Sotchi : "du pain et des Jeux" offerts par Poutine... dans une Russie enlisée

 |   |  1464  mots
Le président russe, Vladimir Poutine, a déployé tant « d’efforts » pour l’organisation des JO à Sotchi en 2014 qu’en Russie ces Jeux sont surnommés les « Jeux de Poutine »./ DR
Le président russe, Vladimir Poutine, a déployé tant « d’efforts » pour l’organisation des JO à Sotchi en 2014 qu’en Russie ces Jeux sont surnommés les « Jeux de Poutine »./ DR (Crédits : DR)
Les JO de Sotchi vantent une Russie moderne, ouverte au monde, tout en voilant un mécanisme de conversion massive d’argent public en enrichissements personnels.

Comme d'autres leaders avant lui, Vladimir Poutine utilise les Jeux olympiques pour promouvoir son pays sur la scène internationale, ainsi que son prestige personnel auprès des Russes.

L'objectif est quadruple : faire de Sotchi une vitrine de ce que peut faire la Russie dans le Caucase, soit moderniser une région réputée explosive et en faire un pôle touristique régional ; rendre aux Russes leur fierté et les inciter à faire davantage de sport.

Au plan international, il s'agit de rehausser le prestige du pays en démontrant la capacité d'organiser un événement global grâce à une impressionnante mobilisation budgétaire. Pour les critiques, Poutine a un autre objectif : utiliser Sotchi comme mécanisme visant à redistribuer l'argent public russe à une clique de barons devenus milliardaires, sans égard pour les autochtones, l'environnement ou les investisseurs privés.

Un développement régional accéléré

Pour décrire Sotchi, le mot gigantisme vient immédiatement à l'esprit. En 2007, l'année où la candidature russe a remporté l'organisation des JO de 2014, Sotchi n'avait jamais vu une patinoire. En montagne, une petite route en mauvais état menait à travers une étroite vallée vers une station de ski soviétique peu fréquentée et disposant d'une poignée de remonte-pentes obsolètes.

Sept ans plus tard, quatre stations de ski modernes ont été construites. Les bicoques en bois longeant la route ont laissé la place à de hauts bâtiments en béton aux architectures diverses mais peu alpines. Une seconde route et une voie de chemin de fer ont été tracées à travers la montagne, avec force tunnels. La vallée n'en paraît que plus encaissée.

En bas, au bord de la mer, cinq immenses patinoires ont vu le jour, plus un immense stade de foot, un circuit de formule 1 et un parc d'attractions. La note est salée : 51 milliards de dollars (37,8 milliards d'euros). Les efforts personnels déployés par Vladimir Poutine pour l'organisation des JO à Sotchi en 2014 leur ont inspiré un surnom : les « Jeux de Poutine ».

Grand amateur de ski, le président russe a pesé de tout son poids sur le budget. Il a inspecté les travaux à de nombreuses reprises et fait rouler les têtes de ceux dont il était insatisfait. Il est le seul chef d'État à s'être rendu en personne au Guatemala en 2007 pour défendre la candidature de Sotchi auprès du Comité olympique. Sotchi est le seul endroit du pays qui porte dans la pierre son empreinte personnelle.

L'ampleur des efforts rappelle la construction de Saint-Pétersbourg par le tsar Pierre le Grand, il y a trois siècles. La capitale des tsars a été construite en neuf ans, sur une terre marécageuse tout juste arrachée aux Suédois, aux confins de l'empire, en utilisant 40.000 serfs. Poutine a fait travailler 70.000 personnes à Sotchi, qui est également une zone frontière (avec la Géorgie) et abrite sa « résidence d'été », où il passe beaucoup de temps.


Budget des infrastructures des précédents JO d'hivers
(En milliard d'euros / source CIO)

sotchi

Mais Poutine a-t-il (encore) les moyens de ses ambitions ?

Elles ont pris forme durant les années 2000, quand le cours des matières premières s'envolait. Les pétrodollars engrangés par le budget russe portaient la croissance (7% par an en moyenne), ce qui n'est plus le cas aujourd'hui. Le Kremlin n'a pas su diversifier l'économie, restée dépendante des exportations de matières premières.

Faute d'investissements suffisants, le moteur de la croissance a calé (1,4% en 2013), alors que le cours moyen du baril de pétrole restait élevé, à plus de 100 dollars. La dégradation des indicateurs macroéconomique inquiète les experts.

« Il existe un risque réel d'apparition d'un déficit de la balance courante à partir du 2e ou du 3e trimestre de cette année. Du jamais vu depuis le défaut de 1998 », signale l'économiste Chris Weafer.

Le rouble pourrait, selon lui, subir davantage de pression à la baisse. La dévaluation n'aura guère d'effets positifs sur l'économie, car la Russie ne possède qu'un groupe très restreint de sociétés exportatrices de biens manufacturés. L'État continue d'exercer une emprise glaçante sur l'économie.

Selon un rapport de l'OCDE paru à la mi-janvier, « la domination [des grandes sociétés d'État] entrave fortement l'entrée sur le marché et la concurrence, tout en préservant des poches d'inefficacité ».

L'organisation appelle poliment à « des réformes structurelles cruciales, en particulier le règne de la loi et la lutte contre la corruption, afin d'améliorer le climat des affaires ».

« La justice russe fonctionne à peu près correctement sur les différends en affaires, à moins que vous croisiez la route d'un homme disposant d'appuis au Kremlin. Si le conflit prend une dimension politique, adieu la justice », explique un homme d'affaires français basé à Moscou depuis une décennie.

L'absence de confiance envers l'État et le sentiment de vulnérabilité des investisseurs sont à la base d'un des fléaux récurrents de l'économie russe : la fuite des capitaux, qui a atteint 62,7 milliards de dollars l'année dernière. Depuis vingt ans, elle aurait atteint 800 milliards de dollars, selon le sénateur Sergueï Riaboukhine.

Les oligarques, les amis et les groupes publics

Les Russes ont accepté, voire apprécié l'autoritarisme de Vladimir Poutine dans les années 2000, en vertu d'un pacte informel « hausse du niveau de vie contre réduction des libertés citoyennes ».

Mais depuis 2008, les revenus de la nouvelle classe moyenne citadine plafonnent. La cote de popularité du président connaît une érosion. Une opposition farouchement hostile à Poutine émerge et parvient à mobiliser des dizaines de milliers de manifestants, même si elle n'est pas encore parvenue à peser sur un Kremlin fermement décidé à l'ignorer.

Tablant sur un réveil du contribuable qui sommeille (profondément) dans le citoyen russe, l'opposition a sauté sur le coût exorbitant des JO pour en faire une arme contre Poutine. Le libéral Boris Nemtsov, natif de Sotchi, a dressé un tableau accablant du gaspillage et du népotisme autour des Jeux dans une étude intitulée : JO d'hiver en zone subtropicale. Il attire l'attention sur le fait que 9,4 milliards de dollars ont été dépensés pour la construction d'une route et d'une voie ferrée de 48 km reliant les deux grands sites olympiques.

En se basant sur la moyenne mondiale, Nemtsov déduit que le coût n'aurait pas dû dépasser les 6,1 milliards de dollars et note que, parmi les bénéficiaires des travaux (attribués sans concours), figurent deux hommes très proches de Poutine : le patron des chemins de fer Vladimir Yakounine et le milliardaire Guennadi Timtchenko. [ NDLR : M. Timtchenko est actionnaire à 63% de STG Group, groupe lui-même propriétaire de 25% des part de SK Most, l'une des principales entreprises de construction d'autoroutes pour les jeux olympiques. De ce fait, M. Timtchenko ne détient indirectement que 15.75% de SK Most. Il convient également de noter qu'il a acheté ses parts dans SK Most en 2012, soit bien après l'attribution des jeux à Sotchi.] 

Pour schématiser, trois types d'hommes d'affaires ont été convoqués par Poutine pour le chantier des JO. Première catégorie, les investisseurs privés. Des milliardaires, surnommés « les oligarques », connus du grand public depuis les années 1990 : Oleg Deripaska, Vladimir Potanine, Viktor Vekselberg. Ils ont engagé de grosses sommes, avec des crédits offerts par de grosses banques d'État (principalement la VEB).

Les jeux du tsar !

Vladimir Poutine insiste beaucoup dans les médias sur leur participation, à la fois pour leur faire payer leur dette d'oligarques envers la société et pour démontrer sa toute-puissance.

En réalité, leurs investissements cumulés représentent moins d'un dixième des investissements totaux, ils sont avancés à 80 % par la VEB sous forme de crédits à taux subventionnés.

La seconde catégorie est celle des PDG de grands groupes publics (Gazprom et Sberbank), qui ont contribué à construire des stations de ski ou des infrastructures olympiques.

La troisième correspond à une ribambelle d'hommes d'affaires peu connus mais bien introduits dans les cercles du pouvoir. Ces derniers n'ont pas investi mais ont obtenu des contrats publics juteux. Selon Bloomberg, Arcady Rotenberg, un milliardaire ami d'enfance de Poutine, aurait ainsi remporté des contrats d'une valeur de 7,4 milliards de dollars.

Pour l'instant, les Russes n'ont guère protesté contre le pillage manifeste du budget, à la différence des Brésiliens furieux de l'organisation chez eux de la Coupe du monde de football. En 2018, ce sera au tour de la Russie d'organiser cette Coupe du monde. Avec le risque de répéter les mêmes incuries, à moins que le contribuable russe n'émerge de sa torpeur.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2014 à 9:42 :
Un certain nombre de personnes essaient manifestement de se cacher derrière leur petit doigt.

Evidemment la Russie se développe économiquement. Personne ne dit le contraire. Mais ce que personne ne peut nier non plus c'est que les indicateurs économique ne sont plus si encourageants et que l'oligarchie pèse considérablement et freine le développement du pays.

Je veux bien qu'on vante Sotchi et tout cet argent public qui va finir dans les poches de quelques milliardaires au prix de quelques expropriations (mais ce ne sont que des petits propriétaires on s'en fout n'est-ce pas ?) mais il ne faut pas trop pousser.

C'est un peu facile de vanter le système russe, la liberté d'expression bridée, les détournements d'argent public... Quand on est confortablement installé devant son PC. Le summum du raffinement étant évidemment de signaler qu'on connaît la Russie tout en soulignant à quel point la France va mal.

Mais la mauvaise foi ayant ses limites, celle notamment des indicateurs socio-économiques, chacun peut constater qu'on vit 10 ans de plus en France qu'en Russie (15 ans pour les hommes, excusez du peu) et que notre PIB/PPA par habitant est le triple de celui de nos amis russes en n'ayant pourtant pas la chance d'avoir un sous-sol rempli de pétrole, de gaz naturel, d'or, de diamants...
a écrit le 08/02/2014 à 16:40 :
Comme on dit , les chiens aboient,la caravane passe !!
Pendant que la presse française dénigre la Russie et Poutine qui n'est pas conforme à leur vision politique, les russes et Poutine rigolent,ils avancent,le pays progresse économiquement socialement,militairement,politiquement car la sphère d'influence de la Russie s'accroit,la France qui critique Poutine , c'est une France qui est plus souvent condamnée pour atteinte à la liberté d'expression par la CEDH que la Russie , c'est une France au bord de l’asphyxie fiscale,avec un chômage qui ne cesse de progresser et une dette record !!! 2000 milliards alors que la Russie est en excédent !

Du pain et des jeux , oui comme partout , tant que les français ne crèveront pas faim,et qu'on leur mettra du foot à la TV , ils resteront dociles et malléable , et les journaux les médias,les rassureront en leur faisant croire qu'ailleurs c'est mal et qu'ici tout est parfait !
Réponse de le 11/02/2014 à 9:25 :
PatrioteBBR vous me semblez bien mal porter votre pseudo. A vouloir dénigrer la France à tous prix vous vous sentez contraint de tresser les lauriers de la Russie de Poutine, quitte à voiler la face.

La Russie est asphyxiée par le cancer de l'oligarchie qui s'accapare une trop grande partie de ses richesses. Ces jeux et la manière dont ils ont été organisés sur le dos du peuple et pour enrichir quelques oligarques n'en sont qu'une énième illustration. Si vous vous souciiez vraiment de la Russie vous ne soutiendriez certainement pas un tel système.
Réponse de le 15/02/2014 à 1:30 :
@ PatrioteBBR: J'aurais pu vous raconter beaucoup de choses sur les particularités de dévellopement économique, militaire, sociale, politique, mais je l'ai délà fait dans les autres commentaires sur LaTribune et cela risque de prendre trop de place. Je vous assure que ces particularités tranforment ce dévellopement en tout relatif. Vous êtes patriote de quel pays?
a écrit le 08/02/2014 à 9:14 :
TEMPT que la russie ne seRas vraiment democratique elle N atireras pas des capitaux etrangers sur sont sol , la main de fer de poutine dans un gant de velour ne fais pa d ilusion,??
Réponse de le 08/02/2014 à 16:45 :
Tu crois que Dubaï,Arabie Saoudite,Qatar,Singapour ect ect....Sont des démocraties ?
LA Russie est une démocratie,bien plus que la France d'ailleurs qui refuse la proportionnelle et qui est plus de fois condamné par la CEDH que la Russie pour atteinte à la liberté d'expression , mais la Russie n'est pas une démocratie selon les critères occidentaux .
Réponse de le 11/02/2014 à 9:43 :
Quand vous écrivez que la Russie est bien plus une démocratie que la France vous perdez tout crédit. Tout ce qui est excessif ne compte pas. Vos commentaires sont excessifs.
a écrit le 07/02/2014 à 23:06 :
Si Poutine est intelligent, il laissera l'Ukraine trouver un accord équilibré entre l'Europe et la Russie, ce qui suppose aussi un effort des européens. C'est l'avantage des 3 partis. L'ouverture de ces jeux est très belle mais 50 milliards de dollars de réalisation ne pourront jamais être amortis et auraient pu bien mieux profiter aux russes. L'effet communication et image ne dure pas longtemps. C'est dépassé les pays qui déploient de gros efforts de com pour se donner une image dont tout le monde sait qu'ils ne l'ont pas réellement. Il a suffit d'une simple Gangnam Style en Corée pour se faire apprécier de beaucoup qui sont allés ensuite en Corée. Pas besoin de 50 milliards de dollars.
Réponse de le 08/02/2014 à 1:22 :
@Julien: sauf que tu confonds la Corée qui est dans le giron américain avec la Russie qui est une menace pour l'hégémonie américaine :-) La Russie a besoin qu'on la voit telle qu'elle est et non pas à tarvers les bouquins de propagande occidentale que tu dois avopir sur ta table de chevet pour faire un tel commentaire :-) poutine n'est pas la Russie et il disparaîtra un jour, mais il a l'avantage d'être patriote et de edéfendre ce qu'il perçoit comme les intérêts de son pays. Personnelment, j'aimerais que les nôtres fassent la même chose aulieu de nous vassaliser tous les jours un peu plus. De Gaulle, où es-tu ??
Réponse de le 08/02/2014 à 3:26 :
Si Poutine est obligé d'influencer des votes au CIO et au final de dépenser 50 milliards de dollars pour qu'on voit la Russie telle qu'il voudrait qu'on la considère, mieux vaudrait qu'il reste discret pour ce que cela va changer ! Cà aurait mieux profiter autrement aux russes. Ce sont les JO les plus chers de l'histoire. Et le coup de la propagande occidentale est bien gentil mais Poutine en fait de même et çà ne date pas d'hier pour plusieurs de ses prédécesseurs (villages Potemkine etc). Je ne fais qu'écouter des russes et ils sont très critiques sur Poutine. Je vois aussi les flux d'argent qui sortent régulièrement de Russie, (dévpt de l'art, tableaux facilement transportables etc) et le rouble qui chute, preuve du peu de confiance des mêmes russes en Poutine. Etre patriote ne veut rien dire, c'est très relatif à chacun, Bush était aussi patriote on a vu le résultat. Poutine rêve d'un empire soviétique qui n'était pas ce qu'il a pensé. En définitive on voit un clan maffieux l'entourer et des dépenses qui ne profitent pas pleinement au pays qui tient surtout grâce à ses ressources. Medvedev reconnait lui même les failles du pays et les difficultées à aboutir à un résultat favorable. La position de Poutine sur l'Ukraine ou la Syrie n'est pas la plus intelligente, on voit le résultat désastreux en Syrie suite à son véto et c'est mal parti en Ukraine. Le thème de l'hégémonie unilatérale n'a pas de sens. Le président américain est élu pour seulement 2x4 ans maxi. Poutine va faire plus de 20 ans par une modification de la constitution et place ses pions partout. Des entreprises sont de tendance hégémoniques, Gazprom comme Google. Les nôtres défendraient mieux nos intérêts si les français notamment allaient plus voter aux européennes et se préoccupaient plus d'Europe plutôt que de ne pas voir bien loin. Poutine a sans doute été utile un temps mais un dirigeant plus évolué, plus ouverts aurait certainement mieux profité à la Russie, s'il ne s'accrochait pas autant au pouvoir. Sa disparition subite pourrait même créer un risque pour le pays comme pour tout dictateur qui a mis constamment à l'écart ses opposants. En Russie il ne dirige de plus qu'une partie et se fait dépasser pas ses clans maffieux. Par contre il n'attire pas les capitaux et investissements externes en raison d'une justice comme on a vu souvent corrompue. On voit le résultat dans l'économie et les entreprises.
a écrit le 07/02/2014 à 22:17 :
Ces jeux sont à l'image de TOUS nos dirigeants actuels : à gerber...
a écrit le 07/02/2014 à 17:26 :
Merci de faire du journalisme, comme si la France, les USA ... allait bien ! Evidement que les jeux servent à faire un show.
a écrit le 07/02/2014 à 16:08 :
Que de haine dans cet article ! Sotchi était déjà un centre toursitique et balnéaire avant l'arrivée des Jeux. Ceux qui connaissent savent que la région ressemble à Nice, avec les montagnes qui surplombent l'endroit. Tout n'est bien entendu pas à applaudir, mais le bilan de Poutine demeure globalement positif, preuve en est que 68% des gens seraient prêts à voter pour lui aujourd'hui. La corruption n'est pas unique à la Russie, tout le monde sait que dès qu'il y a de l'argent en jeu, il y a des crocodiles à l'affût. Conclusion: la Tribune devrait uniquement publier des articles objectifs et pas du crachin de venin comme nous en sert régulièrement ce Grynzpan :-)
Réponse de le 07/02/2014 à 22:46 :
Normal que Poutine ait 68% dans les sondages, il n'y a aucun média d'opposition ! Et personne ne s'aviserait à le prendre en photo en scooter avec un casque des Daft Punk !
Réponse de le 07/02/2014 à 23:00 :
@Pussy: as-tu seulement jamais mis les pieds en Russie pour dire de telles conneries. L'opposition n'est pas assez forte et pas crédible du tout, c'est pour cela qu'elle ne représente pas grand chose pour l'instant. La dernière manif des communistes que j'ai vu à Voronej (ville très communsite du temps des Soviets) comprenait une douzaine de personnes, moyenne d'âge d'environ 70 ans :-)
Réponse de le 08/02/2014 à 3:51 :
Lol, c'est sûr que dès lors que Poutine choisit lui même un candidat fantôche pour faire semblant de s'opposer à lui lors des élections, qu'il écarte de multiples façons les autres et leur organisation, qu'il censure la presse et médias indépendants et qu'il modifie la constitution pour se faire réélire et prolonger son mandat, il ne reste plus grand chose. Depuis 20 ans et dans un pays de 145 millions d'habitants il n'est pas si difficile dans une situation normale d'avoir une opposition organisée et plusieurs candidat(e)s. On l'a vu partout ailleurs dans des conditions similaires voire pires au départ. Et on ne peut pas dire que les précédentes élections se sont passées de façon libre pour les candidats d'opposition. Instaure plus de liberté politique, moins de dictature, des règles identiques pour tous et tu vas voir que Russie ou pas tu auras rapidement des candidat(e)s plus valables que Poutine. C'est toujours la même réthorique des dictateurs que tu récites très bien de faire croire qu'ils sont les seuls et que sans eux c'est le déluge. Bachar l'emploie, de même Kadhafi en son temps et bien d'autres.
Réponse de le 08/02/2014 à 16:30 :
Patrick,
tu perds ton temps à répondre à un type qui n'a jamais mis les pieds en Russie et qui est complétement endoctriné par la mensongère propagande occidentale russophobe,et qui en plus à "Pusy riot" comme référence ( des délinquantes multi-récidivistes christianophobes et antisémites ) .
Cet individu ferait mieux de lutter pour la démocratie en France , qui est plus de fois condamné pour atteinte à la liberté d'expression par la CEDH que la Russie,et ou le gouvernement socialiste tente par tout les moyens étouffer l'opposition (MPT,Dieudonné) et ou Valls nous apprend qu'il compte prendre le contrôle de net à partir de motifs fallacieux .

Poutine a redressé la Russie,il a sorti la Russie de la misère sociale et économique,la condition des russes s'est considérablement améliorée et le peuple russe lui en est reconnaissant , mais certains n'apprécient pas cela ,ils veulent une Russie faible et soumise .
a écrit le 07/02/2014 à 14:09 :
Emmanuel Grynszpan ne porte pas Poutine ni la Russie dans son cœur. Sans doute ne s'y sent-t-il pas chez lui... Comme on le comprend. Il préfère de loin l'Amérique d'Alan Greenspan. Son point de vue est peut-être fondé, après tout pourquoi pas, mais il est suspect de partialité.
Réponse de le 07/02/2014 à 22:54 :
Tant qu'Emmanuel n'a pas écrit un article sur les Etats-Unis vous ne pouvez l'accuser de partialité ! On peut très bien avoir un jugement sévère sur Poutine (et non les russes) et sur certaines pratiques américaines ou autres.
a écrit le 07/02/2014 à 11:48 :
Du pain et des jeux...
Je rappelle que cette pratique est née en Europe.
Si Wladimir Poutine sait en user , cela montre tout simplement sa supériorité par rapport à ses pairs , qui ont inventé cette pratique...
a écrit le 07/02/2014 à 11:01 :
Nous en France nous aimerions être comme la Russie, sans dette ni chômage de masse, et disposant d'une vraie souveraineté. Ce pays sort des ruines de l'URSS et sans aucune aide et malgré la hargne occidentale ( qui épargne curieusement Chine rouge et Arabié féodale ) il est le seul où l'on puisse constater : c'est mieux maintenant qu'avant ! partotu ailleurs c'est exactement le contraire ; rdv dans 20 ans pour faire les ocmptes
Réponse de le 07/02/2014 à 11:12 :
La comparaison France/Russie est completement impossible , la Russie est un immense pays avec enormement de recources naturelles la majeurs partie des recources financière viennent de là , alors que l'economie Francaise n'a pas cette facilité sauf si elle exploite un jours son immense zone maritime ou encore le gaz de shiste... et là la donne changera
Réponse de le 07/02/2014 à 13:03 :
@Tayrac: C'est pas tout à fait vrai. 1; La dette de la Russie (en prenant en compte des entreprises d'Etat) est en réalité de l'ordre de 30-35% du PIB. Certes, c'est beaucoup moins qu'en Europe, mais c'est à peu près la même niveau que la Russie avait à l'époque de la crise des années 90 (y compris le défaut de 1998). Donc, cela n’empêchera pas à une crise très violente. 2. Concernant le chômage en Russie: a. elle existe, 5.5% ce n’est pas beaucoup, mais pas si peu. b. Le niveau de salaire dans la plupart des régions est ridicule (300 euros avec les prix comme en France, les salaires de 150 euros dans nombreuses régions ne sont pas si rares). c. les allocations de chômage sont encore plus ridicules. 3. La souveraineté de la Russie avec la plupart des hauts fonctionnaires et les grands entrepreneurs qui gardent leurs famille et leur argent (souvent volé) à l’Occident est assez particulière. Pour le reste @Alex vous a bien répondu.
Réponse de le 08/02/2014 à 18:11 :
Ex-moscovite ,
j'ai une amie guide touristique à Saint Petersbourg elle gagne au minimum 1200€/mois , elle aurait pu venir en France , et elle m'a dit qu'aujourd'hui en Russie on a les moyens de gagner de l'argent ….Elle voyage beaucoup , et elle fait parti de ces russes qui représentent aujourd'hui la nationalité de touristes en France , aujourd'hui , ce sont les russes qui font vivre le tourisme français .

Bien sur, je conçois que bon nombre n'ait pas ce salaire à Saint Pétersbourg,mais il y a de bonnes perspective qui s'ouvrent aux russes maintenant .

Les salaires sont relatifs avec les niveaux de vie de chaque région , à Volgograd on gagne moins qu'a Saint Saint-Pétersbourg ou Moscou ,une autre amie me disait gagner 450€/mois .A Moscou on ggne plus mais le cout de la vie est plus élevé .

Quand je suis allé en Russie ,j'ai vu que les restaurants la bière le carburant était moins chers qu'en France , idem sur le Hight-Tec ou j'ai pu avoir mon téléphone 35€ de moins qu'en France .

Après ce que vous ne dites pas , c'est que l'eau et le chauffage est gratuit en Russie ou ne coûte quasiment rien dans les immeubles .

Et la Russie n'a pas de déficit contrairement à la France , elle est chaque année excédentaire , et sur wikipédia,la dette de la Russie est de 8% du PIB en 2012 contre 86% pour la France.....

Alex,
ce n'est pas un argument que vous me sortez là , chaque pays joue sur son potentiel,ses ressources, ses atouts, et c'est à chaque pays de créer ses atouts , la Suisse c'est la finance ,l'Allemagne c'est l'industrie,l'Espagne le tourisme,les Pays-Bas l'agriculture et l'industrie,la Norvège le pétrole et la pêche ect ect ….
Réponse de le 15/02/2014 à 1:23 :
@PatrioteBBR: Je suis de Russie et y connais beaucoup de gens des enseignenants en provence avec un salaire de 150 euros (oui, cent cinquante) jusqu'au PDG d'une boite avec CA à 10 chiffres en euros. Oui, on peut gagner de l'argent en Russie, je ne dis pas le contraire, mais relativisez vos impressions. Donc, votre amie guide gagne 100 euros plus qu'un SMIC en France dans la deuxième capitale de la Russie où le niveau des prix est tout à fait comparable à celui des grandes villes de France sauf peut-être Paris. Elle voyage beaucoup, parce qu'elle a son apartement, sans immobilier son niveau de vie serait bien plus faible. N'oubliez pas, que les apparts gratuis, c'est fini, il n'y a plus de l'URSS. A Volgograd je ne connais pas, mais dans les régions voisines le niveau de prix (sauf l'immobilier, l'énergie et le transport en commun) est tout à fait comparable à celui en France. Pour le niveau de prix ne vous focalisez pas sur quelques produits. Les restaurants, oui, un peu moins chers, mais cela dépend de la qualité. Par contre, la plupart d'alimentation est plus chere (pour une qualité comparable). Le carburant et l'énergie en général, oui, c'est moins cher, mais les prix montent. Hi-tec, en général, un petit peu moins cher, mais c'est pas le regle et dépends de l'échange des devises. Dès fois c'est moins cher en France. L'eau et le chauffage sont quasi-gratuits? l'eau, plutôt oui, le chauffage, cela dépend. Il faut voir le montant total des charges, pas les détails. Ma mere en Russie paye 70 euros de charges pour un petit T3, je paye en France 110 euros (le chauffage et l'eau compris) pour un T3 30% plus grand dans un immeuble de bien meilleure qualité. Et je vous assure que sa ville et son immeuble sont loin d'être parmi les plus cher au niveau de cela. D'où vient votre opinion des perspectives qui s'ouvrent au niveau des salaires? Certes il y a des secteurs à bon potentiel, mais pour le reste... les revenus petroliers vont stagner (les prix sont assez hauts, la production est quasisaturée (en réalité elle est bien sursaturée à cause de l'exploitation pillarde des gisements). Pour les dettes, relisez encore une fois ce que j'ai écris, la dette d'Etat, oui, 8-10%, mais avec la dette des compagnies d'Etat cela va donner de l'ordre de 30%.
a écrit le 07/02/2014 à 10:31 :
La Russie est peut être un régime autoritaire mais contrairement à Manolo la Valse, son dictateur n'est pas éternellement attaché au dernier état colonialiste suprémaciste qui a soutenu l'apartheid et il accueille snowden...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :