Contrôle du CIR : un milliard d’euros économisé par l'Etat

Très coûteux, le Crédit Impôt Recherche est un dispositif mal-aimé. Pourtant, il semble un peu moins coûteux qu'il n'y paraît. Explications de Franck Debauge, animateur de l'Observatoire du CIR.
Pour Franck Debauge, le montant réél du Crédit d’Impôt Recherche aurait été en 2011 de 4,77 milliards d’euros.
Pour Franck Debauge, le montant réél du Crédit d’Impôt Recherche aurait été en 2011 de 4,77 milliards d’euros. (Crédits : DR)

 Le Crédit d'Impôt Recherche (CIR) fait régulièrement l'objet d'attaques concernant son coût annuel - estimé à 5,8 milliards d'euros dans la loi de finances 2014 - et de nombreuses voix s'élèvent pour avertir les pouvoirs publics des risques d'augmentation du budget alloué à ce dispositif. Pourtant, les données sur lesquelles se fondent ces critiques semblent ne jamais tenir compte du montant des économies réalisées à la suite des contrôles et des rectifications effectuées par l'administration. Il est difficile de se réjouir de cette situation puisqu'elle démontre que certaines entreprises peinent à évaluer leur montant de CIR ; néanmoins, il faut en tenir compte pour déterminer le coût réel du CIR.

En 2012, le volume total des rectifications du CIR s'est, en effet, élevé à près de 400 millions d'euros. Ce montant regroupe les sommes liées aux redressements en contrôles externes (contrôles a posteriori pouvant affecter l'ensemble des entreprises bénéficiaires du CIR) et les refus de remboursement du CIR, dans le cadre de demandes de restitution. En 2012, l'administration a ainsi refusé le remboursement de près de 20 % du montant de ces demandes, émanant presque exclusivement de PME.

 

Un milliard d'euros d'économies

En retranchant ces 400 millions d'euros de la créance de CIR prévue pour 2011 (qui était de 5,17 milliards d'euros), on réalise que le montant du Crédit d'Impôt Recherche serait donc, cette année-là, de 4,77 milliards d'euros. Si ce chiffre n'est pas définitif car les entreprises redressées pourraient faire appel et avoir, dans certains cas, gain de cause, il devrait au final rester bien inférieur au budget initialement prévu.

Depuis 2008, le total des rectifications effectuées représente un montant de près d'un milliard d'euros ! Les économies réalisées pour le budget de l'État sont donc significatives et doivent, en toute logique, être prises en compte pour déterminer le coût réel du CIR.

 Pour autant, il est difficile de se réjouir de cette situation, souvent dénoncée par les entreprises "victimes" de ces rectifications. Le CIR demeurant un dispositif complexe dont la mise en œuvre est délicate, il est légitime que l'administration fiscale rectifie les erreurs pouvant être commises par les entreprises.

 

Clarifier le dispositif

 

Des mesures simples pourraient toutefois améliorer les conditions dans lesquelles se déroulent les contrôles du CIR. La création d'un "véritable" référentiel définissant les normes de justification du CIR par les entreprises et de contrôle par l'administration, permettrait par exemple de clarifier les modalités de mise en œuvre du dispositif, pour une plus grande sécurité juridique.

 Il n'en demeure pas moins que le budget réel du CIR, une fois corrigé des rectifications, est plus faible que celui régulièrement annoncé par les pouvoirs publics et mis en avant par les détracteurs du dispositif. Dans ce contexte, pourquoi donc vouloir aller chercher de nouvelles économies - souvent modestes et vecteur d'instabilité fiscale - en modifiant un dispositif essentiel pour la compétitivité de l'économie française et dont le coût apparaît maîtrisé à l'issue des contrôles réalisés par l'administration ?

 

 

 

Pour information, précisions sur les éléments chiffrés mentionnés :

Source : Observatoire du CIR à partir de MESR et Cour des comptes, 2014

CIR

La croissance du montant de CIR corrigé des rectifications est beaucoup plus faible que celle du montant de CIR brut (+ 1,3 % entre 2010 et 2011 pour le CIR corrigé, 2,2 % pour le CIR brut et 3,2 % contre 6,9 % entre 2009 et 2010).

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 18/03/2014 à 10:49
Signaler
Dans le milliard as t' on déduit les rémunérations des inspecteurs & autres experts mandatés pour éplucher les dossiers. Pour ma part pour un CIR de 23 k€ on a mandaté un expert pour une mission de plusieurs semaines.. pour au final économiser une...

à écrit le 02/03/2014 à 20:42
Signaler
la recherche ainsi financée doit t elle être exploitée uniquement en rance ? ou peut elle être aussi exploitée par des filiales étrangères? Le CIR augmente mais le chômage aussi.Quand cette recherche va t elle faire diminuer le chômage?;-)

à écrit le 02/03/2014 à 10:41
Signaler
Si nous étions vraiment libéraux, nous taxerions moins les entreprises en leur faisant peyer uniquement les services publics qu'elles consomment...et nous les aiderions moins aussi. OK pour un financement public de la recherche fondamentale mais pas ...

le 18/03/2014 à 11:36
Signaler
Quel intérêt voyez vous pour une entreprise à faire de la recherche fondamentale ? a moins d'en avoir vraiment les moyens (grands groupes ultra bénéficiaires, donc n'ayant pas besoin du CIR ?) . Si l état ne doit pas financer des produits, pourqu...

à écrit le 26/02/2014 à 21:52
Signaler
Les entreprises vont finir par comprendre... Si elles veulent développer leur R&D, ce n'est pas vers notre beau pays qu'il faut se tourner. Bientôt ici, on taxera l'air que l'on respire!

à écrit le 26/02/2014 à 21:52
Signaler
Les entreprises vont finir par comprendre... Si elles veulent développer leur R&D, ce n'est pas vers notre beau pays qu'il faut se tourner. Bientôt ici, on taxera l'air que l'on respire!

à écrit le 26/02/2014 à 19:32
Signaler
et encore les controles devraient etre plus approfondis. J ai constate dans une entreprise pour laquelle je travaillais que pour un projet qui globalement etait justifie pour le CIR, certaines parties du projets etaient du developpement et pas de la ...

le 18/03/2014 à 10:55
Signaler
Certaines entreprises ont eu effet tendance à gonfler ton montant du CIR. C'est certes pas très honnête, mais il ne faut pas oublier qu'a l inverse des TPE qui débutent dans la R&D laisse tomber les dossiers car trop complexes pour réclamer quel...

à écrit le 25/02/2014 à 15:35
Signaler
Beaucoup d'entreprises ont surtout vu leurs projets acceptés, puis remis en cause par les mêmes administrations, donnant lieu à un contrôle quasi systématique. Combien d'entreprises qui avaient maintenu leurs salariés grâce au CIR ont ensuite coulé s...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.