Hausse des prix et rachat d'actions

 |   |  311  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : dr)
Par Michel Cabirol, rédacteur en chef à La Tribune

Ah, l'éternelle polémique sur les hausses des prix exigées par les industriels de l'agroalimentaire à destination de la grande distribution ! À chaque début d'année, au moment du renouvellement des contrats des fournisseurs, c'est la foire d'empoigne. Coups de gueule, anathèmes et appels à la puissance publique sont toujours garantis. Et cette année, le bras de fer est d'autant plus violent que le secteur de l'agroalimentaire, qui doit faire face à l'envolée des matières premières (blé, café, cacao...), est très remonté contre les distributeurs qui souhaitent, eux, garder leurs clients. Les Danone, Nestlé et consorts estiment légitimes de répercuter la hausse des prix car ils tiennent à conserver leur niveau de marges, souvent très confortables. Mais pourquoi faire finalement ? Des groupes, comme Danone, Pepsico et bien d'autres dans le secteur, privilégient le rachat d'actions. Quel manque d'ambition pour des « industriels », comme l'affirme une récente étude de la banque japonaise Nomura, qui juge ces opérations dénuées d'intérêt. « Les investisseurs vont récompenser les entreprises qui investissent pour leur croissance plutôt que celles qui préservent leur trésorerie et adoptent un positionnement plus défensif », assure Nomura. Ce serait plutôt une bonne nouvelle pour le salarié, qui est aussi un consommateur en puissance, que de voir les entreprises retrouver de l'ambition. Il aurait ainsi une image beaucoup plus positive des industriels de l'agroalimentaire. Et il pourrait peut-être mieux accepter une hausse des prix sur les aliments de première nécessité comme les pâtes et les produits laitiers quand cela est nécessaire. À condition de ne pas oublier de les baisser une fois le cours des matières premières en recul. Car au final, qui va payer la hausse des matières premières ? En toute logique, le consommateur. mcabirol@latribune.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :