A qui profitent les opérations de Quantitative easing ?

 |   |  575  mots
(Crédits : DR)
Quel sera l'effet de la politique d'assouplissement monétaire -quantitative easing- décidée par la Banque Centrale européenne? Une politique budgétaire active sera beaucoup plus efficace. par Michel Santi, économiste

L'écrasante majorité de l'argent en circulation n'est pas créé par les banques centrales, mais par les établissements bancaires privés. En outre, les déficits publics augmentent mécaniquement la masse d'argent qui irrigue l'économie. Seule une coopération entre l'Etat et les banques aboutit donc à une combinaison favorable à l'économie, grâce à la courroie de la création monétaire. Quant à la banque centrale, si son rôle traditionnel est surtout de faciliter et d'encadrer le trafic des paiements, ses programmes de baisses de taux quantitatives - les "QE" - ne font que rendre leur argent aux détenteurs des Bons du Trésor, contribuant ainsi à gonfler davantage les réserves bancaires. De ce point de vue, les QE ne sont vraiment pas une garantie de succès, ni un gage de relance de l'économie, car ce n'est à l'évidence pas l'accumulation de leurs réserves qui conduira les banques à consentir plus de financements. Dit autrement et crûment: ce n'est pas l'argent rendu aux riches qui les motivera ni les persuadera de le réinjecter ou de le distribuer en faveur des agents économiques.

Pas de stimulant de la consommation

Ce n'est pas non plus en remplaçant une valeur sûre (un Bon du Trésor) par un autre actif sûr (les liquidités) que la banque centrale stimulera la consommation. Ce n'est donc pas la baisse des rendements des dettes souveraines (conséquence directe des QE) qui agira efficacement sur la relance de la croissance. Ce n'est pas plus la chute de la monnaie nationale qui autorisera la consommation intérieure. Elle aurait certainement un effet largement positif sur les exportateurs, mais serait également susceptible d'induire la stagnation, et même la récession, par l'augmentation des prix à l'importation. En réalité, l'identité des destinataires de l'argent créé par les QE est tout aussi cruciale que la manière dont cet argent a été créé. A cet égard, les QE ne sauraient remplacer, comme ils ne seront jamais aussi efficaces (du point de vue de la vélocité de la Masse Monétaire), que la dépense publique directe de la part de l'Etat.

La politique budgétaire beaucoup plus efficace

Car les mesures de relance et de stimuli budgétaires et fiscaux sont bien plus favorables que les QE dans le cadre d'une crise affectant sévèrement la demande agrégée. En effet, le facteur multiplicateur du déficit public est autrement plus significatif que celui des baisses de taux quantitatives. Selon la même logique, la politique monétaire menée par la banque centrale - tout aussi laxiste fût-elle - ne neutralise en rien les effets dévastateurs (pour l'économie) de la consolidation fiscale - c'est-à-dire la rigueur budgétaire - entreprise par les gouvernements. Comme il n'y a aucun substitut à la dépense publique en période de crise, il est temps d'arrêter cette fixation obsessionnelle envers les déficits publics.

Michel Santi est directeur financier et directeur des marchés financiers chez Cristal Capital S.A. à Genève. Il a conseillé plusieurs banques centrales, après avoir été trader sur les marchés financiers. Il est l'auteur de : "Splendeurs et misères du libéralisme", "Capitalism without conscience" et "L'Europe, chroniques d'un fiasco économique et politique".

Vient de publier "Misère et opulence", préface rédigée par Romaric Godin.

Sa page Facebook et Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/03/2015 à 6:48 :
Ce que vous écrivez est de bon sens. Vous semblez cependant ignorer deux paramètres: le fait que les oligarques de ce système se moquent comme d'une guigne de l'efficacité dont vous parlez (et le disent de plus en plus ouvertement tant ils méprisent les autres) et ils ne sont pas au bout de leur logique. Il leur suffira demain d'imposer la consommation par les monopoles de fait transformés en rentes pour relancer la machine, en tout cas en apparence. Le coût sera simplement la dernière étape de la destruction du capital des classes moyennes, dernière population qui les gênait aux entournures.
a écrit le 02/03/2015 à 22:31 :
Excellente analyse, ça rappelle à l’analyse de Kaldor.
a écrit le 02/03/2015 à 19:52 :
"Car les mesures de relance et de stimuli budgétaires et fiscaux sont bien plus favorables.."
Bon, c'est magnifique. Y'a plus qu'à nous expliquer comment éviter la concentration de richesse actuelle... Mais vu la corruption générale actuelle de la structure féodale du capitalisme, va falloir être particulièrement explicite, Monsieur Santi... Bon courage à vous.
a écrit le 02/03/2015 à 13:59 :
pour une fois on est d'accord, d'autant plus qu'on est dans une trappe a liquidite...cela dit le pb majeur vient du fait que certains pays ( suivez mon regard) ont fait n'importe quoi depuis longtemps et continuent d'expliquer pourquoi ils ne pourront atteindre la barre des 4%
je disais deja il y a 2 ans que la france par egoisme etait en train de bloquer toute solution a terme par son egoisme
et on ne peut changer la regle, ca donnerait raison aux m'enfoutistes.... theroie de l'agence, alea moral, et anti selection font le reste
Réponse de le 02/03/2015 à 19:54 :
Heureusement que j'ai sauvé ton pays, "Camarade"... Ne me remercies pas : je pensai, MOI, à mon pays avant moi.
a écrit le 02/03/2015 à 13:32 :
Seul, la vitesse de circulation de la monnaie installe la confiance et non pas l'augmentation de la masse monétaire!
Réponse de le 03/03/2015 à 8:32 :
Oui, les allemands de Weimar peuvent vous le confirmer !
Réponse de le 03/03/2015 à 9:19 :
L'augmentation de la masse monétaire avec l'inflation est la peur des allemands! Pour passer le cap ils ont du mettre en circulation des "monnaie locale fondante" pour augmenter les échanges!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :