"La Bretagne n'est pas en crise, elle fait face à des mutations irréversibles"

 |   |  814  mots
Jacques de Certaines, ancien adjoint à la Recherche à la mairie de Rennes de 1983 à 1989 et co-auteur du livre Secoue toi Bretagne !
Jacques de Certaines, ancien adjoint à la Recherche à la mairie de Rennes de 1983 à 1989 et co-auteur du livre "Secoue toi Bretagne !" (Crédits : Reuters)
La Bretagne ne traverse pas une crise conjoncturelle mais subit des mutations irréversibles dans les secteurs qui faisaient dans le passé sa richesse, explique Jacques de Certaines, ancien adjoint à la Recherche à la mairie de Rennes et auteur de "Secoue toi Bretagne !"

Filière agroalimentaire qui bat de l'aile, licenciements dans les télécoms, dans l'industrie automobile, épuisement des ressources halieutiques... La Bretagne souffre et l'a fait savoir ces derniers jours.

Face à ce soulèvement inattendu, le gouvernement à lâché 15 millions d'euros à la filière alimentaire mercrediet a promis de se pencher au chevet de la péninsule. L'occasion pour La Tribune de revenir sur les raisons des difficultés traversées par cette région qui fait habituellement peu parler d'elle en ces termes, avec Jacques de Certaines, ancien adjoint à la Recherche à la mairie de Rennes de 1983 à 1989 et co-auteur du livre "Secoue toi Bretagne !", paru aux éditions Apogée en 2013.

La Tribune - Pourquoi ce mouvement soudain de colère en Bretagne ? Avez-vous été surpris ?

Jacques de Certaines - On pressentait que la Bretagne n'était pas sur la bonne voie. On n'avait simplement pas établi de calendrier ni prévu l'amplitude. Pour nous, ce n'est pas une crise mais le résultat de mutations irréversibles. Lorsqu'il y a une crise on peut s'attendre à ce que cela redémarre. Alors que lorsque l'on fait face à une mutation, il y a une nécessité de réformer en profondeur pour s'adapter aux nouveaux paradigmes. C'est n'est pas ce que l'on a fait en Bretagne, où on a cru qu'il suffisait de gérer la situation comme une crise.

D'où viennent les problèmes ? Pourquoi une telle ampleur ?

Le problème c'est que la Bretagne subit des mutations dans tous les secteurs qui faisaient autrefois sa richesse : l'agroalimentaire, bien sûr, mais aussi l'élevage qui est lié, la pêche, le naval, même si on y observe une petite bouffée d'oxygène, et l'automobile, comme on l'a vu avec les destructions de postes chez PSA, et les télécoms. Tous les fondamentaux de l'économie bretonne sont touchés.

Comment expliquez-vous cela ?

C'est la combinaison de plusieurs facteurs. Il y a d'abord un contexte international. Par exemple, on ne peut que constater la concurrence déloyale des Allemands dans la filière porcine avec leurs salaires très faibles qu'ils appliquent à leurs travailleurs étrangers. Mais il y a aussi la question des alliances et des synergies dans le secteur agroalimentaire qui n'a pas été réglée à temps et qui se fait aujourd'hui à marche forcée. Ou encore la difficulté que l'on a à passer de la pêche, qui souffre de la disparition des ressources halieutiques, à l'aquaculture.

L'absence de réaction vient-elle d'un manque d'autonomie de la Bretagne qui, comme certains le disent, souffre des lourdeurs administratives imposées par Paris ?

Il est vrai que les lourdeurs administratives n'aident pas. Ce n'est pas spécifique à la Bretagne, mais cela lui pose des problèmes concrets. On a l'exemple de la loi littoral, dont l'existence est bel et bien fondée, mais qui conduit à multiplier les interlocuteurs dans un mille feuilles qui rend les procédures très longues et retarde notre passage de la pêche à l'aquaculture. Mais je ne pense pas que cela soit le fond du problème. Ce qu'il faut, c'est aller de l'avant pour opérer les mutations nécessaires. Nous avons déjà pris beaucoup de retard en ce qui concerne les biotechnologies, les télécoms de pointe, les nanotechnologies, l'automobile haut de gamme. Ce qu'il nous faut c'est faire le pari des hautes technologies.

Et pensez-vous que la réaction du gouvernement, qui a mis mercredi 15 millions d'euros sur la table pour le secteur agroalimentaire, aille dans le bon sens ?

Quand il y a un incendie il faut éteindre le feu. C'est ce que fait le gouvernement et c'est bien. Mais nous espérons surtout qu'ils ne vont pas prendre le problème de la Bretagne comme une crise passagère en parant au plus pressé et sans réaliser que nous sommes face à de réelles mutations. Il y a des pistes intéressantes dans les 34 propositions d'Arnaud Montebourg pour relancer l'industrie, les thèmes qui concernent la Bretagne y sont abordés. Ce qui est dommage c'est que tout ce qui y arrive aujourd'hui était prévisible.

Que dire de l'écotaxe poids lourds, qui semble avoir mis le feu aux poudres ?

Compte tenu de l'importance des transports dans l'économie bretonne par rapport aux autres régions, l'écotaxe est un coup très dur. On ne peut pas traiter toutes les régions de manière indifférenciée. Bien sûr, il aurait fallu développer le ferroutage, le cabotage, mais force est de constater que cela n'a pas été fait, et que cela ne pourra pas être mis en place en trois mois. En attendant, cette taxe, nous allons la payer trois fois. Cela va augmenter nos frais d'approvisionnement, repousser les investisseurs et augmenter nos frais d'expédition. C'est une très mauvaise chose pour les entreprises bretonnes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2013 à 15:23 :
C'est vrais en France nos dirigeants ferment les usines mais rassurez-vous il nous reste les Châteaux de la Loire et en Bretagne les crêpes!!!!!!
a écrit le 04/11/2013 à 10:57 :
ce mr a raison la bretagne doit evolue les produits de la peche de l agriculture de l elevage peuvent etre conditione et vendue en plat regonnaux et vendue dans le monde entier , tout les autre pays le font meme la chine ,???
a écrit le 18/10/2013 à 14:40 :
Rappelez vous, aux dernières élections une marée rose en Bretagne, plus de 80% ont votés pour les socialos, il fallait réfléchir avant, à quoi s' attendaient ils avec des incompétents qui nous emmènent notre pays à la ruine. Mr Sarkosy n a pas été au top, mais les usines ne fermaient pas comme maintenant, des centaines de PME par jour en France !!!
a écrit le 18/10/2013 à 14:08 :
Et si la Bretagne était victime... d'elle-même ? La Bretagne a toujours été pro-européenne, on le sait, en partie parce qu'avec l'Europe elle se sentait plus reconnue que noyée dans un territoire hexagonal très jacobin. Je loue d'habitude la capacité des dirigeants de l'Ouest à faire preuve de pragmatisme quitte à faire des compromis pour faire aboutir des projets importants, je loue aussi leur esprit d'ouverture, mais il faut reconnaître aussi que dans ce dossier Agricultural et agro-alimentaire, l'industrie locale n'a pas su évoluer ni même réagir face à la concurrence en particulier allemande et quelque peu déloyale... La Bretagne victime d'une Europe non harmonisée donc prête à tout donner pour le mieux offrant sur le plan fiscal, social... Reste aux Bretons comme à leurs compatriotes des autres régions à retrousser leurs manches. Il est peut-être temps de se remettre en cause. Oui une partie de l'agriculture a produit de la m.... pendant des années et oui on veut que ça change. Mais quid d'une Bretagne éloignée des centres de décision, refermée sur elle-même et dépendante énergiquement ? Les Bretons ont refusé le nucléaire, ils en paient aujourd'hui les conséquences. S'ils refusent de faire avancer le dossier de l'aéroport du grand Ouest, il ne faudra pas s'étonner qu'ils en paient le prix un jour.
a écrit le 18/10/2013 à 11:45 :
Tant que la FNSEA continuera, avec ses relais gouvernementaux, à avoir une vision d'extension infinie des élevages et monocultures, la Bretagne continuera sa descente aux enfers. Mais aussi les autres régions dont pour l'instant peu parlent. Et comme l'aménagement du territoire reste centré jacobin, peu de chances que les régions, en particulier éloignées des transversales porteuses, puissent rebondir sur des moyens de communication proches et rapides. Toute la politique nationale est à revoir, pas seulement pour les bretons.
a écrit le 18/10/2013 à 11:34 :
Mais si il y a une crise du porc, car même dans les cantines scolaire on n'en propose plus. Les seuls qui mangent encore du porc sont ceux qui n'ont pas de tabou et qui veulent de la qualité et non du bon marché, et de ceux là, il n'y en a plus beaucoup. La France n'est plus un pays qui mange du porc, la Bretagne doit donc repenser son agriculture en fonction des consommateurs.
Réponse de le 18/10/2013 à 12:03 :
ca c'est sur dans les cantines on impose la cuisine hallal elle est belle la France mais bon c'est vrai que la gastronomie pour certains n 'estT plus importante il vaut mieux manger de la M,,,,,,
Réponse de le 26/10/2013 à 23:29 :
que devenons nous...?...La France telle qu'elle était, celle de nos aiëux, grands parents, parents est en passe de ne plus être la même...elle se déglingue, se délite...et nous avec !...
a écrit le 18/10/2013 à 10:55 :
Un peu moins de bistrots et un peu plus de travail et la bretagne ira mieux. Hommes politiques qui promettez du pognon , vos promesses n'engageront que vous. Paris est obligé de mettre fin aux désordres que vous avez causés.
Réponse de le 18/10/2013 à 11:17 :
Quand on voit la couperose du pépère en photo, on a tout compris !
Réponse de le 18/10/2013 à 11:31 :
En Bretagne, on suce pas que des glaçons mossieur !
Réponse de le 18/10/2013 à 11:46 :
quand vous dites que paris doit mettre fin aux désordres , moi qui circule beaucoup sur paris et autour beaucoup n'ont qu'une envie en partir , vous devriez avoir honte car paris n'est plus la ville lumière, elle est sale au possible, on a peur de circuler avec quelques chose sur soi car crainte d'être agressé et actuellement un tiers d'immigrés qui pour un grand nombre sont entretenus par les citoyens Français , quant aux alcolos et des drogués paris n'est pas mal dans son genre ;
Réponse de le 18/10/2013 à 17:38 :
Ben voilà la pensée de certains bretons, cracher sur paris, les parisiens, les immigrés, etc...et penser que la bretagne c'est tellement propre, sans immigrés, etc
a écrit le 18/10/2013 à 10:40 :
Le cas breton n'est pas différent du cas corse. Ils n'ont jamais voulu changer , évoluer , ou s'adapter. Vivre pépère et compter sur l'état quand ça va mal. Manque de bol , les caisses sont vides...et pour très longtemps. Les élus pourront promettre monts et merveilles et même un peu plus...quand il n'y a plus de sous , il n'y a plus de sous...
Bonne chance quand même.
Réponse de le 18/10/2013 à 11:24 :
A DECROCHAGE : "vivre pépère et compter sur l'état quand ça va mal" ? votre texto est stupide, c'est l'état français qui nous impose de dépendre de lui, je parle pour la Bretagne en tous les cas, connaissant peu la Corse. Les Bretons ne sont sûrement pas plus "pépères" que les Français ! (dont les caisses sont vides et oui !)
Réponse de le 18/10/2013 à 12:33 :
Le breton connait surtout son bistrot : il y souffle dans la bombarde et y siffle des canons !
Réponse de le 18/10/2013 à 13:05 :
Et moi je ne te connais pas mais je crois que tu mérites d?être connu. Où est-ce qu'on a la chance de te rencontrer ? Tu te produis peut-être au Point-Virgule actuellement ? Ou dans un cirque ? Allez dis nous tout, qu'on se marre encore plus !
Réponse de le 18/10/2013 à 20:08 :
bon y'a pas que les caisses de la france qui sont vides, y'a aussi la cervelle de certains des veaux français (comme disait le grand Charles) qui s'expriment ici !
a écrit le 18/10/2013 à 10:27 :
Bretagne autonome dans l'Europe.
Les aides ne sont que des pansements.
Réponse de le 18/10/2013 à 11:18 :
Chiche ! (qu'on rigole...)
Réponse de le 18/10/2013 à 20:12 :
vous ririez jaune
a écrit le 18/10/2013 à 10:04 :
Moins de cochons, moins d'algues vertes ? Essayons de voir le bon côté des choses.
a écrit le 18/10/2013 à 9:49 :
bonjour certes la bretagne est en difficulté actuellement mais je suis confiante ,cette région se sortira de tout cela car les bretons sont des gens très volontaire le travail ne leur fait pas peur
ils sont une main d'?uvre tres qualifiée et reconnue et n ont pas peur de retrousser leurs manches , il n'y a qu'a voir tous ces petites villes et villages très soignés ,les bretons en général ne sont pas des gens riches mais par contre ont soucis de leur environnement chacun d'eux ?uvre pour la beauté et la propreté
cette bretagne est magique et si la France ne la prend pas en compte alors je pense qu'un jour elle pourrait bien surprendre
elle sauvera son patrimoine sa culture ses traditions car c est ancré au plus profond d'eux mêmes
vive la bretagne vive les bretons et défendez- vous pour sauver vos vraies valeurs
Réponse de le 18/10/2013 à 10:45 :
Vous avez oublié les crèpes , la très puissante économie bretonne , fleuron du monde industriel "qui se retrousse les manches " est basée sur les crèpes...( le pinard aussi , pas vrai ? )
Réponse de le 18/10/2013 à 10:58 :
pour moi il faut arrêter de dire région pour la Bretagne, qui est tout autant une nation que la france.
Réponse de le 18/10/2013 à 11:19 :
Non pas le vins, le cidre et le chouchen : ça réchauffe le brave travailleur breton à partir de 6 heures du matin ...
Réponse de le 18/10/2013 à 11:29 :
On s'en fout de votre "nation"... La seule région conquise par mariage (la bretonne couche volontiers...) : à mourir de rire !
a écrit le 18/10/2013 à 9:38 :
CES entrepreneurs de l'agroalimentaires bretons sont des imbéciles : plutôt que de s'unir pour devenir plus forts, ils préfèrent crever seuls... Quand l'agilité intellectuelle n'est pas la....les 15 millions promis par Herault ne serviront qu'à retarder une déchéance inéluctable : seule la structure de coopérative ou regroupement sous une marque aurait pu les sauver, maintenant c'est trop tard.
Réponse de le 18/10/2013 à 10:47 :
Fric d'Ayrault dépensé en pure perte. Les français dépensent en pure perte des millions pour les vacanciers perpétuels que sont les bretons.
Réponse de le 18/10/2013 à 11:34 :
que les français nous lachent ce sera très bien
Réponse de le 18/10/2013 à 11:54 :
Et réciproquement : encore une fois, vous ne pouvez pas savoir comment on s'en fout de votre "nation bretonne". Un pays de vieux patoisants sur une terre ingrate et loin de tout !
Réponse de le 26/10/2013 à 22:59 :
Bien travaillé ce gouvernement ! monter les uns contre les autres! violence du verbe, déliquescence de tous bords, caisses "vides, taxes, impôts, re-impôts, re-taxes, agressions, délinquence, violences,des cités de non droit, police malmenée, médecins et commerçants agressés, urgences débordées, immigrés en touristes chroniques, salles de shoot, limitations de vitesse, carburant: trop cher! bouffe: trop chère, nos économies qui se font la malle pompées par les oligarques, particules fines du diesel qui filent le crabe, des écoliers illettrés , les Français déprimés, sombre avenir, jeunes désespérés, suicides des agriculteurs, retraites peau de chagrins de nos "vieux" qui font les fins de marché pour pouvoir becqueter, seniors sans job qui galèrent grave en attendant la "sacro sainte retraite ""...restos du coeur, aides du secours populaire, galères diverses, des fins du mois à partir du 15,overdoses en tous genres....Triste société en perdition STOP! STOP !!!! et STOP!!!!!!!!! Y EN A MARRE!
a écrit le 18/10/2013 à 8:45 :
Monsieur de Certaines, vous etes comme la plupart des météorologues qui vous annoncent fièrement, et avec le sourire, qu'hier, il a plu !!! bravo! vous faites partie d'une caste - l'administration- qui a emm..... les patrons d'entreprises à partir des années 80 comme pas permis !! vous en avez découragé plus d'un à travailler plus de 50/ 60 h par semaine;
Réponse de le 18/10/2013 à 9:38 :
d un autre cote, il fallait pas etre un genie pour voir que l agro alimentaire breton foncait dans le mur. Tot au tard on aurait trouve quelqu un faisant la meme faible qualite (pour ne pas dire nourriture industrielle de merde) pour moins cher (que ce soit en RFA ou en roumanie)
a écrit le 18/10/2013 à 0:03 :
Certaines régions ont connu par le passé une grave crise comme le nord pas de calais (sidérurgie/mine/textile... en même temps et des centaines de milliers d'emplois disparus) ou la Lorraine il faut se le rappeler. Des plans ont été mis en place subventionnés par la France l'union européenne ou des grandes entreprises qui sont venues investir (automobile par exemple). Il ne faut pas parler d'indépendance ou avoir des propos restrictifs et de haine vis à vis de l'état ou que sais-je l'union nationale est importante pour aider les régions qui se trouvent dans une mauvaise passe, comme lors de catastrophes naturelles. On doit penser aussi à l'autre qui souffre c'est le rôle de chacun dans une grande Nation. On ne dot pas profiter de chaque difficulté pour se diviser. Cette sagesse devrait être partager par tous mais c'est loin d'être le cas aujourd'hui dans notre pays dont certains partis attisent la haine de l'autre.
Réponse de le 18/10/2013 à 9:48 :
"M. Zep", il faut arrêter de parler de "grande nation française" C'est une construction artificielle maintenue artificiellement en vie par un état français qui n'est pas le mien, moi qui suis Breton.
Cet état a une démarche totalitaire, entre autres aux plans culturel et de l'éducation. L'éducation nationale française enseigne l'histoire en la refaisant. Elle dit aux enfants bretons, par exemple, que les rois de France étaient leurs rois y compris à des époques où la Bretagne était en guerre contre la France. La France fabrique ses divinités du panthéon républicain : ainsi Gambetta, ce grand homme, responsable de la mort de dizaines de milliers de bretons au camp de Conlie en les laissant crever de froid et de maladies lors de la guerre de 1870. C'est pas très loin de l'histoire des ancêtres gaulois enseignée aux petits africains des colonies il y a peu. Les différences sont plutôt question de degrés, pas de nature.
Au plan culturel et linguistique, les Bretons de Bretagne bretonnante ont-ils le droit d'apprendre leur langue ? Non, c'est pourtant évidemment un droit humain reconnu internationalement. Et l'éducation nationale via ses recteurs d'académie freine toujours des 4 fers pour que cela change. Par là, soit dit en passant, ils s'enfoncent un peu plus.
Ceci dit, je suis bien d'accord, la solidarité doit exister au niveau européen entre les différentes régions et peuples d'Europe, (pour ne parler que cet échelon), dont fait partie la Bretagne.
Réponse de le 18/10/2013 à 11:51 :
Mais qu'ils se la prennent leur indépendance les petits bretonnants, on s'en moque éperdument qu'ils parlent leurs patois et se saoulent entre eux du moment qu'ils ne nous demandent plus rien !
Réponse de le 18/10/2013 à 13:16 :
Triste que chaque fois qu'il y a un article sur la Bretagne, on en revient aux mêmes sujets de discussion qu'il y a 30 ou 40 ans : l'indépendance de la Bretagne ça fait longtemps que le sujet est clos. On s'en fout et en particulier les Bretons n'en ont rien à cirer. On laisse ce sujet de conversation à des blaireaux syphonnés du cerveau, genre notre ami Mikaelkel et il y a toujours un con de l'autre côté prêt à lui répondre ! Non sans déconner c'est un sujet sérieux alors allez jouer dans le bac à sable.
Réponse de le 26/10/2013 à 23:08 :
vous êtes compris ! + UN !
a écrit le 17/10/2013 à 22:50 :
Mutation.... irréversible...le plan B n'existe pas...qui décide? quel boule de cristal veut déterminer notre avenir? TINA ne donne pas d'autre option...! Ce n'est qu'un avenir sans issue... L'Europe c'est la guerre?
a écrit le 17/10/2013 à 22:00 :
Avec l?Europe nous sommes tous en concurrences , sauf que fiscalement et socialement nous avons trop d'écart .Si l'Europe ne fait rien , les bretons et tous les Français finirons dans la misère. Dans l'industrie on délocalise ,dans le BTP on est directement en concurrence avec des gars des pays de l'Est payé moins cher , dans l'élevage en concurrence avec les Allemands, je crois personnellement que c'est voulu , pour nous tirer tous vers le bas . Les puissants et les riches sans frontières ont leurs capital multiplier par 2 ou 3 sur des comptes aux îles caïmans .Puisque eux ne payent pas d?impôts en France . C'est un système pour les très riche la preuve ce sont les seul qui ont leur revenus qui augmentent inexorablement, voila le nouveau paradigme .
a écrit le 17/10/2013 à 21:23 :
La Bretagne saura s'en sortir . Il faut cesser de parler de Crise ...c'est plutôt une mutation qui est en cours . L a Bretagne a du caractère et j'y ajoute la Loire Atlantique . Si la Bretagne n'a pas assez suffisamment évoluée ...c'est en partie du fait des réglementations de +en + contraignantes . (réglementations des élevages , du travail etc ...Merci a nos hommes Politiques et a nos fonctionnaires Enarques ...qui ne connaissent rien a l'Entreprise ni aux spécificités des Régions .Prenez l'infrastructure qu'est l'Aeroport du Grand Ouest .C'est un enjeu pour le Grand Ouest . Il est financé en majorité par le Privé , les collectivites Bretagne et Pays de loire ont mutualisées ce projet ...et nos hommes politiques Parisiens n'ont pas le courage ...de le démarrer ...ménageant quelques opposants paysans verts , altermondialistes etc .. Il faut un minimum de courage Pour batir l'avenir ...nos hommes Politiques n'en n'ont pas . Les Bretons l'auront !
Réponse de le 18/10/2013 à 13:25 :
Plutôt d'accord avec ton post en tout cas en ce qui concerne l'aéroport du grand ouest, dossier que je suis depuis très longtemps. Par contre, j'émets un bémol quand tu associes la Loire-Atlantique aux difficultés que connaît la Bretagne. Les secteurs actuellement en crise en Bretagne (telecom, automobile, agroalimentaire, agriculture et pêche) existent également dans le 44 mais n'ont pas le même poids économique. L'économie de ce département est forte et saine car avant tout basée sur la diversité et le secteur tertiaire. L'industrie encore présente dans le 44 est également forte, grâce au poids de l?aéronautique (2 usines Airbus et de nombreux sous-traitants) et l'industrie navale est en perpétuelle mutation. Certes nous avons une usine Alcatel qui ferme à Nantes (et dont bizarrement personne ne parle ailleurs que dans notre région !) et quelques pêcheurs et agriculteurs qui souffrent, certes l'agroalimentaire souffre aussi comme partout ailleurs en France, mais pas autant qu'en Bretagne où l'économie est moins diversifiée.
a écrit le 17/10/2013 à 19:56 :
Pourquoi certains Bretons ne demandent pas l'indépendance au lieu de demander des subventions à Paris ou d'aller bosser à Paris, et en même temps d'insulter Paris et la France parfois...qui peut m'expliquer ?
Réponse de le 18/10/2013 à 11:25 :
Vous ne pouvez pas imaginer comment on s'en fout de votre indépendance... que les autonomistes se payent eux-mêmes leurs cours de patois, de biniou et de danses ridicules et qu'ils se débrouillent entre papys bretonnants et bedonnants pour assumer leurs fins de mois ...
Réponse de le 26/10/2013 à 23:21 :
Soyez respectueux! SVP ! " biniou et danses ridicules, et ceci, et cela..NON ! mais..!
a écrit le 17/10/2013 à 19:40 :
ce qui est irréversible c'est la co...rie des euopéens. En effet il n'y a pas de crise du porc, c'est juste qu'on autorise l'allemagne à payer 3 euros de l'heures des gens des ex pays de l'est...eh oui c'est ça l'europe sociale de nos 'chers' (y compris au sens propre) hommes politiques bien pensants !!! Il faut anéantir la commission européenne et tout ce qui va avec..
Réponse de le 18/10/2013 à 13:30 :
oui mais ils ne sont pas payés 3 euros de l'heure, eux. Ils sont payés au tarif légal français. Là est la différence mon bonhomme.
a écrit le 17/10/2013 à 19:32 :
"La Bretagne n'est pas en crise, elle fait face à des mutations irréversibles"... pour dire conneries pareilles ... il doit être socialo !
a écrit le 17/10/2013 à 19:15 :
j'ai perdu mon travail je suis aussi face à une mutation irréversible mais heureusement que ce monsieur est là pour dire que ce n'est pas la crise !
a écrit le 17/10/2013 à 19:09 :
ce qui notable c'est que mot le mot "écologie" voir vert .... est devenu synonyme d?impôts !
a écrit le 17/10/2013 à 19:04 :
Que dire de l'écotaxe poids lourds, qui semble avoir mis le feu aux poudres ?... je dis tout simplement que je mets la clé sous la porte ... comme beaucoup d'autres entreprises ! Quand ils vont comprendre il sera trop tard !
a écrit le 17/10/2013 à 19:01 :
Aux commentaires ci-dessous : Merci, mais ne vous inquiétez pas pour nous! La Bretagne s?en sortira sans l?aristocratie parisienne et ses expatriés (du fait de la centralisation française de l?économie), n?hésiteront certainement pas à faire jouer leurs réseaux pour soutenir leur patrie chancelante. Une mentalité que les âmes en peine d?identité régionale ne peuvent certainement pas comprendre?
a écrit le 17/10/2013 à 18:56 :
les bretons refusent le progrès:ils s'opposent a la construction de l'aéroport de nantes et après ils viennent mendier auprès de l'état.quelle inconséquence!la majorité des maires des grandes villes bretonnes par contre font du bon bouleau ainsi que les collectivités locales,mais ils ont le malheur d'etre visionaires au milieu d'une population rétrograde
a écrit le 17/10/2013 à 18:53 :
Analyse dans la ligne enseignant néo marxiste qui prévaut chez les élus bretons. Pour résumer, c'est de la faute aux autres, pour régler les problèmes yfaut et yaka.
Sauf que les socialos détiennent tous les pouvoirs locaux, départementaux et régional. Qu'ont fait ces gens-là ? eh bien rien. Ce monsieur est chercheur à la mairie de Rennes, rien que le titre me fait hurler de rire, tout ça c'est du bavardage inutile.
a écrit le 17/10/2013 à 18:37 :
Comme c'est cocasse!!!, un donneur de leçons, qui s'empiffre sur le dos de la bête, qui au demeurant ne saurait même pas changer une ampoule d'éclairage, qui vient faire la morale à toute une filière de professionnels qui s'échine du matin au soir pour gagner des clopinettes!.
La vérité, nul besoin d'avoir fait l'école des ânes, ou de sortir de la caste des élites autoproclamées pour la divulguer, tout simplement depuis 20 ans les coûts d'exploitation, les charges sociales, les prélèvements et les taxes obligatoires de toutes sortes, ont fini par avoir la peau d'un des secteurs à faible valeur ajoutée.
L'industrie agroalimentaire Française a toujours su évoluer et se moderniser au fil du temps, et s'il n'y avait la confiscation d'une grande partie de leur trésorerie par les pouvoirs publics pour les motifs que j'évoquais plus haut,nul doute qu'aujourd'hui elle tiendrait encore la dragée haute à beaucoup de pays en Europe.
Les socialistes, d'ailleurs comme les UMPistes ont décidé la mise à sac de l'ensemble des industries et de la paupérisation de leurs salariés.
Après avoir eu la peau des industries de la chaussure, de l'habillement, des manufactures de matériels et d'équipements électroménager, c'est au tour de l'agroalimentaire.
Bravo!, belle réussite, mais qui ne doit leur faire oublier que le peuple peut se rebiffer et le faire payer très chèrement!.
a écrit le 17/10/2013 à 18:30 :
possède un "adjoint à la recherche" ? Sapristi quel luxe... Ou s'agit-il d'une méfiance toute bretonne des qualités des autres chercheurs "non-bretons mais nationaux" ? Pas demain la veille que la France retrouvera son rang...alors la Bretagne, ben oui, comme dit un commentaire plus haut, faudra bien qu'elle se contente du tourisme pour le moment, car avant que cela ne bouge, la Bretagne sera déjà devenue...chinoise!
a écrit le 17/10/2013 à 18:07 :
Tout à fait d'accord sauf que cette mutation ne date pas d'hier. La Bretagne est l'une des dernières régions touchées en France mais cela fait des vagues vue la diaspora bretonne à Paris. Dans le nord et dans le sud on connaît cette situation depuis déjà plusieurs décennies...
a écrit le 17/10/2013 à 17:55 :
dans sa bibliotheque "hotels et restos" en bonne place, il est pas en crise, le type !
a écrit le 17/10/2013 à 16:59 :
UN IMPÔT DE PLUS POUR TOUS
Il est important que tout le monde le sache ,la taxe routière ou taxe poids lourd sera obligatoirement répercuter sur tout les produits qu'il soit alimentaire ou autre ,il y aura une majorations de prix que nous retrouverons sur les étiquettes,l'état espère ainsi rentrer de nouvel recette ,et que dire des entreprise de transport et autre qui finirons par maitre la clefs sous la porte
Réponse de le 18/10/2013 à 16:36 :
Ils n'ont pas d'écoles en Bretagne ?
a écrit le 17/10/2013 à 16:56 :
Les Bretons sont francais , les mutations irreversibles etaient a prevoir comme pour le reste de la France. Nos politiciens dorment et se foutent de tout ...Voila le Resultat une Region a l'agonie et un pouvoir cental peu efficient..
a écrit le 17/10/2013 à 16:37 :
Image amusante. Elle montre en arrière plan le guide hôtels et restos comme un signe involontaire mais signifiant qui qualifie bien ce type de personnage profiteur qui colle à la roue avec force de lieux communs en enfonçant des portes ouvertes. A la recherche d'une autre étude, certainement. N'attendez pas sur lui pour vous donner une quelconque clé d'un système cynique et criminel. Et pourtant : On a flingué la Bretagne comme autant d'autres régions et le mécanisme simple en est imparable. Nous observons ici simplement des conséquences ô combien prévisibles.
Réponse de le 17/10/2013 à 17:16 :
C'est un disciple de Jacques Attali notre grand YAQUAFAUQUON qui pond des rapports et des livres ( qui se vendent!) depuis 30 ans à raison de 3 ou 4 par ans !!!
a écrit le 17/10/2013 à 16:15 :
Que les Bretons (comme les Basques, les Provençaux, les Languedociens, les Alsaciens, les Normands, etc. etc. ) commencent par prendre leur destin en main et à se retrousser les manches plutôt que de piailler comme des poussins dans leur nid en attendant la béquée nourricière de l'état.
Réponse de le 17/10/2013 à 16:35 :
Vous avez oubliez les rmistes, les chomeurs , les intermitents du spectacles , les artisans , tous les assistés, les subventionnés .....et vous aussi !!
Réponse de le 17/10/2013 à 16:37 :
En gros, on demande l'indépendance et on laisse la France (Paris) se débrouiller toute seule.
Réponse de le 17/10/2013 à 17:13 :
Gazza ...et la Bretagne vivra de cueillette de chasse et de pêche comme au bon vieux temps ...d'Asterix !!!!!!!
a écrit le 17/10/2013 à 16:09 :
nous sommes dans une révolution, mais seules les entreprises doivent la faire et non les fonctionnaires qui veulent conserver leurs chasses gardées !!! ce qui mets les salariés à morts dans l'indifférence absolue de nos fonctionnaires et politiques de tous bords !!!
Réponse de le 17/10/2013 à 17:19 :
Sauf que les entreprises sont dirigées par d'anciens fonctionnaires !!! et ces mêmes entreprises se tournent vers l'état soit pour avoir des marchés soit pour mendier des subventions et des aides en tout genre !!!!
a écrit le 17/10/2013 à 15:33 :
L'utilisation par l'Allemagne de la main d'oeuvre Polonnaise payée à 3? de l'heure dans ses
abattoirs porcins et autres, ne laisse aucune chance à la filiaire française de faire face...!!
ON s'étonnera après de la montée des anti-européens, des euro-septiques et du FN.....!!
Comment nos différents gouvernants peuvent-ils accepter ce fonctionnement....La Bretagne ne s'en sortira pas qu'avec le Tourisme ....!!!!!!!!!!!!
a écrit le 17/10/2013 à 15:29 :
La Bretagne est avant tout malade d'être gpuvernee par des fonctionnaires... Comme ce monsieur... Qu'à-t-il déjà crée comme richesse dans sa vie !?
Réponse de le 17/10/2013 à 16:47 :
exact le boulet est la .....cest valable pour toute la FRANCE ..le changement cest pas demain
Réponse de le 17/10/2013 à 17:11 :
Et qui a mis les fonctionnaires en place ?.....réponse : les politiques !!!
Réponse de le 18/10/2013 à 13:54 :
Avant de raconter n'importe quoi je vous invite à consulter les résultats électoraux. La Bretagne est plutôt sage dans ses votes. Les extrêmes, qu'ils soient de droite ou de gauche, ne sont pas les bienvenus. En général les Bretons votent au centre, parfois à gauche, parfois à droite selon les tendances du moment. Donc je ne vois pas de quoi vous parlez au sujet de l'inconséquence des votes. Même chose quand vous dîtes "territoire éloigné, dissident, séparatiste" : qui a dit que la Bretagne était séparatiste ? Vous devez ne pas savoir que les séparatistes ne représentent rien en Bretagne ! Quant au "patois incompréhensible", je pense que vous voulez parler du breton qui est une langue et pas un patois, et qui n'est guère parlé que dans quelques familles essentiellement dans le Finistère. Aujourd'hui la réalité est que la Bretagne est une région française parmi d'autres, et c'est tout ! Une région avec quelques attribut touristiques et quelques particularités culturelles, pas plus que l'Alsace ou la Provence d'ailleurs.
a écrit le 17/10/2013 à 15:16 :
Crise, mutation .Quelques rares politiques courageux commencent à dire que nous vivons une mutation et cela n'est pas propre à la Bretagne mais à l'ensemble du pays ....et même du monde ....et Laurent Fabius précise devant les étudiants de l'X en juin dernier " rien ne sera plus comme avant"
Quant aux "lourdeurs administratives qui n'aident pas" il est urgent que les dirigeants politiques se saisissent de ce boulet en redéfinissant le rôle de la fonction publique ....et surtout en la soulageant de son sur poids pour ne pas dire obésité avec les pathologies qui vont avec pour quelle redevienne plus svelte et réactive ...
Réponse de le 17/10/2013 à 16:14 :
+1 val,
le constat et le diagnostic sont plutôts proches de la réalité, reste à avoir le "courage" de mettre en place la thérapie. Quand je dis "courage", c'est aussi la "patience", la "pédaogie" et "l'endurance", car il y a toujours d'énormes freins en France, et ça ne vient pas que des fonctionnaires (ils freinent juste plus fort que la moyenne ! )

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :