Olivier Roussat (Bouygues Telecom) à la Tribune des Décideurs : "Nous voulons démocratiser le mobile à très haut débit"

 |   |  535  mots
Lundi 30 septembre à 12h30, nous recevions Olivier Roussat, Président-Directeur Général de Bouygues Telecom.

A la veille du lancement de la 4G par Bouygues Telecom, Thomas Blard pour DECIDEURS TV et Eric Walther pour La Tribune reçoivent son PDG, Olivier Roussat.

Bouygues Telecom ouvrira demain son réseau 4G avec, d'emblée, une couverture record de 63 % de la population, et a bénéficié pour cela d'un coup de pouce des pouvoirs publics : l'autorisation de recycler une partie de son réseau actuel en 4G.

Aux côtés de nos deux journalistes, Olivier Roussat revient sur l'enjeu du très haut débit mobile et répond aux questions des internautes.

Qu'est ce que le lancement de la 4G en France va changer ?

On peut parler d'un véritable bouleversement. C'est en effet la première fois que la technologie mobile va permettre des débits plus rapides que la technologie fixe à laquelle tous les foyers sont habitués. La 4G  transforme la relation du consommateur à internet, en apportant plus de confort de navigation et de fluidité. Free a fait le pari de démocratiser la téléphonie, nous faisons celui de démocratiser l'internet à très haut débit mobile.

 Qu'est ce qui fera le succès de la 4G en France ?

 Il y a deux pays où la 4G a été une véritable réussite : la Corée du Sud et les Etats-Unis. Trois éléments y ont contribué. Il est d'abord indispensable que la couverture soit suffisamment large pour que l'on ait accès au service dans toutes les « zones de vie ». C'est pourquoi nous avons choisi de couvrir 63% de la population. Ensuite, il faut offrir un choix de mobiles fourni en termes de prix et de prestations. Enfin, les offres doivent être suffisamment attractives pour que les clients puissent tester la 4G. D'où l'idée d'en lancer à partir de 30 euros.

 La complexité des forfaits 4G ne risque-t-elle pas de brouiller à nouveau l'image des opérateurs ?

 On ne peut pas proposer un service pour lequel l'usager ne réalise pas ce qu'il dépense. La data mobile coûte cher - rien à voir avec la voix ou les SMS -, c'est pourquoi nous avons mis en place des tableaux de bords pour que nos clients puissent vérifier leur consommation de données, et choisir ou pas d'en consommer davantage.

 La 4G va-t-elle améliorer la couverture 3G déjà existante ?

 La 4G n'a normalement pas d'impact sur la 3G. Cela étant dit, tous nos équipements ont été remplacés, et peuvent désormais « lire » toutes les fréquences. Nous sommes aussi le seul opérateur à avoir fait le choix d'utiliser la fréquence à 1800 Htz  sur laquelle les premières versions d'iPhone 5 peuvent naviguer en 4G...

La 4G reste pour l'instant très urbaine. N'y a-t-il pas un risque de créer une France du mobile à 2 vitesses ?

 Nous avons des engagements et des calendriers de déploiement imposés par les pouvoirs publics pour que la 4G ne soit pas simplement une technologie des villes. Les fréquences 800 Mhz ont été pensées pour couvrir les zones rurales, et nous visons entre 83% et 100% de couverture de la population d'ici à 2017.

Retrouvez son intervention dans la vidéo !

Plus d'informations sur Décideurs TV

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :