Anne Hidalgo : "La ville pollue, c'est à elle d'inventer des solutions"

 |   |  412  mots
Citant le pape François, Anne Hidalgo a rappelé que les maires étaient des « responsables de la périphérie » en charge de la proximité, des plus pauvres comme des mieux outillés pour tirer parti de tout ce qu'offre la ville en matière d'art, de ressources et d'initiatives.
Citant le pape François, Anne Hidalgo a rappelé que les maires étaient des « responsables de la périphérie » en charge de la proximité, des plus pauvres comme des mieux outillés pour tirer parti de tout ce qu'offre la ville en matière d'art, de ressources et d'initiatives. (Crédits : Reuters)
[ #ForumSmartCity ] La ville est parfois une source de graves problèmes, mais elle peut aussi être à l’origine de solutions innovantes pour résoudre ces mêmes problèmes, pour peu qu’elle devienne intelligente, solidaire et citoyenne, ont souligné les intervenants à l’ouverture du forum Smart City.

Vulnérabilité et résilience... Ces deux mots sont revenus dans les propos de tous les intervenants lors de l'ouverture du Forum Smart City, le jeudi 26 novembre, dans la salle des fêtes de la mairie de Paris. Vulnérabilité face à la folie des attentats, bien sûr, mais aussi pôle de résistance, comme l'a souligné Max Armanet, directeur du forum : « Il était important de maintenir cette manifestation, conçue comme un acte citoyen face à ceux qui nous ont déclaré la guerre. »

Spécialiste de la ville intelligente, Carlos Moreno évoquait dès les premiers mots de son intervention la devise de Paris, « affronte les flots, mais ne coule pas ». « Toute ville est transverse, vulnérable mais vivante, ajoutait-il. Spécialement les villes solidaires, liées par des réseaux multiples et intelligents, dont nous parlons ici. Elles sont vivantes parce que solidaires et citoyennes. »

La réunion des maires à la COP21 décisive

« Vitalité », insistait à son tour Anne Hidalgo, la maire de Paris dans son discours d'ouverture.

« De tous temps, il a existé des gens qui voulaient faire taire les autres, la joie de vivre, la jeunesse... Mais la ville, toutes les villes, peuvent parler plus fort qu'eux. Elles portent en effet des valeurs de solidarité et d'intelligence qui sont le vrai rempart contre la barbarie. »

Citant le pape François, elle a rappelé que les maires étaient des « responsables de la périphérie » (par opposition aux Etats centralisés) en charge de la proximité, des plus pauvres comme des mieux outillés pour tirer parti de tout ce qu'offre la ville en matière d'art, de ressources en tous genres, d'initiatives de toutes sortes.

« Seule la ville permet de croiser ce qu'il y a de meilleur dans l'humain, la solidarité, l'intelligence, le souci de l'autre mais aussi, de plus en plus, celui de la planète : la ville pollue (70% des émissions de gaz à effet de serre viendraient des villes), et c'est donc à elle d'inventer des solutions à ces questions qui vont être débattue ce week-end à la Cop 21. »

Dans quelques jours (le 4 décembre), 1000 maires de toutes nationalités doivent se réunir à l'Hôtel de ville pour réfléchir ensemble à tout ce que la ville peut apporter à ce débat, en matière de gestion des déchets, de transports urbains ou d'économies d'énergie. Cette réunion des 1000 maires devrait déboucher sur une contribution qui sera jointe aux travaux de la Cop 21.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :