Après la COP21, les villes du monde s'organisent contre le changement climatique.

 |   |  926  mots
Anne Hidalgo (au centre), Eduardo Paes (avant dernier au premier rang) et Eric Garcetti (juste au dessus à gauche) réunis lors de la COP21.
Anne Hidalgo (au centre), Eduardo Paes (avant dernier au premier rang) et Eric Garcetti (juste au dessus à gauche) réunis lors de la COP21. (Crédits : Reuters)
Par Eduardo Paes, maire de Rio de Janeiro et Président du C40, Anne Hidalgo, maire de Paris et Eric Garcetti, maire de Los Angeles, membre du Comité directeur du C40 et Co-fondateur du US Mayors' National Climate Action Agenda

Pour citer Italo Calvino, grand écrivain italien du siècle dernier :

« Tu ne jouis pas d'une ville à cause de ses sept ou soixante-dix-sept merveilles, mais de la réponse qu'elle apporte à l'une de tes questions. »

De fait, au fil de l'Histoire, l'Homme s'en est remis aux villes pour trouver des réponses aux questions d'économie, de commerce, de santé publique, de culture et d'éducation.

Aujourd'hui, alors que les dirigeants nationaux commencent à se pencher sur des solutions pour la mise en œuvre de l'accord obtenu lors des négociations internationales sur le climat à Paris, ils devraient une nouvelle fois chercher des réponses auprès des villes.

Tous ceux d'entre nous qui se préoccupent de l'avenir de notre planète se réjouissent du travail accompli par les négociateurs à Paris pour obtenir cet accord, et du leadership dont ont fait preuve les dirigeants politiques en fixant un objectif ambitieux pour limiter la hausse des températures mondiales « bien en dessous » du seuil de 2 degrés Celsius. Ceci dit, les détails de la mise en œuvre de l'accord demeurent flous à ce jour. Et nous savons qu'il nous faut accélérer la lutte contre le changement climatique bien avant l'entrée en vigueur de l'accord en 2020.

Des villes qui travaillent en collaboration

Pour autant, la COP21 a établi une feuille de route sans équivoque pour les villes, des plans d'action étant déjà engagés. Il y a une dizaine d'années déjà, un certain nombre de maires ont directement été confrontés à ces problématiques aux conséquences souvent désastreuses comme la montée des eaux, les fortes chaleurs et des tempêtes plus ravageuses s'abattant sur nos centres urbains, poumons du commerce et de la culture. Alors que nos homologues nationaux cédaient à l'attentisme, nous avons pris les devants.

En 2005, des représentants de mégalopoles du monde entier ont conclu que la meilleure façon de poursuivre leur action sur le climat consistait à travailler de concert. Le C40 Cities Climate Leadership Group a été fondé à cette époque, et depuis lors il a plus que doublé ses effectifs, puisqu'il compte désormais plus de 80 membres. Ces villes de toutes les régions du monde représentent plus d'un demi-milliard d'habitants et un quart de l'économie mondiale. L'esprit collaboratif qui nous anime est porteur d'un grand progrès : une récente étude du C40 indique que les métropoles qui le composent se sont engagées à réduire leurs émissions de dioxyde de carbone de 3 Gt de CO2 d'ici 2030, soit l'équivalent de la production annuelle de carbone de l'Inde.

Les États-nations se sont enfin accordés pour conduire le monde sur la voie d'un avenir plus durable, mais l'accord obtenu à Paris n'entrera en vigueur qu'en 2020. Nos responsabilités de maires nous poussent ainsi à agir sans attendre. De l'achat de systèmes LED pour l'éclairage public sur le court terme, au développement de moyens de transport plus efficaces et à la construction d'infrastructures vertes sur le long terme, les métropoles du monde s'organisent depuis Paris pour établir une feuille de route aussi précise que possible.



1 milliard de dollars pour investir dans le durable

L'étude publiée pendant la COP21 par le C40 et Arup a identifié 2 300 programmes, achats, politiques et activités spécifiques à mettre en œuvre d'ici à 2020 afin d'économiser un volume considérable de 450 millions de tonnes de CO2, soit l'équivalent des émissions annuelles du Royaume-Uni, lesquels pourront être concrétisés pour à peine 6,8 milliards de dollars. Cette même étude relève également les obstacles que rencontrent les métropoles pour mettre en œuvre ces initiatives, la principale étant la difficulté d'accès aux financements.

Pour relever ce défi, le C40 a annoncé la mise en place d'une nouvelle facilité de financement en vue d'aider les villes à établir des projets d'infrastructure durables et à attirer des investisseurs par la même occasion. Cette initiative sans précédent vise à débloquer un milliard de dollars en investissements pour les villes à croissance rapide des pays en développement dans les quatre ans à venir.

Les Nations aussi en sont capables

L'engagement des dirigeants locaux dans la lutte contre le changement climatique ne fait désormais plus aucun doute. Alors même que les négociations se poursuivaient, plus de 700 maires se sont réunis à la mairie de Paris, sur invitation d'Anne Hidalgo et de Michael R. Bloomberg, Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour les villes et le changement climatique. Lors de l'événement, le Pacte des maires, une coalition internationale de villes résolue à s'attaquer aux défis du changement climatique par l'identification, l'évaluation et le suivi des réductions de leurs émissions, a franchi le cap de 428 villes signataires.

Certaines métropoles sont ressorties de la COP21 avec une nouvelle vision de l'objectif et un engagement encore plus prononcé quant au travail déjà entamé. Tout comme les gouvernements de chaque pays, nous n'allons pas chômer d'ici 2020. Il appartient à présent aux nations de collaborer avec nous pour apporter les outils - finances, dirigeants politiques et collaboration à tous les niveaux - nécessaires pour suivre notre voie sur la feuille de route établie à Paris.

Nous sommes convaincus que, si des villes aussi diverses que Rio, Paris, et Los Angeles peuvent travailler main dans la main afin de lutter contre le changement climatique et de favoriser une planète plus durable pour les générations futures, les nations en sont également capables.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :