Mégane E-Tech : le retour réussi (et très attendu) de Renault dans l'électrique

ESSAI AUTO. Alors que Zoé achève tranquillement sa fin de vie, Renault voyait son leadership dans les voitures électriques s'étioler en Europe, tandis que l'ID.3 (Volkswagen) et la Model 3 (Tesla) semblent désormais s'imposer sur le podium. Avec Megane E-Tech, le français reprend enfin la main avec un produit particulièrement bien fini et compétitif.
Nabil Bourassi

3 mn

(Crédits : Renault)

C'est un retour en fanfare ! Avec Mégane E-Tech, Renault retrouve enfin un puissant levier pour reprendre position sur le marché très dynamique et stratégique des voitures électriques. Jadis, leader européen du segment, la marque au losange s'était, ces trois dernières années, laissée submerger par une concurrence massive, mais surtout très qualitative, laissant sa vieille Zoé (dix ans déjà) s'essouffler.

Ce qui surprend néanmoins, c'est le choix d'avoir conservé le nom de Mégane pour un produit qui n'a plus rien à voir avec les quatre générations précédentes du modèle éponyme. Pourtant, la rupture est plus forte ici, que sur le SUV compact qui a troqué le nom bien installé de Kadjar pour Austral.

Renault Megane E-Tech

Sur le style par exemple, la nouvelle Mégane a privilégié la rondeur des lignes. Les proportions sont plus ramassées que la génération précédente, ce qui donne une silhouette compacte et équilibrée à la fois tout en gagnant en prestance. Fini les lignes carrées et destructurées, Mégane affiche un design apaisé et consensuel: plus joyeuse, elle n'a plus rien à prouver et s'attache à séduire en toute sérénité.

Un intérieur confortable

L'intérieur a été pensé dans le même esprit. Un agencement bien pensé, des finitions soignées et qualitatives. L'habitacle n'est pas spécialement généreux, mais il est aéré et lumineux. La disposition des commandes avec des raccourcis efficaces gagne en ergonomie, loin du fastidieux et pénible système R-Link aux sonneries intempestives. Ici aussi, on ne reconnaît pas Mégane...

Renault Megane E-Tech

Mais c'est évidemment sur la technologie de motorisation que la rupture est la plus nette puisque Mégane E-Tech est disponible uniquement en propulsion électrique. Le confort de conduite est remarquable : doux et réactif. Cela tient bien entendu dans l'expérience de Renault en la matière, mais également à l'équation entre poids de la voiture, centre de gravité... Le toucher de route est agréable, la direction soutenue. La fermeté des freins, inhérente aux voitures électriques, gâchent un peu l'ambiance sauf à conduire de façon zen. Renault offre un large éventail d'autonomie avec une version à 300km (aux normes WLTP) et jusqu'à 470 km d'autonomie.

Renault Megane E-Tech

Avec Mégane E-Tech, Renault se rappelle ainsi au bon souvenir des automobilistes européens et qui ont dû se tourner vers la concurrence à défaut de nouveautés côté Renault. Le Français dispose désormais d'un produit moderne et séduisant, polyvalent et agréable, à un prix acceptable puisqu'à 35.000 euros, il ne coûte que quelques milliers d'euros de plus qu'une ID.3, sa concurrente la plus directe par Volkswagen. Mais même si l'allemande a fait des efforts pour se désincarcérer de l'austérité ambiante à Wolfsburg, Megane E-Tech nous a paru plus fun, plus accessible, à qualité égale.

Renault Megane E-Tech

Renault Megane E-Tech

Nabil Bourassi

3 mn