L’Afrique décolle

 |   |  461  mots
Mi-2019, un accord sur la création d'une Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) a été adopté, signe d'une libéralisation des économies de la région.
Mi-2019, un accord sur la création d'une Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) a été adopté, signe d'une libéralisation des économies de la région. (Crédits : African Union Commission)
LE "CONTRARIAN" OPTIMISTE. Croissance exponentielle du PIB, chute de la mortalité infantile, hausse du taux d'alphabétisation et accroissement de l'espérance de vie... Il semble loin, le temps, où l'hebdomadaire britannique The Economist titrait pour l'une de ses couvertures : « L'Afrique, le continent sans espoir ». Par Robert Jules, directeur-adjoint de la Rédaction.

Lors de la séquence qui a vu, à la fin du XXe siècle, le mouvement de la mondialisation se développer grâce à l'assouplissement des barrières commerciales sous l'égide de l'OMC, l'Afrique était le seul continent qui ne bénéficiait pas de cette dynamique. Cela avait conduit le célèbre hebdomadaire britannique The Economist à titrer en 2000 une de ses couvertures « L'Afrique, le continent sans espoir ».

Avenir prometteur

Depuis, la situation a changé. Alors même que l'économie mondiale ralentit, notamment en raison des tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis et d'un retour au protectionnisme un peu partout, l'Afrique décolle. Région la plus pauvre du monde, l'Afrique subsaharienne (46 pays abritant une population de plus d'un milliard de personnes) peut espérer un avenir nettement plus prometteur. Ainsi, entre 2001 et 2018, son PIB est passé, selon la Banque mondiale, de 378,5 milliards de dollars à 1 .710 milliards de dollars, soit une hausse de quelque 351 % ! Et le PIB par habitant exprimé en parité de pouvoir d'achat est passé, durant la même période, de 2 .065 dollars à 3 .987 dollars, soit une augmentation de 93 %.

L'un des indicateurs qui traduit cette...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2020 à 10:56 :
Ne pas oublier les fortes disparités entre les différents pays Africains. De même, garder à l'esprit que tant que les taux de natalité seront supérieurs aux taux de croissance de ces pays, il sera très difficile de faire baisser durablement la pauvreté (sans parler des problèmes de gouvernance ....).
a écrit le 06/02/2020 à 10:43 :
l'Afrique décolle certainement. Mais pas grâce à la Francafrique qui a permis par ex le maintien, le départ puis à nx le retour du dictateur Denis Sassou n'guesso en RPC ds les années 80-90 à la suite d'une guerre civile sanglante. Depuis, la RPC se tourne résolument vers la Chine (comme du reste de nbreux pays d'Afrique) qui finance et réalise des investissements d'infrastructure et de formation non par philanthropie, mais pour satisfaire sa soif inassouvie de matière 1ere et de terres cultivables et se créer des zones d'activité de ss traitance à très bas coût, comme par ex en Ethiopie ds le textile tt en maintenant son leader ship planétaire ds ce secteur.
Si c'est pas vraiment l'Eldorado pour l'Afrique, c'est qd même moins pire que la regrettable Francafrique et son néocolonialisme rampant.
a écrit le 06/02/2020 à 9:17 :
L'embellie ne va pas durer longtemps. Avec les taux de natalité qu'ils ont, et la jeunesse de leur population, ils vont faire face à des problèmes de famine dans pas longtemps. Pour l'instant, le pétrole n'est pas trop cher, mais quand il va remonter à cause des bio-carburants, ça sera une autre paire de manches. Et puis, si tout vas si bien chez eux, pourquoi prennent-ils tous les risques en mer Méditerranée pour venir chez nous ?
Réponse de le 06/02/2020 à 11:20 :
Pourquoi? Il suffit de visiter qq pays subsahéliens. Les qq reportages des TV européennes visibles là bas montrent toujours les bons côtés de notre vie. Ils savent très bien que pour eux ce sera dur d'y arriver rapidement; d'une part, d'autre part, ceux qui sont arrivés en Europe ne vont pas dire qu'ils sont dans la misère la plus totale d'autant qu'ils ont été aidés financièrement par de la famille restée au pays. On a tous de l'amour propre.
Réponse de le 06/02/2020 à 17:58 :
Ça vous fait mal de voir l Afrique décoller mdr
Réponse de le 15/02/2020 à 17:22 :
Avec des raisonnements et une ignorance pareille, on est en train de se faire foutre dehors d'un continent d'un mds d'habitants par les chinois, les décideurs d'Afrique du Nord et bientôt les indiens.
Or, l'Afrique regorge de matière 1ere et de terres cultivables et ceux qui les aideront à les mettre en valeurs tt en leur permettant de s'enrichir détiendront pour longtemps la suprématie de ce vaste monde.
Réponse de le 17/02/2020 à 16:47 :
Merci de lire l'article:
-La hausse du PIB par habitant montre que malgré la natalité le PIB progresse plus vite que la natalité.
-Non tout ne vas pas bien chez eux: PIB par habitant 2000 Dollars, PIB par habtiant en france 43000 dollars. Il vaux mieux vivre en France qu'en Afrique pour l'instant, traduire les choses s'améliorent par tout vas bien chez eux est une violation du sens de la langue francaise.
-Pourquoi la hausse des prix agricoles vieindrait'elle d'une hausse des bio carburants? Pour l'heure les bio carburant restent limités en raison d'un bilan carbonne pour le moins mitigé (Utilisation de gaz naturel dans le process par exemple)
Enfin l'Afrique a t'elle utilisée sa Surface Agricole Utile? Le problème de la limitation de la production vient-il d'un manque de terres ou d'une faible productivité? Je doute que la productivité par hectare en Afrique corresponde à celle de la France. Il y a donc beaucoup de marge á la hausse.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :