La France a les meilleurs prix télécoms d’Europe !

 |   |  1333  mots
La comparaison des tarifs télécoms est un sujet sensible en Belgique, comme ailleurs, où la référence à Free fait chaque fois frémir.
La comparaison des tarifs télécoms est un sujet sensible en Belgique, comme ailleurs, où la référence à Free fait chaque fois frémir. (Crédits : DR)
Le marché français du mobile et du haut débit est un OVNI sur le plan tarifaire si l'on compare avec les pays voisins. C'est un Belge qui le dit: Charles Cuvilliez est maître d’enseignement à l’Université Libre de Bruxelles et membre du collège de l’IBPT, le régulateur belge des télécommunications, qui a réalisé une étude comparative.

Qui a les meilleurs tarifs télécoms en Europe ? Le régulateur belge des télécoms, l'IBPT (Institut belge des services postaux et des télécommunications), équivalent de l'ARCEP en France, a mené une étude officielle portant sur 5 pays européens qui montre l'excellente position de la France en la matière, même face à la Grande-Bretagne. C'est un sujet sensible en Belgique, comme ailleurs, où la référence à Free fait chaque fois frémir alors que les deux opérateurs principaux, câble et cuivre, se livrent une course à la performance plutôt qu'une guerre des prix. C'est dire que la méthodologie a été soigneusement sous-pesée par l'IBPT vu les enjeux et cela n'en rend les résultats de la France, positifs pour le consommateur, que plus intéressants. Ce ne sont pas moins de 699 forfaits qui ont été comparés entre la France, la Belgique, l'Allemagne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas.

>> Consulter l'intégralité de l'étude

L'Allemagne, le pays où le mobile est le plus cher

Pour les mobiles, l'étude s'est fondée sur des profils d'utilisation (nombre de minutes par mois, de Gigaoctet de téléchargement et de SMS par mois) auquel on a fait correspondre le tarif le plus avantageux pour établir la comparaison. Le tout est pondéré par la part de marché de chaque opérateur dans le pays considéré afin d'aboutir à un prix moyen par pays et par profil. Au total, 263 offres mobiles ont été comparées.


L'Allemagne est le pays le plus cher quel que soit le profil. Tant qu'on n'a pas de gros besoins en Internet mobile, la France est le pays le moins cher, suivi de la Grande-Bretagne. Un Français ne paiera que 8,27 euros par mois en moyenne s'il ne télécharge pas plus de 50 mégaoctets. Si on souscrit un abonnement de l'ordre du Gigaoctet, la France est le deuxième pays le moins cher, après la Grande-Bretagne: pour 2 Gigas à télécharger dans le mois, le Britannique dépensera mensuellement 25,43 euros , le Français 26,90 euros, tandis qu'il en coûtera pas moins de 63,95 euros au pauvre Allemand... L'IBPT constate aussi que les opérateurs y incluent de plus en plus des données et des minutes de « roaming » (itinérance à l'international) au même prix que dans son pays, une tendance que le Parlement européen aurait voulu ériger au rang de principe avec son « Roaming Like at Home » (« en itinérance comme à la maison »).


En revanche, dans le domaine des formules prépayées, la France n'est pas bien positionnée : c'est la Grande-Bretagne qui est la plus attractive et l'écart maximum avec l'Hexagone va jusqu'à 13 euros selon les offres.


Triple-play : la France championne,les Pays-Bas deux fois plus chers !

Concernant le « triple-play » (Internet, TV, Téléphone), la comparaison des 98 offres ne s'est plus fondée sur un profil mais sur des caractéristiques de performance comparable (vitesse de téléchargement), tout en conservant plusieurs profils d'appel pour la partie téléphonie. Aucune exigence n'est imposée en nombre de chaînes de TV, ce qui serait un peu vain vu la pléthore déjà offerte par défaut. L'étude considère trois seuils de débit : inférieur à 30 Mégabits par seconde, entre 30 et 60 Mbits/s et entre 60 et 100 Mbits/s.


La France est championne toute catégorie pour des débits entre 30 et 60 Mbits/s. Un consommateur qui aurait les habitudes d'un Belge - pas très différentes d'un Français - ne paierait que 40 euros/mois dans l'Hexagone contre 67 euros/mois en Belgique s'il utilise fréquemment son téléphone. Aux Pays-Bas, le pays le plus cher, il paierait 82 euros/mois. La France est exclue du classement pour les débits 60 à 100 Mbits/s, peu répandus vu la géographie du pays, mais réapparaît dans le très haut débit, au-delà de 100 Mbits/s, concentré dans les grands villes...mais orienté vers le futur.

La France fait décidément figure d'OVNI puisque le prix, là aussi, reste aux alentours de 40euros/mois alors que les pays voisins flirtent avec les 70 à 80 euros/mois !


Un comparateur de prix officiel en Belgique

Pour oser se lancer ainsi dans la comparaison des prix entre opérateurs, il faut à un régulateur une méthodologie au-dessus de tout soupçon ... et une bonne raison. C'est en effet le ministre belge de l'Economie qui en avait fait la demande, voulant savoir si la Belgique était vraiment « à côté de la plaque » en matière de prix de ses télécommunications par référence à la France et s'il fallait agir, quitte à aller jusqu'à un gel de prix. Si on pouvait toujours rêver d'être la France, fut-il dit à l'époque, le pays supporte une bonne comparaison avec les pays limitrophes. Au final, le ministère de l'Economie a lancé un programme national d'information du public sur le thème « Osez comparer » avec un simulateur tarifaire géré par le régulateur, donc officiel, et alimenté par les opérateurs, qui y sont tenus légalement. Un sérieux coup de fouet a ainsi été donné au marché pour objectiver les études d'associations diverses aux agendas parfois cachés.

La méthodologie de l'IBPT met aussi en évidence les bonnes et moins bonnes pratiques des opérateurs européens pour rendre leur offres moins lisibles. On y lit que les opérateurs offrent souvent des services gratuits supplémentaires, tel accès à des hotspots Wifi, des chaînes TV premium, du contenu, tel que Spotify, payant en d'autres circonstances. Les réductions et promotions temporaires ne sont pas prises en compte non plus car elles diminuent l'abonnement mensuel les premiers mois mais ne font que compenser la longueur de l'abonnement, entre 1 et 2 ans. En Belgique, tous les contrats se sont alignés sur 6 mois, une manière de ne plus avoir à comparer des pommes et des poires comme ailleurs.


Inertie des consommateurs, débit ressenti


Bien sûr, comme toute étude comparative, elle a ses limites. C'est un instantané des offres tarifaires en août 2014. Les opérateurs cherchent désormais à se différencier, explique l'étude, non plus uniquement sur la vitesse de téléchargement mais sur d'autres facteurs : Internet mobile gratuit en plus du haut débit, volume de téléchargement illimité, clouds et réseaux sociaux gratuits. Des consommateurs y trouveront leur compte plutôt que de toujours viser le moins cher des forfaits. Mais comparer ces petits et grands avantages est quasi impossible. Mieux vaut prendre alors, à vitesse de téléchargement égale, l'offre la meilleure marché, pas celle qui donne le plus de petits à-côtés. C'est en Allemagne qu'on a le plus de petits avantages inclus (cloud, hotsposts WiFi, etc).


L'étude note aussi l'inertie des consommateurs à rester sur leur ancien abonnement, qui n'est souvent plus commercialisé. Là aussi, en Belgique, une initiative fut prise par le Ministre de l'époque décidément en pointe sur ces questions pour forcer les opérateurs à supprimer les offres tarifaires anciennes.


Enfin, le régulateur belge s'est penché sur la fameuse question de la vitesse de téléchargement annoncée à comparer à celle ressentie par l'internaute. Le résultat, établi grâce à des mesures de volontaires dans toute l'Europe, n'est pas trop mauvais : le rapport de la vitesse réelle sur le débit théorique est de 91,2% pour le câble, légèrement meilleur que pour l'ADSL et la fibre (84,6%). Commercialiser une offre internet à 30 Mbits/s qui, techniquement, ne serait capable que de délivrer la moitié serait pour le moins douteux. La France ne fait pas partie de cette comparaison de performance entre pays car la part de marché du câble et de la fibre est encore petite. En revanche, la France figure bien dans les pays les plus attractifs au niveau des prix.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/02/2015 à 9:33 :
Et voilà et on dit merci qui ? Merci Free parce que s'il il fallait compter sur les 3 autres compères, on irait chercher nos abonnements en Allemagne !!!
a écrit le 12/02/2015 à 12:22 :
Et voilà : des réactions épidermiques incontrolées !!.
mais pourquoi ne pas s'être posée la bonne question ?
y avait -il un autre moyen pour faire baisser les tarifs que d'introdrodure un 4éme opérateur et d'enrichir un opportuniste inutile tout en préservant le secteur et emplois ?

et bien OUI mais volonté politique et industrielle ?
a écrit le 11/02/2015 à 10:06 :
Super on peut plus manger correctement, on ne peut plus se chauffer non plus mais on peux téléphoner à pas cher (si on ne tient pas compte de la prochaine éligibilité de la redevance audiovisuelle étendu aux box)...
a écrit le 11/02/2015 à 0:58 :
Ridicule cette étude ! Tout le monde a besoin d'un forfait mobile incluant internet (d'ailleurs internet est souvent inclu d'office dans les forfaits, meme les plus petits), et, si l'on prend ce point en compte, la France est loin d'être le pays européen le plus compétitif, bien au contraire !!!
a écrit le 10/02/2015 à 19:49 :
Ce qui me fait sourire ( jaune ) ce sont les commentaires " Merci Free" , Alors que l'introduction de ce 4éme opérateur aura été une erreur historique qui a détruit des milliers d'emplois, abimé un secteur, les télécommunications, qui était en avance et resplendissant, transférer des investissements privés, sur les collectivités locales...
et fait la fortune d'un opportuniste construit de toutes pièces par les politiques...
Au Oui Merci Free !!!!
Réponse de le 10/02/2015 à 20:06 :
en attendant, orange et bouygues se sont gavés pendant des années sur les telecom !!!! avec des prix monstrueux !! sans parler des offres mobiles, qui coutaient la peau des...
Réponse de le 10/02/2015 à 21:23 :
Je confirme Xavier Niel a seul fin de s'enrichir personnellement a détruit le marché en créant des milliers de chômeurs, en freinant l'innovation...Tout en s'abritant derrière un masque de Robin des Bois qui a su séduire le Francais Moyen qui regarde son euro mensuel gagné sans se préoccuper des conséquences
Je suis presqu'heureux que Drahi va faire subir avec les mêmes armes à Niel
Mettre sur un piédestal un homme qui a détruit un secteur d’activé me semble tellement stupide.....
Je
Réponse de le 10/02/2015 à 21:32 :
Quoi ? La concurrence permet aux consommateurs de payer moins cher et aux fournisseurs d'arrêter de se goinfrer ? Alors désolé pour ceux qui ont perdu leur emploi, mais je ne peux oublier il y a 12 ans quand les prix étaient plus chers qu'au Danemark et quasi les mêmes qu'en Norvège (où les salaires sont entre le double et le triple). Merci Free
Réponse de le 10/02/2015 à 23:10 :
Son euro mensuel gagné ?

C'est une blague j'espère, j'ai trois forfait à la maison (ma femme, ma fille et moi-même), et pour les 45 € que je paie désormais par mois, j'en avais pour 30€ de plus minimum par mois avant. votre € représente donc 360€ à l'année pour moi, désolé mais je dis donc merci Free, et plutôt deux fois qu'une.
Réponse de le 11/02/2015 à 6:39 :
Et bien mois je suis pour la disparition de plus d'emplois si cela ameliore encore le service.
Incroyable d'utiliser ces d'arguments alors que c'est ce genre d'attitude qui fait crouler la france et au final est responsable d'un taux record de chômeurs.
Réponse de le 11/02/2015 à 10:08 :
Vivement le Xavier Neil de l’énergie !
Réponse de le 15/02/2015 à 23:27 :
ah mais vous faites du chantage à l'emploi : vous dites, faut augmenter les factures comme ça on va garder nos emplois !
ben nous, on préfère payer moins cher le téléphone et tant pis pour les emplois ! on veut pas etre pris en otage par ce genre de chantage !
Réponse de le 19/02/2015 à 11:23 :
Vous vous méprenez.....je dis simplement que l'introduction d'un 4éme opérateur pour faire baisser les tarifs etait la pire des solutions. elle n' a consisté qu'à multiplier des infrasttructures inutiles et abimer un secteur dans lequel nous étions remarquable et en avance, à détruire des emplois et à enrichir un pornocrate.
Il y avait possibilités de faire baisser les tarifs par d'autres moyens en préservant emplois technologie et notre avance dans le secteur encore fallait -il une volonté politique et industrielle.
Réponse de le 20/02/2015 à 9:38 :
Vous travaillez chez orange, c'est pas possible !! Baisser les prix ! chez orange ? Améliorer l'accueil des usagers ! oh pardon client ? Un secteur où nous étions en pointe ? Ah Ah vous aimez la plaisanterie, merci orange de me faire encore rire!!!.
a écrit le 10/02/2015 à 17:41 :
Pourquoi souscrire un tripleplay dans ses conditions! Complètement ridicule comme commentaire.
a écrit le 10/02/2015 à 17:15 :
j'ai la triple play tv internet fixe, mais c'est 30 euros / mois, c'est cher
en plus je regarde jamais la télé et je téléphone jamais...
y a pas des offres internet uniqument ? à 10 euros ? dommage...
a écrit le 10/02/2015 à 16:09 :
On a eu les plus mauvais de la planète pendant les années de dictature de la bande des trois, c'est bien normal de respirer un peu ! Merci Free...
a écrit le 10/02/2015 à 13:32 :
La France est aussi championne avec France Telecom Orange qui continue de prélever près de 18 euros (17,96) par mois pour son vieux réseau archi amorti. QUELLE HONTE !! Et a un réseau de chaîne tv commerciale sur TNT complètement nulles et gavées de pub ! Les programmes sont souvent de meilleur niveau ailleurs en particulier les infos. BFM et i-Télé étant voisines de zéro au plan 'info !
Réponse de le 10/02/2015 à 14:42 :
Votre commentaire n'a pas de sens. Il y a un réel service fourni de la part de FT (maintenance et extension du réseau, investissement technologique, etc). Rien ne vous oblige de plus à vous abonner à leur télé (je partage votre avis, c'est de la soupe)
Personnellement , j'ai un simple abonnement internet (ADSL2+ quand même) et c'est 25€/mois en dégroupé. C'est très correct pour le service rendu
a écrit le 10/02/2015 à 13:29 :
Et en libéralisant en plus ... Comment est ce possible !!! On nous aurait menti !!?
a écrit le 10/02/2015 à 12:15 :
Merci Free !
a écrit le 10/02/2015 à 11:43 :
toute arme est a double tranchant, les investissements commencent a bien se reduire; on ne voit pas comment les boites peuvent investir avec des forfaits a 2 euros ttc.... donc l'arret des investissements est logique....
wait and see
Réponse de le 10/02/2015 à 12:11 :
La rentabilité se fait sur le hors forfait pour ce type d'abonnement...
Réponse de le 10/02/2015 à 17:18 :
investir dans quoi ? moi avec la 1g ça me suffit, appeler du portable et envoyer des sms, point barre, le reste iphone etc c'est pas du progrès, c'est de la frime ...utiliser internet sur 20cm2 faut avoir une loupe...
Réponse de le 10/02/2015 à 22:40 :
Hormis churchill, 2 très bons commentaires...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :