Pourquoi la France doit renouer un dialogue diplomatique et commercial avec l’Iran

François Hollande a rencontré récemment le président iranien. Un face à face inédit à ce niveau depuis 2005, qui ouvre peut-être la porte à de nouvelles relations commerciales. Par Jean-Christophe Gallien, professeur associé à Paris 1 Sorbonne

3 mn

(Crédits : DR)

Il y avait comme un parfum d'événement dans la rencontre entre François Hollande et le Président Iranien Hassan Rohani. Sollicité par la partie iranienne depuis plusieurs semaines, l'entretien réunissait les deux chefs d'Etat, mardi, en début d'après-midi au siège des Nations unies. C'est une rencontre inédite à ce niveau depuis 2005, Jacques Chirac s'était alors entretenu, à Paris, avec le réformateur Mohammad Khatami.

L'Iran est-il donc devenu à nouveau fréquentable ?

Depuis l'élection à la fois surprise et à l'ampleur magistrale de Hassan Rohani, les observateurs signalent comme une nouvelle respiration en Iran. La société fatiguée des tensions et des sanctions reçoit des signaux d'ouvertures internes. De nombreux gestes de rénovation ou d'apaisement parfois symboliques comme des ministres utilisant un Facebook très populaire en Iran pour communiquer avec les populations, et souvent plus concrets comme les ouvertures faites sur le terrain culturel. Même avec les médias le ton a changé, la géographie des expressions s'est élargie. Un regain de confiance est sensible, la monnaie iranienne s'apprécie même par rapport au dollar. L'espérance de la rue nourrie à l'interne attend aussi une ouverture extérieure et la levée progressive des sanctions économiques.

Durant la campagne Hassan Rohani l'a martelé à destination des iraniens et du reste du Monde : « je suis différent, venez me voir … je suis pour les négociations ». Leader du changement interne, Hassan Rohani veut aussi incarner un changement dans les relations extérieures et relancer la diplomatie de l'Iran.

Qui gouverne désormais l'Iran?

Est-ce crédible ? Qui gouverne désormais l'Iran ? Le Guide Suprême est-il en ligne avec cette volonté ?

Les titulaires « réels » du pouvoir sont les mêmes qu'avant l'élection de Rohani, et rien n'est organique dans cette intention présidentielle. Le Président ne « voyage » pas seul. Le Guide veut donc reprendre des relations diplomatiques et économiques. Voilà un signal majeur que la France a le devoir d'exploiter.

Si dans cet entretien si rapide, il sera délicat de vérifier la « disponibilité » iranienne à avancer sur les enjeux du contentieux. Dans celui du nucléaire, la volonté iranienne étant de pouvoir avoir le droit d'enrichir, la question de l'occident est de savoir jusqu'où ? On voit bien que le sujet demeurera complexe. L'enjeu de la Syrie et de la région où l'Iran veut et peut jouer un rôle stabilisateur pourrait ouvrir des perspectives.

Sortir de la tutelle américaine

Pour la France il s'agit avant tout de sortir de la tutelle américaine, qui nous avait enfermés dans le silence d'une rupture des relations et de retrouver sans délais une conversation propre. Car les USA, de leur côté, n'ont certainement pas perdu de temps. Ils ont à juste titre déjà entamé une nouvelle discussion après des années de guerre ouverte.

François Hollande a donc eu raison, il faut profiter de cette arrivée au pouvoir d'Hassan Rouani, un personnage ouvert, plus neutre, soutenu dans sa démarche par le Guide.

L'enjeu du business

Car s'il s'agit de diplomatie, l'enjeu majeur est celui du business. L'Iran était une terre d'affaires françaises. La France fut l'un des grands perdants de l'embargo. Citons pour l'exemple Peugeot qui dût abandonner un magnifique marché historique. Il est urgent d'exploiter cette occasion historique de renouer un dialogue diplomatique, commercial et économique. François Hollande semble l'avoir compris et décidé. A suivre.

 

*Professeur associé à l'Université de Paris 1 la Sorbonne, Président de j c g a, membre de la SEAP, Society of European Affairs Professionals

 

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 29/09/2013 à 11:41
Signaler
Il est acté par les USA que l'Iran restera au seuil de la capacité nucléaire sous contrôle de l'AIEA, comme le Japon et d'autres nations. L'Iran n'a surtout pas intérêt de faire rentrer la région dans la course à la bombe. D'un autre coté elle doit p...

à écrit le 28/09/2013 à 13:37
Signaler
Incroyable de se faire prendre au piege à ce point .Tant que l'Iran n'aura pas dit formellement qu'il renonce à la bombe et qu'il laisse visiter tous les sites connus supposés et inconnus par l'AIEA tout ça c'est du foutage de gueule.Ce president est...

le 28/09/2013 à 20:34
Signaler
Les iraniens ne considèrent pas les français comme des "fils de putes". Si il est vrais qu'ils peuvent faire preuve de condescendance envers les cowboys US nation récente et rustre pour eux, ce n'est pas le cas pour la France et son passé glorieux et...

à écrit le 28/09/2013 à 10:25
Signaler
Cela fait 2 ans que les iraniens manquent de tout, quand la levée des sanctions sera effective les opportunités seront importantes. Mais les iraniens pardonneront-ils aux français ou se tourneront-ils vers les coréens ? Dans un pays aussi nationalist...

à écrit le 28/09/2013 à 5:00
Signaler
Le dialogue Obama Rohani est un non événement TANT QUE LA DÉMOCRATIE RESTERA PRISONNIÈRE. Aux Etats-Unis le bipartisme régnant dans cette « plus grande démocratie du monde » s?assume? Cette caricature de la démocratie se résume à un jeu de passe-pa...

le 28/09/2013 à 21:32
Signaler
Vous revez trop .La democratie c'est voter un point c'est tout .La campagne electorale dure 6 mois tout le monde à droit à la parole ,peut s'exprimer ,tous les candidats sont invités par les medias et aux dernieres elections il n'y en a eu que pour M...

à écrit le 27/09/2013 à 22:06
Signaler
Voila un enjeu géopolitique énorme qui devrait être une priorité diplomatique et en effet business pour la France et l'Europe.

à écrit le 27/09/2013 à 14:17
Signaler
Vous avez raison de souligner l'importance du changement en Iran. La jeunesse iranienne est politiquement très mature et l'ampleur des évolutions démocratiques, culturelles et économiques pourraient nous épater. Nous avons, en l'occurrence, une occa...

le 27/09/2013 à 15:52
Signaler
Cerise, comme d'habitude votre parole est extrêmement juste. Ouverture, conversation éclairée et action.

à écrit le 27/09/2013 à 13:35
Signaler
Et pourquoi pas faire la cour aux barbus ! Je vous ai lu mieux inspiré !

le 27/09/2013 à 15:50
Signaler
gris, je confirme que je pense que c'est un choix et une orientation stratégique pour l'avenir.

à écrit le 27/09/2013 à 13:34
Signaler
On aurait pu y penser plus tôt ! La Perse plutôt que le Golfe !

le 27/09/2013 à 15:49
Signaler
Djamel, peut-être ne pas couper les uns pour les autres mais en tous cas équilibrer la donne.

à écrit le 27/09/2013 à 13:31
Signaler
Très belle analyse, encore ! Nous ne devons pas avoir peur et l'Iran est notre partenaire naturel dans la zone.

le 27/09/2013 à 15:49
Signaler
GO vous êtes gentil. C'est une relecture que nous devons vraiment pousser à la faveur des événements récents dans le pays.

le 28/09/2013 à 21:35
Signaler
Le guide supreme est pour la bombe et de toute les façons possible il l'aura lui ou son successeur meme en faisant semblant de changer Vous croyez quoi ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.