Avec la Grèce, pour une Europe solidaire

 |   |  1519  mots
François Hollande n'a jamais cherché à réorienter l'Europe comme il l'avait promis
François Hollande n'a jamais cherché à "réorienter l'Europe" comme il l'avait promis (Crédits : Reuters)
Isolé, le gouvernement grec a dû renoncer à ses promesses. L'Europe sortira du marasme à une condition: qu'Angela Merkel choisisse entre une reflation salariale massive dans son pays et une sortie de l'Allemagne de la zone euro.

Alexis Tsipras a été élu le 25 janvier sur un champ de ruines après cinq années « d'ajustement structurel » imposé par la Troïka : un PIB amputé de 25%, plus de 1 200 000 emplois détruits, un triplement du taux de chômage en cinq ans (2009 et 2014), cependant que les salaires baissaient sur le même période de 38% et les pensions de 45%. En somme, une crise sociale et humanitaire sans précédent, avec son lot de dégâts humains : explosion du nombre des suicides, des dépressions, de la mortalité infantile....

Le reflet du naufrage de tout un continent

Le désastre grec est le reflet du naufrage économique, social et politique de tout un continent : le PIB de la zone euro est aujourd'hui de deux points inférieur à son niveau de 2008 et le taux de chômage y est toujours supérieur à 11%, plus du double chez les jeunes. L'élection de Syriza a donc marqué pour les Grecs et pour une grande partie des peuples de la zone euro l'espoir d'un renouveau du logiciel intellectuel de la zone euro.

Le gouvernement Tsipras a été dès le premier soir face à un dilemme cornélien : appliquer son programme de rupture avec l'austérité européenne tout en demeurant dans la zone euro. Alexis Tsipras et son ministre des finances Yannis Varoufakis ont cru qu'il pouvait exister un « autre euro », plus compatible avec les intérêts de la majorité des Européens et avec la raison économique.

Une Grèce déterminée mais isolée

Mais le vendredi 20 février, l'illusion s'est dissipée et un scénario bien connu s'est à nouveau répété : la menace de blocus monétaire agitée par la BCE puis la dégradation rapide des conditions de liquidité du système bancaire grec ont forcé le gouvernement grec fraichement élu à renoncer à une large part de ses promesses de campagne. Ce premier round de négociations a fait apparaître une Grèce déterminée mais rendue incapable d'inverser fondamentalement le rapport de force en raison de son isolement sur la scène européenne et de l'absence de solidarité des autres pays d'Europe du Sud. Après les engagements non tenus de François Hollande et de Matteo Renzi, dont aucun des deux n'aura même essayé de « réorienter l'Europe », l'espoir d'une amélioration du sort des citoyens européens semble donc à nouveau s'éloigner.

Quatre mois pour renégocier les conditions de son "sauvetage"

La Grèce a maintenant quatre mois pour renégocier les conditions de son « sauvetage » avec ses partenaires européens. Cette nouvelle bataille est peut-être la dernière chance qui reste à l'Europe de se sauver de ses vieilles tentations autodestructrices.

Yannis Varoufakis a bien compris le caractère systémique de la crise de la zone euro, une crise qui trouve son origine dans la politique mercantiliste de l'Allemagne engagée à partir du début des années 2000. Cette politique de compression des salaires s'est traduite par un affaissement de la demande intérieure allemande, un sous-investissement dans l'économie domestique et des excédents commerciaux colossaux, pour une large part réalisés au détriment de ses voisins. L'épargne allemande s'est exportée dans les pays périphériques de l'Europe, provoquant le gonflement dans ces pays d'une bulle de dette (essentiellement privée). Les grandes banques françaises et allemandes, du fait notamment du hasard moral induit par l'euro et par le syndrome du « too-big-to-fail », ont été les principaux artisans de la bulle d'endettement périphérique jusqu'en 2008.

Aucun mécanisme pour recycler l'épargne allemande

L'éclatement de cette bulle, qui s'est produit dans le sillage de celle des subprimes, a servi de révélateur aux malfaçons de la zone euro : aucun mécanisme fédéral n'ayant été prévu pour recycler l'épargne allemande, la demande européenne s'est durablement effondrée.

L'Europe a alors été victime d'une illusion cognitive, attribuant les divergences de taux d'intérêt et de taux de croissance au « succès du modèle allemand mercantiliste » et à la « défaite du modèle périphérique dépensier ». Les Européens n'ont pas pris conscience que les succès allemands à l'export n'ont été rendus possibles que par l'inflation forte et les déficits courants importants dans les pays périphériques et que la dépression périphérique depuis 2010 n'est due symétriquement qu'au refus de l'Allemagne de leur renvoyer l'ascenseur par une politique de "reflation" salariale massive. Dans une zone monétaire, la fixité des taux de change doit en effet être compensée par des mécanismes de transfert ou au moins un processus d'ajustement symétrique des écarts de compétitivité : les pays les plus compétitifs doivent accepter une forte augmentation des salaires, évitant ainsi à l'ensemble de l'union monétaire d'entrer dans une crise de demande déflationniste.

Faire de la zone euro une grande Allemagne

Or, le mode d'ajustement asymétrique choisi par la zone euro depuis 2010 a visé à faire de la zone euro une grande Allemagne, en imposant à tous les pays des politiques de compétitivité salariale simultanées. C'est à l'occasion des plans de « sauvetage » (qui n'auront « sauvé » au final que les banques françaises et allemandes du défaut périphérique) que les pays créanciers ont imposé leur agenda déflationniste à des pays débiteurs incapables de se financer sur les marchés. Le « semestre européen » de 2011 puis le « pacte fiscal » de 2012 ont fait de l'austérité budgétaire et des « réformes structurelles » les conditions du processus de « convergence » et d'« intégration politique » de la zone euro. Le résultat : un effondrement de la demande intérieure, un chômage à deux chiffres, une crise sociale et humanitaire, l'entrée en déflation et l'inexorable montée des ratios dette/PIB, avec en prime la progression dans tous les pays des partis anti-establishment et la contagion de la pression déflationniste européenne à l'ensemble du monde.

Faut d'outils institutionnels...

Si Syriza a fait le bon diagnostic sur l'origine de la crise européenne, ce parti a pour l'instant perdu son pari quant au fait que les pays périphériques et la France allaient profiter de son élection pour contester le dogme dominant inspiré par les conservateurs allemands. Malheureusement, le seul soutien explicite dont Syriza a pu bénéficier est celui des grands pays avancés extérieurs à la zone euro, inquiets de voir l'Europe sous la coupe d'un ordre économique aussi implacable qu'inepte.

Si une large majorité d'Européens aspire aujourd'hui au changement, le statu quo s'est maintenu malgré tout car la zone euro ne s'est pas dotée des outils institutionnels pour faire prévaloir la loi de la majorité. Crises et conflits sont gérés sur un mode intergouvernemental où l'Allemagne a su jusqu'à présent s'imposer en maître. La seule instance véritablement fédérale dans la zone euro est la BCE, dont le gouverneur Mario Draghi s'est livré à des efforts véritablement héroïques pour assurer la survie de l'union monétaire face au rigorisme monétaire allemand. Mais, dépourvue de légitimité démocratique et dotée d'un mandat d'intervention limité, la BCE n'est pas à-même de résoudre à elle seule la crise existentielle que traverse la zone euro.

La peur d'une confrontation avec l'Allemagne

Les gouvernements européens en place continuent de s'accrocher au statu quo, motivés par l'espoir déraisonnable que la croissance finira bien par revenir d'elle-même, par le besoin de justifier les efforts imposés à leur population et par la peur d'une confrontation avec l'Allemagne. La stratégie cynique des gouvernements périphériques a consisté à infliger une leçon au parti Syriza et casser ainsi l'élan des « partis alternatifs » dont la progression les menace directement. Nous avons abouti à un équilibre politique insoutenable où les chefs d'État européens œuvrent davantage au respect des règles existantes qu'à la défense des intérêts de leurs électeurs et de la majorité des Européens.

Le second round de négociations entre la Grèce et le reste de la zone euro doit être l'occasion de remettre en cause les dogmes qui sèment la discorde, le désespoir et la révolte au sein des peuples européens. Nous ne pourrons faire l'économie d'une confrontation claire et franche avec les conservateurs allemands. Cette confrontation obligera Angela Merkel à faire le choix qu'elle a toujours repoussé jusqu'à présent mais qui s'avère pourtant inévitable : continuer à participer à la zone euro en autorisant une inflation salariale massive en Allemagne ou sortir de la zone euro pour permettre aux autres pays de dévaluer leur monnaie par rapport au mark.

Coralie Delaume est l'auteur du livre « Europe, les Etats désunis »

Frédéric Farah et Thomas Porcher sont les auteurs du livre : « Tafta, l'accord du plus fort »

Jean-Jacques Ohana est président de Riskelia

Steve Ohana est l'auteur du livre « Désobéir pour sauver l'Europe »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/03/2016 à 7:26 :
le seul président qui a saboté l'entente Franco-Allemande....
reçoit Mme Merkel (à qui il a mis sans arrêt des bâtons dans les roues) par obligation mais sûrement pas pour une action unie et constructive !! A quand un homme de la stature du Général De Gaulle ???
a écrit le 12/03/2015 à 3:56 :
La Grèce, c'est une évasion fiscale qui, selon certaines estimations, atteindrait 40% pour la TVA. C'est plus de 25% de fonctionnaires dans la population active, fonctionnaires dont les emplois sont bien souvent fictifs et qui ne sont même pas tenus au devoir de présence. C'est une administration fiscale digne d'un pays du tiers monde, en termes d'efficacité mais aussi de corruption. C'est un pays où près d'un médecin privé sur deux déclare des revenus annuels inférieurs à 12000 euros par an. Un pays qui n'a même pas été fichu de mettre en place un cadastre digne de ce nom et qui a recours à Google Earth pour identifier les villas avec piscines et prélever l’impôt sur les résidences de luxe.Des exemples comme ça, il y en a des centaines. Bref, les Grecs sont les seuls responsables de la situation dans laquelle ils se trouvent, c'est aux élites grecques - et non aux contribuables allemands et français - de payer la note pour redresser le pays.
a écrit le 06/03/2015 à 8:03 :
En lisant le commentaire de Patrickb je suis affligée. Comment ne pas comprendre avec ces quelques phrases l'isolement de la Grèce. Parce qu'au sein de l'Eurogroupe c'est en fin de compte ce qu'ils doivent penser. Mais ils enrobent leurs discours de papier de soie. Sinon, le gouvernement Tsipras n'a pas renoncé. En ce moment même les premières lois sont à l'étude avant de passer au vote de l'assemblée. Elles concernent toute une partie du programme de Thessalonique visant les catégories de gens les plus pauvres. Quant à la Présidente du Parlement elle a ordonné plusieurs commissions dont sur les agissements de la troïka et une autre sur la dette afin de pouvoir déterminer la partie de la dette illégitime. Ce gouvernement travaille. Dans l'ombre. C'est injuste de dire qu'il a renoncé.
a écrit le 03/03/2015 à 12:44 :
heureusement l'Allemagne protestante est là pour faire marcher l'Eurogroupe aux pattes d'oie. Merci qui merci Angela et Wolfang Bisous bisous
Réponse de le 03/03/2015 à 15:03 :
Dans le passé aussi, l'Allemagne a essayé de faire marcher les autre au pas, nous avons vu les résultats!!!
a écrit le 03/03/2015 à 12:31 :
L'Europe ne peut fonctionner sans un régime qui impose à tous les mêmes règles. On voit bien qu'actuellement, chacun ne voit que ses propres intérêts. L'Irlande (le Luxoembourg et probablement d'autres pays) avec des taxes et impôts visant à flouer les autres pays. La Pologne qui demande des compensations pour le manque à gagner de son commerce avec la Russie, etc. La Grèce est un pays bordélique qui veut non pas de l'aide, mais une assistance permanente. Personne actuellement ne construit une Europe forte, capable de parler d'égal à égal avec les grandes puissances que sont les US, la Chine, la Russie. Le mieux serait peut-être en effet que l'Allemagne quitte l'UE et chacun pour soi :-)
Réponse de le 03/03/2015 à 13:04 :
On peut espérer qu’un « régime commun » n’existera jamais en Europe. Un tel régime ne serait qu’un nouvel exemple du nivellement par le bas imposé par quelques états-voyous, France en tête, à l’ensemble des populations européennes. Ce ne sont pas les paradis fiscaux qu’il faut condamner. Ce sont les enfers fiscaux : France, Belgique, ... Ces pays qui imposent une pression fiscale et para-fiscale aussi inutile que nuisible, et pour quel résultat ? la France a une dette nationale sept fois supérieure à celle de la Grèce, qui culmine aujourd’hui à plus de 2.31 milliards d’euros et qu’elle est totalement incapable de rembourser si l’ « aide » à la Grèce s’arrête (aujourd’hui, ce sont avant tout les Grecs qui payent la dette... française !).Autre résultat formidable de ce racket fiscal : plus de 25 % des jeunes français sont au chômage, sans aucune perspective d’avenir. La paupérisation es galopante : les aides sociales, les sdf, les restos du cœur, les prestations assurées par les ong d’entraide sociale, ... le prouvent à suffisance. Par contre, prenez l’exemple des « paradis » fiscaux (qui ne sont « paradis » que comparés aux enfers fiscaux) : certains d’entre eux connaissent quasiment le plein emploi ; la sécurité de tous y est garantie (pas comme dans le coupe-gorge français) ; l’enseignement et les soins de santé sont de qualité (rien à voir, donc, avec la France qui est en retard de plus de 10 ans dans d’innombrables secteurs médicaux (intoxication aux métaux lourds, cancers, ophtalmo, ...), les infrastructures (routières, aériennes, ferroviaires, ...) sont au top ; et ces pays ne sont pas des poubelles à ciel ouvert (la France métro totalise plus de 300.000 sites hautement contaminés, sans parler de plus d’une centaine de sites contaminés atomiquement). Mais bon, parlons toujours de « régime commun ». Pour suivre l’exemple de la France ? Pas de nivellement par le bas ! Suivont plutôt l’exemple d’Andorre, de Monaco, du Lichtentstein, ... La médiocrité, laissons-là à ceux qui prônent le « régime commun », qui réclament les enfers fiscaux et qui sont, en fin de compte, contraints de vivre aux crochets de autres (la France vit actuellement aux crochets de la Grèce, comme elle a vécu en pillant ses colonies). Un exemple nuisible et pitoyable à ne surtout pas suivre !
Réponse de le 03/03/2015 à 16:21 :
@à patrickb: ces régimes communs existent pourtant aux US, en Russie, en Chine, Au Brésil, en Inde où on ne voit pas chacun tirer la couverture à soi. Mais bon, on est 3 et ils sont 10 milliards, alors on les encercle et ils vont bien se rendre si on insiste, non :-)
Réponse de le 03/03/2015 à 19:55 :
Au début, y'a une vache dans un champ avec un brave paysan. A la fin, y'a une crise financière et sociale. Dingue.
a écrit le 03/03/2015 à 10:52 :
Oui, oui, oui, tout ça à cause de l'Allemagne, bah voyons ! Pas du tout, notamment pour la Grèce, où le peuple ne payait pas (et ne paie toujours pas) d'impôts, que les riches planquent leur magot en Suisse, que les armateurs et l'Eglise font du chantage pour ne pas payer eux aussi. Sans parler de la corruption des politiques et des fonctionnaires.. C'est tellement plus facile de trouver "à l'extérieur" du pays, un bouc émissaire... C'est toujours l'autre, ce qui évite de regarder ses tares......
Réponse de le 04/03/2015 à 3:24 :
Sans oublier l'armée de fonctionnaires !
a écrit le 03/03/2015 à 10:27 :
Les auteurs de ce texte montrent qu'ils ne comprennent rien à la réalité allemande. Sinon ils sauraient que le salaire est negocié entre les partenaires sociaux (les syndicats et le patronat allemand) et que Mme Merkel n'y a aucun mot à dire.

Ensuite ils se taisent sur la probabilité de voire la Finlande et le Pays Bas et autres comme l'Autriche sortir de la zone Euro.

Finalement ils demandent à l'Allemagne d'augmenter ses salaires (encore le gouvernement n'en peut pas decider ça). Etant donné que l'Europe n'est pas une île isolée cela conduira au chute libre du continent face à la Chine encore plus vite. L'Allemagne et les autres pays du nord seront comme la France ou l'Italie sans que cela aide ces pays.
Réponse de le 03/03/2015 à 12:55 :
La réalité allemande, comme vous ne le savez apparemment pas, c’est avant tout plus d’un million de personnes qui tentent désespérément de survivre avec un salaire de moins de 400 euros par mois pour un travail à plein temps. C’est aussi un pays à deux vitesses : l’est d’un côté, l’ouest de l’autre. C‘est une explosion du chômage des jeunes. C’est un désastre social. Certes, il y aura toujours quelques pitoyables fanatiques pour considérer que l’Allemagne est un exemple à suivre, mais il y en avait déjà dans les années 1940. Comment les appelait-on déjà ?... Rien ne change donc, malheureusement, dans l’esprit du petit peuple confortablement installé dans ses œillères et prêt à se laisser manipuler et bafouer à tout va par les politiciens en place (ceux qui sont responsables du désastre européen) et des medias à leur solde. Mais la réalité est toute différente : l’Allemagne ne survit que parce qu’elle n’a jamais remboursé une dette de guerre de 100 milliards d’euros à la Grèce (c’est l’un des rares pays au monde à avoir été condamné par toutes les cours de justice internationale à ce sujet), que parce qu’elle asservit une très large partie de sa population (la pauvreté galopante en est une preuve supplémentaire) et parce qu’elle profite à plein (comme son fidèle caniche français, d’ailleurs, à qui la Grèce a déjà rapporté plus de 720 millions d’euros en 3 ou 4 ans) du racket dont sont victimes les Grecs. Racket mis en place par une poignée d’états-voyous au travers d’une troïka sans aucun fondement juridique. L’Allemagne, c’est comme la France : des pays qui ne survivent qu’en appauvrissant leurs populations respectives, en créant la misère et en vivant aux crochets des peuples les plus courageux, Grecs en tête. Le miracle allemand ? Allons donc ! Parlons plutôt du mirage allemand.
a écrit le 03/03/2015 à 9:58 :
Je me suis amusé à collecter les critiques des prix Nobel d'économie sur les fonctionnement de l'UE, je vous les livrent pour info :
Friedman Nobel 1976 "union monétaire et désunion politique, ça ne marchera pas"
Pissarides Nobel 2010 "tant que l'Europe est une addition d'intérêts nationaux, il est impossible de développer l'intérêt Européen"
Stiglitz Nobel 2001 "aucune économie n'est jamais revenue à la prospérité avec des mesures d'austérité"
Krugman Nobel 2008 "l'austérité impacte la croissance, aggrave les déficits et conduit à plus d'austérité"
Par ailleurs deux économistes mondialement connus déclarent :
James Galbraith "le fonctionnement amateur de l'eurogroupe..."
Thomas Piketty "L'Allemagne et la France organisent l'austérité en Europe qui conduit à une récession généralisée dans la zone euro"
A mon avis de temps en temps il faut écouter les spécialistes, sans empêcher l'homme de la rue d'exprimer son opinion, même discutable.
a écrit le 03/03/2015 à 9:55 :
Beaucoup de sottises... Il faut travailler et réfléchir, et non pas "balancer" n'importe quoi à base de préjugés et de facilités intellectuelles....
Réponse de le 03/03/2015 à 10:17 :
y a qu'à, faut qu'on....pensez-vous qu'il y ait 5 millions de fainéants en France ?
Evitez les raisonnements simplistes, svp.
a écrit le 03/03/2015 à 9:29 :
Pour d'autre c'est plus le naufrage previsible et inevitable d'un coup d'etat au ralenti par l'EUssr, une institution opaque, mafieuse, "corrompue et corrompante", "rotten and incompetent", "historically illiterate" et j'en passe.
Réponse de le 03/03/2015 à 9:56 :
Il faut se ménager, c'est meilleur pour la santé....
a écrit le 03/03/2015 à 9:27 :
Bientôt l'Union européenne ne sera plus qu'un tas de ruines car les mêmes causes produisent les mêmes effets.
Réponse de le 03/03/2015 à 14:54 :
Espérons que le bon sens et la modération s'imposent !
a écrit le 03/03/2015 à 9:11 :
C est vrai. Le monde se mettra à acheter les voitures grecques! Il faut s y faire Madame: rien ne peut stopper un bon système. Peut être faudrait il se faire à l'idée que la prospérité est basée sur de l effort. Je sais que c est farfelu et bizarre mais quand même!
Réponse de le 03/03/2015 à 9:40 :
Qui achètera les voitures allemandes quand les autres pays n'auront plus les moyens de le faire ? En économie il y a des notions simples, les excédents des uns causent les déficits des autres. Qu'il y ait des situations déséquilibrées, c'est évident, faut-il encore que les déséquilibres soient modérés. Le monde n'achètera pas des voitures grecques, mais françaises, italiennes, espagnoles...il y aura moins de déséquilibre!!!
Réponse de le 03/03/2015 à 9:50 :
C'est un dogme, une illusion reflété par l'ancien rêve américain. Même eux on bien comprit depuis.
Réponse de le 03/03/2015 à 10:10 :
Cher Markus, aucun homme sensé n'est contre l'effort et les solutions qui marchent, faut-il encore que le comportement ne soit pas nombriliste. Même en Allemagne il y a beaucoup de personnes qui souffrent du "modèle allemand".
Quand on fait partie d'une "union", on ne peut pas ignoré les autres, sauf à dire que la majorité des autres pays sont adeptes du moindre effort!!!
Réponse de le 03/03/2015 à 10:22 :
Pourquoi modéré? Les meilleures gagnent et c est tout. Le monde avance comme ça.
Réponse de le 03/03/2015 à 15:19 :
Cher Markus, "pourquoi modéré ?" parce que c'est le propre de l'homme, sinon il y aurait pas de différence par rapport aux animaux!!! Si le plus fort gagne sans restriction aucune, c'est la jungle. Moi ça m'arrange, je suis physiquement très fort.
a écrit le 03/03/2015 à 8:46 :
Entre une "reflation" salariale massive dans son pays et une sortie de l'Allemagne de la zone euro, elle continuera a jouer les parasites pour grossir au dépend des autres!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :