Allons-nous vers une nouvelle "crise de 29" ?

Jean-Yves Lefevre est chargé de cours à l'Université de Paris Dauphine et dirigeant du Cabinet Lefevre & Associés.
Copyright Reuters
Copyright Reuters

Ce n'est pas ce que nous disent les marchés financiers. Cet été, ils viennent même de connaître une envolée spectaculaire (+ 15 % en Europe en moyenne). Cet épisode haussier a été une nouvelle occasion de vérifier que la confiance joue un rôle prédominant. C'est toujours étonnant de constater l'impact qu'ont de simples paroles, dès lors qu'elles sont formulées par un orateur considéré comme crédible : ici Mario Draghi, le président de la BCE. Après sa dernière intervention, on a même pu lire que « l'Europe était sauvée ! » ou encore que « les marché européens avaient désormais un boulevard devant eux, car ils devraient rattraper l'avance prise par les marchés américains qui sont revenus à leur niveau d'avant 2008 alors que le CAC est encore à - 40 % ».

Pourtant, si l'on examine plus en détail les vraies possibilités d'intervention de la BCE, on est en droit de penser que l'optimisme des marchés est largement exagéré. Si l'on s'arrête sur les fondamentaux économiques, c'est encore plus inquiétant, car on a toutes les raisons de craindre un retournement des marchés dans les semaines ou les mois à venir, tant la confiance devrait se retourner sous le poids du principe de réalité. Certains prix Nobel d'économie comparent même la situation actuelle à celle du début de «la grande dépression» de 1929.

Les vraies possibilités d'intervention de la BCE sont limitées

Le dernier message de Mario Draghi vient de faire mouche. La banque centrale assurerait enfin la stabilité du système financier européen en achetant des dettes d'Etats de maturité inférieure à 3 ans, sous certaines conditions certes, mais de façon illimitée. Le marché s'est immédiatement enflammé, enthousiasmé par ce terme « illimité ». Trois commentaires s'imposent :
? En premier lieu, il convient de rappeler que l'interventionnisme de la BCE n'est pas une nouveauté. Depuis 2010, elle a déjà racheté des dettes de pays en difficulté pour au moins 200 Milliards d'? et surtout 5 fois plus de créances « douteuses » auprès des banques en difficulté.
? Par ailleurs, en y regardant de plus près, le caractère illimité de l'aide potentielle est en fait restreint, dans son montant et du fait des conditions d'obtention extrêmement dissuasives. En effet, le pays demandeur d'aide doit, en contrepartie, accepter de perdre sa souveraineté par son asservissement à un plan de rigueur et à des contrôles sévères menés par la « Troïka » (le gendarme de l'Europe en la matière). Cela explique pourquoi il y a si peu de pays candidat pour le moment.
? Enfin, si l'on se réfère à la décision que vient de prendre la Cour Constitutionnelle de Karlsruhe, en pratique, la capacité d'intervention maximale de la BCE serait de l'ordre de 600 Milliards (et non illimitée), montant qui correspond à moins de la moitié de la dette sur 3 ans des seuls PIIGS.

 

                      Dette totale en milliards d'euros
à échoir d'ici 3 ans        
Grèce 350 14%
Espagne 730 46%
Italie 1630 44%
Portugal 120 77%
Irlande 170 10%
TOTAL 3000 soit 40% en moyenne

 

 

 

 

 

 

 La limitation de l'aide est encore plus flagrante si l'on prend l'exemple de la dette grecque : sur les 3 ans à venir, elle ne représente que 14 % de sa dette globale. Par ailleurs, dans quelques semaines, la Grèce doit rembourser 30 Milliards ; elle ne pourra pas le faire. Le rapport de la « Troïka » faisant état du non-respect du plan de rigueur de la Grèce, la BCE ne devrait pas pouvoir intervenir. C'est donc du temps que l'on pourra donner à la Grèce et non de l'argent, car ni la BCE ni les autres institutions chargées de sauver les banques et l'Euro n'en ont.

En effet, il est intéressant de noter que la BCE n'est dotée que d'un capital de 83 Milliards d'?, soit moins de 10 % de ses créances dites « difficiles ». Or, les traités prévoient que ce sont les Etats membres qui doivent recapitaliser la BCE en cas de besoin. Autrement dit, au bout du chemin, se seront les contribuables qui paieront.

Gagner du temps et faire plaisir au marché

On comprend ici que la stratégie retenue par la BCE (comme celle de la FED depuis toujours) permet peut-être de gagner du temps et de faire plaisir au marché, mais elle ne constitue en aucun cas un traitement de fond acceptable dans la mesure où elle conduit tout simplement à la « paupérisation» par la spoliation fiscale. Même les régimes sociaux vont être impactés. Les réserves financières des Mutuelles diminuent à vue d'?il en même temps que leur imposition augmente. Dès 2018, l'AGIRC par exemple, n'aura plus aucune réserve, dans un contexte de vieillissement de la population et de rallongement de la durée de la vie. Le « Pôle-emploi » dysfonctionne par manque de moyens alors que 30 % des plus de 50 ans sont déjà au chômage et que les jeunes ne trouvent pas d'emploi. La situation est encore pire dans les autres pays du sud de l'Europe, de même qu'aux Etats-Unis (où 30% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté), et où le soir, on ouvre des gymnases pour servir la soupe populaire. Ce sont des faits: c'est déjà le présent !

La récente hausse des marchés est en totale contradiction avec les réalités économiques

Les marchés montent parce qu'ils sont largement pourvus de liquidités par les banques centrales (BCE, FED et maintenant japonaise). Mais quelle est vraiment la situation économique et financière au regard des données réelles ? L'Europe est en récession, les zones émergentes poursuivent leur décélération et les États-Unis commencent à montrer des signes inquiétants.
Sur le plan financier, si effectivement le risque de l'éclatement de la zone « Euro » s'éloigne, qu'en est-il du risque d'écroulement du système financier anglo-saxon, facteur déterminant qui pourrait en cas de faillite, nous conduire à une situation comparable à celle de la crise de 1929 ?
? Le cloisonnement entre les banques de crédit et les banques d'investissements n'est toujours pas fait. L'Angleterre a un endettement abyssal et la dette fédérale des USA (16 000 milliards de dollars) ne laisse plus de marge pour sauver les banques.
? La situation politique aux USA est bloquée, avec un Etat qui veut continuer à injecter des liquidités et un congrès qui ne veut plus débloquer de nouveau budget, imposant à terme une politique d'austérité au pays, avec obligatoirement de fortes coupes dans les dépenses étatiques. C'est d'ailleurs pourquoi la FED tente de contourner ce blocage politique en décidant (début septembre) d'injecter jusqu'à 40 milliards de $ par mois afin de racheter des créances immobilières douteuses. En fait, c'est un petit QE 3 caché, c'est-à-dire que la politique de « la planche à billets » continue et met sur le marché de « l'argent virtuel » puisque qu'il est sans contrepartie de richesse produite. En l'absence de croissance, qui seule donnerait de la valeur à cette masse monétaire inventée, cette stratégie ne peut que conduire à une forte dépression des actifs financiers et aussi immobiliers dans lesquels les banques sont considérablement engagées. Si la FED cherche à gagner du temps et à faire plaisir au marché, arrivera nécessairement un moment où il faudra faire le compte des pertes d'actifs, les comptabiliser; ce moment semble désormais proche.

La stratégie de la Fed est exclusivement tournée vers l'intérêt des banques

On peut facilement comprendre qu'après la crise de 2008, il fallait renflouer les banques, puisque l'on a laissé faire et même favorisé la « financiarisation » de l'économie durant ces vingt dernières années. En revanche, se que l'on peut regretter, c'est la double stratégie utilisée par la FED (et la BCE dans une moindre mesure), exclusivement tournée vers l'intérêt des banques au détriment de l'intérêt des peuples :
? Une politique de taux historiquement bas, pour donner accès aux banques commerciales à de l'argent presque gratuit, leur permettant ainsi de soigner leur compte de résultats en replaçant ces capitaux à environ 4 %. Les bénéfices ont été considérables mais n'ont aucunement profité aux ménages, ni aux entreprises, bien au contraire.
? Une politique de « planche à billets » pour aider les établissements financiers directement, ou indirectement en favorisant la hausse des marchés.
Les résultats de l'économie réelle en souffrent et il est fort probable que ces soutiens massifs aux banques n'aient servi à rien, puisque la santé financière des ces dernières ne s'est pas assez améliorée depuis 2008. Elles ont dilapidé ces soutiens en continuant à verser des bonus extravagants et des dividendes conséquents. Les déficits étatiques considérables qui ont été créés pour sauver les banques n'auront ainsi servi qu'à gagner du temps et devront demain être payé « in fine » par les contribuables.

Un nouveau « tsunami financier » ?

Plus grave encore. Comme les banques n'ont pas suffisamment amélioré leur bilan, il y a une très forte probabilité que certaines d'entre elles fassent faillites d'ici peu, lorsqu'il faudra comptabiliser les pertes d'actifs qu'elles portent en elles. La banqueroute de Lehman-brothers nous a récemment rappelé les désastres systémiques que ce type d'évènement peut créer.

En fait, dès 2008, il aurait certes fallu aider les banques, mais en les obligeants à restituer les aides perçues. Par exemple, elles auraient pu émettre des obligations convertibles sur 7 ou dix ans, que les banques centrales auraient achetées. Il fallait aussi leur interdire momentanément de distribuer leurs profits pour les conserver en fonds propre, ce qui non seulement aurait été plus morale mais aussi plus efficace pour véritablement les renforcer.

La « zone euro » a gâché une partie de sa force en favorisant les banques et les marchés financiers, mais c'est surtout les USA (qui ont été bien plus loin dans cette politique) qui souffriront lorsque le moment de faire les comptes sera venu. La probabilité que nous ayons déjà mis un pied dans le début d'une crise de type 1929 est forte. Et comme à cette époque, c'est d'outre-Atlantique que pourrait venir jusqu'à chez nous un nouveau « tsunami financier », si de profondes réformes de la finance mondiale ne sont pas mises en place très rapidement, et si l'on avait la chance d'échapper à un conflit au Moyen-Orient dont le cout accélèrerait les évènements.

Quoiqu'il en soit, tant que les Etats (par la politique de leur banque centrale) préfèreront la finance au peuple, nous connaîtrons des crises du type 1929, avec les conséquences désastreuses qui peuvent s'en suivre, comme l'histoire nous les a montrées.
 

 


 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 83
à écrit le 25/09/2012 à 16:06
Signaler
qu'il est désagréable de rencontrer autant de fautes d'orthographe et autre dans un article aussi sérieux ...

le 07/10/2012 à 4:56
Signaler
Explication, l'article à été mis sur la Tribune par une stagiaire.

à écrit le 25/09/2012 à 2:27
Signaler
La prochaine revolution / guerre civile en france et europe, le prochain mai 68 , sera un conflit entre les fonctionnaires et les ceux du prive qui vont demander un partage equitable du gateau et une gestion efficace de la societe.

le 25/09/2012 à 9:12
Signaler
Excellent !

à écrit le 24/09/2012 à 18:43
Signaler
On voudrait nous faire croire qu'en dépensant moins, l'état priverait ses salariés d'un pouvoir d'achat et que cela ruinerait la croissance. C'est mettre dans le même sac toutes les activités de l'état. Il en est une partie , utile, et une autre sans...

le 24/09/2012 à 22:18
Signaler
Bravo , REALISTE ...Enfin le vrai mal francais bien exposé . Le vrai débat interdit est en effet : Faux emplois ruineux contre vrais emplois productifs . 60 % des emplois publics ne produisent rien , mais coutent une fortune au privé . Et pour les 4...

le 28/09/2012 à 11:07
Signaler
Réaliste, je partage votre analyse à 100 % Le problème c'est qu'en France trop de citoyens bénéficient des largesses de l'Etat. Par conséquent, aucun parti et aucun homme ou femme politique n'osera jamais prendre le taureau par les cornes. Sarkozy c...

à écrit le 24/09/2012 à 14:27
Signaler
On devrait nous donner une certaine somme d'argent à la naissance. A charge pour chacun de nous de la faire fructifier ou non. Je suppose que l'on arriverait au même résultat.

le 01/10/2012 à 12:31
Signaler
Le problème c'est que on à déjà une dette de 26.000 euro à la naissance.

à écrit le 24/09/2012 à 14:13
Signaler
Les marchés financiers sont la gangrène de l'humanité. La cupidité alimente une vision du profit toujours à plus courts termes. Ces gens n'ont aucune éthique. Ils n'ont aucun esprit "d'entreprise" et de création de véritable valeur. Pensez au scandal...

à écrit le 24/09/2012 à 12:10
Signaler
y'en a encore qui se posent la question et se torde le cou pour regarder en arrière et analyser grain par grain les minuscules différences. Il serait plus que temps de regarder vers l'avant, la perspective laissée par les années 30 n'est certes pas r...

à écrit le 24/09/2012 à 11:50
Signaler
vous avez ruiné la france...

le 24/09/2012 à 19:19
Signaler
Le système est vérolé par la finance mondiale, pas grand chose à voir avec les 68tards. Maintenant, la génération du babyboom a été dispendieuse, dispendieuse de façon immodérée. Non pas de façon immorale ou que sais-je, mais parce qu'elle pensait qu...

le 01/10/2012 à 12:39
Signaler
Pas confondre la Norvège avec la France le concept de gestion du pays n'est pas le même, avant tous il vaudrais reformer les têtes des arnaques qui dirige la France sans avoir jamais mis le pied dans le secteur privée. Pensé gestion d'un pays comme ...

à écrit le 24/09/2012 à 10:58
Signaler
Enfin l'histoire telle qu'elle va se dérouler. C'est exactement celle-là et pas plus tard que le mois prochain au mieux et dans les prochains jours au pire. C'est à partir de là que le monde d'après se construira.

à écrit le 24/09/2012 à 9:40
Signaler
il n'y a pas que la finance de marche (cac 40 tjrs au-dela de 3000 points ...) qui est deconnecte de la realite. Le marche immobilier aussi : regardez l'ecart entre le prix demande par les vendeurs et celui des acheteurs.... mais chuuttt ...pour le m...

à écrit le 24/09/2012 à 1:04
Signaler
Dans la plupart des pays, l'équilibre des budgets publics nécessite entre 10 et 15% de baisse des dépenses publiques. Au lieu de nous étouffer d'impôts, baissons rapidement les dépenses publiques de ces fameux 10% ou 15% (entre 100 et 150 milliards d...

le 24/09/2012 à 7:44
Signaler
vous venez de résumer en linges les problème et solutions de la france. vous devriez postuler au poste de président de la république !

le 24/09/2012 à 8:35
Signaler
Le problème n'est pas si simple à résoudre. Les gens comparent toujours le budget de l'Etat au budget d'une famille. Ex: Je gagne 2000 euros par mois et je dépense 2400. Je n'ai qu'à diminuer mes dépenses de 400 euros pour revenir à l'équilibre. Le ...

le 24/09/2012 à 8:47
Signaler
Il vaudrait même mieux supprimer l'impôt et tous les services d'états. Et sinon, bonne crise de 1929 à tous. Rappelez-vous de Roosevelt, à l'occasion.

le 24/09/2012 à 12:34
Signaler
Supprimer l?impôt et l'état puisqu'il est financé avec est stupide .L'état à des missions qui si elles ne sont pas remplies seront remplies par le privé et il n'y en aura pas très loin de là pour tout le monde il faudra pour tout payer de sa poche j'...

à écrit le 24/09/2012 à 0:20
Signaler
Parfaitement. Nous y sommes d'ailleurs depuis cinq ans et il faut la proverbiale clairvoyance des commentateurs professionnels pour s'en apercevoir maintenant. Et, pour bien faire, 39-40, c'est pour bientôt.

le 24/09/2012 à 10:24
Signaler
Les économistes en chambre , le coude au comptoir , préparent toujours la guerre d ' avant ...

à écrit le 23/09/2012 à 22:45
Signaler
Enfin un article de grande puissance prémonitoire ..L histoire humaine est actuellement confrontée à un phénomène inédit : la captation de tous les pouvoirs par le complexe politico- bancaire est à présent en voie d ' achèvement . Après avoir drogués...

le 24/09/2012 à 11:03
Signaler
Le gouvernement mondial ne sera pas encore. D'abord il en faut déjà un européen...

le 24/09/2012 à 18:29
Signaler
les gens sont de moins en moins nombreux à être dupe, et l'anathème "théorie du complot" est de plus en plus vacillant... maintenant il faut la révolte des nations

à écrit le 23/09/2012 à 22:10
Signaler
"Quoiqu'il en soit, tant que les Etats (par la politique de leur banque centrale) préfèreront la finance au peuple" : Vous savez surement que les banques centrales ne sont pas dirigés par les états. La FED par exemple est un cartel de banques privées...

le 24/09/2012 à 12:41
Signaler
La FED un cartel de banques privées ,c'est n'importe quoi .La FED regroupe les banques centrales des 53 états américains et les décisions sont prisent à la majorité ,Bernanke n'en est que le porte parole.Chaque état américain possède une banque centr...

le 24/09/2012 à 14:26
Signaler
Bravo, vous savez effectivement que la Réserve fédérale est détenue par douze Regional Federal Reserve Banks. Mais vous ne vous êtes manifestement jamais posé la question de savoir qui sont les actionnaires des douze Regional Federal Reserve Banks, d...

le 24/09/2012 à 14:26
Signaler
Bravo, vous savez effectivement que la Réserve fédérale est détenue par douze Regional Federal Reserve Banks. Mais vous ne vous êtes manifestement jamais posé la question de savoir qui sont les actionnaires des douze Regional Federal Reserve Banks, d...

à écrit le 23/09/2012 à 19:56
Signaler
L'article est intéressant, toutefois, puisqu'il est fait référence à 29, il manque l'inflation et ses conséquences notamment sur le plan alimentaire. Alors cessons de dramatiser une situation ou simplement, la croissance à 3 ou 4% n'est plus possible...

à écrit le 23/09/2012 à 19:39
Signaler
C'est curieux , je ne connais vraiment rien à l' Economie ; je n'ai que mon bon sens "populaire" comme diplôme ; et pourtant votre article exprime exactement ce que je pense ! [ Quant a votre conclusion : "les conséquences désastreuses qui peuvent ....

à écrit le 23/09/2012 à 17:46
Signaler
je suis sidéré par cette habitude morbide de la presse de toujours demander a ceux dont l ideologie est responsable de la crise ce qu il faut faire pour en sortir !!

le 24/09/2012 à 18:33
Signaler
haha bien vu

à écrit le 23/09/2012 à 17:16
Signaler
dire qu'il y a 200 000 milliards dans les paradis fiscaux !!!! Ce sont les grandes entreprises du cac40 qui les mettent en disant qu'elles ont du mal à faire des bénéfices, l'argent s'en va et les pauvres seuls paient les impôts avec toujours moins d...

le 24/09/2012 à 9:44
Signaler
Les milliards dans les paradis fiscaux,il faut savoir les garder chez soi. A "gueuler" contre les riches, ils s'en vont; a "gueuler" contre les entreprises qui licencient, eles ne font rien et disparaissent. Il faut redonner l'envie de travailler et ...

le 24/09/2012 à 10:35
Signaler
Ces 50% de pauvres qui ne payent pas d'impôts sur le revenus, payent de la TVA et de la CSG et autres taxes sur la consommation, 100% des français payent donc des impôts.

à écrit le 23/09/2012 à 17:10
Signaler
Une très, très, très bonne interview : claire, des arguments simples et évidents, même s'ils vont à contresens des affirmations catégoriques de nos dirigeants. Cela fait plaisir de lire cela dans la presse. Bravo !

à écrit le 23/09/2012 à 16:21
Signaler
Tsunami financier - J'emploie aussi cette expression, mais dans un sens un peu différent. Un tsunami financier dont nous avons déjà subi des soubresauts est déjà en place , principalement depuis la vague de fusions-acquisitions lancée en 2004-2005. I...

le 23/09/2012 à 18:31
Signaler
i agree

le 23/09/2012 à 22:56
Signaler
Tout à fait . Cet article est l ' un des seuls qui échappe à la castration mentale que nous imposent les pseudos économistes qui préparent toujours la dernière guerre .

à écrit le 23/09/2012 à 15:00
Signaler
La vérité qui dérange.... certain commentateurs sont peut-être du cotés des 30 000 moines-banquiers de cette vidéo http://vimeo.com/49031518.???

le 24/09/2012 à 12:52
Signaler
Intéressez vous plutôt de savoir à qui appartient l'argent que les banquiers ont à faire fructifier !L'assurance vie ,en France rien que pour elle représente 1800 milliards d'?,6 fois le budget de l'état, plus que la dette française et c'est loin d?ê...

le 01/10/2012 à 12:43
Signaler
Merci de l'apprendre de la part d'un banquier ou d'un des 30.000 moines-banquiers.

à écrit le 23/09/2012 à 14:51
Signaler
pourquoi dit on l' europe n'est pas en recession, elle est en recession il ne faut pas se voiler la face. L' heure est aux grosses economies, 40ooo enseignants 2 prefets pour un, on se croirait a Auchan, deux pour le prix d'un. (lequel est gratuit)

à écrit le 23/09/2012 à 13:08
Signaler
il faut se placer sur l'OR ?? :)

le 24/09/2012 à 9:50
Signaler
d'une maniere generale .. les "commodities".

à écrit le 23/09/2012 à 12:34
Signaler
Et dire que M. Jean-Yves Lefevre donne des cours en concluant que nous sommes proche d'une crise sauce 29. Ahurissant! Le monde n'est pas du tout dans une configuration qui permait de dire cela. D'abord la croissance mondiale est positive, celle de l...

le 23/09/2012 à 14:19
Signaler
L' Europe n'est pas encore en récession mais le sera probablement bientôt. Certains pays européens le sont déjà. De plus la très faible croissance ne compense pas l'inflation, ce qui se traduit par une baisse du pouvoir d'achat. Quant aux usa, c'est...

le 23/09/2012 à 14:55
Signaler
m jopirad les usa ne vont pas bien du tout, quqnd a la chine, elle recule en ce moment elle n' est pas emn negaatif, mais pas en positif non plus, les ouvriers veulent des salaires comparatifs aux notres, et n'ont pas l'intention de se laisser faire...

à écrit le 23/09/2012 à 12:24
Signaler
Et il est pfor a l universite.? IL devrait ecouter la musique un peu plus souvent Illusion par imagination et R.E.M. - Its the End of the World as We Know It and I Feel Fine Bcp parle et peu font!!! Encore un pseudo expert qui a la reponse a to...

à écrit le 23/09/2012 à 11:33
Signaler
Il est probable que les peuples réagiront. Reste à savoir quel sera le bouc émissaire choisi ! L'immigration sera sans doute dans la course ...

à écrit le 23/09/2012 à 8:25
Signaler
L'article est truffé de fautes d'orthographe.

le 23/09/2012 à 12:18
Signaler
La tribune est un organe de presse économique, pas un journal d'analyse de la sémantique lexicale.

le 24/09/2012 à 6:48
Signaler
On peut écrire avec des fautes d'orthographe si on parle d?économie ?

le 24/09/2012 à 14:14
Signaler
C'est clair c'est aberrant!

à écrit le 23/09/2012 à 0:45
Signaler
Le diagnostic est juste, on peut alors se demander pourquoi personne ne réagit. La réponse est: parce que les complexes militaro-industriels y ont un intérêt.

le 24/09/2012 à 13:10
Signaler
Ca y est le complexe militaro industriel ,c'est lui qui manquait dans cette marmelade et après ça sera la grande théorie du complot avec les francs maçons ext.......A au fait puisque vous semblez être contre l'armée ,je vous rappelle une chose .Penda...

le 01/10/2012 à 13:06
Signaler
deszerty, savez vous que depuis la deuxième guerre mondiale il y a eu le développement de l'arme atomique? Les chinois viendrais nous exterminées tous? vous ne connaissez pas les chinois, ils sont trop bien dans leur fauteuils du parti communiste et...

à écrit le 22/09/2012 à 20:55
Signaler
Dommage, les fautes d'orthographe ne font pas très sérieux.

le 23/09/2012 à 14:48
Signaler
Joséphine, tu regarde quoi dans un article, le contenu ou les connerie des fautes d'orthographe?

le 24/09/2012 à 10:20
Signaler
Elles dénotent cependant un article écrit rapidement et que l'auteur n'a même pas relu.

à écrit le 22/09/2012 à 19:20
Signaler
Un Monsieur "bien placé" qui en sait long, qui l'exprime de manière perspicace, pragmatique, mais aussi il faut l'avouer...bien savoureuse à lire ! Félicitations donc, car cela est très rare dans ces milieux.

à écrit le 22/09/2012 à 18:18
Signaler
Seul un soulèvement populaire de très longue durée et de grande ampleur pourrait obliger l état a prendre en considération l être humain

à écrit le 22/09/2012 à 15:37
Signaler
nationatisons les banques pour qu'elles financent l'économie réelle et non leurs traders. Regardez la video sur Arte de Goldan Sachs le Frankenstein de la finance. L'avenir est aux infrastructures non polluantes "ferroutage", énergies vertes, innovat...

le 22/09/2012 à 16:25
Signaler
Bonjour jh25. Je suis aussi un fervent partisan du ferroutage, et aussi du développement de l'industrie locale. Pourriez-vous me communiquer le lien du reportage d'Arte que vous citez ? Merci d'avance.

le 22/09/2012 à 21:33
Signaler
voici un lien vers le docu: http://vimeo.com/49031518

le 22/09/2012 à 23:13
Signaler
@ AZERI. Lien bien reçu. Je vous remercie.

le 24/09/2012 à 13:14
Signaler
Stupide ,l'avenir est là ou se feront les investissements pas d'investissement pas d'avenir !L'argent vous l'avez.........

à écrit le 22/09/2012 à 14:35
Signaler
Les gouvernements sont de mauvais gestionnaires. Point.

le 22/09/2012 à 17:56
Signaler
@mic: c'est un point que la majorité ne comprend pas: les gens se font élire pour leur inérêt personnel et pas autre chose. Ils ne sont pas du tout mauvais gestionnaires pour leur propre bien-être. Faudrait que les gens arrêtent de croire qu'on se so...

le 29/09/2012 à 18:38
Signaler
tout à fait d'accord Patrick il est dommage que le peuple ne soulève pas ce problème avec attention , moi je ne crois absolument pas "à la vocation"de ces nantis qui ne pilotent que pour eux mêmes et non par idéalisme ; les places sont chères ! trop ...

à écrit le 21/09/2012 à 21:32
Signaler
Je n'ai jamais cru que nous n'étions pas en 1934. La suite est connue, et je pense que nous ne serons pas déçus.

à écrit le 21/09/2012 à 18:13
Signaler
Je ne suis pas experte, je ne suis pas une défendeuse des intérêts financiers, néanmoins je suis vraiment sceptique quand je lis que banques et gouvernements feraient des bétises aussi énormes. Le sort des banques et du "peuple" sont liés. Si le peup...

le 22/09/2012 à 11:50
Signaler
heureux les simples d'esprit, ils seront épargnés

le 23/09/2012 à 19:19
Signaler
Les banquier s'en fiche que les banques tombent. Tant qu'ils peuvent partir les poches pleines, où est le problème?

le 24/09/2012 à 13:18
Signaler
On vous a dit milles fois que les banquiers géraient le fric des autres ,moi c'est une banque mutualiste qui gère le mien vous n'avez rien contre le mutualisme ,pas vrais........

à écrit le 21/09/2012 à 17:42
Signaler
je pense que nous sommes sortis du capitalisme et que nous sommes rentrés dans le grand banditisme .

le 23/09/2012 à 10:58
Signaler
Bravo

à écrit le 21/09/2012 à 14:22
Signaler
Aucun rapport avec la crise de 1929. si celle-ci s'est transformée en recession, c'est parce que la FED a fait tout l'inverse de maintenant, cad une politique monétaire restrictive faisant s'écrouler les banques comme des dominos. Cf les travaux de F...

le 22/09/2012 à 18:52
Signaler
C'est vrai, ce que vous dites. Le problème étant que les mesures de soutien n'ont pas permis de redonner la santé aux banques faute de changement de pratiques de leur part. On peut donc comparer les deux crises, le mal est similaire même si le médeci...

le 24/09/2012 à 13:33
Signaler
La fausse monnaie fabriquée par milliers de milliards par la FED permet aux Americains d ' acheter en masse des actifs réels des Francais ruinés par l impot , comme par exemple de magnifiques biens immobiliers sur la Cote et des chateaux . La BCE ne...

le 03/10/2012 à 22:05
Signaler
la fausse monnaie ça marche ! en tout cas pour les States ! voyez le dow jones qui est à ses plus hauts ! l'Europe se traîne car elle ne peut pas faire comme les states à cause de mastricht ! et pourtant tous ont des régimes libéraux et nous sommes ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.