Grand débat : vous pouvez répéter les questions ?

 |   |  1115  mots
C'est à Grand Bourgtheroulde (Eure) qu'Emmanuel Macron s'est exprimé mardi dernier  devant des maires pour lancer le Grand débat.
C'est à Grand Bourgtheroulde (Eure) qu'Emmanuel Macron s'est exprimé mardi dernier devant des maires pour lancer le Grand débat. (Crédits : Reuters)
ÉDITO. Emmanuel Macron a lancé, mardi 15 janvier, le Grand débat, une consultation citoyenne dont l'objectif est de renouer le lien rompu avec les Français et sortir de la crise des "Gilets jaunes". Si l'organisation de cette concertation interroge - certaines questions comme le rétablissement de l'ISF étant de facto proscrites alors que le président a assuré que rien se serait éludé durant ce temps de discussion -, il est essentiel, pour la suite du quinquennat et la capacité du président à réformer, qu'elle aboutisse. Par Philippe Mabille, directeur de la Rédaction.

Pour « transformer les colères en solutions », Emmanuel Macron a donc lancé cette semaine l'opération Grand débat national en commençant, mardi 15 janvier, par une immersion au coeur de la mêlée des maires normands, à Grand Bourgtheroulde, auxquels il a offert une séquence inédite de questions-réponses de plus de six heures, comme pour démontrer le sérieux et la sincérité de sa démarche participative. En choisissant la région du « p't-être ben que oui » - « p't-être ben que non » pour engager le dialogue, le chef de l'État ne pouvait pas mieux incarner la difficulté de l'exercice qu'il propose à un peuple de « Gaulois réfractaires » et divisés. Car, aux quelque 35 questions que le président énumère dans sa Lettre aux Français, il va être bien difficile d'apporter des réponses qui mettent tout le monde d'accord.

Fiscalité et dépenses publiques, transition écologique, organisation des territoires, démocratie et citoyenneté, mais aussi immigration et laïcité, c'est une nouvelle campagne électorale qu'engage Emmanuel Macron, qui cherche visiblement à renouer le contact rompu avec le pays, à la façon de la « Grande marche » de la campagne victorieuse de 2017. L'exercice est louable : vu la gravité de la crise sociale et politique dans laquelle le pays s'enfonce depuis le déclenchement des blocages des « gilets jaunes », le 17 novembre, Emmanuel Macron espère qu'il en sorte un nouveau pacte social et républicain. Chiche ! Mieux vaut un Grand débat que le grand pugilat auquel nous assistons depuis bientôt dix semaines chaque samedi. Il faut donc laisser sa chance au débat et espérer que le plus grand nombre possible de citoyens, d'élus et de chefs d'entreprise y participeront, car tout le monde est concerné.

Une étape essentielle pour relancer le quinquennat

Bien sûr, le scepticisme règne sur l'issue de ce processus. Pour réussir, il aurait peut-être fallu commencer par faire un débat sur le débat, sur la façon de l'organiser, sur les thèmes à aborder. L'épisode du retrait de Chantal Jouanno, présidente de la Commission nationale du débat public, n'était pas glorieux, ni pour elle-même, ni pour le gouvernement. Certes, Emmanuel Macron assure qu'« il n'y a pas de questions interdites ». Mais il ferme « en même temps » la porte sur les réformes déjà votées. On peut débattre mais, apparemment, pas pour changer de cap. Pas question, donc, de revenir sur la suppression de l'ISF, même si une évaluation est engagée par les parlementaires pour mesurer l'impact économique de celle-ci pour les valeurs mobilières. Mais la fiscalité, son poids, sa répartition, sa structure, sera bien abordée, en même temps que sa contrepartie, les services publics et leur efficacité.

De ce Grand débat peut donc sortir « une chance pour la France », en général, et une « nouvelle chance » pour Emmanuel Macron, en particulier. On peut considérer que l'Acte I du quinquennat s'est achevé avec la crise des « gilets jaunes » : très affaibli, le président de la République sait bien qu'il serait très risqué pour lui de repartir sabre au clair à l'assaut de réformes aussi complexes que celle de l'assurance-chômage, des retraites ou de l'État. Pour espérer un Acte II et éviter d'achever son mandat dans l'immobilisme dans un Palais de l'Élysée assiégé, voire d'être empêché de le finir comme il en a lui-même envisagé l'hypothèse dans le livre que Nicolas Domenach et Maurice Szafran lui ont consacré (Le Tueur et le poète), cette étape du Grand débat est indispensable.

Mettre la réforme de l'État au centre du jeu

Encore faut-il que le débat ne soit pas un artifice pour gagner du temps d'ici aux élections européennes et que ce temps de conversation civique permette de faire la pédagogie du réel. C'est la limite de l'exercice : Emmanuel Macron semble renvoyer aux Français la responsabilité de choisir à quelles dépenses publiques il leur faudrait renoncer, quels impôts il faudrait supprimer. C'est peut-être beaucoup leur demander, car la réponse est courue d'avance : les gens sont toujours d'accord pour que l'effort porte sur les autres mais rarement sur eux-mêmes. Dans une France gagnée par le déclassement des classes moyennes, la notion de sacrifice au nom de l'intérêt général n'a plus cours. Surtout, on le voit bien, les Français demandent que les efforts soient partagés par tous et que soit rétabli un équilibre entre les gagnants et les perdants de la mondialisation.

En clair, après s'être occupé des « premiers de cordée », le nouvel Emmanuel Macron doit changer de cap et s'occuper en priorité des derniers de cordée. Le Grand débat peut aussi lui permettre de provoquer une alliance des réformateurs face aux conservateurs, pour contrer ceux qui bloquent le pays. Car, à bien lire la lettre du président, il est beaucoup de domaines où les réponses sont dans les questions... Ces quelques exemples en donnent la mesure : « Y a-t-il trop d'échelons administratifs ou de niveaux de collectivités locales ? Faut-il revoir le fonctionnement de l'administration ? Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers ? » Emmanuel Macron n'en fait pas mystère : ce Grand débat a pour objectif de mettre la réforme de l'État au centre du jeu.

Sur le plan politique, le bilan de la crise des « gilets jaunes » n'est d'ailleurs pas si négatif pour le chef de l'État, qui commence à remonter dans les sondages, ce qui semblait impossible. Il ne reste finalement plus que deux forces politiques face à face : Emmanuel Macron et Marine Le Pen, dont le Rassemblement national apparaît comme le grand gagnant de la séquence, sans doute parce que les préoccupations identitaires prennent le dessus sur les attentes sociales. La gauche sort plus affaiblie que jamais de la crise, avec un Parti socialiste invisible et une France insoumise incapable jusqu'ici de récupérer les dividendes de la colère des ronds-points.

___

Retrouvez les autres articles de notre Dossier spécial "Grand débat national" dans La Tribune Hebdo n°276 daté du 18 janvier 2019 :

Hebdo H276

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2019 à 8:10 :
....les revendications sont archi connues et relèvent simplement des fondements de la Republique : EGALITE , JUSTICE et LIBERTES , dans tous les domaines ......
Bien dégradées depuis quelques temps , et pas besoin de débats fumeux ni de postures pour les appliquer , simplement de la volonté !
a écrit le 18/01/2019 à 15:18 :
Le débat de macron Avec LeS maire ! Mais LeS retraites ils fait riant quasi bloque une inflation de 1.7% et seulement une revalorisation de 3.€ pour un retraitee a 1000€ La lettres de Jupiter ils oublie leS tetraites pas les riches la ok LeS retraitees Avec macron la misère
a écrit le 18/01/2019 à 13:01 :
Ce débat est un piège qui vise à décrédibiliser le mouvement.
Macron n'a que faire de l'avis des français comme il l'a prouvé depuis son entrée en politique.
Ce débat va montrer les contradictions des français ce qui lui permettra de dire : "Voyez vous ne savez pas ce que vous voulez, alors laissez-nous décider pour vous".
Après avoir vendu à la sauvette ALTSOM et d'autres actifs stratégiques, il se prépare un abandon sans précédent de souveraineté avec le traité d'Aix La Chapelle.
Voir le député Aurélien TACHE qui déclare cela sur un plateau de télévision :« Le fait de transférer une grande partie de la souveraineté nationale au niveau européen, c’est ce que l’on va proposer aux élections européennes »
La France n'a plus l'autonomie nécessaire pour mener une politique économique efficace : une monnaie trop forte faire pour d'autres, des traités contraignants qui empêchent de défendre ce qui reste de son industrie, ...
Le déclin est amorcé et ne s'arrêtera pas, il va s'accélérer avec MACRON.
Réponse de le 19/01/2019 à 10:50 :
Dans trois jours il va signer un renouvellement du traité franco-allemand, autant dire qu'il va solder ce qu'il reste de la France, les teutons peuvent se frotter les mains, ils ont fait trois guerres pour rien, ils leur suffisaient d'attendre le Macron 2017 (pas une bonne cuvée). D'ailleurs pour satisfaire nos "ennemis", "amis", oui c'est pareil, allemands je propose de rebaptiser le porte avion "Charles de Gaulle" en "Adolf Hitler" ça devrait avoir de la gueule (bon c'est de l'humour, ou de l'humeur, comme vous voulez).
a écrit le 18/01/2019 à 11:11 :
"et Marine Le Pen, dont le Rassemblement national apparaît comme le grand gagnant de la séquence"

Hier encore dans tous les médias de masse on nous affirmait que les gilets jaunes sont des fachos en fait.

Forcément tout cela ne peut que plébisciter le fascisme exposé comme seul alternative au danger lrem. A se demander quel jeu joue l'oligarchie allemande quand même hein... Macron est loin de se douter à quel point il se fait manipuler et c'est bien fait exprès.
a écrit le 18/01/2019 à 9:16 :
Discuter c’est bien, agir c’est mieux. Ce débat doit aboutir sur des décisions concrètes, et pas toujours en accord avec la philosophie des décideurs. Là encore j’ai des doutes.
A mon niveau je serais vigilant sur les taxes affectées aux énergies, (carburant, fuel, électricité, gaz)
Taxes qui sont à l’origine la « crise » et qui pilotent une bonne partie de notre pouvoir d’achat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :