La Fed va-t-elle faire exploser l'économie mondiale ?

 |   |  1354  mots
Michel Santi (c) DR
Michel Santi (c) DR
Asie, Amérique du Sud, Turquie... Les marchés des émergents s'effondrent sous l'effet Fed. Pour Michel Santi, la fin de la baisse des taux est une erreur... qui pourrait couler l'économie mondiale.

Les marchés émergents décrochent avec violence, les indices boursiers asiatiques et sud-américains plongent, la roupie indienne, comme la livre turque frôlent leur plus bas niveau historique… Pour défendre sa monnaie nationale, le Brésil a déjà dépensé 374 milliards de dollars, sachant que les réserves de la banque centrale turque ont diminué de 15% dans le cadre de sa lutte contre l'effondrement de la livre. Mentionnons brièvement l'Equateur qui a utilisé 8% de ses réserves, ce chiffre étant de 6% au Kazakhstan et au Koweït et de 5.5% en Indonésie… Bref, la croissance de ces régions semble subitement remise en question et devoir brutalement s'inverser.

Tout - et tous - accusent la Réserve fédérale américaine, sur le point de réduire - dès l'automne prochain -  le rythme de ses baisses de taux quantitatives. Cette stratégie expansionniste de la Fed - qui consiste à tenter de stimuler l'économie par l'achat de divers actifs -, a un impact évident sur la politique fiscale US comme sur la confiance de ses intervenants - acteurs, consommateurs et entreprises. Le carnage en cours au sein des nations émergentes démontre (au moins empiriquement) que cette création monétaire US influence - voire conditionne - également de manière déterminante l'allocation d'actifs planétaire des grands investisseurs, des fonds de pension, mais aussi des banques centrales à travers le monde.

Des émergents redevables à la Fed

La conviction, parmi ces intervenants, de l'interruption - même progressive - par la Fed de sa création monétaire (conduite à un rythme intense et sans précédent historique) déclenche donc des réajustements massifs au sein de leurs portefeuilles. Ce qui tend à prouver, en creux, qu'une proportion substantielle de la croissance de ces émergents fut redevable aux baisses de taux quantitatives américaines. Le mécanisme de transmission est aisé à comprendre. Dans le cadre de ses acquisitions de papier-valeurs, la Fed crédite les vendeurs qui procèdent alors à des réinvestissements de ces liquidités fraîches à leur disposition. De proche en proche, ces sommes transitent d'un acheteur à un vendeur - d'action, d'obligation, d'hypothèque, de bons du Trésor, d'un titre quelconque -, qui ont tous en commun le même objectif : rentabiliser leurs placements.

La libre circulation des capitaux autorise bien évidemment cette quête du profit au-delà du pays émetteur de ces liquidités, c'est-à-dire hors des frontières américaines, notamment vers des pays émergents offrant un fort potentiel de croissance. Voilà qui explique l'appréciation des valorisations de la quasi-totalité des actifs (aux USA et dans le reste du monde) qui sont donc échangés à une cadence soutenue. Cette progression étant forcément d'une plus grande amplitude au sein des pays émergents, d'une part du fait d'une liquidité moindre, et d'autre part puisque pratiquement tout y est encore à faire.

La menace du déficit

La fièvre saisit donc les acteurs de ces pays - consommateurs, entreprises et même gouvernements - qui bénéficient à la fois d'une chute des coûts de financement induite par un afflux de liquidités, et d'une hausse notoire de leur niveau de vie allant de pair avec l'escalade de l'ensemble des valorisations. Notons là un phénomène similaire avec l'euphorie des pays d'Europe périphérique dès l'introduction de l'euro.  Certes, ces économies émergentes risquent d'être poussées au-delà de leurs capacités. Certes, les pressions inflationnistes risquent de s'y développer. Certes, le risque de formation de bulles spéculatives n'y est pas négligeable. Pour autant, les retombées positives des baisses de taux quantitatives sont incontestables tant pour le pays émetteur - les Etats-Unis - qui bénéficie d'une reprise de la demande agrégée, et d'une diminution de ses taux d'intérêt réels (car le taux d'inflation y est supérieur au taux d'intérêt officiel). Conséquences favorables également pour les pays émergents qui pourront à leur tour intensifier leurs exportations vers la première puissance économique du monde, désormais en mode redémarrage. Pour autant, la menace fondamentale qui pèse sur ces pays ayant vécu au-dessus de leurs moyens, ayant plus importé qu'exporté et ayant emprunté massivement vis-à-vis de l'étranger, se décline en une balance des paiements très nettement déficitaire. Exactement comme les pays d'Europe périphériques entre le lancement de l'euro et la crise de 2007.

Perte de confiance généralisée

Aujourd'hui, à mesure que marchés financiers et investisseurs se retirent de ces nations du fait du tarissement du robinet des liquidités américaines, leurs valorisations comme leurs devises s'effondrent, pendant que leurs coûts de financement prennent le sens inverse. La croissance y ralentit inexorablement et, ce, en parallèle avec les effets stimulateurs des baisses de taux quantitatives. C'est à l'évidence (exactement comme en Europe périphérique) les pays subissant d'importants déficits de leur balance des paiements qui seront le plus (et les premiers) atteints. Comme c'est les ménages et les entreprises contraints de refinancer leurs dettes à des taux défavorables qui seront le plus menacés. Et n'évoquons même pas les débiteurs en monnaie étrangère qui sont des morts en sursis du fait de l'effondrement de leur devise nationale.

Les prix à l'importation sont donc condamnés à grimper, sachant que l'effondrement de leur monnaie nationale ne profite même pas à des exportateurs qui sont pénalisés par l'escalade de leur facture pétrolière. Le décrochage des actifs, des marchés et des monnaies des émergents est donc aujourd'hui susceptible de se transformer en une perte de confiance généralisée envers ces pays (une fois de plus : comme en Europe périphérique). Autrement dit, ces chutes - certes violentes mais encore contenues - risquent de tourner à la panique.

Sauver les meubles

Alors que les baisses de taux quantitatives étaient censées relancer l'économie de l'émetteur et faire en même temps prospérer à l'étranger les émergents à travers le levier de la globalisation, leur fin annoncée aura l'effet diamétralement inverse, à savoir la déprime - voire la déroute - des nations émergentes et, ce, dans un contexte où les pays occidentaux eux-mêmes ne se sont toujours pas rétablis ! En préparant le monde au retrait graduel des QE, la Réserve fédérale fait parvenir au monde un message inopportun et prématuré. Elle signale en effet à l'investisseur global que les États-Unis sont désormais à même de lui offrir des rentabilités supérieures à celles gagnées jusque là dans les émergents. Et, ce, dans un environnement où leur propre reprise économique et surtout la régression de leur chômage sont loin d'être confirmées. Aujourd'hui, la Fed est encore capable de sauver les meubles, voire de casser cette configuration infernale qui se met en place. En annonçant le maintien de sa création monétaire. Pour permettre aux nations émergentes de mettre en place des réformes structurelles vitales, qui leur permettront d'affronter le moment venu l'arrêt de ces QE. C'est-à-dire quand l'économie américaine sera incontestablement en mesure de croître sans ces baisses de taux quantitatives. Chance qui, soit dit en passant, ne fut jamais consentie aux pays d'Europe périphérique qui furent contraints d'imposer des dévaluations internes inhumaines.

Notre monde se retrouve donc à la croisée des chemins. Il risque une nouvelle conflagration économique et financière si les banquiers centraux occidentaux prennent les mauvaises décisions, sous l'influence des néo-libéraux qui sont, comme chacun sait, des ennemis irréductibles de la création monétaire.


____

*Michel Santi est un économiste franco-suisse qui conseille des banques centrales de pays émergents. Il est membre du World Economic Forum, de l'IFRI et est membre fondateur de l'O.N.G. « Finance Watch ». Il est aussi l'auteur de l'ouvrage "Splendeurs et misères du libéralisme" et vient de faire publier en anglais :  "Capitalism without conscience".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2014 à 11:35 :
"Pour permettre aux nations émergentes de mettre en place des réformes structurelles vitales, qui leur permettront d'affronter le moment venu l'arrêt de ces QE". Voici probablement la seule phrase qui me dérange fondamentalement dans cet article. Cela fait maintenant plusieurs années q la FED suit sa politique de QE, & remet son arrêt à plus tard. Outre le débat sur les csqs vertueuses ou non de cette politique, pourquoi les Etats émergents se décideraient-ils à mener ces fameuses réformes structurelles aujourd'hui, sachant qu'ils ne l'ont à l'évidence pas fait pendant les quelques années déjà passées ? Personne n'envisage un futur lointain, tout le monde surf sur la vague. Donner du temps supplémentaire, c'est faire l'autruche, pour surfer, encore un peu plus. Personne n'aime rater une belle vague.
a écrit le 19/09/2013 à 13:13 :
donc la Fed a fait le bon choix de revenir en arrière...article prémonitoire (Bernanke a du le lire).
a écrit le 28/08/2013 à 12:18 :
Continuer à faire marcher la planche à dollars ? Jusqu'à ce qu'il s'effondre comme le Mark dans les années 30 ou la Lire dans les années 50 ? Quel serait alors l'état de de l'économie mondiale ?
La dévalorisation des actifs ruinerait tout le monde et serait bien pire que la crise des subprimes dont on n'est toujours complètement remis . Cette proposition est absurde. Tout comme celle celle, du même auteur, de faire sortir l'Allemagne de l'Euro.
Réponse de le 04/09/2013 à 17:29 :
sortir l allemagne n est pas plus absurde que d avoir une seule equipe de foot europeen pour la coupe du monde ( avec un joueur de chaque etat , on va bien rigoler )
a écrit le 27/08/2013 à 14:06 :
Mais quelle belle propagande pour le faux dollar, Santi oublie volontairement bien de dire qu'après massif QE du Japon a mis les pays asiatiques sur la défensive avec une dévaluation compétitive de leur monnaie pour maintenir leur exportation et la comparaison avec les pays de l'est, est simplement un canular.
Réponse de le 27/08/2013 à 15:27 :
+ 1 ! Et ne trouvez vous intéressant que les américains se trouvent toujours un nouvel ennemi à abattre comme il semble que ce soit le cas avec la Syrie dés qu'ils perdent pied ? Les bons sentiments qu'on veut de nouveau nous vendre justifiant la prochaine intervention militaire contre la Syrie ressemblent en tout points avec la même propagande contre l?Afghanistan, l'Irak et le Lybie. Mais peut être que je me trompe....Achetez de l'or et de l'argent physique dés que vous pourrez vous rendrez service à votre famille si vous en avez une.
Réponse de le 28/08/2013 à 3:55 :
@Libre, pour maintenir le pouvoir du dollar qui s'effondre chaque jour plus, la superpuissance les États_Unis est devenu une dictature comme dans l'ancien empire romain et comme toute dictature la propagande des mensonges devient ridicule comme toute dictature c'est le lavage de cerveaux qui est important pour se maintenir au pouvoir et c'est bien ce qui arrive maintenant avec leur pays devenu vassale, l'Angleterre, la France et l'Italie, la propagande fasciste est bien en place. Tous les États indépendant qui ose s'opposer au dollar seront détruit, voir la Libye, Irak, L'Iran qu'on refusé le dollar à la faveur de l'euro et de l'or, la Syrie et la porte ouverte pour aspirer l'Iran dans la guerre. Les criminels de guerre à Washington ne ce arrêterons devant a rien, j'espère qu'on aura la chance de survire dans les prochaines 7 années à une guerre nucléaire, comme la écrit sur son blog Paul Craig Roberts ancien Secrétaire Adjoint des USA
http://translate.google.ch/translate?hl=fr&sl=en&u=http://www.paulcraigroberts.org/&prev=/search%3Fq%3Dhttp://www.paulcraigroberts.org%26biw%3D1366%26bih%3D554

Pour l'or c'est déjà fait, bien que s'il aura une guerre nucléaire il ne servira pas à grand-chose.
Réponse de le 05/09/2013 à 18:43 :
Diable, vous nous faites peur ! "dictature", "lavage de cerveaux", "propagande fasciste", "états détruits", et pour finir, "guerre nucléaire". Houlàlà ! Vous faites partie de la secte du temple solaire ?
a écrit le 27/08/2013 à 12:08 :
Quand ce n'est pas, des contre sens complets, c'est des constatations avec 3 trains de retard sur les autres Plagiat?
On enfonce des portes ouvertes et puis on annonce l'apocalypse, ou la fin du capitalisme (version marxiste de l'apocalypse), suivis du jugement dernier ou de l'idéal communiste? çà ne coute pas cher et il y a toujours des gogos pour approuver.
Réponse de le 27/08/2013 à 15:24 :
Le terme "capitalisme" ne veut rien dire, c'est une invention des collectivistes que vous dénoncer à juste titre. Seul le libéralisme économique et humaniste fonctionne à long terme et au profit des citoyens, encore faudrait il que la monnaie ne soit pas confisquée par les banksters et les gouvernements traites. Il n'y a pas besoin d'aller chercher loin des références il suffit de lire la constitution française issue du siècle des lumières et vous découvrirez tous les principes qui garantissent la liberté individuelle et la protection des gouvernements mafieux, corrompus et liberticides comme c'est redevenu le cas en France. La propagande collectivo-conservatrice française a réussi à faire croire aux citoyens que c'est pour leur bien que l'état s'occupe de tout et intervient dans tout, le peuple est chouté à l'état providence qui les nourrit à coup d'emprunt quotidien sur les marchés financiers grâce à l'endettement qui ravit leurs complices, les banksters. Les intérêts qui leur reviennent les enrichissent et tout cela au détriment de l'économie saine et libérée et bien sur contre les peuples qui ne comprennent pas d?où vient le problème, l'ignorance est l'arme des mafieux. Lisez donc Bastiat, Tocqueville ou le contemporain Hayek c'est grands hommes sont forts instructifs.
Réponse de le 20/09/2013 à 19:00 :
ca c'est une voiture digne de ce nom, pas comme les daubes fabriquées en France
a écrit le 27/08/2013 à 10:10 :
supprimons l?impôt .... et l' héritage !
a écrit le 27/08/2013 à 7:15 :
Voilà un bon article économique qui a le mérite de bien décrire la mécanique, les engrenages, entre la création monétaire et l'économie réelle. Fondamentalement, depuis la fin de la convertibilité du dollar en or, les USA dominent le système monétaire international . Les USA décident et les autres pays doivent s'adapter. C'est une vérité basique. Cet atout sert toutes les politiques américaines, nationales ou internationales. Seules les rivalités internes entre partis Républicain et Démocrate amènent des remises en cause dont l'objectif premier est la reprise du pouvoir au Congrès. Dans les mois qui ont suivi la crise de 2007 2008, les observateurs de l'économie ont souvent utilisé le terme de" drogue" pour qualifier avec beaucoup d'euphémismes, les politiques de création monétaire. Un bon sevrage nécessitera beaucoup de temps et de remises en cause..
a écrit le 27/08/2013 à 4:12 :
Ce que vous dîtes M. Santi est profondément fallacieux et tient de la manipulation. Je vous cite : "Ce qui tend à prouver, en creux, qu'une proportion substantielle de la croissance de ces émergents fut redevable aux baisses de taux quantitatives américaines". Les émergents avaient déjà bien avant la crise une croissance bien supérieure aux pays développés.
Tout le monde sait dans le monde de la finance et des affaires que les plus grands investisseurs sont américains. La politique agressive de la Fed fait peut être se retirer certains investisseurs américains des marchés émergents mais ne prouve en rien que ces investisseurs doivent OBLIGATOIREMENT SE RETIRER de ces marchés, et ainsi casser la croissance mondiale. Un investisseur investit certes dans ce qui lui rapporte le plus, mais en général il ne concentre pas tous ses investissement dans un seul endroit, les émergents sont des valeurs assez sûrs pour y laisser l'argent travailler.
Je vois très bien la stratégie des américains, plus globalement de l'occident, face aux émergents, d'essayer de retarder voir d'instaurer une logique perdant-perdant faute de pouvoir les stopper. Les américains savent très bien que c'est la seule façon de garder du pouvoir.
Réponse de le 27/08/2013 à 16:59 :
@Chris
J'aime bien l'expression "Laisser l'argent travailler", dans les pays émergents en particulier, ça veut dire piller les ressources et faire "suer le burnous". Quant à ces mêmes émergents, ils faut juste qu'ils émergent un peu, si effectivement les américains et le monde occidental en général veut garder le pouvoir.
a écrit le 27/08/2013 à 1:52 :
Il ne faut pas généraliser à tous les pays émergents. Et pour l'exemple des pays de l'Est, ils s'en sont bien sortis malgré les crises successives.
Réponse de le 27/08/2013 à 10:21 :
merci de me trouver un produit russe en supermarché .... à la rigueur de la Vodka ! quoi d'autre ???? (mise à part le gaz et le pétrole)
Réponse de le 27/08/2013 à 12:21 :
àpmxr. C'est ça votre façon d'analyser la croissance dans ces pays ? Raisonnement absurde évidement.
Réponse de le 27/08/2013 à 12:47 :
@ pmxr: Les Russes font plutôt dans la grosse matière première: minerais, gaz, pétrole,... Et dans l'armement. Le Brésil aussi suit plus ou moins le même schéma. Ce qui signifie que tant que le monde aura besoin de matières premières minières ou agricoles, il aura besoin de la Russie, du Brésil, et des autres émergents de cette catégorie. Il est donc intéressant de garder un oeil sur les valeurs boursières de ces nations.
Réponse de le 27/08/2013 à 12:55 :
Les multinationales Asiatiques ou autres ont implanté des usines en Europe Orientale, des voitures, des biens d'équipement électroménager ou électroniques sont fabriqués ou assemblés là-bas. Si vous ouvrez votre Smartphone vous aurez peut-être des surprises.
a écrit le 26/08/2013 à 22:52 :
Ils veulent encre plus de drogue ? mais les dégâts seront alors encore plus importants, puisque la stimulation consiste à permettre aux banques américaines d'acheter des actifs un peu partout dans le monde, faisant monter les monnaies des pays visés, mais si la stimulation s'arrête, alors il y a prise de bénéfices et l'argent repart en zone dollar( caraïbes et états-unis, mais surtout paradis fiscaux) faisant donc monter le dollar et baisser les monnaies des pays visés.
Quand le cocktail QE taux bas, a commencé, tout le monde disait( et c'était normal car personne n'était encore drogué donc avait toute sa tête) que ce truc était une monstruosité qui devait s'arrêter le plus rapidement possible.

Comment devient-on super riche quand on est déjà riche ? c'est toujours la même méthode depuis des millénaires, on achète massivement jusqu'à initier un mouvement de foule puis on reprend ses billes, le gain provient de tous ceux qui se sont fait avoir( c'était déjà expliqué dans le film "le sucre"). Au moyen-âge la grande spécialité était le trading or-argent, on achetait l'un pour vendre l'autre, puis on changeait de ville et on faisait l'opposé, on jouait en fait sur les différences de parité, et cette méthode s'est perpétuée sur le marché des changes, on fait monter une petite monnaie puis on reprend son argent, c'est pour cela que les banquiers de la city ont toujours été contre l'euro, les privant de leur jeu entre les monnaies européennes.
a écrit le 26/08/2013 à 22:51 :
Ils veulent encre plus de drogue ? mais les dégâts seront alors encore plus importants, puisque la stimulation consiste à permettre aux banques américaines d'acheter des actifs un peu partout dans le monde, faisant monter les monnaies des pays visés, mais si la stimulation s'arrête, alors il y a prise de bénéfices et l'argent repart en zone dollar( caraïbes et états-unis, mais surtout paradis fiscaux) faisant donc monter le dollar et baisser les monnaies des pays visés.
Quand le cocktail QE taux bas, a commencé, tout le monde disait( et c'était normal car personne n'était encore drogué donc avait toute sa tête) que ce truc était une monstruosité qui devait s'arrêter le plus rapidement possible.

Comment devient-on super riche quand on est déjà riche ? c'est toujours la même méthode depuis des millénaires, on achète massivement jusqu'à initier un mouvement de foule puis on reprend ses billes, le gain provient de tous ceux qui se sont fait avoir( c'était déjà expliqué dans le film "le sucre"). Au moyen-âge la grande spécialité était le trading or-argent, on achetait l'un pour vendre l'autre, puis on changeait de ville et on faisait l'opposé, on jouait en fait sur les différences de parité, et cette méthode s'est perpétuée sur le marché des changes, on fait monter une petite monnaie puis on reprend son argent, c'est pour cela que les banquiers de la city ont toujours été contre l'euro, les privant de leur jeu entre les monnaies européennes.
a écrit le 26/08/2013 à 20:59 :
Les USA fabriquent 85 milliards de dollars par mois de FAUSSE MONNAIE et achetent avec cette fausse monnaie des actifs réels européens qu il revendront plus tard avec des plus value. Ce qui est puni de prison à vie pour un particulier ( fausse monnaie + lessivage d argent sale ) est encensée par nos commentateurs en herbe .
Réponse de le 27/08/2013 à 1:27 :
Rien à ajouter...
a écrit le 26/08/2013 à 18:39 :
Les manipulations de masses monétaires par les banquiers centraux sont guidées par des intérêts privés car la création monétaire profite à une oligarchie, pas aux peuples. ll est urgent d'introduire des monnaies complémentaires apolitiques et décentralisées comme bitcoin, une alternative que les pays émergents, qui sont les perdants de la guerre des banques centrales, devraient considérer sérieusement.
Réponse de le 27/08/2013 à 9:52 :
Je ne pense pas qu'avec des monnaies comme bitcoin un pays puisse aller sur les marchés internationnaux pour acheter ce qui lui manque .Payer le petrole aux pays producteurs avec des bitcoin ça m'étonnerait beaucoup ,il faut des $ .Echanger des bitcoins contre des $ ça risque de faire rire pas mal de gens.
Réponse de le 27/08/2013 à 12:28 :
La seule vraie monnaie depuis 5.000 ans c'est l'or, c'est du concret, il ne dépend pas des gouvernements (sauf qu'ils font tout pour manipuler ce marché au profit de leurs fausses monnaies papier avec leurs complices les banquiers) c'est la seule monnaie qui garantie la stabilité économique des pays qui s'en servent, mais bien sur les banksters détestent l'or et font tout pour lui nuire. De toute façon il est évident que les fausses monnaies papiers vont souffrir, voir disparaitre et seul l'or protège les économies des individus. Ceux qui possèdent de l'or physique, ainsi que de l'argent, verront leurs métaux précieux prendre de plus en plus de valeur quelque soit la monnaie papier existante en contre valeur.
Réponse de le 27/08/2013 à 13:07 :
On est en 2013, sur la planète Terre, il n'y a pas assez d'or physique pour payer les transactions mondiales. C'est tout. Ou on utilise du papier-monnaie ou de l'argent électronique, ou 90% de la population humaine n'a pas accès à la monnaie, et alors là, malheur aux 10% restants.

Des alternatives à la monnaie existent, comme les SEL par exemple, mais je ne sais pas si je peux payer mes impôts en travail en France ;-)
Réponse de le 27/08/2013 à 14:49 :
à "Midas". Pouvez vous nous dire comment vous comptez prouver qu'il n'y a pas assez d'or dans le monde pour lui assuré d'etre une monnaie ? Quelles sont vos preuves et les éléments accréditant vos propos ? Je vous informe que le monde a parfaitement fonctionné jusqu'en 1971, date de la fin des accords de Bretton Woods ou les USA ont décidé d'imposer au monde l'US Dollar au reste du monde pour s'accaparer un grand pouvoir et un grand enrichissement sur le dos des peuples avec bien sur l'accord des gouvernements étrangers. La masse d'or est suffisamment importante pour de nouveau servir d'étalon a une monnaie papier contrairement à vos écrits. Les banquiers ont réussis a endoctriner les néophytes en faisant croire que la croissance par l'endettement et l'émission constante de papier monnaie sans valeur, est la seule voie qui permette la financement de l'économie, ce qui est un mensonge. Aujourd'hui la bulle papier monnaie est sur le point d'éclater avec l'ensemble des nations endettés en grande partie à cause de la masse des intérêts de la dette due aux banquiers, qui sont, dans cette affaire juge et partie. Commencez par vous faire un début de culture sur le sujet si vous voulez un temps soit peu crédible mon cher. L'or est la seule monnaie qui vaille depuis des millénaires, il vous suffit de lire et de vous informer pour comprendre son rôle majeure pour l'équilibre du monde et la prospérité des peuples, de plus sachez que l'argent remplis aussi ce rôle.
Je rajoute que le vol des citoyens à cause de la fausse monnaie papier est constante car rien que pour l'euro l'inflation est de 5 % par an, soit 50 % de pouvoir d'achat perdu en 10 ans. Allez un effort Midas, répondez donc avec des éléments contradictoires qui tiennent la route, merci.
Réponse de le 27/08/2013 à 15:14 :
Midas allez dire ça aux Grecs, aux Chypriotes et aux centaines de millions d'individus soumis à cette magouille dans le monde qu'ils ont intérêt à ce que les fausses monnaies de papier sur imprimées chaque jour continuent à exister. Votre inculture quant aux échanges internationaux en Or est flagrante, sachez que de plus en plus de pays recommencent à s'échanger grâce à l'or et celui ci est largement suffisant en quantité pour assurer ces échanges et à servir d'étalon à une monnaie fiduciaire. L'argent qui devient rare à cause de l'utilisation dans l'industrie, voit sa valeur augmenter de plus en plus et il sert aussi de monnaie d'échange depuis des lustres et il retrouve lui aussi cette fonction. Au fait c'est ce baratin pro papier que vous raconterez à vos enfants lorsque vous serez ruiné avec vos euro lorsque celui ci ne vaudra pas plus cher que du papier toilette et que vous aurez du mal à les nourrir ? Relisez l'histoire et vous verrez que rien qu'en France le peuple s'est retrouvé ruiné à cause des mêmes causes, par deux fois les assignats du 18 eme siècle ruinèrent le peuple, les deux dernières guerres mondiales furent une conséquence des mêmes causes (et bien d'autres), les prochains troubles plus graves qu'à l'heure actuels qui risquent de venir pourraient venir encore une fois par les adorateurs du papier facile à imprimer. Libre a raison et cela fait longtemps qu'il l'exprime ici même. Comme lui je vous encourage à commencer votre culture en dehors de vos clichés faciles et infondés d'amateur ignorant. Quand à votre délire sur le machin "SEL" encore une illusion d'un bobo délirant qui ne vaut même pas la peine d'être commenté.
Réponse de le 07/09/2013 à 9:31 :
Je constate que mon pseudo a été utilisé en mon absence par un autre intervenant. Probablement le même intervenant qui utilise aussi à l'occasion celui d'autres participants, pour prendre des positions caricaturales, en particulier lorsque le débat concerne l'or. Personnellement, je pense que la validité d'une monnaie est liée à son acceptation, de gré ou de force, par un grand nombre d'acteurs économiques. Jusqu'à présent, l'or physique a toujours été universellement accepté, seule la contre-partie fluctue d'une époque à l'autre. Néanmoins, à l'avenir, nous pourrions voir d'autres ressources ou matières faire concurrence ou supplanter l'or en tant que valeurs refuges.
a écrit le 26/08/2013 à 16:43 :
"Ao todo, o novo programa de oferta de "swaps cambiais" ao mercado envolverá cerca de US$ 37 bilhões até o fim deste ano" Globo Brésil, on est loin des 374 M$ annoncé, aujourd'hui le Brésil met 500 millions US$ tous les jours sur la table jusqu'à fin décembre, les réserves sont de 370 Milliards US$.
a écrit le 26/08/2013 à 15:42 :
je n arrive pas à comprendre. pouvez vous m'expliquer comment, l'arret de création monétaire US, provoque la vente massive de devises des pays émergents ?
Réponse de le 26/08/2013 à 16:58 :
Arret de creation monetaire=fin des taux bas=hausse des taux d'interet=achats de d'emprunt, =achat de dollars.
Réponse de le 26/08/2013 à 17:36 :
Petite nuance, ce n'est pas un arrêt de rachat aux banques États Unis, de créances anciennes titrisées, par la Réserve fédérale à des taux proches du 0 % (Taux négatifs en valeur dollars constante, moins inflation), mais un relèvement des taux d'intérêt. Prêter aux banques, (100 dollars pour en récupérer 95 dans 10 ans en gros), ne peut que créer une bulle financière, pour un atterrissage en douceur elle prévoie de relever ses taux d'intérêt avant l'éclatement. Les banques investiront moins dans les pays en développement qui vendent leurs devises pour investir. Voilà en gros les grandes lignes, plus complet sur lien.
http://www.jolpress.com/blog/charles-sannat-etats-unis-monnaie-fed-federal-reserve-bank-politique-monetaire-820195.html
Réponse de le 26/08/2013 à 18:05 :
De ce que j'ai pu comprendre, l'arrêt de la politique accomodante de la FED qui consistait à acheter des énormes quantités de papier à l'état américain ( bon du trésor) va provoqué une hausse des taux d'intérêts puisque il ya aura moins de monnaie injecté dans l'économie américaine. Et donc , les placements aux USA vont devenir plus rentables. En conséquence les investisseurs américains et d'autres rappatrient leur actifs financiers détenus dans les pays émergents pour profiter de la hausse des taux plus avantageuse ( il ne faut pas oublier le poid du dollars par rapport aux autres monnaies qui accentue cette effet) Ces désinvestissements massifs dans les pays émergants font mécaniquement plonger les valeurs boursières et donc par ricochet, l'économie ce qui provoque une dévaluation des monnaies locales par rapport aux monaies fortes ( dollars euros). Les ventes massives de devises étrangères des banques centrales des pays émergents ( et donc l'augmentation soudaine de l'offre de monnaie en dollars) vont avoir pour effet d'atténuer la hausse des taux d'intérêts du dollars sur le marché des devises et donc l'éffondrement des devises locales. (C'est comme si les banques centrales des pays émergants éssayaient d'imiter l'ancienne politique monnétaire accomodante de la FED et son impacte sur l'économie des pays émergants) Mais cette mesure a un effet limité compte tenue de l'ampleur du phénomène et des réserves limités des banques en devises, celles ci ne pouvant évidemment pas imprimer de dollars.) .Au japon vous avez un mécanisme similaire , ou la BOJ a injecté de l'argent dans l'économie en suivant la politique accomodante de dévaluation du premier ministre pour relancer l'économie. Les investisseurs japonais se sont retournés vers des placement plus rémunateurs , en France notamment, ou les obligations d'états sont plus rémunérateur qu'en Allemagne , en raison d'un risque plus grand ( spread plus élevé) mais objectivement acceptable compte tenue de l'importance de son économie. La demande de papiers français est plus grande que l'offre ( c'est à dire les sommes que l'état français veut emprunter sur le marché financier) Cela explique entre autres pourquoi la France emprunte à des taux si bas depuis quelques temps malgré la crise qui n'en est qu'au début de la fin.
Réponse de le 26/08/2013 à 18:29 :
Les placements non risqués en Amérique (ou réputé tels y compris dans les réglementations bancaires) ne rapportent rien, ce qui incite à investir en Turquie, en Inde... quitte à prendre des risques. Si les taux américains remontent, il devient tentant de mettre à l'abri des fonds en Amérique.
Réponse de le 26/08/2013 à 18:42 :
Vous êtes cambiste, on vous annonce que le dollar va se raréfier (diminution de la création monétaire) ne seriez vous pas un tout petit peu tenté de shorter vos positions en monnaies "exotiques" pour être long sur le dollar?
Réponse de le 26/08/2013 à 20:14 :
Vous iriez vous acheter du dollar us?
Réponse de le 27/08/2013 à 9:01 :
Je ne suis pas cambiste, je ne le ferais pas à titre personnel car jouer sur les parités de change implique de disposer de fonds très conséquents pour marger sur les spreads entre paires et d'être très réactif. Le forex, quoiqu'en disent les pubs ça n'est pas pour les particuliers.
Réponse de le 27/08/2013 à 12:05 :
merci pour les explications ;)
a écrit le 26/08/2013 à 15:22 :
Le monde économique découvre que les QE ont fonctionné comme un immense "plan Marshall" pour les pays émergeants. Il est ainsi probable qu'il n'y aura pas de remboursement, seulement le paiement d'une quote part de frais et charges qui reviendra aux US. Même si le FED diminuait ses achats d'actifs, il est improbable qu'il en revende avant de nombreuses années.
a écrit le 26/08/2013 à 15:07 :
Je me demande si cette volonté de la FED d'arrêter ses injections de liquidité ne repose pas sur une perception erronée de l'économie américaine qui ne va pas aussi bien qu'elle pourrait le penser. Le chômage reste élevé et le taux officiel ne reflète pas forcément la réalité. Une partie de la croissance américaine est assurée par la FED elle-même par son programme de stimulation de l'immobilier. Les exportations ont certes progressé mais elle le doivent à la faiblesse du dollar, conséquence directe de la politique de la FED.

Que va-t-il se passer si cette politique s'arrête ? L'immobilier risque de rechuter et les exportations de caler. Il est urgent d'attendre.
Réponse de le 26/08/2013 à 15:25 :
Bien mal vu. Cette politique ne s'arrêtera pas. Tout simplement. Ou on bloque toutes les pompes à phynance. Ce qui ferait le plus grand bien à l'économie réelle, d'ailleurs.
Réponse de le 26/08/2013 à 16:08 :
@Yvan
Vous m'excuserez mais j'ai du mal à saisir le sens de votre remarque.
Réponse de le 26/08/2013 à 17:18 :
Ils ne peuvent PAS arrêter la planche à billets.
Réponse de le 27/08/2013 à 9:26 :
@Yvan
C'est bien ce que j'ai dit ! Pourquoi alors dire dans votre post précédent "Bien mal vu" ?
Réponse de le 27/08/2013 à 13:34 :
@Jane Golt, le français de yvan est un peu compliqué, le sens était bien " Bien vu le mal" La FED ne peut pas arrêter la planche a billets parce qu'il n'y a plus personne disponible à acheté leur faux dollar.
a écrit le 26/08/2013 à 15:04 :
La bulle financière est là, énorme. il ne reste plus que de mauvaises solutions, la fête est malheureusement fini !!! il faut retirer le bol de punch... sous peine d'un lendemain de gueule de bois. !!!
http://www.jolpress.com/bernanke-helicopter-ben-etats-unis-federal-reserve-article-820456.html
a écrit le 26/08/2013 à 15:03 :
Pour une fois, je suis d'accord avec l'article, tout le monde est accro à la dope de la fed, en particulier les émergeants. Ce qui devrait contribuer à les calmer au niveau de leurs revendications pour un moment. Au final, c'est bien Delamarche qui a raison, le marché actuel n'est qu'un château de cartes, et Bernanke ne peut absolument rien faire ou dire sur le QE sans que tout ne s'écroule. Donc il ne fera rien pour le moment, mais ca ne durera pas éternellement, s'il persiste la bulle explosera d'elle même.
Réponse de le 26/08/2013 à 15:39 :
Vous citez Delamarche, mais n'oubliez pas qu'il défend SON bout de gras, soit le corporate. Et si vous n'avez jamais analysé le principe des fonds vautours (hedge fund) qui rachètent des entreprises, c'est pas beau à voir...
Réponse de le 27/08/2013 à 10:31 :
La fin du monde tant espérée par certains n' a pas eu lieu !!!
a écrit le 26/08/2013 à 14:58 :
S.V.P.Quelqu un pourrait il expliquer comment le Brésil a dépensé 374 mds de dollars. C est bien de l écrire encore faut il expliquer comment un etat non subordonné peut il faire pour perdre dans les vagues du rivage autant d argent.
Réponse de le 26/08/2013 à 15:23 :
"Pour défendre sa monnaie nationale,". Pour cela que les Chinois plaident depuis minimum 2008 pour que le dollar soit remplacé par un panier de devises internationales. Essayez de vous renseigner sur le bancor, à l'époque de Roosevelt.
Réponse de le 27/08/2013 à 9:17 :
@yvan. Merci de me répondre ; mais vous m expliquez le pourquoi , mais pas le comment.Je crois que c est pour le comment que le peuple a eu des velléités de révolte, non.
a écrit le 26/08/2013 à 14:24 :
En résumé, ne s'agit-il pas d'un marché illimité sinon infernal, de liquidités qui remplace une épargne de moins en moins rémunérée, et qui fait tourner les affaires tant que tournent les bourses d'enchères valorisées par les mises effectuées, mais pas par les actifs concrets ? Il ne faut pas épargner mais consommer et emprunter si l'on manque d'argent. Effectivement c'est le mouvement perpétuel qui soutient l'équilibre du vélo.
a écrit le 26/08/2013 à 14:23 :
Le dollar est devenu une monnaie de singe l'euro se porte bien contrairement aux heureux qui l'ont comme monnaie et la déflation nous guette. Vous savez M Santi la fête du mensonge est finie et il va falloir beaucoup d'efforts d'imagination aux élites et politiques corrompus pour trouver de nouveaux arguments pour nous faire avaler leur poison. Le monde est entrain de basculer dans la haine et la guerre qui nous éclaboussera aussi. Jean Toussaint Desanti disait que les horreurs du XX siècle n'auront été qu'une grande kermesse à côté de celles du XXIè.
Réponse de le 27/08/2013 à 9:17 :
@Dexia
"Basculer dans la haine", malheureusement inévitable, le retour de la barbarie est au programme. Les US n'accepteront jamais de perdre leur leadership, ils sont obligés de maintenir le monde dans un perpétuel de déstabilisation pour le contrôler. Et la crise de l'énergie qui se profile va précipiter les choses... à moins qu'elle ne soit déjà à l'origine de la future conflagration.
Réponse de le 27/08/2013 à 12:56 :
L'euro a perdu 50 % de son pouvoir d'achat en 10 ans, la véritable inflation annuelle est de 5 %, si vous etes conscient de ces faits dites nous comment l'euro papier compte survivre à la sur impression mensuelle de ce papier ? Tout comme le dollar, le Yen et les autres fausses monnaies papier, l'euro est une escroquerie et seul l'or physique peut protéger contre l'inflation, les dévaluations ou de la disparition pure et simple, comme l'histoire l'a déjà prouvé à maintes reprises. Acheter de l'or physique et protégez votre famille de ces risques majeurs présents et à venir, alors vous serez heureux de vous etre fait une culture suffisante au profit de vos proches et de vous memes.
Réponse de le 27/08/2013 à 16:52 :
@Libre
L'or est un produit hautement spéculatif, détenir un peu d'or physique, pourquoi pas, si ça ne rapporte pas, ça peut rassurer...Toutefois, pas facile de régler ses courses avec des grammes d'or au supermarché.
Réponse de le 27/08/2013 à 22:56 :
à l'heure actuelle,mieux vaut se préparer en ayant un bout de terre à cultiver car quand ça va péter l'or ou les monnaies papiers seront dures à avaler!
a écrit le 26/08/2013 à 13:21 :
un bel article qui reflète bien ce qui se passe dans des pays émergents , dommage que certains y voient un catastrophisme eclairé , mais les faits sont têtus helàs , les pays émergents qui avaient echappé prou ou moins a la crise de 2008 par des effets retards se trouvent a présent en première ligne , la FED n'a jamais eu comme unique intérêt que de sauver la maison US et qu'importe si les autres en bavent pour s'en sortir , la preuve avec la crise grecque et européenne , enfin les libéraux c'est vrai déteste de créer de l'argent pour de l'argent , c'était vrai aussi a la suite des années folles ( 1919-1929) et ce qui a accentué la sortie de crise de l'époque via des politiques erronées et qui ont conduit des pays a la catastrophe ( chômage de masse , pauvreté , e.c.t ) , aujourd'hui curieusement les faits ont tendance a se renouveler et dans des pays qui ne furent pas concerné de près par la crise de 29 , d'ou leur ignorance naturelle , mais vous soulignez aussi le manque de confiance et la panique que cela pourrait engendrer , mais déjà la méfiance je dirais s'installe un peu partout et dans tous les secteurs d'activités , cette crise est unique car elle est multiple et aussi psychologique , le moindre signe perçu comme négatif pourrait faire un effet domino .. c'est pas rassurant , espérons qu'on traversera cette période sans trop de casse et qu'on en retiendra la leçon aussi , le libéralisme a des vertus mais aussi d'énormes défauts quand ce dernier arrive a sa limite .
Réponse de le 27/08/2013 à 13:45 :
Toute logique poussée à l'extrême devient absurde.
a écrit le 26/08/2013 à 13:05 :
C'est incroyable cette analyse qui joue sur le catastrophisme le complotisme et tout le reste .B .Bernanke l'a dit ,il l'a redit ,la politique accommodante au niveau des liquidités diminuera DOUCEMENT .Des paliers de stabilisations pourront etre réalisées voire meme trés ponctuellement de nouveau les liquidités pourront repartir.Mais il faut le dire avec force ,la voie traçée est une diminution progressive et tout le monde, y compris les emergeants, pourront s'y addapter si le temps leur est donné de la faire .Il est incroyable que des personnes qui se disent éconnomiste ne mettent pas en avant ce qui est l'essentiel en économies ,LE TEMPS !On est tous tellement pressés et anxieux ,on voudrait tous que le choses changes en 3 jours par impatience maladive de ne pas comprendre que c'est le temps qui passe qui guérit de tout les maux qu'ils soient économiques ,sentimentaux ,financiers ou autres .Les mesures prisent en France n'auront d'effet que progressivement dans le temps .L'économie n'est pas une formule 1 qui peut prendre des virages en épingles à cheveux en 1 seconde .L'économie est un navire de 1 millions de tonnes qui ne peut mettre que des mois voire des années pour certaines mesures ,pour changer de cap.Il serrait bon quand on se dit et est économiste de presenter les choses ainsi en insistant sur CE QUE LE TEMPS EST EN ECONOMIE..........
Réponse de le 26/08/2013 à 13:28 :
vous avez en partie raison zerdo , le temps c'est un facteur important et il ne faut jamais le prendre pour ce qu'il n'est pas , les previsionnistes font des études sur 10, 20 , 30 ans a l'avance en ignorant des tas de paramètres , ce qui rend leurs prévisions un peu vide de sens , ainsi les previsonnistes des années 20 se sont plantés comme ceux des années 60 qui nous voyaient tous vivre sur la lune ou encore dans des avions voitures accessibles a tous , les faits de SF sont nombreux a ces sujets , il est exact que les mesures prisent meme en france prendront du temps , mais le citoyen électeur qui vit dans l'affect a besoin de se rassurer , hop on gomme la dette des l'élection du nouvel président , ils oublient que l'ardoise quelqu'un va devoir bien l'honorer , qu'une dette doit être payée ou bien saisie , mais nous sommes si pressés de sortir de cette crise et socialement cela se comprend fort aise , mais on ne sort pas d'une politique dangereuse émise il y'a 30 ans en moins de 5 ans , il faudra du temps et des réactions parlementaires pour faire bouger les choses et corriger les effets négatifs au cas par cas car vous le dites bien on ne bouge pas un navire d'un pays comme une TPE ou un ménage , le temps est un facteur important et vu que la population mondiale a doublée entre 1919 et 2019 ce sera encore plus long et plus dur pour l'affect surtout qu'aujourd'hui nous sommes tous mediatiquement connectés .
Réponse de le 26/08/2013 à 14:18 :
La force des idées qui se trouvent dans les decisions ou lois prisent, c'est que l'on peut par mesures decrets ou autres,les adapter au temps qui passe .En matiere économique, les correctifs sont nombreux et permanents pour sans cesse réajuster la trajectoire face aux aléas de toutes sortes qui viennent perturber la direction choisie!Les incertitudes sont maitrisées,non pas parce qu'on les connaitraient à l'avance ,mais parce que au fur et à mesure que l'on avance ,on peut corriger les effets négatifs .Bien sur ,il y a toujours içi ou là des impatiences ,des dégâts collatéraux qu'ils faut corriger au plus vite ,des incomprehensions et manipulations !Le role du politique c'est la patience d'aller vers les objectifs fixés sans ce soucier de sa cote de popularité et de resister aux pressions exterieurs qui voudraient vous faire deriver dans un sens ou un autre ,et vous faire perdre votre route et votre objectif .Temps et patience sont deux des multiples mamelles des politiques responsables qui ont la notion de l'état et du pays ,meme si on le sait ,il faut mentir ,etre hypocrite ,manipulateur ext.........D'ailleurs la democratie est la cause des vices supposés des politiques !Dire à chaque fois la vérité et parler vrais sans mentir ,c'est anti politique en democratie.La politique ne peut pas se faire au jour le jour en fonction des humeurs de l'opinion publique, ce qui nous amenerez à zigzaguer en tout sens pour arriver nulle part ,sinon au chao.
Réponse de le 26/08/2013 à 18:34 :
@ Zerdo: Vous faites bien de souligner l'importance du temps en économie.
Réponse de le 27/08/2013 à 9:33 :
@ Balzac
"Une dette doit être remboursée ou saisie"....En France, au hasard, ou aux US vous la saisiriez comment? Plus facile à faire à Chypre!
Réponse de le 27/08/2013 à 9:33 :
@ Balzac
"Une dette doit être remboursée ou saisie"....En France, au hasard, ou aux US vous la saisiriez comment? Plus facile à faire à Chypre!
Réponse de le 27/08/2013 à 11:30 :
a JB38 , a votre question , vous avez raison plus le pays est faible militairement plus il est vulnérable face a ces créanciers , l'histoire nous l'enseigne , mais les US depuis leur indépendance ont monté une véritable armée qui reste une dissuasion de réclamer une saisie et une monnaie de singe qui permet de rembourser moins que prévu , quand on sait aujourd'hui la puissance des US on réfléchis a deux fois avant de saisir , mais sinon les US savent bien que tout pourrait s'écrouler si plus personne n'investissait chez eux et le dollars pourrait en pâtir , un scénario qui au US est pris au sérieux depuis 2008 , d'ou le language doux avec chinois et japonais au sujet économique vu que ce sont eux qui détiennent de la dette américaine et que les chinois veulent concurrencer la puissance militaire US .. le bluff aussi marche fort bien comme au poker menteur , sinon les états peuvent vendre des concessions foncières ( la grece le pratique depuis quelques mois ) un moyen de rembourser , comme le port du piré , meme l'Allemagne a la fin de 45 a du rembourser des dettes laissé au cours des conflits qui la concernait et d'ailleurs elle termine a peine de rembourser une grosse partie , ce qui explique aussi son état économique pas si mauvais , mais qui a pesé avec en prime la réunification pendant près de 20 ans ..
Réponse de le 27/08/2013 à 13:00 :
Les chinois ne sont plus ceux qui possèdent le plus des obligations américaines depuis 2008 justement. Les chinois ont ouvert le marché de l'or à leurs citoyens et ils en achètent en masse tout en étant le plus gros producteur mondial. Si demain les chinois décident d'étalonner leur monnaie, le Yuan, à l'or ils deviendront la plus grande puissance financière du monde. Les russes, les brésiliens, bcp de pays de l'est et bien d'autres font de même.
Réponse de le 27/08/2013 à 13:58 :
La Chine premier producteur mondial d'or ??? Ce n'est pas l'Afrique du Sud plutôt ?
Réponse de le 29/08/2013 à 13:41 :
Je crois bien que la Chine est , aujourd'hui, le premier producteur d' OR ! Elle serait aussi le plus GROS Détenteur !!!! .....Important pour l' AVENIR !!! ...Très bientôt !!!
Réponse de le 29/08/2013 à 13:49 :
De GAULLE est arrivé (Guy Mollet est allé le chercher !!! ) en MAI 58 et le FRANC LOURD fut lancé en Décembre 59 ! i.e. 19 mois après son arrivée aux commandes ..... Alors ...vos commentaires "" avisés""... faudra les ajuster en rapport avec la ""qualité""et le ""courage"" de l'Homme Politique : il faut un Homme d'ETAT !!! et de la Bravoure : pas un Rominet qui n'a que la bedaine d'un Napoléon !!!
a écrit le 26/08/2013 à 12:59 :
les pays émergents n'ont rien compris . Il faut au contraire laisser leur monnaie se dévaluer ,ce qui provoque une dévaluation compétitive et de l'inflation ; toutes choses indispensables à la bonne marche d'une économie...En tout cas c'est ce que nous expliquent en permanence les "penseurs " anti-euros
Réponse de le 26/08/2013 à 14:45 :
@ ben. Bon raisonnement, mais les pays émergents, fabriquent des riches , qui approchent le pouvoir et par prévérication ou autre, ne veulent pas de l inflation qui les appauvriraient..... Heureux de vous avoir expliquer la non dévaluation.
a écrit le 26/08/2013 à 12:54 :
Oui c'est une erreur mais la FED a t'elle les moyens de continuer sur cette voie?
Réponse de le 26/08/2013 à 13:20 :
+1. Car après plusieurs années de ce régime, cela ne peut plus durer. Par ailleurs, ce raisonnement "En annonçant le maintien de sa création monétaire. Pour permettre aux nations émergentes de mettre en place des réformes structurelles vitales" est une hypothèse gratuite et à mon avis illusoire. Les réformes ne se font généralement pas quand tout va bien (car pour cela il faudrait du courage et une vision politique - ce qui n'existe plus -).
Réponse de le 26/08/2013 à 14:03 :
"la FED a t'elle les moyens de continuer sur cette voie". A-t'elle SURTOUT les moyens de faire autrement ..??
Réponse de le 27/08/2013 à 19:40 :
La FED si je ne me trompe pas a le pouvoir de reimprimer des jolis dollars a gogo et donc de jouer sur l'inflation.
Réponse de le 27/08/2013 à 20:20 :
M SANTi et Yvan , comme vous le savez la masse monnétaire est fortement corrélée à son PIB et qu'ont fait les USA récemment? Ils sont inclu dans leur PIB les créations immatériels ( actifs intangibles, en gros tout ce qui provient de la valorisaton des nouvelles technologies , brevet, , etc) ce qui a eu pour effet de gonfler leur PIB non pas artificiellement puisque cela correspond à une véritable création de richesse , ecore faut il qu'elle soit mesurée correctement. En conséquence, cela leur permet de faire durer cette politique d'injection de liquidité mais il semble qu'ils devront se résoudre à l'arrêter tôt ou tard , non pas en raison d'une reprise de l'économie américaine mais simplement en raison de la multiplication du franchissement du mur budgétaire aux USA ( plafond d'endettement maximum autorisé par l'état fédérale) et qui provoque des coupes budgétaires immédiates dans les dépenses publiques. Pour réhausser ce niveau d'endettement Obama à besoin de l'accord des républicains et chaque foix ca coince car les républicains ont horreur des dépenses publiques. Les américains sont conscient qu'ils sont entrain de décrocher économiquement et c'est pour cela qu'ils font tout pour relancer leur croissance ( exploiation des gaz et du pétrol de shist partout ou ils le peuvent , interventionisme de l'état américain pour faire annuler une décision juridique américaine défavorable à Apple dans sa bataille contre Samsung sur le marché des smartphones) la FED ne se soucie que des intérêts des USA , elle n'est ni le FMI ni la banque mondiale, à mon avis mais ce n'est qu'une hypothèse le maintien de la politique accomodante dans les pays émergants et surtout en Asie, vise à éviter que par un effet d'entrainement la croissance de la Chine se ralentisse au point d'entrer en récession et qui finance les USA sur les marchés financier?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :