A bâtons rompus avec Bertrand Diard, co-fondateur de Talend

 |   |  202  mots
Talend a été financé par Bernard Liautaud, le fondateur de Business Objects, via le fond Balderton. Vous êtes un éditeur Open Source. Quel est votre domaine d'activité ?

Bertrand Diard : Nous proposons des solutions d'intégration de données. Dans une entreprise, vous devez souvent échanger des données entre deux parties d'un système d'information. Nous facilitons la tâche des informaticiens avec une solution graphique facile à utiliser. Nous venons de nous renforcer en reprenant la start-up française Amalto. Si vous êtes client d'une banque, vous avez peut-être de nombreuses existences différentes dans son système d'information. Les coordonnées du compte courant ne sont peut-être pas les mêmes que celle du livret d'épargne, de la sicav ou de l'assurance-vie. Avec Amalto et Talend, nous pouvons nettoyer ce type de scories.

Quel est l'impact de votre politique de prix sur la concurrence ?

En termes de positionnement, l'Open Source s'est crédibilisé. Nos concurrents s'appellent Oracle, IBM et Informatica. Comme nous coûtons parfois 10 fois moins cher qu'une solution propriétaire, le seul moyen qu'ont nos concurrents de nous contrer est de détruire leur politique de prix. Le problème est que leur structure de coûts est paramétrée pour signer des contrats à un demi-million de dollars. Nous gagnons de l'argent avec 50.000 dollars. On peut dire qu'on leur met la pression.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :