En 2017, restons optimistes

 |   |  946  mots
(Crédits : Reuters)
Si au jour le jour, nous avons tendance à nous focaliser sur les mauvaises nouvelles, et elles sont bien réelles et souvent tragiques, sur le long terme notre situation tend à s'améliorer régulièrement.

L'année 2016 aura été par bien des aspects déprimante : plusieurs attentats terroristes en France et ailleurs, chômage stagnant, faible croissance économique, pics de pollution, tragédie des réfugiés. En cela, 2017 devrait ressembler à 2016 avec en outre son lot d'incertitudes qui ont pour nom Brexit, Donald Trump président, conflits au Moyen Orient, ou encore avenir de l'Union européenne...

Et l'on peut comprendre que les Cassandre tiennent le haut du pavé. Pour autant, la situation est-elle aussi catastrophique que l'on peut l'entendre ?  A qui se plaignait devant lui que « la vie était dure », Voltaire rétorquait, selon la légende, « comparée à quoi ? »

"It's getting better all the time"

Si l'on prend un peu de hauteur par rapport à notre quotidien, si l'on regarde sur le long terme, on apprend que l'on vit de mieux en mieux. Comme le chantaient les Beatles à la fin des années 1960 : « It's getting better all the time ».

En 2016, l'historien des idées suédois Johan Norberg a publié « Progress : ten reasons to look forward to the future » (Progrès : 10 raisons d'envisager l'avenir), devenu un best-seller international mais non traduit en français, où il fournit nombre de données - accessibles à tout le monde via internet - pour expliquer que l'humanité n'a jamais eu d'aussi bonnes conditions de vie qu'aujourd'hui. E Johan Norberg considère que cela ne se sait pas suffisamment.

Le site Our World in Data, animé par Max Roser, dit la même chose mais en utilisant la visualisation de données. Il a choisi de résumer l'amélioration de nos conditions de vie en cinq graphiques.

Moins de 10% de personnes extrêmement pauvres

Ainsi, si l'on prend l'extrême pauvreté (moins de 1,90 dollar par jour), sa part dans la population mondiale entre 1981 et 2015 est passée de 44% à moins de 10% alors même que le nombre d'habitants de la planète passait de 4,44 milliards d'individus à 7,35 milliards. Un progrès dû à la croissance économique et à la productivité de l'activité.

Durant la même période, la part d'analphabétisme est tombé de plus de 40% (1981) à un peu moins de 20%, dont une majorité de gens âgés. Cette part devrait donc se réduire encore plus rapidement dans les prochaines années.

Chute de la mortalité infantile

En matière de santé, le progrès est là aussi spectaculaire, non seulement grâce aux avancées de la médecine (vaccination...) et de l'extension de l'hygiène, mais aussi grâce à l'amélioration de la qualité de la une nourriture, rendue possible avec la modernisation de l'agriculture et la hausse des rendements ainsi que l'accès à plus grande variété de produits alimentaires grâce au commerce international.

L'un des fléaux que ces progrès de la médecine ont permis de réduire est celui de la la mortalité infantile (enfants de moins de cinq ans) tombée à 4,5% en 2015, contre quelque 40% en 1900 !

Mais il n'y a pas que le corps. Les libertés politiques et civiles des individus se sont également étendues à travers le globe. Au XIXe siècle, plus d'un tiers de la population subissait des régimes coloniaux et presque tout le monde vivait sous des régimes autocratiques. C'est à partir de la deuxième moitié du XXe siècle, que les régimes démocratiques ont commencé à gagner du terrain, avec la fin des empires coloniaux et la chute de l'Union soviétique. Aujourd'hui, plus d'une personne sur deux vit en démocratie, et pour ce qui concerne ceux vivant sous un régime autocratique 4 sur 5 sont situés en Chine, où seul le parti communiste chinois dirige, même si ces dernières années les possibilités de circulation et d'expression se sont assouplies.

Population croissante, ressources limitées

Fait plus remarquable encore, mais souvent négligé, toutes ces améliorations ont été réalisées avec une population croissante et des ressources limitées. En deux siècles, nous sommes passés de 1 milliard de terriens à plus de 7 milliards. L'une des raisons est que nous vivons plus longtemps. Pour autant, avec la baisse de la fertilité et le vieillissement, la population mondiale devrait se stabiliser en 2075 avant de se mettre à baisser, et faire mentir les prédictions malthusiennes.

Pourtant malgré ses progrès, une large majorité d'entre nous voient paradoxalement l'avenir avec pessimisme. Pour l'expliquer, Max Roser avance le rôle des médias qui parle tous les jours de ce qui va mal dans le monde : crash aérien, attentats terroristes, catastrophes naturelles... Mais que serait un journal qui ne parlerait que des trains qui arrivent à l'heure, qui trouverait extraordinaire ce qui est la norme ?

Effort quotidien et collectif

L'une des raisons les plus pertinentes réside dans le fait que ces progrès ne se font pas de façon spectaculaire mais à un rythme lent et à peine perceptible. Prenons l'exemple d'internet, les possibilités que le réseau offre étaient à peine imaginables avant sa création, mais aujourd'hui tout cela est intégré à notre quotidien, sans même qu'on pense au progrès qu'il a amené.

Et c'est d'ailleurs là le risque. Ce progrès n'est pas un phénomène donné et naturel mais construit par l'effort quotidien et collectif. Il nécessite donc la poursuite de cet effort volontaire pour demain éradiquer l'extrême pauvreté, réduire le chômage, augmenter les libertés... C'est la raison pour laquelle seule une vision qui embrasse le long terme est de nature à relativiser les mauvaises situations que chacun rencontre au quotidien.

C'est cette vision optimiste que voudrait formuler la Tribune en cette fin d'année 2016 en souhaitant à ses lecteurs et internautes une bonne et heureuse année 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/01/2017 à 21:44 :
bonne analyse.
nous qui sommes issue du pays pauvres (le Tchad) ne voyons pas le progrès. mais on gardera espoir. merci
a écrit le 01/01/2017 à 17:30 :
Le pessimisme c'était avant!
a écrit le 31/12/2016 à 22:24 :
J essayerai mais je suis essive je n en peux plus ils bont me tuer Au secours au secours
a écrit le 31/12/2016 à 11:26 :
Nous sommes tellement protégés que nous devons nous inventer des dangers au risque de détruire ce qui nous protège : les vaccins, l'agriculture efficace, etc.
a écrit le 31/12/2016 à 11:02 :
Citer Internet comme une évolution heureuse alors qu'Internet est responsable de la dispatition du principe de précaution... en effet, Internet est le vecteur des réseaux djihadistes, d'escroquerie en tout genre, cybercriminalité etc.
Je suis peut être naïf mais je me dis qu'il y a 20ans, on aurait restreint Internet tant que les contenus publiés ne sont pas maîtrisés
a écrit le 31/12/2016 à 7:40 :
Vivre sur une boule stérile avec les humains, les rats, les pigeons et les mouches comme seuls êtres vivants c'est très rejouissant! Par contre notre cerveaux sera connecté à un processeur qui nous dira quoi faire ou ne pas faire. Un nouveau paradis pour les esclaves nés
Réponse de le 31/12/2016 à 11:19 :
Vous avez oublié les scorpions...
Réponse de le 01/01/2017 à 15:08 :
@ fred Georges.
Vous savez rien ne vous force à participer à l'aventure.
Marre de votre bande de petits écologistes qui fraudes les données pour inventer des dangers et nous empêchent d'avoir un vrai perception.
Par exemple les OGM sont légaux depuis20 ans dans le reste de monde et celui-ci va bien et ne meurent pas en masse.
grâce á votre propagande les spécialistes OGM ont quitté l'Europe et font bénéficier les autres continents de leur talents.
a écrit le 30/12/2016 à 21:57 :
LA seconde moitié du 20 ème siècle a apporté une mutation technologique la plus importante de tous les temps . Ce fut l'aboutissement de la révolution industrielle . Cette époque est révolue et nous vivons désormais la révolution numérique qui bouleversé les modes de production et le vieil ordre social comme en son temps l'usine phagocyta une large partie de la paysannerie . La mondialisation est en marche et ceux qui ne se glisseront pas dans ce bouillonnant torrent seront broyés tel les canuts de Lyon accrochés à leur vers à soie . L'avenir à besoin d'énergie . Au diable les prophètes de carnaval vert. L'énergie de demain est l'hydrogène constituant basique de l'univers . C'est l'annonce d'une prospérité nouvelle , propre , durable dont l'usage donne l'eau un elexir de vie . L'optimisme est devant nous pour des lustres .
Réponse de le 31/12/2016 à 7:39 :
Vivre sur une boule stérile avec les humains, les rats, les pigeons et les mouches comme seuls êtres vivants c'est très rejouissant! Par contre notre cerveaux sera connecté à un processeur qui nous dira quoi faire ou ne pas faire. Un nouveau paradis pour les esclaves nés
a écrit le 30/12/2016 à 21:15 :
J'étais pessimiste, mais c'était avant, oui avant de décider a quitter la France car je n'avais plus les finances pour y vivre. Donc aujourd'hui optimiste, zen, cool et bien décidé de vivre a 100 pour 100 ma retraite. Salut les veinards contribuables...
Réponse de le 31/12/2016 à 1:02 :
Les veinards contribuables paient votre retraite mais certains politiques se proposent de la réduire de moitié afin de diminuer les charges. Bon séjour chez vous.
Réponse de le 31/12/2016 à 13:35 :
Hé oui patriot après 44,5 année de cotisation avec des 100 heures par semaine. Facile de parler quand on sait pas.
Réponse de le 01/01/2017 à 9:47 :
"44,5 année de cotisation avec des 100 heures par semaine." Soit 16 heures / jours sur 6 jours ? Vous nous prenez pour des jambons.... Vu votre mentalité vous étiez plutôt a 100 par mois....
a écrit le 30/12/2016 à 20:03 :
Nous vivons bien mieux qu'il y a un siècle mais nous savons que dans un siècle à cause de la pollution nous vivrons moins bien voir même l'humanité pourrait disparaitre, pas de quoi se réjouir quand on a fait des enfants et qu'on les aime.
a écrit le 30/12/2016 à 18:46 :
"Population croissante, ressources limités", mais 7 milliards d'hommes ce qui est nombreux, ne représente que 0,00000....000001 % de masse terrestre ! Vaporisables en par un seul astéroïde conséquent.
Ressources limités ??? L'homme est bien prétentieux ou manipulateur ?
Réponse de le 01/01/2017 à 15:11 :
Non il écoute juste les médias qui lui présentent les fraudes des écologistes comme si c'était vrai.
Ne vous inquiétez pas il y a des ressources il faut juste apprendre à les utiliser.
Par contre en normes de production romaines il n'y a effectivement plus de ressources et nous sommes en train de mourir de faim.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :