Nomination de Barroso : qui pense quoi ?

 |  | 514 mots
Lecture 3 min.
A deux semaines de la plénière de Strasbourg qui devrait approuver le président de la Commission européenne, deux débats font rage au Parlement européen. Le premier concerne le nom du candidat : les anti-Barroso n'ayant toujours pas présenté de concurrent au Portugais, il est le seul en lice. Le second débat tourne autour de la date de la nomination. Pour certains il faut aller vite pour ne pas laisser de place vacante en temps de crise, pour d'autres il faut patienter jusqu'à l'automne, après le referendum irlandais pour savoir sous quel traité (Nice ou Lisbonne) et donc selon quelles règles cette nomination se fait.

Tour d'horizon des positions :

Groupe PPE

36% des sièges

soutient José Manuel Barroso ("M. Barroso a fait ses preuves, il a fait ses preuves sur le paquet énergie climat, adopté en un temps record, il a fait ses preuves sur la directive services, sur la directive REACH et sur l'élargissement" a déclaré Joseph Daul, président du groupe)

souhaite encadrer cette proposition avec un "pacte de législature", le Manifeste de Varsovie

favorable à un vote le 15 juillet

Groupe APSD

(anciennement PSE) 25% des sièges

"pas de vote le 15 juillet sur Barroso" telle était encore hier la position du groupe avant que son leader Martin Schulz, leader du groupe, dise ne plus être totalement opposé à la reconduction de José Manuel Barroso. Les négociations avec le PPE dans ce sens lui permettraient d'obtenir la présidence du Parlement pendant la seconde partie de la législature.

favorable néanmoins à un report du vote pour avoir le temps d'organiser un vrai débat sur le programme du candidat.

Groupe ALDE

11% des sièges

Sa position est encore très ambigu par manque d'homogénéité entre les grandes et les petites délégations

Pour le moment le groupe n'a pas d'autre candidat que José Manuel Barroso mais après le jeu personnel de Graham Watson, qui s'est depuis retiré de la course, on pourrait attendre celui de Guy Verhofstadt

Sur le calendrier, deux options :

celle de Guy Verhofstadt pour un report "en septembre ou plus tard"

ou celle de Diana Wallis pour un vote le 15 juillet.

Or les deux sont candidats à la présidence du groupe, dont l'élection aura lieu le 30 juin.

Groupe des Verts

7% des sièges

s'oppose à José Manuel Barroso et affirme qu'il va "proposer mieux que Barroso", d'ici septembre, peut-être pendant l'été

considère le report du vote comme "l'objectif premier", avec une préférence à l'après-referendum irlandais pour une nomination dans les règles du Traité de Lisbonne

Groupe CRE

(nouvelle formation des Conservateurs et réformistes) 7% des sièges

soutient José Manuel Barroso

favorable à un vote le 15 juillet

Groupe GUE

4,3% des sièges

s'oppose à la reconduction de José Manuel Barroso, "nous y étions déjà opposé il y a cinq ans, il n'y aucune raison pour que ça change. Sa commission néolibérale et trop sensible au Conseil ne nous plaît pas."

doit encore se réunir dans le courant de la semaine prochaine pour définir la position du groupe sur le calendrier

Pour résumer, sont en compétition:

trois dates ...

le 15 juillet, donc dans le cadre du Traité de Nice, avec un vote à la majorité simple ou les abstentinos ne comptent pas

le 15 septembre, donc toujours dans le cadre du Traité de Nice mais avec l'été pour proposer un candidat alternatif (un choix difficile à comprendre parce que juste avant les élections allemandes et le referendum irlandais)

après le referendum irlandais, donc dans le cadre du Traité de Lisbonne, avec un vote à la majorité des membres du Parlement

... mais un seul candidat.

Y.-A.N. avec C.V


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :