Hollande met un « tigre » dans son moteur : cela va-t-il suffire ?

 |   |  1127  mots
(Crédits : reuters.com)
L’ampleur de la défaite du parti socialiste impose un choc. Manuel Valls, admirateur de Clémenceau, est-il le bon casting ? François Hollande annonce une nouvelle étape, la poursuite du redressement dans la justice sociale. Mais la France est dans une situation économique telle qu’il faudra au nouveau Premier ministre de nouvelles marges de manœuvre pour répondre à la déception de l’électorat de gauche et relancer l’économie.

Manuel Valls, le successeur de Jean-Marc Ayrault à Matignon après 681 jours, est un ancien rocardien converti au jospinisme puis au hollandisme par les circonstances de la vie politique. Arrivant à 52 ans à ses fins, après deux ans de formation gouvernementale à l'Intérieur, le bouillant catalan maire d'Evry prend Matignon d'assaut dans une configuration particulièrement difficile. Il reste encore de nombreuses réformes impopulaires à mener pour achever le travail de redressement engagé en réponse à la crise. Sa chance pourrait être que ce cadeau en apparence empoisonné lui soit offert dans une configuration nouvelle pour la France, où l'économie commence à repartir, très lentement.

Dés dimanche soir, commentant place Beauvau les résultats du second tour des Municipales, Valls a pris la mesure de la gravité du message politique adressé par les Français et affiché la couleur de ce que pourrait être son futur discours de politique générale :

 

 « Ces scrutins ont ce soir une résonance nationale à laquelle nous devons être extrêmement attentifs. (C'est une) défaite pour la gauche et le gouvernement et nous devons l'analyser précisément, (...) correctement. Par ce vote, les électeurs ont exprimé une attente vive, parfois du découragement, et aussi de la colère. Je pense notamment à nos concitoyens, à nos compatriotes, pour lesquels le quotidien est très difficile, à ceux qui ont trop souvent du mal avec leur salaire, leur retraite, à boucler les fins de mois. Loyers, factures,  les quelques loisirs que, parfois, on s'accorde. Ce soir, les Français ont dit leur attente de résultats en matière d'emploi et de pouvoir d'achat. Ils ont énoncé une demande accrue de protection, de sécurité, mais aussi de justice, et de justice sociale. Ce message très clair doit être entendu. »

Souvent comparé à un Tony Blair français, considéré comme l'homme le plus à droite du Parti socialiste, Manuel Valls, ancien candidat à la primaire du PS, a réussi à s'imposer à François Hollande comme la réponse à la nouvelle étape du quinquennat. Les Français ont exprimé, par leur vote ou leur abstention, une demande d'autorité et de justice sociale, et attendent du gouvernement des résultats tangibles sur la croissance et l'emploi. Autorité et action, deux valeurs qu'incarne l'ancien ministre de l'Intérieur, le plus populaire du gouvernement Ayrault.

Admirateur de Georges Clémenceau, dont il a écrit une biographie, le nouveau Premier ministre se réclamera sans doute de la formule célèbre du Tigre pour engager son gouvernement de combat dans la tâche difficile qui l'attend : « il faut savoir ce que l'on veut. Quand on le sait, il faut avoir le courage de le dire ; quand on le dit, il faut avoir le courage de le faire ». On n'en n'est plus au stade du passage à l'acte, mais à celui de la mise en acte, et c'est souvent là que le courage fait défaut. En nommant Valls pour cette mission, François Hollande essaie donc de mettre un tigre dans son moteur qui s'est peu à peu étouffé dans une impopularité record, qui le rend aujourd'hui presque inaudible.

C'est donc un nouveau style qui va s'installer à Matignon. Moins aguerri que Jean-Marc Ayrault, mais plus jeune (52 ans) et peut-être plus en ligne avec l'époque... Quitte à faire tousser la gauche et fuir les Verts... Le chef de l'Etat a néanmoins bien prévenu dés hier qu'il n'était pas question d'un changement de ligne politique : « audace dans le choix », mais « constance dans le cap », voilà les trois missions confiées à Man Valls bien encadrées.

 Ces trois missions s'inscrivent dans le droit fil des annonces du début de l'année, avec le pacte de responsabilité, qui est prêt à être dévoilé, bien que contesté à gauche comme le responsable de la défaite aux municipales. Avec ce pacte, il s'agit de redonner de la force à notre économie, parce que ce sont les entreprises qui créent des emplois, a rappelé François Hollande. Manuel Valls, qui n'est pas un expert en économie (c'est sa faiblesse, dont il a conscience), mais est social démocrate tendance DSK, est sur la même ligne que le président de la République sur ce point. Il n'aura donc aucun mal à l'endosser devant la majorité en engageant la responsabilité de son nouveau gouvernement de combat resserré...

L'inflexion, François Hollande la donne en revanche dans un discours nettement plus social et sensible au pouvoir d'achat des plus bas salaires et de ces Français qui se sentent « abandonnés ». La justice sociale sera donc mise en avant pour équilibrer le pacte de responsabilité par « un pacte de solidarité ». Avec donc des baisses d'impôts annoncées, pas que pour les entreprises, mais aussi les ménages modestes. C'est la chance de Valls. Là où Ayrault, victime expiatoire du redressement fiscal à marche forcée que François Hollande a imposé à la France depuis deux ans, le nouveau Premier ministre pourra communiquer sur quelques bonnes nouvelles, passant notamment par « une baisse des cotisations » des salariés.

Un geste pour le pouvoir d'achat qui ne sera sans doute pas considérable, mais viendra compenser la poursuite inflexible des économies budgétaire exigées par nos engagements européens. Réforme de l'Etat, transformation de notre organisation territoriale, la lettre de mission de François Hollande exigera toute l'autorité de l'ancien ministre de l'intérieur pour s'imposer aux fonctionnaires et aux élus locaux.

Enfin, en filigrane, la troisième mission fixée hier par François Hollande à son nouveau Premier ministre n'est pas la moins délicate : convaincre Bruxelles, Berlin et nos partenaires européens que la France est sur le bon chemin pour obtenir un peu d'indulgence sur le calendrier de réduction des déficits alors que les chiffres 2013 révélés hier par l'Insee montre une France en échec total, avec des comptes publics qui ne se redressent pas, malgré les efforts engagés. Alors que la France doit présenter à la mi-avril sa nouvelle trajectoire des finances publiques, une négociation pourrait s'ouvrir avec la Commission européenne pour redonner à la France quelques marges de manœuvre, c'est à-dire du temps, pour relancer son économie en échange de gages de réformes engagées. Auquel cas Manuel Valls pourrait engager ses pas dans ceux de son homologue italien, Matteo Renzi, qui profitant des efforts de rigueur de ses prédécesseurs, a décidé de prendre un peu de distance avec les contraintes budgétaires européennes. Un choix risqué, voire aventureux, mais qui peut être justifié à la fois par l'échec des politiques d'austérité et la nécessité de sortir à tout prix l'Europe d'un risque de déflation qui commence à mobiliser même la Banque centrale européenne...

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/04/2014 à 8:43 :
Quand on pense aux victimes de la grande guerre pour défendre leur pays, 100 ans aprés on se demande à quoi ça a servi. Un pays sans élan, repoussoir pour sa fiscalité, sa bureaucratie sa haine du travail et son mépris de la famille.
Pauvres poilus qui ont perdu leur jeunesse dans la boue et l'enfer des tranchées.
Réponse de le 08/04/2014 à 22:04 :
Vous avez raison valls menteur un jour menteur toujours et en plus on va être obligé de se farcir la ale la tous les jours.
a écrit le 01/04/2014 à 19:05 :
En commentaire à une publicité d'ESSO qui proposait il y a quelques années de mettre un tigre dans son moteur, un député anglais a déclaré :
"pas la peine de mettre un tigre dans son moteur s'il y a un âne au volant"
Réponse de le 02/04/2014 à 13:23 :
Je rigole mais c'est tellement vrai!
a écrit le 01/04/2014 à 18:05 :
Hélas non c'est déjà cuit et Hollande le sait aussi, la France état nation doit disparaitre, l'Allemagne doit monter, le pouvoir doit rester à la tour de Babel Europe et la BCE allemande, Washington doit commander l'Otan, continuant de nous emberlificoter dans tous ses mauvais coups donc rien ne. ..doit, ni ne peut changer avec ou sans Valskozy !
a écrit le 01/04/2014 à 16:53 :
Moi je préfère un tigre de 50 chevaux sous le capot qui dure très longtemps , qu' un tigre de 300 chevaux qui lache au bout de 3 mois !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 02/04/2014 à 11:01 :
Vous en faites pas ce tigre fait à peine Miaou. Il ne sait faire que du paraître; qu'a t'il réellement fait? Pas grand chose; il a "videz" les cité de la délinquance? Seulement qu'en il y allait et encore il a faillit prendre une pierre malgré le faites que lorsqu'il y allait il y avait plus de policiers que d'habitants... Mais là il ne pourra pas ce contenter de son paraître habituel ça va vite ce voir. On va l'entendre deux trois mois puis après; il entrera dans le moule et ce rendra compte que la présidentielle pour lui c'est mal partie du coup on ne l'entendra plus !
a écrit le 01/04/2014 à 15:37 :
Un tigre ça cours vite; mais pas longtemps... Pour lui ça ressemble à une course de trois ans.
a écrit le 01/04/2014 à 14:26 :
quelle misère de ne pas faire face, et se planquer pour faire son temps, derriere quelqu'un d'autre , la France, et les Français méritaient plus d'égards....méritaient mieux....
a écrit le 01/04/2014 à 13:41 :
Il admire Clémenceau et doit constituer son équipe ministérielle? je rappellerai aux heureux élus qu'ils ne sont sans doute pas en si bonne position, car on disait de Clémenceau: "Depuis qu'il est au pouvoir, être préfet est l'avant-dernier des métiers, le dernier est d'être ministre!". Bon courage...
a écrit le 01/04/2014 à 13:24 :
L’écologie n’est ni de gauche ni de droite. Le terme « écologie » vient du grec oikos (maison, habitat) et logos (science). Donc originellement c'est la science de la maison, de l'habitat. Être écologiste c’est être neutre c’est défendre la nature, de l’environnement, la biodiversité et l’atmosphère. Actuellement les écologistes sont des transfuges de la gauche qui par dissidence idéologique ont trouvé refuge dans un parti. Il s’agit donc d’une écologie teintée politiquement d’une idéologie de gauche voire à gauche de la gauche. C’est navrant de politiser un domaine de défense et de protection de la vie (et survie) de l’homme.
Réponse de le 01/04/2014 à 13:50 :
absolument d'accord... et sans doute sommes-nous nombreux à le constater... mais alors pourquoi les électeurs votent-ils pour ces gens plus politiciens qu'écologistes?
a écrit le 01/04/2014 à 12:25 :
"un "tigre"? houlà, quel compliment! et qu'a t-il fait, ce tigre jusqu'à présent?...on a la nette impression, qu'ils n'ont ENCORE RIEN compris aux attentes des Français depuis les votes!sont-ils nets", au moins? !
a écrit le 01/04/2014 à 10:54 :
manolo est aux manettes OK TOUT VA S'EFFONDRER
Enfin tous ces bouffons vont couler et le peuple pourra les virer
OUI OUI le scenario à la grecque arrive LE FMI VA NOUS COMMANDER !!!
Réponse de le 01/04/2014 à 13:06 :
Pas de procès d'intention, on verra bien.

En tout cas sur les roms, il n'a pas cédé à la sensiblerie bobo
Réponse de le 01/04/2014 à 13:36 :
Venez en seine saint dénis prenez l'autoroute A1 à la hauteur d'aulnay et après vous pourrez parler, la vous dites n'importe quoi, ceux ne sont plus des camps ceux sont des villages et venez compter les cambriolages dans le coin vous verrez que votre analyse est fausse valls ne fait que du vent et il continuera cela fera plaisir aux bobos de gauche.
Réponse de le 01/04/2014 à 14:45 :
c'est tout de la frime, c'est tout ! il y avait un moment qu'il convoitait la place !! quant aux étrangers, on nous cache les vrais chiffres!!!!!
a écrit le 01/04/2014 à 10:44 :
en fait de tigre , je penserais plus au tigre de papier qu'est le chat .. plus sérieusement les socialistes ne se sont pas rendu compte de la volatilité explosive dans les urnes de leurs électeurs déçus depuis 1983 et le grand changement voulu par un autre françois , quand ils gagnent c'est par une autre déception , ils n'ont rien compris et ils continuent a pédaler dans le meme sens ..
a écrit le 01/04/2014 à 10:39 :
Hollande : 8 minutes de diarrhée verbale, 8 minutes de promesses intenables, 8 minutes de d'engagements pour les gogos.
a écrit le 01/04/2014 à 10:17 :
a la soupe populaire ! maintenant la fin de l assistanat...enfin des paroles oui des actes ???
a écrit le 01/04/2014 à 9:42 :
Un tigre de papier..MDR..!!
Réponse de le 01/04/2014 à 14:47 :
+ 1000 !
a écrit le 01/04/2014 à 8:26 :
En France plus on est nul plus on vous donne de responsablités -gouvernementales- pas réelles évidemment. On est pas sorti de l'auberge...espagnole
Seul contre tous ?
Bon courage !
Réponse de le 01/04/2014 à 8:34 :
Il transpire déjà ça promet.
a écrit le 01/04/2014 à 7:59 :
arrêtons le cirque, pas de résultât a l’intérieur, les cambriolages n'ont cesser d'augmenter.!
Réponse de le 01/04/2014 à 8:47 :
Nous aurons droit à la même politique les impôts ne vont pas cesser d'augmenter.
a écrit le 01/04/2014 à 5:51 :
Attention aux gaz à effet de serre. Ce tigre pollue notre avenir.
a écrit le 01/04/2014 à 5:46 :
Quelle chance on a d'avoir Manolo aux commandes ! Lui qui voue une fidélité éternelle à un état qui n'est ni la catalogne de ses origines, ni la suisse de ses parents, ni la france bien entendu !
a écrit le 01/04/2014 à 1:57 :
Valls est plus proche de Borloo, de Juppé, de Bayrou, que de l'aile gauche du PS.

Ses mesures de droite, elles passeront avec la droite, car la majorité va être très fragile.

Si la droite les votes (pacte de responsabilité, TVA sociale...) il fera son chemin.

Sinon, Hollande devra à nouveau changer de premier ministre et un vrai virage à gauche aura lieu.

La droite va devoir se prononcer clairement et prendre ses responsabilités.
Réponse de le 01/04/2014 à 4:25 :
Il n' y pas de mesures de droite ou de gauche l'état de la France donne une seule ligne celle du redressement des comptes. La France n'a pas de marge de manœuvre et ce n'est pas les discours sans grande vision ni conviction qui gèrent notre pays mais les besoins en financement que nous devons aller chercher sur les marchés, le reste est littérature politique. En dehors des discours minables de la classe politique droite gauche confondues les actes sont dans la même direction augmentations des impôts 17 milliards sous M. Sarkozy plus de 20 sous M. Hollande et la course à l'invention de nouvelles taxes autant à droite qu'à gauche.
a écrit le 31/03/2014 à 23:51 :
Valls fera ce qu'il pourra, comme Ayrault, comme Fillon, Raffarin.. et tous les autres avant eux. De toutes façons, ils n'ont pas le pouvoir. Le pouvoir, c'est l'argent et tant que les Etats ne remettront pas la main dessus, rien ne progressera. Nous n'avons pas fini de voir défiler les 1° ministres et leurs gouvernements.
Réponse de le 01/04/2014 à 14:48 :
ce sont les banksters et Bruxelles qui ont la main mise! c'est tout
a écrit le 31/03/2014 à 23:05 :
Encore un homme providentiel, il n'y connaît rien que du vent.
a écrit le 31/03/2014 à 22:32 :
Valls doit surveiller ses arrières.
Réponse de le 01/04/2014 à 5:45 :
surtout qu'il va en ramasser des savonnettes.
a écrit le 31/03/2014 à 21:46 :
suffire? pourquoi pas aussi gémire et agonire?
a écrit le 31/03/2014 à 21:42 :
Et si HOLLANDE ferait une dissolution de l'ASSEMBLEE NATIONALE ?cela permettrait
de nommer COPE 1er MINISTRE et FILLON ministre du travail!! ,LA FRANCE serait sauvée..
Réponse de le 31/03/2014 à 22:19 :
La France NON ! La Gauche OUI !!!!!!
Réponse de le 01/04/2014 à 1:58 :
Coppé, c'est une blague? Il est à peine plus populaire que Valls en étant dans l'opposition!
Réponse de le 01/04/2014 à 2:26 :
coppé non pas une blague!! lui est passé avec plus de 60% au premier tour a Meaux!! pas le cas de nombreux socialo!!!!!!!!!!dommage que l on ne votait pas pour les présidentiel hier hollande aurait car hollande aurait fait comme son 1 ministre ce lundi
il est temps que sarko revienne la plaisanterie a assez duré.....
Réponse de le 01/04/2014 à 9:16 :
Surtout, que les noms évoqués restent ou ils sont, ils ont assez fait de dégâts pendant des années, au bout des 5 ans on comparera les résultats de FH et de NS, et on verra que les résultats de FH seront bien meilleurs que la droite dans tous les domaines et en 2017 FH sera réélu.
Réponse de le 01/04/2014 à 10:02 :
Je crois que balkany a fait mieux que Copé.... C'est donc lui qui devrait être premier ministre.
Allez, répétez après moi: "le couple Bal-ka-ny à l'E-ly-sé !"
a écrit le 31/03/2014 à 21:32 :
Un tigre? Si il l'a mis a ce poste c'est juste pour le rendre plus impopulaire et avoir une chance de ce représenter aux prochaines présidentielle !
a écrit le 31/03/2014 à 21:25 :
Seul 1/3 des gens le préférait. Quid des 2/3 restant????
Ce sont les amies de son épouse qui vont être heureuse. Elle pourra obtenir plus que de faire "sauter" les PV.
Réponse de le 31/03/2014 à 21:34 :
C'est comme pour les présidentielles seul 1/5 voulaient de Hollande... Pourtant il est là. Vivement que les votes blancs est une valeur ! Au moins on pourrait choisir. C'est juste que les élection dureraient plus de week end !
Réponse de le 01/04/2014 à 1:59 :
C'est la même chose pour les maires élus, et pour Sarkozy et Chirac en leur temps!
Réponse de le 01/04/2014 à 11:23 :
Et oui le problème ne date pas d'hier et n'est pas près de changer.
a écrit le 31/03/2014 à 21:13 :
Je faisais partie des irréductibles , des 17 % qui espéraient encore quelque chose ..
Je suis même aller voter hier .. mais là , je dois dire que je commence à douter ..
FH déjà ce soir na fait que essayer de répéter en pire ce que S Royal avait déroulé hier soir ..
le terme gouvernement de combat et la notion de juste .. il y a 2 ans , on a vire sarkosy et on se retrouve avec son clone en 1ier Ministre ..
Réponse de le 31/03/2014 à 21:25 :
les médias nous prédisent le pire a venir . jusque la prochaine élection
Réponse de le 31/03/2014 à 21:36 :
Et oui ça fait bel lurette que les partie sont différents que par leur non. Leur politique est la même, ils sont tous aussi nuls. Et vu le système politique de notre pays on ne peux rien faire.
Réponse de le 31/03/2014 à 22:09 :
Si on ne libéralise pas vite, la France est cuite. Je crois qu'il est même trop tard. La confiance est morte. Hollande l'a tuée avec son incompétence et les taxes.
Réponse de le 31/03/2014 à 22:21 :
Pas en "pire" ... en "PLUS pire" !!!! :-)
Réponse de le 01/04/2014 à 9:57 :
Même constat. Je n'ai pas voté Hollande en 2012 pour voir un clone de Sarkozy chasser le rom et faire le beau à Marseille, donc encore moins pour le voir premier ministre.
En plus cette décision est en train de priver le prochain gouvernement de toute majorité. EELV est quasiment entré dans l'opposition ouverte ainsi que le FG et beaucoup de députés PS menacent de ne pas voter la confiance. Ils la voteront probablement quand même mais c'est très mal parti. Valls était le pire choix.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :