30 ans aujourd’hui, Et demain…

 |   |  664  mots
(Crédits : La Tribune)
Célébrer 30 ans pour un journal, c'est une chance extraordinaire. Nous le devons d'abord à nos fondateurs.

Il y a 30 ans, quatre journalistes Bruno Bertez, Jacques Jublin, Philippe Labarde et Jean-Michel Quatrepoint créaient ce nouveau quotidien économique avec l'ambition de proposer une vision différente : un traitement de l'actualité moins institutionnel, plus proche des acteurs qui font l'économie, plus financier (années 1980 obligent), mais surtout plus ouvert à la macroéconomie : relier les chiffres et leur mécanique à l'actualité générale devait permettre à l'acteur de l'économie de sortir le nez de ses comptes et d'appréhender plus globalement son univers, qu'il fût à l'échelle de son territoire, de la nation ou du monde. Entrepreneurs, financiers, chercheurs, conseils ou représentants de la puissance publique, nos lecteurs sont tous des acteurs. Ils constatent chaque jour que l'économie n'est pas l'effet magique d'une quelconque main invisible, une météo capricieuse que l'on attendait en spectateur en psalmodiant une chanson pour la croissance à la manière d'Amérindiens priant pour la pluie, mais qu'elle est le produit de leur volonté et de leur capacité à faire avancer les choses. La Tribune a toujours eu comme conviction que l'homme devait agir sur l'économie et non pas la subir.

L'histoire de La Tribune pendant ces trente années a été mouvementée, souvent passionnée et marquée par cette volonté de faire différent, d'anticiper, de conserver l'esprit du challenger, toujours à l'affût. Mais même avec la meilleure intuition du monde, les quatre fondateurs auraient été bien en peine d'imaginer à quel point le numérique allait bouleverser toute l'économie, à commencer par celle de l'information, et de se figurer une Tribune plus quotidienne et plus lue que jamais, sur une telle diversité d'écrans. À l'époque, La Tribune comptait ses lecteurs en dizaines de milliers. Elle les compte aujourd'hui en millions chaque mois. Elle a été la première à proposer un quotidien numérique, tout en conservant une offre « papier » et, ce qui est une de ses forces aujourd'hui, une offre « vivante » au travers des 100 événements qu'elle organise chaque année dans les grandes métropoles françaises.

Trois ans après sa reprise, fêter cet anniversaire dans ce contexte douloureux est plus qu'un symbole ou une simple cérémonie. C'est une source de fierté pour toute l'équipe de La Tribune. D'abord parce que l'entreprise a réussi le redressement de ses comptes dans une période pourtant peu favorable, ensuite parce que vous, lecteurs, êtes toujours là, en bien plus grand nombre qu'il y a trente ans - même si vos habitudes de lecture ont beaucoup changé - et enfin, surtout, parce que nous avons gardé l'ambition de rester fidèles aux principes fondateurs de notre journal : nos priorités éditoriales restent concentrées sur l'innovation technologique, mais aussi politique et sociale, sur les idées et les débats qui nous préparent à l'économie de demain. Dans ces périodes de crise, la vocation de La Tribune est d'être le média économique français qui suit au plus près l'émergence des nouveaux modèles, là où ils naissent et grandissent : « l'écosystème » des grandes métropoles françaises et internationales.

Le secteur de la presse, secoué comme jamais, n'a pas achevé sa mutation. Les journaux tels que nous les connaissons ont vécu. Mais l'information économique des entreprises est plus que jamais essentielle aux acteurs de l'économie et aux citoyens. Celle-ci devra s'adapter aux nouvelles pratiques de ses lecteurs, rester plurielle et surtout indépendante : c'est le cas de la société éditrice de La Tribune, fait suffisamment rare aujourd'hui pour que nous ayons l'immodestie de le rappeler. La presse économique a un avenir si elle sait conserver cette indépendance et la liberté de ton qui en découle, celles qu'ont voulues ses quatre fondateurs, il y a 30 ans. C'est notre devoir et notre ambition d'y veiller aujourd'hui, et au moins pour les 30 ans qui viennent. Bienvenue dans le Futur selon La Tribune.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :