Cette année, le Père Noël s'habille en jaune !

 |   |  1577  mots
(Crédits : Piroschka Van De Wouw)
ÉDITO. En mettant sur la table une bonne dizaine de milliards d'euros pour répondre aux revendications sur le pouvoir d'achat, Emmanuel Macron semble avoir réussi à faire bouger l'opinion qui apportait jusqu'ici un soutien sans faille au mouvement des « gilets jaunes », malgré les violences qui ont accompagné les manifestations depuis le 17 novembre. Après le flux, le reflux ? Par Philippe Mabille, directeur de la Rédaction.

Selon les sondages qui ont suivi l'adresse présidentielle lundi, de premières divisions apparaissent sur l'opportunité d'une trêve, voire d'un arrêt des blocages. Certes, ce n'est pas encore la fin de la crise, mais le dialogue a été rétabli entre le pouvoir et ceux qui s'appellent eux-mêmes les « gilets jaunes libres », comme pour se différencier de ceux qui restent déterminés à manifester lors d'un Acte V ce samedi 15 décembre à Paris et dans plusieurs grandes villes.

Les dangers de la politique du « casser plus pour gagner plus »

Si cet appel est entendu, comme l'a relayé par exemple Jean-Luc Mélenchon, le danger est très grand de voir à nouveau se mêler aux « gilets jaunes » des casseurs et des groupes ultras de droite et de gauche, au risque de détruire l'image d'un mouvement qui se dit « pacifique ». Certes, beaucoup de gilets jaunes pensent sans doute qu'Emmanuel Macron n'aurait pas cédé autant sans les images d'émeutes urbaines qui ont fait le tour du monde. Ce mouvement inédit a obtenu plus en un mois que tous les syndicats réunis en trente ans.

Mais en déduire que cela justifie de pratiquer la politique du « casser plus pour gagner plus » est dangereux pour la paix civile et la croissance de l'économie. Cinq morts, 1. 800 blessés dont la moitié du côté des policiers et gendarmes, 1 milliard d'euros de pertes dans le commerce, 0,1, voire 0,2, point de PIB perdus au quatrième trimestre : on en arrive au moment où tout ce qui a été « gagné » par les manifestants risque d'être perdu par ceux qui vont se retrouver au chômage.

Des primes qui relancent le débat sur le partage des profits

Et ce, d'autant plus que les cadeaux de Noël d'Emmanuel Macron sont significatifs : avec la hausse de 100 euros et même un peu plus avec l'indexation, des revenus au niveau du Smic, c'est un « treizième mois » que toucheront dès l'an prochain les salariés concernés grâce à l'accélération du versement de la prime d'activité. Bien sûr, c'est une usine à gaz et un casse-tête administratif (de plus) à gérer entre l'État et les caisses d'allocations familiales, mais Bercy a bien réussi à faire la retenue à la source en un an, grâce au numéro d'identification unique... Avec un peu d'imagination, la promesse de Macron peut-être tenue...

Deuxième mesure phare, avec le retour des heures sup défiscalisées et « désocialisées », le chef de l'État reprend à son compte le fameux « travailler plus pour gagner plus » de Nicolas Sarkozy, qui le lui aurait soufflé lors d'une récente rencontre... Avec l'annulation de la CSG pour les retraités en dessous de 2.000 euros par mois, Emmanuel Macron veut corriger le sentiment d'injustice ressenti par nombre de retraités modestes. Pas sûr que le pari soit gagné, car ce sont surtout les retraités pauvres qui souffrent de la désindexation de leurs pensions...

Et enfin, en permettant aux entreprises de verser des primes de fin d'année sans impôts ni charges, le président de la République relance le débat sur le partage des profits. À voir le nombre de grandes entreprises qui se sont engouffrées dans cet effet d'aubaine, il est clair que ce dispositif, déjà appliqué en 2008 sous Nicolas Sarkozy, répond à une forte attente de redistribution des fruits de la croissance. Mais pas forcément de hausse des salaires.

Vers la sortie de l'austérité

Au final, à partir d'une « colère juste » sur le prix des carburants, dont la hausse des taxes est annulée pour un an, la France va entamer 2019 avec un choc de demande inattendu mais pas forcément inutile pour soutenir une croissance qui ralentit. D'un point de vue keynésien, la crise des "gilets jaunes" est un mini-plan de relance de la consommation. Coûteux, certes, pour les finances publiques, mais Berlin et Bruxelles semblent fermer les yeux, tandis qui l'Italie de Salvini réclame le même traitement que la France... Mais qui pourrait bien se révéler une chance pour l'économie française si une récession se pointait à l'horizon.

En fait, les "gilets jaunes" français semblent annonciateurs d'une Europe obligée de sortir de l'austérité pour se sauver de la colère des peuples. On commence même à voir des "gilets jaunes" allemands, et les Belges qui manifestent ne sont pas moins violents que les Français (comme on l'a lu dans Astérix chez les Belges).

« Faire de cette colère une chance »

Ce ne sera cependant une chance que si Emmanuel Macron profite de cette opportunité pour relancer le processus des réformes, en s'attachant à financer ces dépenses nouvelles par de vraies économies dans le train de vie de l'État et pas comme d'habitude sur le dos des générations futures. C'est tout le problème de cette France des rond-points : sa colère est sans doute légitime, dans un pays record du monde des prélèvements obligatoires, mais elle tourne en rond, comme disait Denis Kessler.

Le chef de l'État, qui a lui-même intitulé son discours lundi « Faire de cette colère une chance » a réaffirmé son intention de réformer l'assurance-chômage et les retraites. En a-t-il vraiment les moyens, obligé qu'il est de "cohabiter" désormais avec les "gilets jaunes" qui, même s'ils rentrent chez eux, ont inventé une nouvelle forme très efficace de lutte citoyenne. Emmanuel Macron a trouvé une réponse à court terme, et essaie de sauver ce qui semble pour lui l'essentiel, les réformes déjà lancées. Il a résisté à ceux qui lui conseillaient de rétablir l'ISF et assure que rien de ce qui a été fait depuis 2017 ne sera « détricoté ». Mais le simple fait que deux tiers des Français demandent le rétablissement de l'ISF rend cette réforme instable et sans effets sur la confiance des plus riches qui soit vont rester à l'étranger pour ceux qui sont partis, soit vont hésiter à investir dans l'économie française de peur qu'on le rétablisse à la prochaine élection nationale...

Le président ne pourra pas éluder la question de la justice fiscale

Ainsi, si Emmanuel Macron peut espérer se donner un peu de temps en décrétant l'urgence économique et sociale et en satisfaisant les attentes d'augmentation du pouvoir d'achat, il n'a fait que la moitié du chemin. Il est loin d'avoir brisé l'image donnée d'un président vertical, loin du peuple et sans réelle empathie pour les derniers de cordée. C'est peut-être injuste, quand on regarde d'autres aspects de sa politique, sur l'éducation notamment, mais c'est aussi en grande partie de la faute de ses erreurs de communication répétées ("le pognon de dingue", "qu'ils viennent me chercher", "traverser la rue"). Le président de la République ne pourra pas éluder la question de la justice fiscale, de la baisse de l'impôt sur le revenu des classes moyennes et de la lutte contre l'évasion des multinationales.

Emmanuel Macron ne pourra pas non plus oublier la dimension politique de cette crise. Il en a conscience : "Nous ne reprendrons pas le cours normal de nos vies, comme trop souvent par le passé dans des crises semblables, sans que rien n'ait été vraiment compris et sans que rien n'ait changé". Mais c'est aussi à une complète réinvention de la façon de gouverner, de prendre des décisions politiques et des modes de représentativité que l'invitent les « gilets jaunes » en réclamant le référendum d'initiative populaire. En 2017, Emmanuel Macron avait intitulé son livre-programme "Révolution". Il ne croyait sans doute pas si bien dire.

En attendant la Grande concertation

S'il veut éviter de la voir en vrai, le chef de l'État a donc intérêt à tenir aussi la seconde partie des engagements pris lundi : « Je veux que soient posées les questions qui touchent à la représentation ; la possibilité de voir les courants d'opinion mieux entendus dans leur diversité, une loi électorale plus juste, la prise en compte du vote blanc et même que soient admis à participer au débat des citoyens n'appartenant pas à des partis. Je veux que soit posée la question de l'équilibre de notre fiscalité pour qu'elle permette à la fois la justice et l'efficacité du pays. Je veux que soit posée la question de notre quotidien pour faire face aux changements climatiques : se loger, se déplacer, se chauffer. Et les bonnes solutions émergeront aussi du terrain. » De bon augure, mais work in progress.

Si c'est cela le nouveau projet du président Macron, c'est à une révolution de lui-même que la crise des "gilets jaunes" est en train de le conduire. Ou plutôt à un retour aux sources du macronisme, puisque la grande concertation qu'il appelle de ses vœux peut s'apparenter à la Grande Marche de 2017, à une très grosse différence près : cette fois-ci, il semble avoir compris qu'il lui faut s'appuyer sur les maires et les corps intermédiaires (syndicats, patronat)... Car le projet consistant pour lui à se retrouver seul en direct face au peuple n'est pas forcément une bonne façon de gouverner un pays de « Gaulois réfractaires »...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/12/2018 à 8:37 :
en France on entre en prison pour fumer un joint, mais acune sanction contre le bloquage le libre circulation.
a écrit le 14/12/2018 à 4:19 :
Toujours le vieus reflexe. Depenser de l'argent qui n'est pas en caisse. Le pere noel saura s'en souvenir a la remontee des taux pour 2019-20.
a écrit le 14/12/2018 à 0:52 :
Désindexation des Retraites de l'Inflation :

1000 eur en 2018 = 650 eur en 2028 = 400 eur en 2038.
a écrit le 13/12/2018 à 20:31 :
Le " Service Universel " à 4.5 Milliard d'eur/an dans 12 mois, est vraiment !!!! opportun.

" En Meme Temps " l'Argent Public, depuis Mai 81 à Mai 2022 appartient aux pouvoir.

Jusque Mai 81, la FR était la moins déficitaire et la moins endettée d'europe.
a écrit le 13/12/2018 à 18:30 :
Que les gilets jaunes continuent comme ça , à détruire l'emploi :
des centaines de PME sont affectées actuellement qui risquent de licencier massivement faute de trésorerie .
de plus les gens se tournent vers le commerce en ligne faute de pouvoir se déplacer en sécurité dans les commerces
à qui celà profite finalement? à amazon et consort , bonne idée d'engraisser l'ogre américain ... fake news comme ils les aiment : et si les gilets jaunes étaient payés par amazon pour étendre son empire ?
résultat final : le pays sera encore plus pauvre qu'avant dans quelques mois
il est inadmissible qu'une minorité continue de bloquer le fonctionnement d'un pays de cette façon
a écrit le 13/12/2018 à 16:55 :
pour la mémoire des six morts gilets jaune la colère justifiée va continuer
a écrit le 13/12/2018 à 15:04 :
Plus de milles millards des euros de taxe presque la moitié du PIB c est énorme même si la distribution sociales est 714 millards les reste ils va aut La france taxe prop leS petits monsieur macron revalorisé les retraites l aah est des victimes de at mp ils sont geles monsieur Le president vole leS petits retraitees invalidites du travail re des l'argent des pauvres Emmanuel macron
a écrit le 13/12/2018 à 14:07 :
petit rectificatif des milliers de gens sont au-dessous de 1200 euros en plus il faut ajouter les aléas de la vie, maladie et pleins de mauvaises choses qui ne les épargne pas. Il ne faut pas dédaigner la misère. Et ceux qui sont à peine au-dessus ne sont pas épargnés par les impôts. Comme quoi sur tous l'on a mis un couvercle et Il ne faut pas s'étonner s'il saute. Ils sont nombreux les politiques, à eux de proposer et d'inventer au lieu de s'enliser dans le confort.
Bon je n'ai rien dit ne me censurer pas. Merci
a écrit le 13/12/2018 à 12:23 :
Casser toujours plus pour obtenir plus: c'est la méthode éprouvée des gilets jaunes comme celle des enfants gâtés qui sont interdits de fessées.
Le laxisme du pouvoir face à ces irresponsables va coûter cher aux contribuables et au pouvoir.
a écrit le 13/12/2018 à 12:07 :
Je voudrais reagir votre article car il y a beaucoup de contre vérité . comme d'hab dirait on de la part des journaliste.
Le coup de pouce de 100 euros c'est pas la hausse du SMIC mais une augmentation de la prime d'activité. Vu que peut la touche s'est pas pour beaucoup de monde.
L'annulation de la csg pour ceux qui gagnent moins de 2000 euros de retraite c'est pas par personne qu'il faut gagner moins de 2000 euros mais par foyer. Grande différence.
Enfin il y a quand même une chaine qui a réussi à le dire correctement.
S'il vous les journalistes soyez neutre et objectif pour une fois et non pas pro gouvernement .
Réponse de le 13/12/2018 à 13:22 :
La PPE pour la toucher il suffit de le demander auprès des caf. Et c'est possibles jusqu'à 32.498 e pour un couple et 16.251 euros pour un célibataires, soit beaucoup plus qu'un smic. En fin de compte, cette mesure touche plus de monde que les seuls smicards. Pour la CSG, les caisses de retraites versent les retraites individuellement : elles ne sont pas modulables en fonction des revenus fiscaux. 2 raisons : 1°la retraite dépend de vos cotisations passées. 2°Les caisses de retraites n'ont pas de liens avec les services fiscaux. Donc, vous avez fait 2 propositions et elles sont toutes les deux fausses : vous devez des excuses aux journalistes de la Tribune. Et arrêtez de regarder la chaîne qui a été dans votre sens mais a qui a tord. Pour demander la prime d'activité : https://wwwd.caf.fr/wps/portal/caffr/aidesetservices/lesservicesenligne/faireunedemandedeprestation/demanderlaprimedactivite/.
Réponse de le 13/12/2018 à 13:35 :
@Elfe Noire:c'est vous qui devez des excuses et racontez n'importe quoi.La prime d'activité dans le cas d'un micro entrepreneur ne s'applique que sur les revenus des 3 mois précédents.Exemple un commerçant qui travaille en dents de scie gagnera beaucoup mois qu'un commerçant entrepreneur normal qui est moyenné sur l'année,c'est ce qui m'arrive.Ensuite la CAF fait preuve de beaucoup de mauvaise volonté pour payer,se trompe dans ses calculs,et certains conseillers vont jusqu'a nous mentir.Je le sais parce que c'est mon cas.Si vous travaillez a la CAF vous ne devez pas etre fier du fonctionnement.J'éspère que vous etes bien payé pour la faible qualité de votre travail.Et arretez de mentir.
a écrit le 13/12/2018 à 11:22 :
toujours rien sur la réforme de l'état .....donc
1 lire Pilleurs d'Etat de Philippe Pascot
2 60 milliards d'économie de Mme Agnes Verdier Molinié
3 les rapports de la cour des comptes

LES PETITS RUISSEAUX FONT LES GRANDES RIVIERES !!!
a écrit le 13/12/2018 à 9:30 :
Dommage avec ses choix, le parlement européen perd de son prestige. J'aimerai bien savoir qui a voté une le nouveau contrôle technique automobile sont ils aveugles à ce point pour ne pas voir que le coût ne pourrait pas être assumé par la classe moyenne ? Il faudrait vraiment surveiller de plus près leurs votes. Ne pourrait on pas mettre sur le marché automobile des voitures très abordables comme en Inde. Alors qui a voté le nouveau contrôle technique ? Quand lui tire les oreilles ! la majorité des salaires est de 1200 euros alors avec cela on peut pas faire grand chose
Réponse de le 13/12/2018 à 19:46 :
En 2011, la Commission européenne s’est donnée pour but de diviser par 2 le nombre de tués sur les routes européennes par rapport à l’année 2010. Cet objectif audacieux s’appuie sur l’harmonisation du contrôle technique au niveau européen : tous les états membres ont l’obligation d’appliquer la même réglementation. La Commission européenne a donc adopté la directive n° 2014/45 transposé en droit français, qui permet d’écarter des routes les voitures présentant un risque sérieux pour la sécurité routière. Conséquences : plus de points seront contrôlés et surtout, plus de défaillances seront soumises à des sanctions pour plus de prévention et de sécurité.Depuis le 20 mai 2018, cette nouvelle Directive Européenne est ( ou était si l'on s'en tient au propos de Macron ?) appliquée à la France.
a écrit le 13/12/2018 à 9:30 :
"D'un point de vue keynésien, la crise des "gilets jaunes" est un mini-plan de relance de la consommation. Coûteux, certes, pour les finances publiques, mais Berlin et Bruxelles semblent fermer les yeux, tandis qui l'Italie de Salvini réclame le même traitement que la France... Mais qui pourrait bien se révéler une chance pour l'économie française si une récession se pointait à l'horizon."

C'est donc un plan de relance de la consommation hors récession, ce n'est pas très keynésien il me semble. Et on a toujours fait ça en France, avec les résultats qu'on connait bien puisqu'on en profite encore aujourd'hui : chômage et de déficits élevés, compétitivité en berne, etc.
Réponse de le 13/12/2018 à 10:53 :
Et comment vous faites pour combattre le chômage? (3M de chômeurs catégorie A - 5M toutes catégories confondues). Ca fait 30ans que la France connaît le chômage de masse (600 000 offres d emploi ajd sur Pole Emploi)
Avec l IA qui arrive et qui va remplacer encore bon nombre d emplois, faites moi part de votre traitement du chômage !! (Les chômeurs ne sont pas des fénéants!)
Réponse de le 13/12/2018 à 20:03 :
On peut être au chômage parce qu'on le veut bien.
j'en connais qui sont enchantés d'y être.
a écrit le 13/12/2018 à 8:53 :
"Mais le simple fait que deux tiers des Français demandent le rétablissement de l'ISF rend cette réforme instable et sans effets sur la confiance des plus riches qui soit vont rester à l'étranger pour ceux qui sont partis, soit vont hésiter à investir dans l'économie française de peur qu'on le rétablisse à la prochaine élection nationale..."

Chimères honteuses de la part de ceux qui osent nous affirmer ce genre de truc puisque nous savons parfaitement que les mégas riches ont la plupart de leurs capitaux dans les paradis fiscaux et que ça fait donc belle lurette qu'en europe ils ne sont pas inquiétés.

Par ailleurs nous savons tous très bien, sauf vous autres médias paramétrés à nous mentir abondamment, c'est écœurant d'ailleurs, que les riches ne veulent pas sauver la planète et que vous n'êtes que l’orchestre en train de jouer pour nous distraire tandis que le titanic coule afin que l'on ne se mette pas à vouloir décapiter les véritables responsables.

Un procès immense sur la responsabilité gigantesque des médias de masse seulement là pour nous asservir, dans l'anéantissement de la planète devrait être ouvert. Le pire c'est que vous ne voyez rien, campés sur les dogmes de vos patrons vous continuez à faire les mythomanes.

Vous ne voyez pas non plus que la sortie désastreuse de macron n'a fait que convaincre encore plus les français qu'il était téléguidé, le fait que certaines multinationales se proposent de l'aider lui donne une image encore plus désastreuse d'un président totalement impuissant seulement soumis aux puissances de l'argent.

"Utilisation de la petite malhonnêteté. — La puissance de la presse consiste en ce que chaque individu qui est à son service ne se sent que très peu obligé et lié. Il dit ordinairement son opinion, mais quelquefois aussi il ne la dit pas, pour servir son parti ou la politique de son pays ou enfin soi-même. Ces petits délits de malhonnêteté ou peut-être seulement de silence malhonnête ne sont pas lourds à porter pour l’individu, mais les conséquences en sont extraordinaires, parce que ces petits délits sont commis par beaucoup de geris en même temps. Chacun d’eux se dit : « Au prix d’un si petit service, je vivrai mieux, je pourrai trouver ma subsistance ; par l’absence de tels petits scrupules, je ne me rendrai pas impossible. » Comme il paraît moralement presque indifférent d’écrire ou de ne pas écrire une ligne de plus, et encore peut-être sans signature, un homme qui possède de l’argent et de l’influence peut faire de toute opinion l’opinion publique. Celui qui sait à ce propos que la plupart des hommes sont faibles dans les plus petites choses, et qui veut atteindre par eux ses propres fins, est toujours un homme dangereux." Nietzsche HUmain trop humain.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :