Le modèle tunisien érigé par l'ancien président Ben Ali a longtemps reposé sur deux jambes, l'une politique, l'autre économique. A savoir, l'autoritarisme et un modèle de développement à bas coûts, assurant à la Tunisie une place de choix parmi les sous-traitants "low cost" de l'Europe. Deux options devenues insupportables pour les générations de jeunes diplômés. Privés de liberté et de jobs qualifiés, ces Tunisiens ont été les premiers à descendre dans la rue pour hurler Dégage au maître du pays. La Révolution de jasmin, à l'oeuvre depuis quelques jours, pourrait leur apporter les prémices d'une nouvelle vie démocratique.

Mais l'économie aura toutes les peines du monde à créer des emplois en nombre suffisant pour ces jeunes ingénieurs ou docteurs. Le pays n'est en effet toujours pas sorti de sa dépendance à l'égard de l'Europe, dont elle paye aujourd'hui le prix fort. Selon une étude de Carnegie Moyen-Orient, les deux tiers du PIB tunisien reposent sur l'Union européenne, qui fournit 83% de ses recettes touristiques, 73% de ses investissements étrangers et absorbe 76% de ses revenus à l'export...

Paradoxalement, pour gagner en autonomie, la Tunisie pourrait avoir besoin... de l'Europe. Le 13 juillet 2008, Nicolas Sarkozy lançait l'Union pour la Méditerranée. L'initiative était bonne - il s'agissait de développer des projets concrets de coopération (dépollution, énergie, formation...) entre les deux rives de la Méditerranée - mais la réalisation marque le pas. Deux ans et demi après sa naissance, il est devenu urgent d'accélérer sa mise en oeuvre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :