Emmanuel Macron, la sortie de crise est pourtant simple !

 |   |  1717  mots
(Crédits : POOL New)
ÉDITO. En frappant aveuglément le pouvoir d'achat des plus pauvres sans leur apporter un accompagnement social suffisant alors qu'ils n'ont pas d'alternative à la voiture, Emmanuel Macron a transformé la colère populaire en rage. La solution est pourtant simple : pour faire rentrer chez eux les gilets jaunes, le chef de l'Etat doit suspendre la hausse des taxes sur les carburants et profiter du vaste débat qui parcourt le pays pour construire un nouveau pacte fiscal et social.

Et pourtant, dès la fin août, Emmanuel Macron avait eu le bon réflexe : le président de la République avait eu comme un doute sur l'opportunité de la retenue à la source et forcé Bercy à relever la part des crédits d'impôts qui seront redistribués aux contribuables dès fin janvier. Le président de la République, déjà préoccupé par le pouvoir d'achat des « classes moyennes » avait eu la bonne intuition, mais il aurait dû porter son attention sur l'impact de la hausse des taxes sur les carburants sur les Français les plus modestes.

Si l'on se remémore la séquence, c'est aussi le moment où Nicolas Hulot a quitté le gouvernement avec fracas. L'ancien ministre de l'écologie, la plus belle prise du macronisme, a expliqué son départ par son impuissance à faire plier la technocratie et les lobbys. Lors de son « Emission politique », Hulot avait été encore plus précis en expliquant qu'il avait tenté en vain de convaincre le ministère du budget d'accompagner socialement la hausse des taxes sur les carburants, beaucoup plus fortement que par la prime de conversion de 2000 euros lancé en début d'année.

Trois mois plus tard, Emmanuel Macron est en train de se fracasser tout seul sur la « fracture sociale » dénoncée en 1995 par Jacques Chirac, et il met en jeu tout son quinquennat et la poursuite des réformes par un entêtement imbécile et incompréhensible qui met à feu et à sang tout le pays. En trois samedi de mobilisation des gilets jaunes, la France a connu une montée inédite de la violence dont la mise à sac de l'Arc de Triomphe à Paris le 1er décembre a constitué l'acmé, donnant de la startup nation l'image d'un pays en guerre civile. Beau résultat qui efface 18 mois d'efforts pour redresser l'image de la France à l'étranger.

Avec 8 Français sur 10 qui soutiennent le mouvement des « gilets jaunes », le pouvoir a tort de jouer la carte du pourrissement en se raccrochant à la baisse de leur mobilisation, alors que, malgré les violences, une majorité de gens font en quelque sorte une « grève par procuration ». On ne peut pas gouverner contre le peuple. Quand on est face à une situation comme celle-là, jouer la carte de l'ordre et parler d'état d'urgence n'est pas une solution. Certes, il faut appliquer la plus grande fermeté à l'égard des casseurs et protéger le pays contre ceux, minoritaires, qui en profitent pour semer le chaos. Mais ce n'est pas en appelant l'armée au secours du maintien de l'ordre que les gens vont se calmer. Au contraire, tout indique que sur le terrain, le mouvement se radicalise de plus en plus et que l'on va entrer dans un durcissement des blocages. Au risque de déclencher vraiment une "guerre civile" comme le montre la naissance inquiétante du mouvement des "foulards rouges".

En politique, reculer n'est pas une défaite, c'est une preuve d'intelligence. La hausse de la taxe carbone n'a manifestement pas été comprise. Elle apparaît comme la seule manifestation de l'inextinguible soif fiscale de la sphère publique, incapable de se réformer et qui a pris la mauvaise habitude de se refaire en augmentant les taxes sur les plus modestes. Hausse des carburants, du tabac, non indexation des retraites et des transferts sociaux, baisse des APL, le cocktail était détonnant et il vient d'exploser à la figure d'Emmanuel Macron. Il n'y a pas besoin d'avoir fait l'Ena ni d'être banquier d'affaires pour se rendre compte que pour « les gens qui ne sont rien » (l'expression est d'Emmanuel Macron), le prix à la pompe et celui de la cuve à fuel est la goutte d'eau qui fait déborder un vase bien rempli.

Ces gilets jaunes, c'est la France des classes moyennes inférieures, dont le niveau de vie a été abimé par dix ans de stagnation des revenus, et dont les dépenses contraintes ont « en même temps « explosé » : ainsi, des personnes de revenus modestes, se situant au-dessus du seuil de pauvreté, sont devenues pauvres en terme de niveau de vie « arbitrable », défini comme la part qui reste à vivre pour boucler la fameuse « fin du mois ». Et voilà comment des gens qui normalement ne sortent pas dans la rue pour manifester se retrouvent en n'ayant plus rien à perdre : ce sont des personnes âgées, déjà choquées par la hausse de 1,7 points de la CSG, beaucoup de femmes seules avec enfants vivant de petits boulots, des artisans et des intérimaires que l'on entend le plus dans ce mouvement « liquide », dans lequel personne n'est reconnu comme chef mais où tout le monde a le sentiment de vivre la même injustice.

Un sentiment d'injustice aggravée par la politique fiscale mise en œuvre, avec la baisse de l'impôt sur la fortune ou la flat tax sur les plus-values. Non pas que ces réformes n'aient pas leur légitimité : elles ne représentent que 0,5% des prélèvements obligatoires, mais elles n'ont pas fait la preuve de leur efficacité pour créer des emplois. Le député Bruno Bonnell et quelques autres ont d'ailleurs décidé de réaliser un audit pour vérifier l'impact de la suppression de l'ISF pour les valeurs mobilières sur l'investissement dans le capital des entreprises en France. S'il est faible ou nul, comme c'est probable, il ne sera pas inutile de remettre sur le chantier la question de la juste contribution des premiers de cordée. Et pourquoi ne pas créer un ISF "vert" avec une réduction d'impôt pour les investissements dans la transition écologique...

Au final, Emmanuel Macron n'a plus qu'une seule solution : renoncer à la hausse des taxes sur les carburants, comme l'y enjoignent tous ses « amis » et de nombreux ministres et députés de la majorité, pour adresser au pays et aux gilets jaunes un signal clair. Les Français ne comprennent pas en effet pourquoi eux seuls doivent contribuer à la transition écologique alors que la taxe carbone ne concerne pas le kérosène des avions ni le fuel lourd des bateaux. Ils ont bien conscience que le climat est un enjeu essentiel pour l'avenir, mais ils ont aussi bien compris que ce ne sont pas quelques centimes de taxes en plus ou en moins en France qui vont sauver la planète alors que cela peut sauver leurs fin de mois. Ils ne comprennent pas comment en gagnant moins de 2000 euros par mois on peut acheter une voiture électrique ou même un modèle thermique plus récent avec une aide de seulement 4000 euros. L'argument écologique ne convainc pas et ne séduit que les bobos parisiens qui ne sont plus que 37% à être propriétaire d'une voiture.

Ce moratoire sur les carburants est indispensable, pour remettre tout le monde autour de la table afin de trouver des réponses dans les territoires aux problèmes de mobilité. La solution politique est simple : il suffit de reprendre sur ce point le texte de la loi de finances tel que votée par le Sénat qui a annulé la hausse de 6 centimes du diesel et de 3 centimes de l'essence au 1er janvier. Emmanuel Macron doit aussi suspendre la fin brutale de la possibilité pour les professionnels du BTP d'avoir recours au gazole non routier (GNR) qui représente pour des milliers de TPE/PME une hausse de 50 centimes au 1er janvier.

Cette réponse ne remettra pas en cause la transition écologique, dire cela est une fable. Au contraire, c'est l'obstination actuelle qui est en train de tuer l'écologie fiscale. Contrairement à ce que veut faire croire Bercy, la suppression de la hausse des taxes carburants qui représente certes 3,9 milliards peut tout à fait être absorbée par d'autres mesures budgétaires et fiscales sans remettre en cause les équilibres du budget, qui sont d'ailleurs bien plus menacés par les conséquences économiques dramatiques des blocages que par le maintien des hausses prévues. Rien n'empêche Emmanuel Macron de travailler avec les constructeurs automobiles, avec les entreprises du bâtiment et avec les collectivités locales pour rechercher des solutions innovantes afin d'accélérer la transformation du parc automobile, le remplacement des chaudières à fuel et la rénovation des logements : au contraire, cela engendrera de l'activité et de l'emploi et donc des recettes fiscales.

Rien n'empêche enfin non plus Emmanuel Macron de transformer son autisme jupitérien en une relance du dialogue économique et social en y associant les corps intermédiaires, les syndicats et le patronat, afin de remettre en chantier ce qui constituait, plus encore que l'urgence climatique, le cœur de son mandat, la raison d'être de son élection inédite : remettre la France en mouvement (« en marche »), en faire « le pays le plus compétitif d'Europe », lui redonner foi et espoir dans son avenir grâce à l'innovation, la recherche, les nouvelles technologies. En arriver à bloquer le pays pour quelques gouttes de carburant et quelques milliards d'euros, voire lui faire risquer un embrasement social et politique qui lui ferait faire une marche arrière dont il ne se relèvera pas, voilà qui est incompréhensible. La France ne peut pas se permettre le luxe de vivre un acte IV comme annoncé déjà pour samedi 8 décembre. Emmanuel Macron doit d'urgence mettre fin à cette colère, ramener la paix civile et il est désormais seul, en première ligne, pour se montrer à la hauteur de ses responsabilités. Des négociateurs se sont manifestés ce dimanche pour offrir au président de la République une porte de sortie. Quand une main est tendue, il faut savoir la saisir. Il est encore temps d'en finir avec ce délire qui excite les nostalgiques de la révolution et les extrêmes de tous bords. Emmanuel Macron a parfois mis en avant que l'époque a un parfum d'années trente. Et de fait, entre les "enragés" se référant à la guillotine et les messages sur les réseaux sociaux évoquant le 6 février 1934, il est irresponsable de persister dans un scénario autoréalisateur...

______

SUIVEZ EN DIRECT LA JOURNEE DE CONCERTATION DU GOUVERNEMENT

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2018 à 23:07 :
et pourquoi ne pas produire à grande échelle industrielle le prototype de Peugeot,
hybrid air essence ou hybrid air diesel qui permettrait d'une part de baisser de manière significative le taux de co2 - 25% qu'un véhicule traditionnel, consommerait moins et
serait abordable pour toute les classes sociales de notre pays.La priorité n'est elle pas sociale et écologique.
a écrit le 07/12/2018 à 10:28 :
Attention de ne pas oublier les retraités.Je n'ai rien entendu sur l'annulation des 1,7 de hausse en début d'année et sur une augmentation des retraites qui devraient se faire au prorata de ce que touchent les gens.
a écrit le 07/12/2018 à 8:51 :
".....Macron doit suspendre la hausse des taxes sur les carburants " !
Ca ne suffira pas Monsieur Mabille ! : le mal profond de ce pays ce sont les injustices dans tous les domaines : fiscal , judiciaire, social ....ect
Ce pays sensé etre celui des droits égalitaires de l'homme est devenu celui des passe-droits , des privilèges , des discriminations catégorielles ou sectorielles , des fractures multiples existentielles ou matérielles !
Refonder la République exige de tout balayer et de redonner les pouvoir de décision au peuple !
a écrit le 06/12/2018 à 10:14 :
pour ramenez le calme il faut licencier le 1 ministre et revenir aux urnes, , les intitutions le permette le peuple et souverain, sinon tout peut arrivez et on auras la guerre civil???
a écrit le 05/12/2018 à 18:40 :
des solutions, ils en existent et a cout identique :
exemple les retraites non plus en pourcentage mais en € constant ( les 0.3% de hausse sur toutes les retraites et pensions divisé par le nombre de bénéficiaires ) sachant que la baguette ou le remboursement de la secu est le même pour tous, en retraite il n'y a pas de hiérarchie a tenir entre les individus comme dans le monde du travail . Il est même possible de combiner les deux si les retraites a 1200€ ont en constant une compensation avec le cout de la vie.
nous sommes en guerre économique, il n'y a pas de petite reforme
a écrit le 05/12/2018 à 16:48 :
Cela nous concerne tous...en sachant que Macron a volontairement "oublié" de consulter les Français qui sont aux premières loges.
Macron va signer le pacte mondial pour les migrations de l'ONU le 10 décembre à Marrakech !!!!!!!
De quoi s'agit il ?
Les migrants économiques seront les bien venus ( paragraphe 12 )
Les pays d'accueil doivent intégrer les migrants et non l'inverse (paragraphe 13 )
Droits pour tous les migrants.
En cas de sécheresse, les français et le européens devront accueillir les africains &21.
Questionner l'immigration est raciste et devient illégal et punissable &17.
La démocratie est aux orties : les français ne veulent plus de migrants...
Huit français sur dix considèrent que notre pays ne doit plus accueillir d'étrangers supplémentaires !
Ce sont les derniers clous destinés à refermer le cercueil de l’Europe...
Cela va être très lourds de conséquences !!!!!!!!!!!!!!!!
Comment Macron peut il faire ça sur le dos des francais....
....
a écrit le 05/12/2018 à 1:34 :
Cher Mr Mabille vous êtes vous aussi bloqué dans le cadre des réformettes et de l'ajustement budgétaire et des incantations réformatrices hypothétiques qui sont très en deçà des revendications sociétales actuelles. C'est une changement radical de société que souhaitnt aujourd'hui les français à travers le mouvement des GJ (très majoritairement soutenu comme vous l'avez remarqué). C'est une refonte profonde de l'Etat qu'il est nécessaire de réaliser. C'est une révision sévère des institutions qui est attendue par le peuple. Il pourra (enfin) s'exprimer directement ( la proposition énoncée d'une proportionnelle à l'A.N. n'étant vraisemblablement qu'une étape transitoire vers une démocratie directe) pour ne plus être soumis au bon vouloir de son roi-président.
a écrit le 04/12/2018 à 21:57 :
POUR CALMER tout le monde seul l anonce de la disolution feras revenir le calme,: je fais partie des non votant car entre la droite et l inconnue ont devais se faire piege , elus avec 23 % AU PREMIER TOUR MACRON ETAIS SUR D ETRE ELUE AUX DEUXIEMES TOUR CONTRE LE PEN? SI MACRON NE DISOUD PAS TOUS PEUT ARRIVEZ. PERSONNE NE VEUT LA GUERRE CIVIL EN FRANCE ?ET CEUX QUI PARLE DE LA DETTE QU IL SACHENT QUE PERSONNE NE POURAS LA RENBOURSE?ET QUE CEUX QUI PARLE DE SAUVEZ LA TERRE SACHE QUE C EST TROP TARD ? TOUS LES SAVANTS LE SAVENT/ ALORS FAIRE SOUFRIR PLUSIEURS GENERATIONS SOUS CETTE CAUSSE NE SERT PLUS A RIEN? CAR MEME LES BANQUIERS SONT MORTEL C EST LA SEUL JUSTICE SUR NOTRE TERRE???
Réponse de le 05/12/2018 à 11:32 :
On ne peut plus rembourser la dette aux créanciers dites-vous.
Si il y a une façon simple de rembourser nos créanciers.
On confisque toute l'épargne des particuliers placée dans les assurances vie (des centaines de milliards).
Et hop le tour est joué !
Plus de dette et plus d'intérês à payer.
Réponse de le 05/12/2018 à 19:47 :
@realiste: la c est vous qui voulez la guerre civil???
a écrit le 04/12/2018 à 20:00 :
Bien vu... mais attention aux solutions pronées par le lobby écolo parisien qui sont économiquement stupides. 1) Détruire une carte industrielle maîtresse française dans le domaine des petits véhicules diesel alors que les nouveaux diesel ne polluent pratiquement plus et encore moins quand seront mis en service les nouveaux catalyseurs (2020). 2) acheter aux Chinois des millions de batteries ultra-polluantes à fabriquer et impossibles à recycler 3) favoriser des hybrides non performants sur routes. Refuser de tester le gaz de schistes en France et dépendre encore plus des émirs ou des Russes et j'en passe..
Réponse de le 08/12/2018 à 17:09 :
Bien vu : j'ai fait mon commentaire hier et je rejoins dans le fond le votre.
A quel prix pourrons nous accéder a ces véhicules électriques ou hybride électriques et pour quelles classe sociale? avons nous des alternatives plus douces et qui respectent mieux l'environnement que nos motorisations actuelles. oui .POURQUOI CET IMMOBILISME INDUSTRIEL: LA CHINE
SOUHAITE UNIQUEMENT INONDER LE MARCHE MONDIAL DE VEHICULES
ELECTRIQUES ET AVOIR CE MONOPOLE. C'est maintenant a la France et a l'Europe de taper fort sur la table ET IMPOSER UNE AUTRE VISION INDUSTRIELLE
a écrit le 04/12/2018 à 19:37 :
Pour le moratoire de 3 mois c'est trop tard il faut abroger les hausses des taxes sur les carburants ,l'augmentation de l'électricité , la hausse de la c s g pour les retraités , stopper le gel des pensions de retraites , les hausses de carburant amènent une hausse des prix des produits de première nécessitè , il faut rétablir l'impôt de solidarité sur la fortune , (les très riches n'investissent pas en France mais se dirigent vers les paradis fiscaux , pas de moratoire une abrogation pure et simple et après un grenelle pour revoir la fiscalité et l'écologie , rétablissement de l'a p l .MONSIEUR LE PRÉSIDENT qui dirige la France vous ou Bruxelles ?
a écrit le 04/12/2018 à 14:04 :
Le problème reste la dépense publique très élevée. Il faut tailler à la hache dans certaines dépenses et arrêter de dire que c'est pas possible ou que certaines sont "peanuts".

Exit le sénat, le CESE, les CESER, les presque 700 comités théodule du premier ministre, les frais de bouche cumulés des mairies, communautés de commune, conseil départementaux, conseil régionaux, préfets, ministres, chefs d'établissement, etc. (on parle de plus de 100 M€).

Réformer réellement la fonction publique et ses 650+ statuts qui coûtent les yeux de la tête en gestion et en primes folkloriques totalement dépassées dans le contexte actuel. Ventiler les agents publics là où il y en a besoin, en mutualisant les services entre ministères (pourquoi autan tde DRH dans la fonction publique ?).

Mutualiser des services entre administrations territoriales, en particulier dans l'informatique où la gabegie est la plus totale.

Fusionner toute commune de moins de 1000 habitant avec ses voisines pour atteindre au moins 5000 habitants. Fusionner les services techniques.

Réduire la valeur du point d'indice de 5% au-delà de 1000 (ou de la lettre A) par tranche de 100 points. Supprimer toutes les primes des personnels de Bercy ayant un indice lettre (Pourquoi ? Parce que !).

Démanteler le service public TV + radio et ne garder que 2 ou 3 chaînes pour chaque média.

Réduire les subventions aux opéras, théâtres, etc. La culture doit être accessible mais pas nécessairement subventionnée : les gens trouvent 400 ou 500 euros pour aller voir tel ou tel artiste pop, ils peut en trouver 200 pour aller à l'opéra s'ils en ont envie. Stopper les subventions publiques au clubs sportifs professionnels. Idem.

Etc.
Réponse de le 04/12/2018 à 15:20 :
Hélas,vous vous attaquez au CLIENTELISME!C'est une chose bien difficile a soigner,de nombreuses personnes en vivent et ne sont pas pretes a lacher le morceau.J'avoue que je ne sais pas comment on peut en guérir.
a écrit le 04/12/2018 à 12:10 :
Ce qui est écrit dans cet article est plein de bon sens. Alors, comment cela se fait il que des personnes sensées être très intelligentes et très compétentes (le gouvernement entouré d'une large équipe "d'experts") se sont fourvoyées à ce point ?
Devrait on revoir totalement la formation des supposées "élites gouvernantes" ?
Combien, parmi ceux ci, ont une vraie formation humaine, humaniste, pratique, etc...
Combien ont appris les méfaits de la "théorie du lampadaire", selon l'adage "quand on a un marteau entre les mains, on a des problèmes de clous!".
Bref, comment la soit disant intelligence à la mode énarque peut recouvrir une incroyable bêtise .... Quelle faillite.
Le problème, c'est que, finalement, ce sont toujours les "gens d'en bas" qui paient les pots cassés.
a écrit le 04/12/2018 à 11:53 :
Qui sous Hollande a été ministre des finances du 26 août 2014 au 30 août 2016...
celui qui se faisait appeler le Mozart de la finance....
MACRON !
a écrit le 04/12/2018 à 11:37 :
Le gouvernement était sous pression,Macron a bien fait d'accepter un moratoire de trois mois sur les taxes.Sa popularité,en chute libre a 31%d'avis favorables(-6%)n'y est pas étrangère.
a écrit le 04/12/2018 à 11:32 :
Notre société est droguée à la voiture. Le sevrage est d'autant plus compliqué qu'un matraquage publicitaire permanent et omniprésent entretien la dépendance de ses victimes.
a écrit le 04/12/2018 à 11:27 :
Les plus pauvres n'ont pas de voiture. La voiture est un reliqua de la société de consommation/gaspillage à abandonner au plus vite. Si nos citoyens n'ont pas l'intelligence de le faire par eux mêmes, seules les taxes peuvent les y pousser. Seul un crétin appuie sur l'accélérateur au lieu de tourner quand un mur se présente à lui. Les "gilets jaunes" ont visiblement du mal à trouver le volant.
Réponse de le 04/12/2018 à 12:04 :
L'utopie est une chose, nécessaire bien sûr, pour adopter une attitude dans sa direction... La réalité en est une autre. Pour s'orienter vers l'utopie il faut partir de la réalité. Depuis que les gouvernants sont des marionnettes des multinationales, à force de croire qu'ils sont élus du peuple avec des abstentions croissantes, ils continuent à prôner la valeur travail dans un monde qui a changé. Mais les œillères du profit, vous comprenez.... L'utopie avec ces gouvernants successifs, et asservis à la glorieuse richesse financière, est manipulée jusqu'à se confondre avec les chimères de la publicité. Pour vivre dans cette réalité il faut une monnaie d'échange, l'argent. Alors il faut travailler : pour, AU MOINS, se nourrir, se loger.... centre ville trop cher, zone périurbaine, trop chère, l'éloignement s'impose. La voiture s'impose... pour tout ça il faut un salaire... Salaire trop cher puisqu'il faut du carburant pour aller travailler.... Alors gilet jaune pour ne pas que sombrer dans des idées noires, parce que ça suffit. Truc ! ça suffit ! conduit les ces gilets jaunes plutôt que les insulter. Ils pourraient voir rouge.
a écrit le 04/12/2018 à 10:33 :
Très bonne analyse. J'aurai pu écrire votre article sans en changer un mot.
a écrit le 04/12/2018 à 9:44 :
Il faut 3 semaines au gouvernement pour mettre en place un moratoire sur les carburants....quel gâchis !!!!
Nous pouvons constater tous les jours que le gouvernement est complètement en dehors des réalités...
Cela fait plus de 10 ans que les salaires et retraites n'ont pas augmentés....
Et surtout remercier Hollande notamment pour ses augmentations d’impôts de plus de 30 milliards....Tout ceci est avéré !!!!!!
A quand un gouvernement plein de bons sens et qui ne prenne pas les gens pour des imbéciles !!!!!
a écrit le 04/12/2018 à 7:19 :
En politique, reculer n'est pas une défaite... c'est un signe d'intelligence. Bravo, tout à fait d'accord !!!

Quand est ce que ce gouvernement et ce Président comprendront que nous sommes au bord d'une révolution ?
Il y a plus d'une semaine de cela, je pensais et écrivais que nous étions en face d'un des plus grands danger d'explosion et de soulèvement jamais connu depuis mai 1968. Je pensais déjà à ce moment là qu'un rien pouvait faire sortir des armes et déclencher une St Barthélémy de politiques affiliés à LREM et Ecolos. Tout danger de cette nature n'est absolument pas écarté. Macron et son gouvernement n'arrivent pas à mesurer toute la haine qu'ils ont fait lever contre eux et toute la violence encore retenue qui peut jaillir en un temps éclair. Car il faut reconnaître aux citoyens de ce pays une mesure et un sens des responsabilités qui les ont empêché jusqu'à présent d'user de violence pure. J'ai connu des mouvements de violences des foules, en France ou à l'étranger, qui n'ont donné aucun signe avant coureur et c'est ce qui guette les politiques à la tête du pays.
Gaulliste historique, je n'ai jamais cessé de dire qu'il fallait revenir à une lecture saine de la constitution de 1958 et l'améliorer en étendant le champs du référendum. La constitution précise que la France est une république démocratique et sociale, que son gouvernement doit s'exercer : du peuple, par le peuple, pour le peuple ; que sa souveraineté est à égalité représentative (par les élus) et populaire (par le référendum). Tous les outils existent. Ce qui nous arrive est dû à la dérive des clans politiques qui imposent verticalement leurs décisions et ne veulent plus retourner vers le peuple. Alors, quelle solution, une démocratie directe comme en Suisse ???

Il faut absolument que ce régime efface immédiatement toutes les sur-taxations déjà appliquées et celles en prévision et qu'il reviennent à une application plus démocratique des préceptes de la Constitution Que les imbéciles qui manient la langue de bois et veulent ménager la chèvre taxes et le chou blocage des revenus et pouvoir d'achat ne le clament pas sur tous les tons. Je crains pour eux que des énergumènes mal intentionnés les prennent pour cible si les armes sortent leur canon.
L'intelligence des situations passe par une reculade expliquée après laquelle doit absolument suivre de vraies négociations et non pas des consultations bidons destinées à relancer des plans et des décisions qui ont échoués.
Toute cette clique de dictateurs n'arrive décidément pas à le comprendre. La première des conséquences qui va avoir lieu et un rejet total de l'Europe et de l'U.E. qui ont poussé dans ce sens mortifère.
a écrit le 04/12/2018 à 6:19 :
".....construire un nouveau pacte fiscal et social ".....
Ce sera TRES difficile avec des gens complètement discrédités et hors réalité !
a écrit le 04/12/2018 à 3:49 :
Tout de cet édito est juste.Je crains néanmoins que la dimension psychologique du malaise, au point où il est parvenu, ne puisse maintenant se résoudre qu'au travers d'une décision politique symbolique forte.
Il est peut être trop tard pour espérer qu'une colère populaire aux racines anciennes et profondes se contente paradoxalement de mesures purement économiques.
Le président Macron a perdu toute crédibilité personnelle.
Il serait temps de comprendre à quel point il est personnellement responsable de son échec .Non pas dans sa ligne politique mais dans ce qu'il est, ou plutôt dans ce qu'il n'est pas, sur le plan de sa personnalité trompeuse.
Il n'est pas celui qu'il a prétendu être.
Ce n'est pas son intelligence qui a assuré à Clemenceau la victoire mais la force et l'intégrité de sa personnalité.
a écrit le 04/12/2018 à 0:48 :
On n'est qu'un tout petit pays de 65 millions d'habitants face aux autres 6,5 milliards, est-ce ces taxes injustes vont changer quelque chose.
On n'est que 1% continuons de vivre dans notre coin.
Nous croire le fanal du monde c'est plus l'époque, faut grandir.
a écrit le 03/12/2018 à 23:19 :
Je ne me fais pas trop d'illusions sur les "gestes" du gouvernement. Comme d'habitude, les gens qui sont "affiliés" à un lobby seront indirectement servis. La France des "hors-lobbies" sera encore mise sur la touche, puisqu'il n'y a que ce p... de fric qui compte. J'ai des amis de la 30taine : lui est autoentrepreneur, elle a la sclérose en plaques et ils ont deux enfants. Elle doit tanner tous les mois pour quémander une misère. Une somme absolument ridicule pour survivre. Ma propre mère est morte d'une autre forme de sclérose, la SLA. Elle a eu 160 euros d'aides et encore... après ses 65 ans. Alors, moi, c'est plus qu'un geste que j'attends. Les casseurs reçoivent davantage d'aides que toutes ces familles de la "pro-vincia". En latin : "pays vaincu".
a écrit le 03/12/2018 à 22:21 :
" La FRANCE est une puissance nucléaire. C'est le seul pays en Europe qui a une armée puissante. C'est un gage de sécurité pour les pays de l'union européenne. Que ces pays soutiennent financièrement l'armée Française.
Oui là France a besoin d'un deuxième porte-avion nucléaire et des drones armés.
Pour effectuer de la diplomatie internationale, il faut montrer ses muscles
avec une armée extrêmement forte." Alanic.

"FRANCE est une puissance nucléaire" ..."deuxième porte-avion nucléaire et des drones armés" "diplomatie internationale" ..."montrer ses muscles" ... etc ...

Vous aurait-t-il échappé monsieur Alanis que notre beau pays de France est en charge de 6.592.130 demandeurs d'emplois ... qu'il rembourse une dette actuelle de 2299 milliards d'Euros ... qu'il est miné de l'intérieur de problêmes extrêmement graves ... que le moral des Français n'est actuellement pas vraiment au beau-fixe ... que notre beau pays vit totalement à crédit et fait reposer cette lourde charge sur le dos d'un petit nombre d'esclaves (toujours les mêmes) ... qui commencent à fatiguer dangereusement ... alors vos rêves de grandeur et de puissance ...
a écrit le 03/12/2018 à 21:30 :
Merci pour cet article plein de bon sens. Le gouvernement et le président ont fait tout pour cette hausse de la fiscalité passe mal. Déjà le sens de cette mesure est douteux, mais si l’exécutif en avait vraiment besoin, ils auraient pu attendre un meilleur moment: que la fiscalité générale baisse et cet effet soient ressentis (quand même la baisse des charges et de la taxe d'habitation compensent bien la hausse de la CSG pour la plupart des gens) et que le prix de pétrole soit faible. Mais non, ils ont décidé de foncer dessus sous la sauce des petites phrases de Macron. Il faut qu'ils acceptent leur faute.
Réponse de le 04/12/2018 à 8:27 :
Bonjour,
La baisse de la taxe d'habitation est déjà largement grignoté par la hausse de la taxe foncière, je sais de quoi je parle ( je suis un "énorme propriétaire foncier"). Pour moi, la hausse de la CSG n'est compensée en rien. Dans le tuyau du gouvernement il y a la hausse de l'électricité et des assurances toutes deux avec des hypothèses fallacieuses.
a écrit le 03/12/2018 à 21:25 :
Dans l'idéologie de ces gens là, taxer les riches , ça nuit à l'économie (vous savez le discours bien rodé: ça fait fuir les "investisseurs", ceux qui créent des emplois etc..).
Par contre il ne leur viendrait pas à l'idée que taxer les pauvres , c'est encore pire.
La preuve.
Réponse de le 03/12/2018 à 23:45 :
l'idéal est de ne taxer personne , l'économie ne s'en portera que mieux : il faut supprimer les sévices publics qui n'apportent rien mais qui tuent les agriculteurs, les artisans et l'industrie !! mais vous ne pouvez pas supprimer les impôts qui représentent 57 % de la richesse nationale et garder les ponctionnaires : si vous voulez des sévices publics acceptez de devenir pauvres et laissez le ponctionnaire être riche : c'est un choix !!
a écrit le 03/12/2018 à 20:00 :
Ca pose un problème à m Macron car ses donneurs d' ordre ne vont pas supporter bien longtemps de perdre leur pognon et alors que les Gilets Jaunes demandent sa démission ou destitution..
https://www.facebook.com/photo.php?fbid=2135936949763864&set=a.173635555994023&type=3&theater
Que je vous invite à comparer avec la charte de l' UPR..
https://www.upr.fr/charte-fondatrice-2007/
a écrit le 03/12/2018 à 19:46 :
Les yakafaukon sont de sortie avec des solutions miraculeuses auxquelles personne, bien sur, n'avait bien pensé avant eux. Ensuite, pullulent les "jevouslavaitbiendit"
La France, c'est 67 millions d’entraîneurs et autant de ministres.
On se demande comment un peuple avec autant de compétences ne trouve pas de travail.
a écrit le 03/12/2018 à 19:42 :
"Emmanuel Macron, la sortie de crise est pourtant simple" ! Faites le Frexit et ne soyez plus sous la tutelle de Bruxelles!
Réponse de le 03/12/2018 à 20:07 :
Le frixit !Tu as interet à avoir les reins solides financierement parce que le retour au franc qui ne sera jamais la livre sterling va etre trés douloureux ,deja qu'on promet à l'Angleterre une perte de PIB de 10 % !Je te signale aussi que la France emprunte à 10 ans à 1 % environ quasiment ,au meme niveau que l'Allemagne et qu'un retour au franc amenera des taux prohibitifs faisant exploser la dette ,c'est de l'hyper inflation assurée ,un rencherissement de tout ce qu'on importe ,un chomage à la derive et un pouvoir d'achat pour tout le monde en chute libre .Vive le brexit pas vrais et je suis de gauche plutot rouge .....
Réponse de le 03/12/2018 à 21:44 :
Qui peut apporter une réponse a "sez" sans avoir a le vexer!? Personnellement je ne pourrais pas!
a écrit le 03/12/2018 à 19:42 :
"Emmanuel Macron, la sortie de crise est pourtant simple" ! Faites le Frexit et ne soyez plus sous la tutelle de Bruxelles!
a écrit le 03/12/2018 à 19:20 :
Merci Monsieur Mabille pour votre article qui s'approche très prés de la réalité du petit peuple dont je fais partie.L'Europe qui se prépare avec les prochaines élections de Mai risque d'être ébranlée par le mécontentement général. Avec l'Allemagne, l'Italie, l'Autriche, la Pologne, la Hongrie et maintenant l'Espagne ou la Hollande avec nous cela fait beaucoup.
a écrit le 03/12/2018 à 19:12 :
L’analyse est assez lucide.
Il risque cependant d’y avoir 2 nouvelles explosions: la PMA et la GPA pour l’une. La seconde est déjà planifiée pour le 11 décembre, en direct de Marrakech. Tout le monde le sait. Certains font seulement semblant de l’ignorer. Pour le 11 décembre, ce sera la fin de ce gouvernement, de ce chef d’etat et probablement de l’état de droit.
Ce qui monte est au moins aussi fort, bien que ce ne soit pas exactement les mêmes. Mais là encore, ils vont avoir 80% des gens contre eux... Et ce ne sera pas faute d’avoir été prévenus. On ne supporte plus ces tendances, ces messages et ce laxisme à sens unique. Ils le savent et veulent en remettre une couche moralisatrice à rebrousse-poil, avec 10% de chômeurs... C’est quoi exactement qui cloche chez ces gens?
Réponse de le 04/12/2018 à 8:36 :
Bonjour,
Il me semble que vous avez oublié aussi de signaler le potentiel abandon de notre droit de véto à l'ONU au profit de l'EU, donc de l'Allemagne, qui ne s'en cache même plus d'ailleurs. On se demande, rétrospectivement, pourquoi il y a eu trois guerres avec l'Allemagne pour qu'elle prenne l'hégémonie de l'EU alors qu'il lui suffisait d'être patiente et d'attendre Macron.
a écrit le 03/12/2018 à 18:46 :
On n'est pas très courageux à la Tribune.
La meilleure sortie c'est la démission du Président plus la dissolution de l'Assemblée Nationale, élection d'une assemblée constituante pour de nouvelles institutions.
La France passera par une longue période de difficultés, elle sera à l'index au niveau européen et international pour un certain temps.
Cela peut s'accompagner par une période de non droit, voire de guerre civile.
Il faut savoir si on respecte ou ne respecte pas les gilets jaunes.
Réponse de le 04/12/2018 à 8:37 :
Bonjour,
"elle sera à l'index au niveau européen" ce sera le moment d'en sortir !
a écrit le 03/12/2018 à 18:35 :
Certains GJ demandent une demission de Macron, en pensant que sa baisse de popularite depuis 2017 permettrait a leur candidat d'etre elu. Je pense qu'ils se trompent. Le seul espoir pour JLM ou MLP d'etre elus, c'est d'etre face a face au second tour. Pour cela, il faudrait que le vote centriste modere se disperse au premier tour. Or si depuis 2017, macron a perdu des voix, il n'a plus de concurrent sur ce creneau. Plus de PS, plus de republicains. Paradoxalement, sa reelection serait encore plus facile. Question subsidiaire : parmi les GJ, combien seraient farouchement hostiles a MLP ? Combien a JLM ?
Réponse de le 03/12/2018 à 21:54 :
Bah...regardez autour de vous ...les autres pays européens ont des gouvernements d’extrême droite et....force est de constater que ça marche plutôt pas mal...pas sur que Macron passe une deuxième fois !
Réponse de le 03/12/2018 à 22:57 :
@dudul : Certes, il y a une minorite de pays d'europe ou une coalition qui comprend l'extreme droite est au pouvoir (mais l'extreme droite toute seule ? c'est plus rare). Le cas le plus proche est l'italie, mais le scrutin proportionnel brouille les cartes. Et l'extreme gauche y est inexistante. Dans un pays comme la France ou les scrutins sont tous majoritaires, et ou extreme gauche et extreme droite se partagent le vote des couches populaire et peu eduquees, la marche sera bien plus haute.
a écrit le 03/12/2018 à 18:17 :
Pas assez de manifestants dans Paris, paradoxalement s'il y avait été plusieurs centaines de milliers samedi dernier, il y aurait eu sans doute beaucoup moins de dégradations. Ne participent à ces manifestations que les personnes les plus radicalisées et de plus qui font pour la plupart le déplacement de province. Devant le faible nombre de participants, les exactions constituent le seul moyen d'attirer l'attention des médias et d'éluder ainsi la faible mobilisation.
a écrit le 03/12/2018 à 17:53 :
La cause de tous ces ressentiments à l'égard de Macron n'est pas seulement les taxes mais les contraintes qu'il impose à la population qui n'a pas les moyens de les absorber. " vous devez changer votre voiture diesel, idem pour la chaudière au fioul", finies les aides à la rénovation, et j'en passe. Il se mêle trop de la vie privée de la population qui n'accepte pas ses ordres.(S et non C )
Réponse de le 03/12/2018 à 18:21 :
C'est exactement cela, les gens en ont assez qu'on leur dicte ce qui est bon pour eux. Ces politiques qui sont incapables de gérer un budget et qui veulent faire notre bien malgré nous sont insupportables.
a écrit le 03/12/2018 à 17:34 :
Macron est politiquement grillé. Il doit démissionner ou dissoudre l'Assemblée nationale sans plus attendre!
On le voit mal porter la moindre réforme après tous ces troubles, qui ne sont même pas liés à des réformes mais à des hausses de taxes!
Réponse de le 03/12/2018 à 18:06 :
Il attend les élections européennes , pour montrer qu'il est encore en tête en France comme à la présidentielle.Son score actuel dans les sondages varie de 25 à 32% ,comme celui de la semaine dernière.Il sait que derrière ,il y a beaucoup de liste et donc un éparpillement des voix sans oublier un fort taux d'abstention à prévoir avec pour conséquence comme dans l’élection partielle dans l’Essonne ( 81% d’abstention) de mettre de nouveau un député sans étiquette (ex socialiste ) et appuyé par LREM et ... les maires locaux LR ,comme quoi.
Réponse de le 03/12/2018 à 20:18 :
Dissoudre l'Assemblée Nationnale aprés ces évenements !Ca me rappelle Mai 68 ou la France était dans un état bien pire et ou Pompidou promis des élections générales pour 1969 !Quel resultat !Une deferlante bleu à l'Assemblée ,la droite avec 80 % des sieges et pourtant aprés ce qu'on avait vu en 68 qui aurait pu le croire !La sociologie du peuple français est trés loin de tout ça ,les français sont hyper conservateurs parce qu'avec les richesses que le peuple possede meme si certains ont peu (Assurance Vie 1800 milliards ,Livret A 300 milliards ,LDD 250 milliards,FCPE 100 milliards ,patrimoine moyen des français 250000 € ext .......)les français ont horreur de l'aventure politique !Dans la vie on sait ce qu'on perd mais on sait pas se qu'on gagne à vouloir tout chambouler ....
a écrit le 03/12/2018 à 17:34 :
Il faut dialoguer et changer à 180 ° les dispositions des GOPE-de-Bruxelles du pion Macron. Bien sûr, tous les "responsables" de partis (on se demande bien pourquoi François Asselineau, président de l'UPR - Union Populaire Républicaine, qui compte 32.550 adhérents, n'a pas été convié !) y vont de leurs propositions.. Sauf ce lui qui n' est pas là. Pourquoi ?
https://www.upr.fr/actualite/france/proposition-de-resolution-pour-louverture-de-la-procedure
Mascarade ! Comme si Macron n'avait pas déjà arrêté ses décisions, celle de poursuivre la fuite en avant que seul Asselineau et son mouvement peuvent contrarier !
a écrit le 03/12/2018 à 17:23 :
C’est tellement simple , que à mon avis ça ne va pas être simple.
La solution : je ne sais pas.
Car personne ne veut lâcher et la coupe est pleine.
L’idéal ce sont des «  élections anticipées «  et la toute la France vote.
Résoudre cette crise de manière démocratique est la planche de salut pour tous.
a écrit le 03/12/2018 à 16:46 :
Que les ultras riches apprennent a vivre avec moins, de toute façon ils seront toujours parmi les 1% les plus riches.
Trop de misère en France, la France silencieuse se réveille enfin et n'arrêtera aucun blocage tant que le gouvernement ne proposera pas la proportionnelle a 100% et surtout que chaque Français et nous disons bien chaque Français vivent DIGNEMENT
a écrit le 03/12/2018 à 16:31 :
Excellent article ! Remettre à plat la fiscalité, rétablir la proportionnalité de l'impôt, supprimer les niches fiscales, augmenter le Smic, revaloriser les bas salaires ceux des cadres l'ont été correctement, diminuer les indemnités parlementaires et les primes pour permettre aux homme politiques de se reconnecter avec la réalité, taxer la spéculation financière ennemie de l'investissement, etc. etc.
a écrit le 03/12/2018 à 16:09 :
"ACCOMPAGNER" les pauvres comme les enfants à la crèche! C'est pas cela le mépris?
a écrit le 03/12/2018 à 15:55 :
pfffff ces histoires de banquise. Parce que vous croyez sincèrement que les gilets jaunes sont contre l'écologie ? Vous êtes juste à coté de la plaque : ils ne sont pas contre, mais ils n'ont pas les moyens de changer (financièrement parlant), alors que tous ceux qui ont accumulé des richesses et qui auraient les moyens d'accélérer cette transition ne le font pas (taxe carbone, taxe carburant) car eux ont déjà changer, ont déjà des véhicules électriques, etc.etc. et sachez si vous ne regardez pas les infos, que l'Etat verse des subventions pour les industries les plus polluantes ! Et puis toujours cette arrogance toute française de croire que parce que la France s'est mis au tout électrique, la planète est sauvée : nos voisins les plus directs (les allemands pour ne pas les citer) se sont convertis aux énergies renouvelables, et vous savez quoi ? ben ils sont remis des usines à charbon en route ! Ils polluent plus qu'avant ! Mais atterrissez un peu !
a écrit le 03/12/2018 à 15:44 :
Macron un probleme pour La france est la démocratie ils n'a pas Que des riches en france ils y a Que des francais un president pour La france 🇫🇷
a écrit le 03/12/2018 à 15:13 :
Ce n'est pas l'annulation de la hausse qui calmera les gens. Et personne n'a d'idée pour résoudre le problème du vieillissement de la population: les retraités (retraites + santé) représentent la moité des dépenses de l'état. Et ça ne va pas s'arranger.
a écrit le 03/12/2018 à 15:07 :
Macron est incompétent de A à Z, il détruit les pauvres et la classe moyenne jusqu'au suicide ou a la violence.
Les 0,5% les plus riches n'ont jamais été aussi riches que maintenant et nous pouvons largement distribuer les richesses a chaque Français.
Il faut baisser la fiscalité des TPE et PME et augmenter celles des entreprises les plus riches.
Il faut revoir de A à Z la fiscalité en France avec un impôt a 14 tranches d'impôts universel et selon ces moyens.
Il faut taxer le Fioul et le Kérozen au lieu de s'en prendre aux automobilistes a chaque fois.
Il faut arrêter de distribuer en masse des dividendes aux actionnaires et augmenter le salaire des salariés, employés.
Il faut taxer fortement les GAFA et encore pleins d'autres idées.
Il faut nationaliser les autoroutes et baisser les salaires des députés, ministres.
Il faut mettre la proportionnelle a 100% dans l'assemblée national et supprimer le Sénat car nous avons besoin d'une Assemblée et non de deux.
Il faut embaucher des professeurs au lieu d'en supprimer 2400 pour 2018-2019.
La France a largement la capacité de créer un revenu de base par personne et d'augmenter les salaires, il faut de la volonté, du courage et arrêter d'être amis avec les lobbys
La violence commence a devenir justifiable si le gouvernement n'agit pas avant Noël.
Réponse de le 03/12/2018 à 15:35 :
Il manque un volet très important à votre liste : mettre de l'ordre dans la législation concernant l'accueil, l'installation et l'entretien des migrants, qui coutent un bras (au moins) aux Françaises et aux Français qui sont privés et du fruit de leur travail et de leurs droits sociaux.
Réponse de le 03/12/2018 à 15:36 :
Il manque un volet très important à votre liste : mettre de l'ordre dans la législation concernant l'accueil, l'installation et l'entretien des migrants, qui coutent un bras (au moins) aux Françaises et aux Français qui sont privés et du fruit de leur travail et de leurs droits sociaux.
Réponse de le 03/12/2018 à 17:40 :
"Il faut revoir de A à Z la fiscalité en France avec un impôt a 14 tranches d'impôts universel et selon ces moyens".

Le nombre de tranches et les taux sont restés quasiment identiques pendant 25 ans, entre 1949 et 1974 : le barème typique de cette période possède 8 à 9 tranches avec une progression simple et quasi-arithmétique des taux : 0 %, 10 %, 15 %, 20 %, 30 %, 40 %, 50 % et 60 %. Ainsi, l’impôt sur le revenu comportait 14 tranches jusqu’en 1986, puis 7 de 1994 à 2006 (taux marginal supérieur à 56,8 %) et 5 depuis 2007 (taux marginal supérieur à 40 %). La création récente d’une sixième tranche en 2013 (taux marginal supérieur à 45 %) est à rebours de cette tendance longue de glissement vers l’impôt proportionnel, sans pour autant revenir au niveau d’imposition des années 1990 et de la période antérieure. En 1994 et en 2007, la forte réduction du nombre de tranches a été accompagnée d’une remise à plat des seuils définissant les tranches de revenus (à travers une fusion des tranches intermédiaires).
a écrit le 03/12/2018 à 14:29 :
Non, il attend que Soros et Atali lui en donnent l'ordre.
a écrit le 03/12/2018 à 14:26 :
Merci à l’auteur qui résume ici très clairement l’essentiel du mouvement ; à DIFFUSER LARGEMENT A TOUS VOS DÉPUTES et plus spécialement ceux de LREM, députés élus trop jeunes , sans aucune expérience de terrain, qui n’ont pas compris que leur rôle est de faire remonter les problèmes, et pas d’être le doigt sur la couture du pantalon, aux ordres d’ une politique incohérente et déconnectée des réalités ;
a écrit le 03/12/2018 à 14:21 :
C'est une erreur de dire que la solution est simple. C'est avec ce genre de raisonnement que les gens se persuade qu'il y a toujours une recette miracle. Il aura fallu tenir un discours de vérité dès les années 70 (chocs pétroliers, apparition du chômage). Car malheureusement il n'y a pas de perspectives réjouissantes, en raison notamment d'une diminution des disponibilités énergétiques rapportées à la population, et ce depuis les chocs pétroliers des années 70.
Les ressources énergétique fossiles représentent encore plus de 80% de l'énergie consommée dans le monde, et elles font littéralement tourner le monde (industries, services, agriculture etc...). Croire que les énergies intermittentes renouvelables vont se substituer ne serait ce qu'en 30 ans à ces énergies fossiles est une lubie de certains écolos, mais aussi hélas de nos décideurs politiques. (voir l'excellent Jean-Marc Jancovici sur le sujet !)
A titre d'illustration, il y a autant d'énergie produite par 1000m3 projeté à 80 kmh sur une éolienne que dans 3 millilitre de pétrole, une goutte quoi ! (le pétrole a en outre l'avantage de pouvoir être utilisé quand on en a besoin).
Ça n'est pas un hasard si nous sommes sorti du tout renouvelable (avant l'ère industrielle), pour le tout fossile. Ça n'est pas un hasard si le chômage est apparu à partir des années 70, en raisons de la moindre disponibilité en ressources fossiles, et ça va pas s'arranger
Cela s'accompagne de surcroit d'un bouleversement des écosystème avec la disparition d'un grand nombre d'espèces, et du fameux réchauffement climatique.
5 °C de réchauffement c'est ce vers quoi on se dirige d'ici la fin du siècle, car en l'absence de consensus on constate une augmentation des émissions de CO2 malgré les déclarations d'intention (mais peut il y avoir consensus, sachant que réduire les émissions, c'est décroitre économiquement !).
Or 5°C de réchauffement c'est ce qui s'est produit entre le dernier maximum glaciaire, il y a 20 000 ans et aujourd'hui. A l'époque le Danemark, la Suède la Finlande la Norvège étaient sous une banquise de 3 km d’épaisseur, et le niveau de la mer était 100 mètre plus bas qu'aujourd'hui. Imaginons ce que donnerait 5°C de réchauffement supplémentaire d'ici à la fin de ce siècle ? A l'époque du premier réchauffement il y avait 500 millions d'humains, nomades qui plus est, et le réchauffement s'est produit sur plusieurs milliers d'années. Aujourd'hui nous sommes presque 8 milliards, sédentarisés, et le réchauffement aura lieu en 2 ou 3 siècles seulement. Or un tel réchauffement, et une récession économique pour le moment irréversible, entraineront nécessaire un déplacement massif de population, et conduiront je le crains, à des conflits majeurs.
Nous ne sommes pas parvenu à satisfaire tout le monde en période de croissance, parviendrons nous à le faire en récession dans un écosystème grandement altéré ?
Ça n'est pas une question d'altruisme, mais une question de démographie et de physique. Les gilets jaunes, ça n'est qu'un début initié par les plus vulnérables face à cette raréfaction des ressources énergétiques (ceux qui vivent en périphérie au sens géographique, mais aussi économique et social).
a écrit le 03/12/2018 à 13:55 :
Vous avez tout à fait raison. je rappelerai que le problème initial est la mise en oeuvre d'une taxe carbone, mais de tous temps aucune taxe n'a été possible sans une justification scientifique et technique.Même Louis XVI s'y est brulé les ailes. Ce gouvernement avait déjà commencé avec la mesure du 80 km/h qui est contraire aux résultats des données statistiques d'accidents que tout le monde peut consulter(même le premier ministre!). Il est resté droit dans ses bottes en refusant d'écouter qui que ce soit. Et voilà qu'ils recommencent avec la taxe carbone. Aucune justification technique ni scientifique. Heureusement que la terre tourne sans eux, mais comment ne pas penser que nous irions mieux sans eux. Voilà qu'ils veulent mettre en oeuvre des mesures incohérentes et contraires au sens commun et ces mesures vont nous couter des dizaines de milliards d'euros. De plus le monde vient de changer et ils ne se sont aperçus de rien, le réchauffement climatique est bientôt derrière nous!!!
a écrit le 03/12/2018 à 13:48 :
Cher monsieur Mabille, voilà un article que le Gaulois que je suis savoure dans la justesse de l'analyse de la situation ! Il y a tout : les causes, les conséquences et les solutions pour sortir de ce bourbier au devenir incertain si monsieur Macron devait en rester là ! Que vos paroles lui parviennent rapidement.
a écrit le 03/12/2018 à 13:45 :
Entendu 2 gilets jaunes sur bfm une femme 1350 € par mois avec un loyer de 550€,un autre,700€ par mois (sans doute un mis temps)500€ de loyer.Les banques centrales ont toujours annoncées vouloir de l’inflation,elle est enfin la,juste pas au bon endroit.Cela va bien au dela du prix des carburants,l’info circule aujourd’hui tres bien et les gens compare leurs niveau de vie avec celui de leurs représentants autoproclamés ,et ça passe de moins en moins bien
a écrit le 03/12/2018 à 13:36 :
Les têtes bien pensantes de FRANCE STRATEGIE à l'Elysée, elles ont la solutions. Taxes et retaxes............ mais elles ne se montrent pas à la T.V
a écrit le 03/12/2018 à 13:26 :
Point d'espoir dans la baisse de la fiscalité globale sans baisse massive des dépenses publiques Monsieur Le Président. Bon courage, le plus dur est à venir lorsqu'il faudra tailler à la hache dans les dépenses. Vos prédécesseurs ont refilé la patate chaude.
Réponse de le 03/12/2018 à 14:36 :
Quelqu'un disait qu'en Allemagne, ils avaient baissé les prélèvements de 10% et donc les redistributions de 10%. Logique. Il faut réduire les APL par ex. :-)
Pour les véhicules, si on pouvait, en concession, trouver à des prix analogues, voisins, proches, des moteurs essence, gazole, hybride, électrique, là on pourrait choisir vs notre besoin réel, et quitter éventuellement le carbone & sa taxe 'pédagogique'.
Avec le temps qui passe, la patate devient de plus en plus brûlante.
a écrit le 03/12/2018 à 13:20 :
problème économique
problème politique
problème sociétal
ou problème transactionnel ?

Dans tous les cas, ce n’était vraiment pas le moment de pénaliser ainsi le pays. Le problème économique, même s’il était en phase de résolution ou au moins mis en aparté en attendant un upgrade, risque rapidement de réapparaitre en raison de ces événements.
"Construire un nouveau pacte fiscal et social". Facile à dire, cela fait 30 ans que tous les gouvernants ont échoué et que les prélèvements augmentent sans cesse. On pensait que c’était un problème purement politique, mais ce n’est pas cela, puisque la gauche a parfois mené une politique de droite et la droite une politique de gauche, sans beaucoup de résultats. Cela pouvait parfois faire penser que politique rimait avec hypocrisie alors que ce n’étaient que des tentatives de compromissions. On en vient à douter et imaginer que le problème est insoluble pour un humain, d’où la tentation d’espérer la venue d’un superhéros, qui bien-sur ne viendra jamais. Il n'y aura pas de miracle et chacun devra prendre ses responsabilités.
Les gouvernants et les populations ont ils la capacité de prendre en compte l’ensemble des paramètres ? pas seulement au sens social, mais au sens sociétal et maintenant environnemental. Une remise en question complète, structurelle, est difficile et devrait s’inscrire sur la durée, on comprend que les gouvernants hésitent, ou renoncent.

On espérait que la convention par la voie du centre, agrégeant toutes les bonnes volontés, allait provoquer une forme d’adhésion, de symbiose profitable à tous.
Symbiose, le mot me paraissait approprié, sauf qu’il a aussi un sens du point de vue de l’analyse transactionnelle (https://www.unil.ch/dialog/files/live/sites/dialog/files/shared/Documentation/Symbiose_passivite_DialogUNIL.pdf), on a des surprises et on découvre qu’il y a des notions plus complexes, par exemple de passivité et de refus de résoudre les problèmes…
Sauf que dans ce cas on est dans la psychologique individuelle et que cela ne devrait nullement influer, puisque l’on est dans des contextes plus vastes touchant à la société et au vivre ensemble. L’explication est peut être dans le fait qu’une part de la société a l’impression d’être traitée comme des enfants. Au fil des lectures sur le sujet : "L’éducation, c’est faire évoluer l’enfant de la symbiose à l’autonomie". Éventuellement un problème d’éducation, de pédagogie, mais ces expressions contestataires sont elles celles d’enfants gâtés, de rebelles,ou celles de personnes se sentant victimes d’injustices ? Tant que l’on se pose la question de cette manière on risque de ne pas trouver de solutions. La société évoluera si tout le monde est capable de se mettre autour d’une table et de discuter, en adultes.
a écrit le 03/12/2018 à 13:18 :
Une immense majorité de personnes n'a pour essentielle ambition que de VIVRE. Vivre suppose des moyens, pas exceptionnels, juste suffisants pour assurer une juste dignité. Une minuscule minorité s'est cru autorisée à ériger le moyen le plus commun, celui de l'échange, l'argent, en but. Faire de l’argent un but est une perversité. Cette attitude perverse produit des nuisances proportionnelles aux sommes engrangées sur le dos des populations. Aujourd'hui les sommes sont astronomiques et les dégâts s'annoncent tout aussi astronomiques. Cette juste ambition de VIVRE, hélas, ne voit pas tout de suite, ne réagit pas tout de suite à la perversité et a même du mal à y croire. Mais la cupidité n'ayant pas de limite, elle s'emploie alors, face au silence, à mettre à genou la population, et plus encore. Ce n'est qu'à partir de ce plus, qu'enfin, le constat d'injustice fait réagir. Alors le chemin entre l'attente d'une réponse pour retrouver de la dignité et la haine est vite parcouru. Si la minorité aveugle reste sourde, elle sera la seule responsable de violences incontrôlables. La cupidité est morbide, refuser de le voir c'est accepter de nourrir les extrêmes et autres autres monstres destructeurs. La culpabilité de ces monstres c'est d'abord d’avoir été victimes. Cela fait depuis les années 90 que j'entends "ça ne peut pas durer, ça va pété !" .... Trop attendu, ça va faire mal !
Réponse de le 03/12/2018 à 23:32 :
C'est vrai, j'ai vu un reportage ou un couple de gilet jaune témoignait dans sa cuisine. Cuisine équipée, réfrigérateur américain, robot ménager haut de gamme... la misère quoi...
a écrit le 03/12/2018 à 13:01 :
Ce qui se passe aujourd'hui risque fort de se terminer très mal car chaque jour qui passe sans réponse politique voit s'agréger aux revendications des GJ sur les taxes d'autres revendications (lycéens, routiers, ambulanciers) multiples et variées...
Comme le disait le Général Pierre De Villiers, si en plus de ces événements, cela tourne à l'émeute dans le banlieues, cela risque fort d'être une nouvelle Bérézina...
a écrit le 03/12/2018 à 12:51 :
Il ne s’agit pas seulement des plus pauvres mais également des classes moyennes ce qui finit par représenter pas mal de monde, d'où le succès des revendications des gilets jaunes dans l’opinion publique, surtout celles concernant le pouvoir d’achat. Et pour y répondre il n’y a que deux solutions : augmenter les revenus ou/et baisser les charges contraintes !!!
a écrit le 03/12/2018 à 12:47 :
Et la justice sociale, on l’oublie ?
Le changement c’est maintenant.
Macron vs Sans dent ( les riens, les gaulois réfractaires, les illettrés...) : 0-3
Attention, l’arbitre va bientôt signer la fin de la rencontre et les tribunes ( banlieue sensible et très sensible et même ultra sensible) risquent d’envahir la pelouse.
a écrit le 03/12/2018 à 12:40 :
La suppression de 1 millions de poste de fonctionnaires dans les bureaux en 5 ans permettra une économie de 15 milliards d'Euros et de supprimer les 2 premieres tranches de l'impôt sur le revenu afin de rendre l'argent aux classes populaires et classes moyennes.
Réponse de le 03/12/2018 à 15:00 :
ou alors supprimer 5 millions d'emplois de bureau dans le privé pour augmenter le bénéfice des boites, qui paieront ainsi plus d'impôt au profit des classes populaires et moyennes ... et des 5 millions de nouveaux chômeurs.
Réponse de le 03/12/2018 à 15:40 :
1 fonctionnaire sur 4? des enseignants? des personnels de santé? des policiers ou gardiens de prison?des ASEM de cantines? Je crains que ce ne soit que des fantasmes... mais changer les conditions d'emploi et de remunération des fonctionnaires non régaliens alors oui... et on peut dégager ainsi des marges de manoeuvre financieres et baisser les prelevements publics..Juste une boutade: lisez le livre sur les bullshits jobs.. et vous verrez que votre proposition pourrait s'appliquer au secteur privé...
Réponse de le 03/12/2018 à 23:30 :
Vu le niveau général des manifestants et de ceux qui les soutiennent, je me demande parfois en effet si les enseignants servent vraiment à quelque chose...
Réponse de le 04/12/2018 à 5:20 :
Fonctionnaires fonction publique territoriale + Etat + Hospitaliere + 287 commissions en tout genre + toutes les Agences de l'Etat + Associations financées entièrement par subventions publiques pour missions locales = 6.500.000 de salariés pour couvrir 65.000.000 Millions d'habitants.
Croissance des effectifs depuis 2000 +20%, croissance du PIB depuis 2000 environ 10%, augmentation de 9% des prélèvements publiques durant la meme période.
Allemagne: population 80.000.000 d'habitants, nombres de fonctionnaires cumulés 4.500.000, population plus âgée qu'en France, croissance du PIB double, loués 40% moins chers, immobilier à Berlin 50% de la valeur moyenne à Paris, reduction de la dette publique depuis 2012, qualité du service publique identique voir mieux (moins de grèves), couverture médicale maximale et service hospitalier au mois identique à la France.

Vive la dictature de la fonction publique française !
a écrit le 03/12/2018 à 12:03 :
Petites propositions pour "sauver" la taxe carbone (peut-être pas la planète).
1) revenir à la trajectoire Hollande, plus raisonnable, de hausse du prix de la tonne de CO2 (100€/t en 2030 et non en 2022) pour laisser le temps aux solutions alternatives de se mettre vraiment en place.
2) transformer le produit de la composante carbone en une forme de compte personnel à la transition énergétique.
Explication : sur 100€ de composante carbone de TICPE/TIGCN l'état en garderait une certaine proportion, disons 30%, pour financer des projets collectifs de décarbonation (ex : ferroutage, méthanisation,...)
Le reste serait affecté à un compte personnel de transition énergétique qui pourrait financer des travaux d'amélioration énergétique de l'habitat (isolation, achat d'une chaudière plus efficace,...) ou au remplacement d'une voiture à la condition que la nouvelle voiture plus propre.
L'idée est de transformer un impôt en une forme d'épargne contrainte qu'on pourrait utiliser pour des investissements personnels pour la décarbonation. Ce dispositif pourrait même être bonifié en supprimant la kyrielle d'aides diverses et autres (comme le CITE, les diverses primes à la conversion...) et en en affectant le coût à, par exemple, créer un intérêt sur ce compte.
Réponse de le 03/12/2018 à 12:36 :
@ bruno ,


Ton raisonnement est basé sur l' écologie , en pleine Cop 24 qui représente la France ? Merkel et May sont aussi absentes , Macron est aux aboies il a besoin de pognon pour équilibrer son budget , en gros c' est une course contre la montre le temps que les mesures qu'il a prises donnent des résultats . Pour moi le premier de cordée ne joue pas le jeu . Maintenant son calendrier de taxation est trop violent .
Réponse de le 03/12/2018 à 21:02 :
Considérant que les questions d'écologie sont trop sérieuses et trop complexes pour être confiées aux écologistes, il est temps que les ingénieurs et les scientifiques s'emparent de ces questions pour trouver des trajectoires techniquement crédibles et réalisables, économiquement et socialement supportables. Jusqu'à présent les stratégies de décarbonation ont oscillé entre l'incantation et les fausses solutions (la voiture électrique à batterie en est une), voire les inepties totales (le chauffage au bois). Ajoutons, par exemple dans les transports, que les solutions trouvées dans un pays doivent pouvoir être utilisées dans un pays voisin (qui accepterait de ne pas pouvoir partir avec sa voiture en vacances en Espagne ?). C'est donc au niveau européen voire mondial qu'il faut définir cette trajectoire et ces jalons et ne pas vouloir refaire la télé SECAM (un bon principe techniquement performant mais dont personne n'a voulu hors de France). Et si on en est incapables, à ce moment, plutôt que de dépenser un pognon de dingue à essayer tout seuls stopper le réchauffement climatique alors qu'on n'émet que 0,9% des GES mondiaux, mieux vaut utiliser les ressources disponibles pour pallier au réchauffement climatique.
a écrit le 03/12/2018 à 12:02 :
Une remarque de forme sur cet excellent article: les parisiens ne seraient proprietaires de voiture qu'à 37%? Je suis étonné et je pense que ce chiffre ne prend pas en compte les vehicules de fonction qui sont très nombreux a paris. Et beaucoup de ces conducteurs bénéficient d'une carte d'entreprise pour le carburant. Une clarification serait utile..
Plus au fond: c'est une crise politique majeure dont on ne sort pas avec des CRS partout ou des clopinettes. Il faut une issue politique. La stratégie de Macron est allée dans le mur alors même que des réformes sont toujours nécessaires. Par arrogance, technocratie et transfert massif du potentiel fiscal sur les couches moyennes et modestes.
A l'evidence, cette stratégie est morte. Alors comment en sortir? Les solutions ne sont pas simples. Une dissolution? Mais pour avoir un parlement ingouvernable partagé entre les fans de Melenchon et ceux de Le Pen: un simple regard en Italie montre les limites de l'opération. Continuer comme si de rien n'était: cette fois, le mouvement social pourrait emporter beaucoup de digues et dans la violence. Notre république mérite mieux.
Un changement complet de gouvernement, avec à sa tête un profil considéré comme sage et populaire ( peut être un Larcher) pourrait être une solution au moins d'apaisement afin d'identifier les contours d'une nouvelle politique centrée sur les couches moyennes et modestes, et affichant des principes et des actes forts. Et laisser le Président papillonner à l'international pendant un moment..
Des pistes existent mais pour l'essentiel il faudra affronter des puissances financières et Bruxelles sur plusieurs sujets qui crispent: par exemple les travailleurs détachés, la taxation des routiers internationaux, les GAFA, les transferts vers les paradis fiscaux européens. Prendre des décisions claires , et les appliquer même si Bruxelles est en désaccord. L'Europe ne doit plus être un frein, qui d'ailleurs la fait mourir a petit feu.
Et chercher des économies dans notre pays: petites comme sur le rôle des préfets réduits au régalien, plus grandes comme sur les aides aux propriétaires acquéreurs de logements en location.. Pourquoi la puissance publique contribue t'elle a offrir du capital aux plus aisés? Et revoir drastiquement le CICE et son remplaçant pour le recentrer sur l'industrie et les exportations. Quelques pistes à discuter mais il faut être en rupture maintenant.
Réponse de le 03/12/2018 à 12:30 :
Vos propositions sont intéressantes. Il conviendrait à mon sens en premier de provoquer un choc psychologique, un élan qui entraîne le pays. j'ai un peu trop l'impression que l'on parle d'un gâteau dont il conviendrait de modifier le partage. Et si on faisait grossir le gâteau que l'on soit riche et toujours plus avide d'argent ou pauvre que chacun y trouve un intérêt. Un exemple, pourquoi ne pas chercher à reconquérir notre marché intérieur, on a laissé des bancs entiers de notre industrie partir à l'étranger. Le made in France est en vogue, le français est prêt à faire un petit effort pour payer un peu plus cher. En important moins on réduit notre déficit commercial et on regagne en savoir faire. Certes il faudra indirectement aider ces relocalisations de savoir faire, mais là ce sera un vrai investissement .
Réponse de le 03/12/2018 à 13:16 :
@gilles:Lesfrançais pret à payer un peu plus cher est en totale contradiction avec le mouvement actuel qui veut pas qu'on touche à son pouvoir d'achat .De plus payer plus cher QUOI !Dans un sondage ancien ,les français disaient etre pret à payer 10 % de plus un produit français .La stupidité de ce sondage qui n'indiquait pas sur quelle somme ça portait à vite montré ses limites .10 % sur un pull à 20 € ça fait 2 € mais 10 % sur une voiture à 15000€ ça fait 1500 € ce qui n'est pas rien sans compter tous les produits intermediaires .Seule une petite minorité de français peut faire du nationalisme économique ,beaucoup de français aisés n'ont que faire de ces histoires là ,rien ne pourra les empecher d'acheter ce qu'ils veulent .......
Réponse de le 03/12/2018 à 14:01 :
UN LARCHER ,,,,??????? il a fait plusieurs mandats mais les privileges du sénat son toujours présents !!!!

il faut voir aussi la deconnection des elus due à leurs privileges exorbitants


Un exemple quand ils ont vote les amendes à 135 €;;;;;; 11% de leur revenu ;;;;;;;pour un smicard c'est une vrai punition pas une incitation

alors que pour le depute qui a vote la loi cela ne represente que ;;;;;;;; 2% ;;;;;;;;;de son revenu ,,,,,,????
a écrit le 03/12/2018 à 12:02 :
Très bon article, précis et clair..
Mais les objectifs essentiels de ce président lui permettent ils vraiment d'entendre raison?
Pourquoi donne t il l'impression d'être inaccessible à ce raisonnement lumineux et pourtant simple?
Et si le transfert d'une partie essentielle de la Valeur Ajoutée du Travail au Capital était l'élément fondateur du pacte conclu avec ses soutiens financiers et idéologiques ?
Réponse de le 03/12/2018 à 19:05 :
Il devient criant que la politique de la France à la Macron est soumise à la finance. Cette même finance qui relève les taux d'intérêt aux US au grand dam de Trump. Dans les deux cas, il s'agit de ponctionner la classe moyenne laborieuse.
a écrit le 03/12/2018 à 11:58 :
Bravo pour cet article, qui expose simplement et clairement les faits et la sortie de crise possible. Nous sommes face à une crise majeure et "l'élite" de l’état ne veut pas l'entendre car cela la remettrait directement en cause.
Je suis un cadre supérieur, je gagne bien ma vie et je donne plus de 50% de mes revenues en taxes et impôts divers. Je ne supporte plus de voir mon argent aller vers des individus qui le gaspillent comme si c'était l'argent de "l'état" et pas celui des contribuables. Par ses abus d'oligarchie dominante, les corps de l'état ont créé la situation où l'état a perdu toute légitimité pour taxer les français. Les services diminuent, les magouilles augmentent et on nous taxe toujours autant. Même la cour des comptes qui épingle régulièrement les erreurs des hauts fonctionnaires ne peut rien faire, et ne parlons pas de ce que dit l'Europe sur le réformes que nous ne sommes pas capables de lancer. Ils sont intouchables.
La solution est pourtant simple à côté de nous: En Suisse, l'état est réduit au minimum, les fonctionnaires sont comme dans le privé et tous les services se payent en direct avec des salaires plus que décents. Je rêve d'embaucher à mi-temps une femme de ménage, un jardinier etc ce qui réduirait le chômage, plutôt que de donner de l'argent à un état qui le redistribuent n'importe comment ou qui se paye un avion à 300K€ pour rentrer plus vite...
a écrit le 03/12/2018 à 11:54 :
Excellent papier qui couvre bien la problématique, mais comment être optimiste quand on voit le niveau hors sol des énarques de ce gouvernement qui ne cessent de mépriser les français et les prendre pour des c...
Le dernier en date est l'ignoble Le Maire qui ce matin annonce: "Gilets jaunes: "il faut accélérer la baisse des impôts", juge Le Maire
Impossible de décrire le niveau de fout age de gue ule dont il est capable.
Il fallait oser sous-entendre qu'il y a eu en 70 ans une seule baisse d'impôts dans ce pays...
Les chiffres d'Eurostat viennent de tomber: en 2017 les prélèvements obligatoires en France ont augmenté de 0.7% en valeur relative pour atteindre 48,4% record de l'OCDE !
a écrit le 03/12/2018 à 11:47 :
Quand on mélange du brun et du rouge, on doit obtenir du jaune.
a écrit le 03/12/2018 à 11:39 :
Bonjour à Tous,
Personnellement je soutiens ce mouvement et trouve justifié qu'en retour de grenades envoyées par les forces de l'ordre on retourne des pavés , par contre ce qui n'est pas tolérable c'est bien de bafouer les lois par ces mêmes forces de l'ordre histoire d'y mettre de la Baston , car hier encore je discute avec des amis forces de l'ordre qui me confirme, et je n'en reviens toujours pas , que 95% des Casseurs sont des policiers en fonction mandatés par le ministère pour l'occasion(s) , et l'on le voit très bien dans certains documentaires ou ces FDO se déguisent pour l'occasion , HONTEUX ...!!!! Après il faudrait aussi que ceux qui souhaitent nous gouverner balaient peut-être devant leurs portes, et ne vont pas chercher à apprendre à gouverner depuis et comme leurs voisins, ils devraient être assez grand pour trouver un système de gouvernance propre à leur Nation, et ne pas toujours copier bêtement, cela ne fait que confirmer leur incompétence et soif de pouvoir qu'ils ont malheureusement du mal à assimiler et gérer.
Pour moi , des gens plein de sous n'ont rien à faire à des positions politiques pour gouverner , et les Corrompus sont dignes pour la Guillotine ...........

Il y en ras le bol ....

Vive la Révolution !...
Réponse de le 03/12/2018 à 14:05 :
Je pense la meme chose que vous il suffit de regarder les video du 17 il est evident que c'est la police qui a charge ce qui explique que le 24 les gilets jaunes sont venus equipes masque et +
Réponse de le 03/12/2018 à 14:54 :
Là, malheureusement je ne pense pas , c'est la stricte et triste vérité !!
Ce qui me rends le plus fou est que le peuple se fait berner mais applaudi ce genre de Guignols qui se disent nous gouverner pour notre bien, un autre(s) Chef(s) d'État et autre Ministre(s) nous promet la transparance, et à chaque coup se fait alpaguer avec ses petites combines pour truander le peuple ,puis jugé avec une Justice Impartiale , dans le style IMMUNITAIRE , et nous alors ????????
Nous ponctionner nos ronds, durement gagnés, pour s'enrichir et prétendre que nous leurs devont ???
M'enfin , mais oú allons-nous ?????
a écrit le 03/12/2018 à 11:09 :
Il faut appliquer la note n°6 du CAE, avec une allocation universelle pour respecter l'équité. Les Français ne peuvent pas le comprendre; pourquoi?
Réponse de le 03/12/2018 à 11:49 :
Ou la politique du sapeur Camember (on creuse des trous pour en boucher d'autres).
a écrit le 03/12/2018 à 11:01 :
Superbe article, tout est dit ! Proposition pour réduire les dépenses publiques : Limiter l'action des préfets aux seules tâches régaliennes : Sécurité et ordre public, Point barre! les dégager de tous les contrôles qu'ils exercent sur les territoires dont ils ont la charge et en confier la gestion pleine et entière aux collectivités locales !
a écrit le 03/12/2018 à 10:59 :
échec d une politique non représentative du peuple ! 86% n est pas représentée .
la colère est justifiée
Réponse de le 03/12/2018 à 11:43 :
Exact, 14% de soutiens: le pourcentage de français en âge de voter qui ont voté pour lui au 1er tour (seul vote d'adhésion véritable).
Réponse de le 03/12/2018 à 14:46 :
Si vous attendez qu’une politique fasse l’unanimité, vous allez attendre longtemps. Il faut arrêter de croire aux miracles. Macron a été mal élu, il a juste été beaucoup moins mal élu que tous les autres.
Réponse de le 03/12/2018 à 23:13 :
Sauf que les autres ont eu moins de voix que lui au premier tour. Si A>B>C, A reste toujours plus représentatif que B ou C.( A étant macron en l'occurrence, je précise vu la limitation affichée). Il va vraiment falloir penser à un permis de voter basé sur un test de logique. Un test de logique ne se préoccupe pas de votre fortune seulement de vos capacités de raisonnement. Voter est plus dangereux que conduire et pourtant seul conduire nécessite un permis...
a écrit le 03/12/2018 à 10:57 :
il n'est pas nécessaire d'être très nombreux pour faire reculer un pouvoir politique obstiné , mais d'être très déterminés et de le faire au bon endroit , c'est à dire à Paris .
c'est là que sont ses riches amis et bienfaiteurs privés , ses soutiens de la haute administration , ses parlementaires dévoués .
alors quand tout ce monde aura suffisamment peur du lendemain , il trouvera les ressources pour obliger le pouvoir à changer de cap .
a écrit le 03/12/2018 à 10:48 :
L' UPR a travaillé le sujet depuis une semaine, l’action de M. Macron – qui jette des centaines de milliers de Français dans les rues – constitue une violation :

de l’article premier de notre Constitution qui pose que « La France est une République sociale »,
et de l’article 2 qui pose que « La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité » » et donc que la fraternité doit aller de pair avec le caractère social de la République.

Cette action outrageusement déséquilibrée en faveur de la catégorie la plus fortunée de la population constitue également une violation du Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946, cité en préambule de la Constitution du 4 octobre 1958 et qui, de ce fait, est intégré dans le « bloc de constitutionnalité » défini par le Conseil Constitutionnel.

En particulier, la politique progressive d’abolition du Code du travail, les attaques contre les retraites et les minima sociaux, et la privatisation rampante de la santé violent l’alinéa 11 du Préambule de 1946 qui pose que « [la Nation] garantit à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence.»
https://www.upr.fr/actualite/france/proposition-de-resolution-pour-louvert

JC Bourret nous dit de son côté comment augmenter de 400 euros par mois douze millions de Français qui en ont besoin.

Deux solutions :
D'abord, 400 euros par mois pour douze millions de personnes, cela représente 57,6 milliards d'euros, soit...les dividendes versés aux actionnaires du CAC 40...

Il y a aussi l'impôt sur le revenu qui rapporte...76 milliards, et qui représente ce que la France rembourse aux banques et aux marchés financiers pour des prêts avec intérêts (depuis la loi Pompidou, un autre ancien de Rotschild , qui avait fait voter une loi, interdisant à l'Etat, d'emprunter à zéro pour cent à la banque de France, mais l'obligeant...à emprunter auprès de banques et des marchés financiers...avec intérêts )

Ce qui veut dire que le Peuple de France, paye en grande partie ses impôts pour enrichir le capital de prêteurs...
C'est peut être cela "le nouveau monde", espéré par les gilets jaunes...Un peu plus de justice, dans un monde meilleur, loin de l' avidité des prédateurs financiers.
Réponse de le 03/12/2018 à 14:31 :
La France rembourse de l'argent qu'elle a emprunté, mais qui l'a dépensé cet argent ,au bénéfice de qui !Du toujours plus !Un peu plus de justice partageuse ,de l'argent qu'on a pas soit meme gagné!Toutes les grosses fortunes peuvent se barer de France ,le CAC 40 qui est à 60 % aux étrangers peut etre vendu au plus offrant créant une formidable panique chez nos grand donneurs d'ordre ,là ou on trouve les meilleurs salaires et avantages sociaux !Qu'es ce que la France au niveau internationnal ,rien du tout et si son économie s'effondre il ne se passera strictement rien si ce n'est les pays amis opportunistes venir devorer les restes encore chauds de notre économie ...
a écrit le 03/12/2018 à 10:47 :
Vous avez dit 6 février 1934, démonstration de révolte place de la concorde en défiance de la classe politique. Semble que Staviski soit de même nature que Drahi et bien d'autres.
a écrit le 03/12/2018 à 10:44 :
L'habillage écologique à des mesures impopulaires n'est qu'une vaste fumisterie...La France, les français (même pollueurs) ne représentent que moins de 1% de la population mondiale, donc tout cela me paraît bien inutile, voire mensonger, d'autant qu'en plus ils veulent réduire le nucléaire civil alors que c'est ce qui pollue le moins !
a écrit le 03/12/2018 à 10:44 :
Toujours ce mythe des 80%... Voulez vous plus d'argent ? oui à 80%. Qui doit payer ? Les riches. Qui sont les riches ? Les autres. Mais c'est que disent aussi les autres...
a écrit le 03/12/2018 à 10:35 :
Quand on accumule les échecs (croissance en berne) et que l'on a rien d'autre à proposer aux français que de créer tous les jours de nouvelles taxes ou de nouveaux prélèvements (ce qui est un paradoxe quand on espère restaurer la croissance), s'entêter n'est pas la bonne attitude...
Le système politique français dispose d'un outil parfaitement adapté à ce genre de situation. La démission du PM et la nomination d'un PM moins psycho-rigide.
C'est d'ailleurs ce qu'avait fait Jacques Chirac en 95 quand il a viré Alain Juppé...
Réponse de le 03/12/2018 à 10:40 :
Bon diagnostic:mais ce n'est pas le premier ministre qui est psycho-rigide,mais celui qui prend toutes les décisions au dessus.Edouard est bien trop falot,les 80km/h c'était sa petite heure de gloire.
Réponse de le 03/12/2018 à 21:22 :
Euh...ce sont les français qui ont viré Juppé (dissolution + législatives anticipées).
a écrit le 03/12/2018 à 10:35 :
Nous avons une fiscalité confiscatoire , seulement 42 % des français sont redevables de l'IR. Les niches fiscales coûtent 100 milliards d'euros chaque année à l'état. Entre 80 et 100 milliards , montant estimé de la fraude fiscale. Ne parlons pas des taxes, 63 milliards prélevés sur l'automobile par ex. Il est urgent de réformer notre fiscalité et surtout que l'état gère mieux la dépenses publique et réduise les dépenses.
a écrit le 03/12/2018 à 10:34 :
Ils ont voulu jouer aux apprentis sorciers, suppression de la taxe habitation, hausse de la CSG (ON a dissimulé son importance) diminution des charges sociales mais, baisse des APL, la situation fiscale était déjà assez tendue. Ils ont ajouté de la difficulté à la difficulté ! Pour paraître novateurs. Parallèlement pour paraître crédible ils auraient du : baisser le salaire du président, réduire le nombre de députés et de conseillers, rétablir la CSG sur les mandat des députés, réduire le train de vie du Palais de l'Elysée (palais qui appartient à la nation) personnellement je ferai couper le chauffage et l'électricité à 22 heures au Palais
a écrit le 03/12/2018 à 10:18 :
Cher monsieur Mabille, voilà un article que le Gaulois que je suis savoure dans la justesse de l'analyse de la situation ! Il y a tout : les causes, les conséquences et les solutions pour sortir de ce bourbier au devenir incertain si monsieur Macron devait en rester là ! Que vos paroles lui parviennent rapidement.
a écrit le 03/12/2018 à 10:18 :
il ne faut que la suppression des taxes sur le carburant soit une magouille comptable
en les portant ailleurs !!!!,
La suppression des taxes doit EN MEME TEMPS etre compensee par des economies du train de vie de l'etat et , ne me rabâchez pas plus d'impots plus d'ecole ; d'hôpitaux, de police !!!!!!! la cours des comptes trouvent plus de 1200 agences d'etat qui ne servent à rien cout 18 milliards !!! des sous préfectures qui ne servent à rien UNE SECU DES MINES sans cotisants etc autre aberration le gouvernement veut ouvrir le dialogue sur l'assurance chomage mais il annonce deja qu'il ne veut pas toucher aux intermittants du spectacle OU est LE dialogue si on conserve les PRIVILEGES
Réponse de le 03/12/2018 à 21:27 :
Un des scalps que je souhaiterais obtenir, c'est le conseil économique, social et environnemental, tellement "utile" qu'il faut encore inventer un comité théodule (le haut conseil pour le climat). 41M€ annuellement...
a écrit le 03/12/2018 à 10:17 :
L'introduction de cet article est proprement hallucinante. Je trouve d'ailleurs étrange de lire qu'il y a des solutions toutes simples dans un média qui ne donne pas d'ordinaire dans le simplisme...
Désormais, quoi que fassent ou disent Macron et Philippe, l'opinion sera contre. Ce processus déjà vu sous Sarkozy et Hollande, s'est accéléré.
Mais pourquoi cette haine, après avoir supporté Sarko et Hollande, et l'incohérence crasse de LFI et RN.
On remarquera que si Sarkozy a la (surprenante?) sagesse de faire profil bas, lui qui a généré pas mal de taxes sous son mandat, Hollande dépasse toutes les bornes de l'indécence, alors qu'il fut à l'origine de l'essentiel du surcroît de pression fiscale et grand-ordonnateur de la COP21 promouvant la taxe carbone. Ne parlons pas de Ségolène...

Ce qui est triste, c'est qu'il n'est pas sûr que ceux qui souffrent vraiment soient vraiment représentés par les gilets jaunes, car on en voit quelques uns, des gilets jaunes avec des smartphones à plus de 1000euros, et des SUV... si c'est ça la souffrance économique et sociale, un petit voyage en Russie, en Grèce ou dans quelques comtés des USA leur feraient du bien !
Quant aux 85% de soutien, on peut se poser des questions. J'ai discuté ces jours derniers avec des gens de tous milieux et actifs (ou pas) dans différents secteurs : on entend surtout des gens qui ont des difficultés pour travailler, des chômages techniques, des magasins qui ferment ou réduisent leurs horaires par manque de clients ou de produits.
Ce soutien massif aux gilets jaunes on ne le sent pas vraiment.
En revanche, on le comprend mieux de la part de quelques "célébrités" ou personnalités politiques qui pensent pouvoir se payer un petit supplément de popularité à bon compte...
Réponse de le 03/12/2018 à 10:29 :
J’adhère complètement, quoique le gouvernement fasse, cela ne sera jamais assez. Du coté de chez moi, les gars qui mettent un gilets jaune sur le pare-brise ont souvent un beau SUV tout neuf, c'est insultant.
Réponse de le 03/12/2018 à 12:51 :
Le SUV n'est probablement pas un signe de richesse:en location les prix sont dérisoires.Probablement de 200 a 300 euros par mois

Les gilets jaunes n'e peuvent faire plier le gouvernement qu'en simplifiant leur discours :contre la fiscalité abusive et confiscatoire et rien d'autre.
Réponse de le 03/12/2018 à 12:53 :
+1
Réponse de le 04/12/2018 à 7:49 :
@gérard : "dérisoire", 2 à 300€ ? Et en plus les offres de location les moins chères sont assorties de kilométrages annuels plafond (sans surloyer), eux, vraiment dérisoires. Et c'est aussi l'un des aspects du problème : ces offres de location de voitures, pouvant être considérées à première vue comme attractives, deviennent une dépense mensuelle contrainte ; en réalité, ne nous y trompons pas, ni les constructeurs, ni les banques sur lesquelles ces offres sont adossées, n'y perdent d'argent ! C'est une assez jolie façon de faire payer les pauvres.
a écrit le 03/12/2018 à 10:05 :
Macron a un logiciel qui date des années 90... il serait temps qu'il fasse une mise à jour : depuis ces 20/30 dernières années, les richesses produites ont bien peu été redistribuées, les bénéficiaires les ayant accumulées et soustraites à l'impot. En revanche, pour la force de travail qui est surtaxée, la redistribution s'est faite au compte goute et l'Etat a été défaillant sur ce point précis. En laissant échapper une grande partie des richesses au moyen de mesures fiscales inéquitables, il est normal que le peuple français se soulève. C'est bien ce qui me semblait : 1 - on ne gouverne pas avec des chiffres 2 - L'ENA est vraiment une école d’ânes (et malheureusement puissante) 3 - les politiciens sont vraiment déconnectés de la réalité (et non le peuple est déconnecté de la politique...) 4 - les politiques économiques menées sont bien contre les français, comme je l'avais écrit il y a quelques semaines... Il doit y avoir collusion entre les politiciens et les dirigeants d'entreprise, c'est impossible autrement.
Réponse de le 03/12/2018 à 10:34 :
Il n'y a plus de richesse produite, les pauvres achètent sur des sites chinois genre Ali Express avec leurs primes de Noel. On l'a dans le baba pour la TVA ou l'impot sur les sociétés. La croissance de 1-2% c'est autant que la croissance demographique, alors oui, on donne moins aux pauvres. Rien a voir avec l'ENA ou les années 90, bienvenu dans la pauvreté 2.0
a écrit le 03/12/2018 à 10:03 :
Il faut en finir avec les Énarques.
Ils appliquent toujours les mêmes recettes que leurs prédécesseurs, recettes qui ont toujours les mêmes résultats, toujours plus d'impôts, toujours moins de croissance...
Il faut remettre des polytechniciens, des gens qui, comme ce fut le cas dans l'après-guerre, auront une vision à long terme pour le développement industriel et commercial de notre pays et pas des solutions "court-termistes" qui ne font qu’assécher le pouvoir d'achat et la croissance (et je ne parle pas du "dépeçage en règle" opéré sur nos grands groupes comme Alstom, EDF, ...)
a écrit le 03/12/2018 à 10:01 :
la solution est dans ses réformes : carburant, CSG, blocage des salaires et retraites ; dans celles qu'il n'a pas encore faites : réduction du nombre de parlementaires et des niveaux décisionnels
a écrit le 03/12/2018 à 9:59 :
Le vertige. Assiste - de moins en moins - à ces "débats" télévisés où tout le monde crie et hurle (les gilets jaunes y sont toujours les plus calmes et les plus polis) certain d'avoir raison. Chacun a sa solution. Donc nous avons 63 millions de solutions. La bonne finira bien par émerger. Excellent lundi à tous
a écrit le 03/12/2018 à 9:51 :
attention a la prochaine l augmentation massive de l électricité et l impact des impôts sur les salaires fin janvier
a écrit le 03/12/2018 à 9:33 :
Difficile de gouverner quand on a perdu la classe moyenne.
Des décisions énergiques, vite!
Pas une reculade de plus, comme toutes celles de ces 40 dernières années.
La priorité doit être la baisse des taxes. A commencer par celle de la taxe d'habitation, non appliquée dans de nombreuses communes.
En finir avec la fuite fiscale "légale" en Europe (Irlande et Luxembourg) pour financer ce que l'on pourra conserver de notre dispendieux "modèle" social.
Cesser de verser des aides/allocations sans aucune contrepartie à des fainéants.
Faire baisser le coût du logement, par tous les moyens.
Réduire immédiatement le nombre de députés, sénateurs, couches administratives.

Vite, sinon ce sera l'anarchie, un régime autoritaire, et le frexit. Un désastre absolu.
a écrit le 03/12/2018 à 9:27 :
Et les grands perdants de cette affaire seront les chômeurs... car ceux qui s'expriment sont les travailleurs. Macron veux une politique de l'entreprise pour relancer les affaires. Les gilets jaunes veulent plus de salaires, plus de prestations sociales... sur le dos des chômeurs. Les français sont des enfants gâtés qui veulent un IPhone, une BMW, une télé 4k géante, des vêtements de marque... etc.
a écrit le 03/12/2018 à 9:26 :
Excellente analyse que je partage à quasi 100%. Mon seul point de désaccord est que l'ISF n'a pas été aboli MAIS transformé en IFI, ne concernant donc que la fortune immobilière. Les mots ont un sens, par les temps qui courent ça compte. Et il est trop tôt je pense pour mesurer l'impact de la transformation de l'ISF en IFI sur les investissements dans les PME ou TPE.
Réponse de le 03/12/2018 à 21:35 :
Certains économistes disent que le petit souffle de croissance qu'on a conservé en 2018 n'est pas dû à la consommation (d'ailleurs vu la proportion des importations dans la consommation, elle crée de la croissance... surtout dans nos pays fournisseurs, Chine, Allemagne,...) mais à une bonne tenue de l'investissement permise par la suppression partielle de l'ISF et le prélèvement forfaitaire unique à 30%, deux bonnes mesures.
a écrit le 03/12/2018 à 9:20 :
Je propose que la taxe sur les carburants soit maintenu, voir augmentée, et serve à payer les dégâts des pauvres types qui ont cassé par plaisir, dégâts à Paris et en province, ainsi que le manque à gagner des entreprises, des commerces et des particuliers. Quand tout le monde sera indemnisé on verra ce qu'on fait des taxes.
Réponse de le 03/12/2018 à 9:44 :
Non, je n'ai pas participé à ces manifs, encore moins cassé, donc je refuse par des taxes supplémentaires de payer pour des dégats dont je ne suis en rien responsable. La pseudo-solidarité, cela suffit.
a écrit le 03/12/2018 à 9:17 :
Il faut tout remettre a zéro:on organise une nouvelle élection présidentielle qui permettra d'élire un homme d'expérience.On revote pour l'assemblée nationale tous les trois ans.On développe la décentralisation démocratique en donnant plus de moyens aux collectivités locales.
a écrit le 03/12/2018 à 8:58 :
Deux propositions concrètes qui parleront aux français dans la situation critique actuelle.

« en marche » de la première heure, je suis frappé par l’incapacité de gouvernement à répondre concrètement à ceux qui ne voient pas l’impact positif des mesures prises depuis 18 mois sur leur pouvoir d’achat, et à la poursuite de l’augmentation des inégalités avec les plus riches.

Pour arrêter les déclarations et les mesures technocratiques, il faut des rectifications concrètes et visibles. Voici deux propositions.

A/ Proposition concrète pour le pouvoir d’achat:

Création d’une « carte visa verte » bancaire, (carte de paiement et de crédit), attribuée à 10 millions de français vivant sous le seuil de pauvreté: permettant d’accéder aux services suivants:
1/ payer une TVA réduite sur tout achat de produits de catégorie 1 (produits de consommation courante à faible signature carbone et non importés).
2/ obtenir un paiement différé de 6 mois à taux zéro, sur demande, pour les achats réalisés avec cette carte.
3/ obtenir un crédit à taux zéro pour des investissements de rénovation d’installation énergétique propre, ou de changement de véhicule.

B/ Proposition concrète pour l’ISF:

1/ faire rembourser le gain lié à la suppression de l’ISF a toute personne n’ayant pas investi cet argent gagné dans l’industrie de croissance, et ce, dans l’année.


La 1ère proposition vise à améliorer immédiatement le pouvoir d’achat des classes moyennes et pauvres du pays. La 2ème proposition permet un contrôle de la bonne utilisation du gain d’ISF pour les personnes ayant eu la chance d’en bénéficier.

Qui suis je: Ingenieur, dirigeant dans de grands groupes industriels, puis entrepreneur/investisseur, et jeune retraité depuis 4 mois.
a écrit le 03/12/2018 à 8:52 :
Non ! le vrai problème n est pas le prix du gasoil, mais la faiblesse criante des salaires.
=> Macron ferait mieux de supprimer les charges patronales et d’augmenter donc tous les salaires de 20% (et baisser le coût du travail de 20% car 40% de charges)
=> il faut taxer l’immobilier dont la valeur a exploser et qui a enrichie une minorité de rentier au dépend des salariés dont les loyers ont été multipliés

(Oui le prix du gasoil est un problème mais c’est une goutte d eau, il vaut mieux vider le vase )
a écrit le 03/12/2018 à 8:51 :
Je pense que c'est la fin pour Macron. Je vois les choses comme cela il va céder sur les taxes sur l'énergie et ensuite voyant qui il a échoué et qui ne pourra plus rein faire jusqu'à la fin de son quinquennat il démissionnera soit en début 2019 ou soit au printemps surement avant les élections européennes.
a écrit le 03/12/2018 à 8:48 :
Bravo Mr Mabille,je suis d'accord à 100% avec votre analyse.Pourquoi nos dirigeants ne peuvent ou ne veulent pas comprendre?
a écrit le 03/12/2018 à 8:48 :
Doit on vous faire un cours démocratique pour vous expliquer que le chef du gouvernement ce n'est pas le président, mais le premier ministre ?
Ce qui s'est passé ce week end ne donne pas envie de céder. Le seul endroit où les petites gens sont célébrés, c'est la tombe du soldat inconnu. Cette marseillaise sous l'arc de triomphe tagué était à vomir.
a écrit le 03/12/2018 à 8:48 :
Il faut simplement regarder les chiffres, 1 291 milliards (chiffres 2017) de dépenses publiques pour 67 millions de français, donc 1 600 euros de dépenses publiques par français, adultes ou enfants, 6 400 euros pour une famille de quatre... certains veulent encore dépenser plus? En avons-nous pour notre argent? (les chiffres sont par mois évidemment)..
a écrit le 03/12/2018 à 8:44 :
Il faut simplement regarder les chiffres, 1 291 milliards (chiffres 2017) de dépenses publiques pour 67 millions de français, donc 1 600 euros de dépenses publiques par français, adultes ou enfants, 6 400 euros pour une famille de quatre... certains veulent encore dépenser plus? En avons-nous pour notre argent?
a écrit le 03/12/2018 à 8:43 :
On voit que les médias voient le vent tourner ! Ce mouvement, je l'accepte et je suis d'accord ! et pourtant ça me complique la vie (très souvent bloqué) ! Jamais je n'aurais imaginé être d'accord avec des choses comme ça mais cette fois c'en est trop. Le baratin écolo ne tient plus, la méthode est brutale, en réalité c'est vraiment l'empilement des choses qui exaspèrent (80, csg, contrôle auto, carburant, injustice sociale, migrants ...) tout fini par se mélanger.
Son ego à prise le relais et c'est la preuve qu'il est dangereux, il est capable de faire exploser le pays !
a écrit le 03/12/2018 à 8:37 :
Excellent article cernant bien les enjeux.
Le peuple est blasé de toutes ces considérations technocratiques et financières qui les étranglent toujours un peu plus au nom de la dette, à laquelle je ne crois pas d'ailleurs tout comme certains économistes. Il ne voit aucune amélioration au fil des décennies. C'est l'échec du capitalisme devenu dur et à bout de souffle... il s'accompagne maintenant d'une logique déshumanisée donc stérile : On dégraisse, laissant sur le carreau des centaines de pauvres gens pour gaver des actionnaires ou des chefs d'entreprises dont la relation à l'argent s'apparente davantage à une maladie psychiatrique qu'à autre chose pendant que les petites entreprises souffrent. L'Europe qui aurait pu être un bel outil en même temps qu'un bel avenir, sert de terrain de jeux pour délocaliser et gagner plus d'argent.
Les traders spéculent sur les céréales sans le moindre état d'âme pendant que des populations entières meurent de faim. Et dernièrement comme cité dans l'article, le cadeau fait aux plus riches, payé aussi par les plus pauvres.
Ce n'est pas concevable. C'est ainsi que la révolution française à éclaté. On peut faire des lois, des décrets qui obligent d'une manière légale. Mais il y a au-dessus des lois injustes, le droit moral, notre conscience, notre regard intérieur sur les choses et les événements. Et surtout la fraternité. Plutôt que modéliser la société et le monde sur une logique de concurrence, d'agressivité, de valeurs masculines, transformons-le positivement avec des valeurs féminines d'écoute, de partage, pour que le monde engendre un terreau fertile à la société.
Il est urgent de remettre l'humain au centre des enjeux économiques. Il est temps de penser à sauver la planète et ses règnes. Demain il sera trop tard. Et là ce n'est pas la logique comptable qui pourra y remédier. Par contre, en nous impliquant dans une transition écologique, nous développerons de nouvelles filières procurant du travail aux gens. Et réfléchissons chacune et chacun comment participer à un nouveau modèle de société plus juste et plus humaine.
a écrit le 03/12/2018 à 8:33 :
Au lieu de taxer le gazoile, le carburant des pauvres, taxer le carburant des riches: le kérozene des avions d'abord!
a écrit le 03/12/2018 à 8:33 :
C'est en effet une des solutions possibles même s'il y aurait bien mieux à faire en se tournant réellement vers une nouvelle économie circulaire profitant à tout le monde, là aussi c'est largement possible

Maintenant ce n'est écrit pas dans la feuille de route des marchés financiers que doit suivre Macron donc c'est hors de sa portée intellectuelle.
a écrit le 03/12/2018 à 8:14 :
Je ne pense plus qu' être gouverné par des politiques qui n ont pas la notion de ce qu' est une fin de mois difficiles n aboutira jamais il faut que non seulement les politiques mais aussi les "hauts fonctionnaires" aïent un salaire comme celui de ceux pour qui ils édicte les lois et avec bien sûr les mêmes forme de retraite et supprimer toute formes d'avantages qu' ils ce sont attribués aux
a écrit le 03/12/2018 à 8:12 :
Le journalisme intelligent n'est pas si simple! Plusieurs hypothèses contestables dans cette tribune.

Est-il évident que la suppression de l'augmentation des taxes sur les carburants règle le problème? Si cela a en effet été le facteur déclencheur, toute personne ayant assister aux défilés de gilets jaunes ce week-end s'est vite rendu compte que ce n'était plus la revendication principale; celle ci est devenu "Macron démission" et les listes de revendications qui circulent maintenant (bien sur il y en a plusieurs qui se contredisent) vont bien au delà; donc céder sur les carburants pourrait très bien encourager le mouvement vers des choses plus radicales (ce que l'on peur aimer ou pas, mais là n'est pas mon propos; je pointe simplement le fait que la "sortie de crise" n'est pas forcément simple).

Dire que reculer sur les taxes carbones en France n'a qu'un faible impact économique et écologique est tout aussi contestable. Le problème principal du changement climatique est justement que chacun ne contribue qu'un petit peu aux émissions et donc ne prend pas d'action de réduction; c'est toujours aux autres d'agir. Un recul en France enverrait un message fort à tous les autres pays que le processus de l'accord de Paris est mort et que donc plus personne n'a la responsabilité d'agir dans un processus international qui est déjà très difficile. Depuis des années tous les experts répètent que la seule solution est de donner un prix suffisamment élevé au carbone; nos petits enfants se demanderont bien pourquoi nous n'avons pas été capable de mettre en oeuvre un solution "pourtant si simple".

Tout en comprenant parfaitement les difficultés financières de nombreuses personnes pour changer leur mode de vie dans le cadre de la nécessaire transition énergétique, les arguments du type "ils n'ont pas les moyens de s'acheter une voiture électrique" sont simplistes. Depuis 50 ans la demande de carburant a toujours répondu au prix avec une élasticité a peu près similaire dans tous les pays et à toutes les époques (alors qu'il n'y avait pas de voitures électriques sur le marché). Il y a quand même de nombreuses actions possibles; à court terme et de la responsabilité de chacun: le covoiturage (devenu beaucoup plus facile à organiser avec les outils de notre époque, il permet de diviser les coûts par 2 ou 3, beaucoup plus que ce qu'offrira n'importe quelle réduction de taxe; il suffit de compter, lorsque l'on prend la voiture pour aller à son travail, le nombre de voiture ne transportant qu'une seule personne - une hérésie économique et écologique complète -- pour voir combien il reste à faire dans ce domaine), l'utilisation du vélo, du scooter, de plus petites voitures, du GPL… A moyen terme, mettre en place des transports publics plus performants, à long terme de vrais changements de mode de vie et d'organisation du travail. Tout cela est très simple, n'est-ce-pas?
a écrit le 03/12/2018 à 8:07 :
Tout à fait d'accord avec cet article ! Pendant des années, on a empilé des taxes, des impôts pour quels résultats ? On a manifesté souvent en silence ! Et donc, on a jamais entendu le cri du peuple ; on a poursuivit les réformes. Aujourd'hui, il y a en plus un très grand mépris affiché par Macron envers son pays. Il se "balade" en Allemagne, en Belgique, en Argentine, alors que les plus modestes sont dans la rue depuis plusieurs semaines, dans le froid et sous la pluie pour exprimer leur mécontentement. Des morts, des blessés, des dégâts... un seul responsable : Macron ! Je pense que nous ne l'oublierons pas lors de ses futurs déplacements en province ! Un gilet jaune limousin très en colère.
a écrit le 03/12/2018 à 8:00 :
LA solution pour sortir par le haut et d'urgence de cette situation explosive serait d'annoncer une hausse importante de la prime d'activité et le relèvement des plafonds de façon à permettre aux classes moyennes d'en profiter.

Actuellement une partie des gilets jaunes ne profitent pas de cette prime car ils ne la connaissent pas (et n'ont pas l'habitude de faire des demandes d'aides sociales) et les autres dépassent de très peu les plafonds car ils sont considérés comme "trop riches". En leur permettant de toucher cette prime cela augmenterait leur pouvoir d'achat tout en valorisant le facteur travail ce qui est aussi une revendication principale des gilets jaunes qui ne bénéficient pas des aides données à ceux qui ne travaillent pas ou peu.

Cela aurait aussi l'avantage de ne pas être obligé de supprimer tout de suite la taxe carbone car cela serait un très mauvais symbole pour les autres pays à qui on demande en ce moment de faire des efforts pour le climat, de plus cette taxe a aussi pour but d'habituer peu à peu les français à limiter l'utilisation de leur voiture.

Il n'est pas compliqué de mettre en place un relèvement immédiat des plafonds et montants pour cette prime d'activité, et ensuite il faudra rapidement trouver des moyens de combler cet argent donné, par exemple en luttant contre la fraude fiscale.

Je précise que je ne soutiens pas du tout Macron ni son parti, ni les gilets jaunes par qui je ne me sens pas représentée du tout alors que je suis dans leur situation sociale aussi, mais je suis une française qui cherche la paix et un équilibre intelligent pour mon pays et pour le monde.
Réponse de le 03/12/2018 à 8:26 :
non, il faut arreter avec la creation de taxes et de primes ou d exemptions de l autre cote pour resoudre les problemes crees par ladite taxe !!

C est exactement comme cette stupide prime ou acheter une voiture electrique (a 25000 € quand meme) en echange de plusde taxes sur l essence

la solution ets une remise a plat du systeme fiscal : asseitte large et taux faible doit etre la direction. exactement l inverse de ce qu on fait aujourd hui. Quant aux economies, il peut faire assez facilement un signe en supprimant le Senat. apres il est clair qu il va falloir un jour s attaquer a la depense. La France depense beaucoup pour des resultats mediocres (cf les Resultats PISA pour les eleves de l EN)
a écrit le 03/12/2018 à 7:55 :
Arrêtons avec ce vocable des "plus modestes". Non, ce sont des gens modestes. Des gens très modestes n'ont ni maison ni voiture où mettre de l'essence. Les plus modestes n'ont rien du tout.
a écrit le 03/12/2018 à 7:55 :
Le geste minimum est le moratoire des augmentations de carburants au 1er janvier prochain. C'est ce qu'attendent les gilets jaunes, au gouvernement de trouver la solution pour compenser cette perte de recette mais si l'on veut on peut. Le pb c'est que Macron se veut inflexible comme Margaret Tatcher mais il lui faut comprendre que l'on ne gouverne pas contre le peuple. L'intelligence politique c'est de savoir lâcher du lest au bon moment pour renouer le dialogue et il faut ranger au placard son arrogance et son mépris du peuple. Le président des chefs de cordée en est-il capable.
a écrit le 03/12/2018 à 7:53 :
Tout cela est bel et beau face à son clavier. Mais avez-vous - passé Lionel Jospin et la dernière cohabitation ainsi qu'une croissance comme adjuvant - vu beaucoup de créations d'emploi ?
a écrit le 03/12/2018 à 7:40 :
Bonjour
Votre article est on ne peut plus clair
Je me permet toutefois de vous dire qu'il manque un très large volet des riches ++ et des riches + , certes, ils ne représentent que qqs pourcentages mais qui sont hélas aux commandes du pays
J'ai regardé avec bcp d'intérêts l'émission de télé ou était invitée la professeure de science po ou elle expliquait que le pouvoir d'achat des hypers riches avait augmenté de 20% de 2008 à 2017 de 6% pour les très riches et de 0,5 pour nous ..... une perte de 450 à 500 € sur la même période par an.
Vous avez oublier aussi l'acharnement des gouvernants à chercher de l'argent frais avec les radars d'où la conclusion que nous sommes devenus le porte monnaie du gouvernement...j'arrete la car je ne serait même pas lu si je devais énumérer toutes les injustices que souffre la société entière.
Bonne journée à vous
Robert
a écrit le 03/12/2018 à 7:36 :
Et blablabla et blablabla...
a écrit le 03/12/2018 à 7:30 :
Il est naturel d’essayer de mettre des mots sur la douleur que l’on ressent.
Verbaliser ou verbaliser ?
Il ne faut pas chercher des représentants aux gilets jaunes, ce serait une autre tromperie, la même que ces odieuses tentative de recupération (lyceens, cégétisme, royalisme, lepénisme etc...
Il faut apaiser.
Ensuite tu prends ta voiture et tu circule au bas des barres de hlm.
Regarde les voitures garees en bas (celles qui brulent de temps en temps).
Tout électrique ? Vraiment ?
a écrit le 03/12/2018 à 7:23 :
J'avais écrit au Président de la République il y a 1 an et demi en lui suggérant de se méfier de la direction du Budget et de celle de la Sécurité routière. Je pressentais déjà que la toute puissance de ces deux machins technocratiques allaient lui faire prendre de mauvaises décisions.
On y est, et au-delà de toutes mes craintes ! Le 80 km/h, rejeté par 75 % des Français, et la taxe sur les carburants (entre autres) imposé par un premier ministre psycho rigide ont généré la plus fantastique révolte depuis mai 68...
a écrit le 03/12/2018 à 7:19 :
Au lieu d'allumer le feu il ferait mieux de faire le pompier de la République!
a écrit le 03/12/2018 à 7:17 :
Le pb, c est plutôt l extraction financière via le Luxembourg de la valeur sous dictature de quelques multinationales que le prix du pétrole.
EM doit comprendre que son mandat c est de convaincre ses pairs que le pouvoir politique existe et qu ils sont capables de restructurer ces schémas plutôt que de jouer la montre.
a écrit le 03/12/2018 à 7:05 :
Faux ! ce n'est pas simple ! au contraire, ce phénomène sociétal est beaucoup plus profond que le prix du pétrole, qui ne joue que le rôle de catalyseur, c'est 50 ans de dictature fiscale , d'assistanat improductif et d'économie dirigée , qui ont ruiné le pays … d'ailleurs les socialistes ont compris leurs immense fiasco … même qu'il ont mis la clef sous le paillasson et vendu leurs murs de Solférino….
Réponse de le 03/12/2018 à 9:11 :
Si je vous suis dans ce sens, et il est raisonnable de le faire, alors je vous pose une question: Comment expliquez-vous que le gouvernement propose une contrepartie à l'achat d'un véhicule écologique sans se poser la question de savoir si le territoire est équipé pour recharger en énergie verte ces véhicules ? Regardez autour de vous et cherchez les dispositifs de recharge pour véhicules électriques, il n'y en a pas. Et la technologie H2 n'est pas prête. Et je doute fort que les brillants conseillés techniques de l'Elysée aient zappé ce détail. Donc tout a commencé par un mensonge d'Etat. Donc il est normal qu'on s'indigne. Sinon, moi je passe à l'électrique demain ne serait-ce que pour amorcer la pompe...
Réponse de le 03/12/2018 à 11:17 :
@Frank, juste un petit élément de cette problématique, en subventionnent l'électrique , le gouvernement "s'assure d'une "bonne excuse" politique , pour différer la transition énergétique au profit de la filière nucléaire , car le nucléaire reste la source la moins polluante (en terme de CO2) la moins chère et ,avec une production fiable , ,il n'y a pas lieu de ce précipité pour engager cette transition , déplus selon l'agence Key Wold Energy Statistics 2016 ,la France est seulement à la 19ème place des pollueurs avec 0,9 % ! contre la Chine n° 1 avec 28% / les USA 14,9% ,3/ l'Indes6%....
a écrit le 03/12/2018 à 6:30 :
Le couvercle de cocotte minute à sauté, les politiques n'en sont pas conscients.
a écrit le 03/12/2018 à 6:19 :
Excellent article qui donne la voie à suivre pour éviter le chaos final..ce Président immature sans expérience de terrain confit dans sa prétention devrait s'en inspirer!!
a écrit le 03/12/2018 à 5:57 :
Il faut essayer de comprendre comment raisonne un politique français:si les rentrées fiscales baissent ,alors il faut trouver d'autres ressources donc augmenter les prélèvements(pas faire des économies).Lorsque les prélèvements augmentent,les rentrées fiscales baissent.Et ainsi de suite....
a écrit le 03/12/2018 à 2:36 :
L'inaction du prince va lui couter tres cher.
Sa parole ? Desormais demonetisee.
Que lui reste t-il, sinon continuer ses imprecations steriles.
a écrit le 03/12/2018 à 1:43 :
Bravo pour cet article tout est parfaitement dit !
a écrit le 03/12/2018 à 0:46 :
Tant qu’on ne résoudra pas ce manque criant, on ne sortira pas par le haut de ce conflit social.
Si les gens ne peuvent pas traverser la rue, ils ne peuvent pas trouver du travail.
Ils deviennent des gaulois réfractaires et finissent par sortir de leur hutte et enfiler un gilet jaune.
E. Macron devrait comprendre cela facilement mais non. Malgré la brochette de conseillers à bac plus 10, il s’entête à répéter chaque semaine le même discours hors sol comme un vieux gâteux
a écrit le 03/12/2018 à 0:41 :
"En politique, reculer n'est pas une défaite, c'est une preuve d'intelligence"
Et affirmer n'est pas vérité, si Macron recule comme ses prédécesseurs, cela en est fini de son quinquennat, il pourra expédier les affaires courantes durant les trois dernières années de son mandat
Réponse de le 03/12/2018 à 8:32 :
Pas sur. On peut pas faire de reforme si on a 80 % du pays contre soi. Ou alors on va vers une dictature. Si Macron a l intelligence de retirer cette hausse de taxe et de virer Philippe (un parfait Juppeiste , droit dans ses bottes qui a tout fait pour aggraver les choses entre les 80 km/h et la prise a haut au debut du mouvenement GJ), il pourra tres bien repartir sur un nouveau pied. N oublions pas que Marcon est arrive au pouvoir sur une vague degagiste et qu il n a aucun adversaire credible (Melanchon, Le Pen sont aux fraises. Dupont Aignan fera 5 %)
a écrit le 02/12/2018 à 23:29 :
Vision partagée... Macron doit changer d’avis ... cela remettra la France en marche
a écrit le 02/12/2018 à 23:25 :
Pourquoi seul l'État devrait il baisser les impôts et les taxes ? Les Régions et les départements pourraient faire un effort ....Dans vingt ans les livres d'histoire raconteront que des émeutes en France ont fait diminuer la richesse nationales de. 0,17 % .Il y aura même des thèses sur ce petit conflit !Ma solution me direz vous fort justement ? Un ou deux %de TVA enPlus c'est indolore et rapporte beaucoup !
Réponse de le 03/12/2018 à 6:47 :
Ma solution, une baisse franche et massive de la dépense publique et sociale, seule solution pour baisser fortement les impôts.
a écrit le 02/12/2018 à 23:18 :
Ce président ne respecte pas le Peuple en ne l'écoutant pas...c'est un gamin irresponsable....
a écrit le 02/12/2018 à 22:49 :
Chapeau M.Mabille !
Une excellente analyse que je ne m'attendais pas à trouver dans votre journal.
Que le monde économique découvre la toxicité de M. Macron, voilà une nouvelle bien réconfortante.
a écrit le 02/12/2018 à 22:40 :
Quand on recule sur des peccadilles (le litre de gasoil est à moins de 1,40), on se met dans une situation à ne plus faire de réformes. Alors, je ne crois pas que vous ayez La Solution, M.Mabille. Notre problème, ce sont bien les casseurs et pilleurs dont on nous dit qu'ils n'ont rien à voir avec les gilets jaunes; la solution est simple: sévérité extrême avec tous les casseurs actuellement retenus, prison ferme pour 15 jours mini le temps de voir venir pour tous ceux qui sont accusés par nos forces de l'ordre, le temps de juger tout ce beau monde. Interdiction de manifestation dans les centres de nos villes. Nous gagnerons ainsi 15 jours qui permettront le retour au calme. Pour les fautifs avérés, de peines exemplaires de très grandes sévérités: notre justice se montre trop molle!
Réponse de le 03/12/2018 à 8:41 :
genial, comme ca on se retrouve avec une situation quasi insurrectionnelle. Les gros ploucs que vous meprisez avec leur diesel et leurs clopes vont commettre des sabotages (par ex un beau bloc de beton sur la ligne TGV, ou quelque pilones haute tension HS) voire plus car certains ont encore des fusils. Le plus fort c est qu il y a une chance non nulle que vous ne soyez meme pas obeit. Car la fracture passe aussi parmi les forces de l ordre. N oubliez pas qu une bonne partie d entre eux vote FN et je doute qu ils fassent du zele pour proteger les bobos
a écrit le 02/12/2018 à 22:31 :
Avec son obstination sur la fiscalité écologique Macron a ouvert la boîte de Pandore de revendications tous azimuts alors qu'il a déjà brûlé toutes ses cartouches avec la suppression de la TH, impôt peut être injuste car reposant sur des bases locatives obsolètes mais parfaitement légitime car contrepartie des services rendus aux habitants par les collectivités territoriales. A un point tel que certains réclament maintenant qu'on ressuscite l'ISF, impôt parfaitement imbécile et anti-économique qui coûte cher à percevoir et à contrôler, dont la baisse a été déjà largement compensée par la hausse de taxes sur les carburants du 1er janvier... dernier. Il n'y a aucune marge pour augmenter les salaires, que ce soit dans le privé (on a des coûts salariaux parmi les plus élevés d'Europe) ou dans le public (déficit budgétaire qui remonte, dette dont le creusement s'accélère -à moins de se décider enfin à toucher aux effectifs). A vrai dire on touche aux limites d'un état qui se veut omniprésent et omnipotent et est devenu impotent.
a écrit le 02/12/2018 à 22:10 :
L'erreur de votre article est de croire que Jupiter le banquier énarque agit pour les citoyens français. Avec la flat tax et l isf il a juste renvoyé l'ascenseur à ses petits copains qui ont financé sa campagne. Il se moque des fins de mois des gueux et de la plèbe. Il garde le cap. Aider ses petits copains les riches.
Réponse de le 02/12/2018 à 23:16 :
il faut regarder les chiffres et non se payer de formules demagogiques.
- Entre 2007 et 2016, les mesures fiscales et les transferts sociaux ont généré un gain additionnel de revenus de 450 à 890 eur pour les 10% les - favorises de la population et de -5000 eur pour les 10% les + favorisés. En clair, les méchants riches ont été tout à fait solidaires (voir étude insee "portrait social" -> ce n'est pas une etude de JP Morgan...)
- l'ISF n'existe plus en europe et bizarrement la France a connu une des croissance les plus faibles...
vous etes sur que cela marche votre truc ?
Réponse de le 03/12/2018 à 0:20 :
Bien vu
a écrit le 02/12/2018 à 22:08 :
Monsieur le président Macron veut une Europe + forte ... qui pèse un peu plus face aux USA, aux Russes, aux Chinois etc ... etc ... c'est une bonne idée ... pour cela il faut renforcer l'Europe et créer une armée européenne ... on a aussi besoin d'un 2ème porte-avion ... construire un nouveau sous-marin à la pointe du progrès bien sur (la question ne se pose même pas) on a aussi un nombre important de soldats ... matériels avions ... hélicoptères ... etc ... etc ... au Mali, en Afganistan et ailleurs ... tout cela est certainement indispensable ... mais "ça nous coûte un pognon de dingue ! ..." alors comme les caisses sont vides ... il nous fait consciencieusement ... les poches ...
Réponse de le 03/12/2018 à 2:46 :
La FRANCE est une puissance nucléaire. C'est le seul pays en Europe qui a une armée puissante. C'est un gage de sécurité pour les pays de l'union européenne. Que ces pays soutiennent financièrement l'armée Française.
Oui là France a besoin d'un deuxième porte-avion nucléaire et des drones armés.
Pour effectuer de la diplomatie internationale, il faut montrer ses muscles
avec une armée extrêmement forte.
Réponse de le 03/12/2018 à 10:55 :
Notre défense nous coûte 2,3% de PIB contre 1;2% en Allemagne. Le "pognon de dingue" c'est 1,1% du PIB. La dépense publique française par habitant est 12% plus élevée qu'en Allemagne et rapporté au PIB, 14 points plus élevée.... dont à peine 1% s'explique par la défense.
a écrit le 02/12/2018 à 22:03 :
Non à la transition écologique !
a écrit le 02/12/2018 à 22:03 :
Monsieur le président Macron veut une Europe + forte ... qui pèse un peu plus face aux USA, aux Russes, aux Chinois etc ... etc ... c'est une bonne idée ... pour cela il faut renforcer l'Europe et créer une armée européenne ... on a aussi besoin d'un 2ème porte-avion ... construire un nouveau sous-marin à la pointe du progrès bien sur (la question ne se pose même pas) on a aussi un nombre important de soldats ... matériels avions ... hélicoptères ... etc ... etc ... au Mali, en Afganistan et ailleurs ... tout cela est certainement indispensable ... mais "ça nous coûte un pognon de dingue ! ..." alors comme les caisses sont vides ... il nous fait consciencieusement ... les poches ...


à besoin d'argent ... beaucoup d'argent ...
a écrit le 02/12/2018 à 21:45 :
Ca me semble raisonnable. Fermeté avec les casseurs, abandon de ces augmentations et remise à plat de cette fiscalité en évitant de prendre les Français pour des c......
Le comprendra t-il, j'en doute malheureusement, car il est entouré de gens qui lui ressemblent.
Tout ça risque de mal finir.
a écrit le 02/12/2018 à 21:45 :
Toujours rien à proposer ? Alors à samedi prochain acte 4 mais là on sera un million partout sur tous les centres commerciaux chez les amis de Macron qui ne payent plus d'impôts, le CAC40 et les GAFA sont à moins de 8% de taxe finale et les PME à plus de 30 ou 40% c'est l'inverse qu'on veut : interdiction par décret immédiat de toute optimisation fiscale , 100 milliards à la clé ,pour notre police pour l'école ,les hôpitaux ,oui Manu les 100 milliards croqués par tes copains on les prendra. Un jour je vous dis que la fraude légale (optimisation..) sous Macron sera illégale par simple décret .
Réponse de le 02/12/2018 à 23:03 :
Tout le monde, entreprises comme particuliers, fait de l'optim fiscale. Et on est d'autant plus enclin à le faire que les niveaux d'imposition sont élevés. On est aussi l'un des pays dont le total des PO rapporté au PIB est le plus fort, et on en paye le prix d'un dynamisme économique en berne. Alors ne bâtissons pas de châteaux en Espagne (encore de l'évasion fiscale ?) avec ce qu'on pourrait récupérer sur les GAFA qui, vous l'aurez constaté au passage, ne sont pas françaises mais américaines, et pour les taxer on ne trouve qu'un très discutable prélèvement, non sur le résultat mais sur le CA réalisé dans le pays, qui au mieux rapportera une poignée de cacahuètes (on parle de moins de 500 millions au total, est ce que ça vaut le coup d'inventer une fiscalité d'exception pour ça ?). Il faut au contraire réduire ce niveau de prélèvement et réduire ou abandonner certaines actions publiques et certaines prestations sociales.
a écrit le 02/12/2018 à 21:40 :
Tout est dit, enfin presque.
L'important c'est que la France cesse cette autodestruction. Le destin de son président est sans importance.
a écrit le 02/12/2018 à 21:39 :
Je ne comprends pas, on parle continuellement des personnes des classes modestes impactées par la politique de ce gouvernement... Et les classes moyennes? Mon épouse et moi gagnons juste un peu plus que le salaire moyen en France, ne voyons aucune baisse ni dans l'IR, ni dans la TH et on ne parle même pas de l'envol de la TF... Et 5 ou 6 ans je ne vois que régulièrement notre pouvoir d'achat diminuer...
Nous utilisons aussi nos véhicules pour notre vie privée et nous avons juste le droit de se taire et de payer? Pourquoi? parce que nous ne sommes pas au seuil de pauvreté?
C'est quoi cette société?
Réponse de le 03/12/2018 à 9:57 :
@ furyo: très bonnes réflexions que je partage. Une partie des français qui ne "bénéficie" de rien ou pas grand chose et paie tout, en a marre
Réponse de le 03/12/2018 à 10:48 :
En bon social démocrate, Macron fait les poches des catégories moyennes (les vrais riches ayant tous les moyens légaux pour se mettre hors de portée... n'oublions pas par exemple que deux chanteurs très populaires disparus récemment ont été à un moment ou à un autre en délicatesse avec le fisc...) pour financer une action sociale qui ne leur bénéficie pas. Rien de nouveau à ce sujet avec Macron... il est dans la droite de ses prédécesseurs de droite comme de gauche.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :