Bitcoin, l'utopie complotiste

 |   |  835  mots
(Crédits : DR)
À les entendre, le bitcoin serait notre avenir. Il nous permettrait de nous enrichir rien qu’en le détenant, et il nous serait possible de le transférer à travers le monde en toute gratuité. Plus jamais ne dépendrons-nous des États, encore moins des banques, et nous ne serons plus suspendus aux erreurs de gouvernance de nos politiciens et banquiers centraux. Pourtant, ont-ils compris, ces spéculateurs enthousiastes et inconditionnels, ces libertaires idéalistes, que l’argent n’est pas uniquement une valeur qui se thésaurise, mais un médium qui nous permet également d’échanger et de commercer ? Par Michel Santi, économiste*

Dans ces conditions, le bitcoin instrument de paiement semble pour le moins compromis car nul ne voudra s'en séparer s'il devait beaucoup s'apprécier tandis que nul ne voudra le détenir s'il venait à s'effondrer !

En effet, pourquoi dépenser une valeur dont le cours s'envole comme celle du Bitcoin propulsé de 900 à 19.000 dollars en une année ? Transposer cette logique au dollar ou à l'euro reviendrait à paralyser littéralement l'économie car nul ne dépenserait plus son argent en attendant de devenir riche ! À moins d'augmenter massivement l'approvisionnement en bitcoin, comme le pratiquent couramment les banques centrales en activant leur planche à billets ? Hypothèse balayée avec horreur par les «Bitcoineurs» dont la raison d'être est précisément le rejet de l'interventionnisme étatique, et dont les angoisses profondes voire existentielles, puisent leurs sources dans la mythologie hyper inflationniste de Weimar et du Zimbabwe...

Le bitcoin ne serait-il pas le refuge ultime face à des gouvernements indignes de confiance dont la seule action serait de dévaluer la monnaie ? Selon moi, les Bitcoineurs sont donc à classer en deux catégories : les grands naïfs d'une part et, d'autre part, les révisionnistes soucieux de révolutionner les règles du système financier qui deviendrait dès lors invulnérables, car indépendant et décorrélé de la bourse comme de la politique. Les adeptes du bitcoin sont en fait un genre d'agent Mulder de la série «X-Files» nous exhortant à ne croire en personne qui n'ont décidément pas compris que l'économie ne fonctionne que grâce à un ingrédient : la confiance. Pour autant, cette obsession idéologique sur laquelle prospère le bitcoin est poussée jusqu'à des extrêmes quasi-maladives nuisant fondamentalement à son développement. En l'état, il n'autorise que 7 transactions par seconde quand Visa et Master Card en permettent 55.000 ! Sauf à en augmenter la mémoire, ce à quoi se refusent catégoriquement les Bitcoineurs, ou à instaurer des coûts de transaction en contradiction flagrante avec un attribut majeur de cet instrument réputé éliminer tous frais inhérents aux échanges. Comble du ridicule et preuve ultime de l'amateurisme du monde selon bitcoin : la conférence prévue le week-end dernier à Miami censée en représenter l'apothéose se vit contrainte de refuser tout paiement en bitcoin pour cause de frais élevés et d'un système dépassé par le nombre de transactions..

La raison d'être du bitcoin étant de court-circuiter le système, toute augmentation substantielle de bande passant permettant d'accélérer les transactions ouvrirait ainsi la porte à un jeu d'influence entre producteurs de bitcoin, qui deviendrait dès lors un immense marché favorisant l'émergence de gros joueurs, à l'image même du marché et du système actuels qui sont honnis par les Bitcoineurs. Ceux-ci entendent effectivement conserver au bitcoin sa «pureté» qui les mettra à l'abri et les immunisera contre un système centralisé, corrompu, à tout le moins mal géré. Pourtant, que penser de la consommation énergétique pharaonique du bitcoin dont le potentiel de nuisance est gigantesque pour la planète comme pour la société ? Comment escamoter le fait que le peu de bitcoins produits utilisent déjà 0.1% de l'électricité mondiale, et que l'appréciation de ses cours entraînera fatalement une accélération de sa fabrication, et donc une aggravation dangereuse de consommation électrique ? On prévoit en effet que ce n'est pas moins de 0.6% de l'électricité mondiale qui sera consommée en 2018 pour la fabrication du bitcoin. Produit grâce au charbon, il n'est donc pas moins polluant qu'une usine de produits chimique ou qu'un véhicule Diesel, et il serait même responsable de l'envolée récente des prix du pétrole !

La technologie bitcoin - certes révolutionnaire - n'est est pas moins réactionnaire et masque désormais très péniblement l'implosion inéluctable de sa bulle spéculative l'ayant déjà fait perdre en quelques heures plus de 50 milliards de dollars de capitalisation ! Au moins internet était-il utilisé déjà par la moitié des ménages US lors de la liquéfaction des valeurs technologiques en 2000. Google, Amazon et AOL existaient en effet déjà à cette époque et il était relativement facile de se rendre compte des potentialités gigantesques offertes par cet outil alors même que la bulle implosait. Impossible d'en dire autant aujourd'hui avec le bitcoin, et même avec la technologie Blockchain, dont même les plus ardents défenseurs peinent à entrevoir les applications concrètes pour la consommation de masse de demain.

___

(*) Michel Santi est macro économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est fondateur et Directeur Général d'Art Trading & Finance.

Il est également l'auteur de : "Splendeurs et misères du libéralisme", "Capitalism without conscience", "L'Europe, chroniques d'un fiasco économique et politique", "Misère et opulence". Son dernier ouvrage : «Pour un capitalisme entre adultes consentants», préface de Philippe Bilger.

Sa page Facebook et Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/05/2018 à 15:10 :
Pourquoi est-ce si difficile d’accepter la véritable visée du bitcoin ? C’est une monnaie d’avenir qui permet de résoudre pas mal de problèmes financiers et le nombre d’utilisateurs ne cessent de croître tous les jours dans les plateformes de courtage. Cette monnaie a de fortes potentialités et pour cette raison que je suis inscrit sur Moneycoin.fr. Avec les transactions d’achat et de vente de cette monnaie, je suis sans stress. Je parviens à vivre décemment et à épargner pour financer un projet plus grand.
a écrit le 17/01/2018 à 16:54 :
Comment se décridibiliser sur les cryptos en une phrase : " En l'état, il n'autorise que 7 transactions par seconde quand Visa et Master Card en permettent 55.000 !".
Chapeau l'artiste! Comparer les capacités d'une entité centralisée (Visa) à celle d'une entité décentralisée (btc), bravo. Michel l'a fait! Mais que direz-vous lorsque le Lightning Network sera là ? Ah pardon... je vous parle sûrement chinois là...
L'utilité du bitcoin ? Attendez donc la prochaine crise financière si vous n'êtes pas capable de vous la représenter aujourd'hui.
a écrit le 17/01/2018 à 13:21 :
Un bon économiste franchouillard… aussi crédible que Jaimie Dimon lorsqu’il parle de blockchain ou bitcoin… Les banquiers et les gouvernements vont essayer de faire couler cette initiatives car se serait leur prendre leur job et leur utilité relative.
Le bitcoin n’est pas le futur, mais la blockchain oui. Regardez le résultat des élections dans la majorité des pays ces derniers temps et ce qu’il faut comprendre. Nous sommes lentement en train de changer de paradigme.
L’application de la blockchain est simple. Théoriquement, plus besoin de banques, de custodians, de CSD, d’agents, de lead-managers, de trustee, de paying agents, de registrar, T2S etc…
Votre dénigrement des nouvelles technologies démontre votre peur et votre incompréhension de celles-ci. Vous vivez dans le passé car vous ne comprenez pas le présent. Je tiens a noter que le France a appointé un ancien gouverneur de la banque de France pour étudier le bitcoin et la blockchain. Non pas pour regarder les opportunités mais les menaces. Autant demander à Joseph Goebbels d’être juge au procès Dreyfus.
a écrit le 15/01/2018 à 23:16 :
Entre des textes comme celui-ci et les propos des politiques, Bruno Le Maire en tête, on comprend bien que ce petit monde refuse que le peuple s'enrichisse aussi facilement, librement, sans contrôle. Taxons-les, réduisons-les à néant, interdisons tout ça !
Mais ce que vous ignorez - peut-être - c'est que vous avez déjà perdu le combat.
a écrit le 15/01/2018 à 20:44 :
Les défenseurs/spéculateurs du bitcoin et autres crypto monnaie font semblant de ne pas voir l'argument imparable développé en début d’article : si vous êtes persuadés que le cours du bitcoin va toujours augmenté, vous ne l'utiliserez jamais pour payer quoi que ce soit. Si vous n'avez aucune confiance dans le bitcoin, vous ne l'accepter pas en paiement. Sans oublier que tous ceux qui veulent oublier les véritables monnaies s'empressent de les convertir en ces monnaies pour savoir si ils sont riches !. De toutes façons toujours le même principe dans les bulles, ou les montages de ponzi : au début, ceux qui mettent en place l'arnaque, ensuite les spéculateurs et enfin, on appâte le public pour que celui ci prenne le relais et permette aux autres de prendre leurs bénéfices. Et quand on est le grand public, le tout est de ne pas être dans les derniers : à la moindre stagn,ation, ce sera le début de baisse et la panique...
Réponse de le 16/01/2018 à 6:37 :
"Imparable", vraiment ?..Vous n'avez pas beaucoup réfléchi. Est-on obligé de croire que le Btc "va toujours monter" ou au contraire qu'il ne mérite "aucune confiance" ? Premièrement ce choix imaginaire pourrait être appliqué à toute autre monnaie, avec le même résultat absurde. Deuxièmement, il y a des dizaines de millions de gens qui ont simplement confiance dans une monnaie qui ne dépend pas des Etats ni des banques (centrales ou pas). Et ceux-là utilisent déjà le bitcoin pour des achats (déjà des milliers de sites et de magasins l'acceptent). Pas besoin de croire qu'il a "toujours" monter (cela relève du conte de fées).
Les commentaires négatifs fondés sur des arguments qui ne tiennent pas debout sentent toujours un peu la jalousie et déception de ne pas avoir acheté à temps, lorsque le btc était bon marché, (disons à 1000 euros en milieu 2017).
Mais il est encore temps, car "le début de baisse" que vous évoquez, il y en a eu plusieurs déjà, dont un en cours, mais cela s'est déjà produit plusieurs fois et le BTC a toujours remonté et battu ses records en quelques semaines, ou mois. Normal, il n'est qu'au début de sa courbe d'adoption. Si bulle il y avait, il y a longtemps qu'elle aurait éclaté.
Réponse de le 17/01/2018 à 8:40 :
Chacun est libre de penser ce qu'il veut....certains états l'on interdit...et il y a toujours des perdants et des gagnants !
Car derrière tout cela, vous avez des profiteurs cyniques pour se faire du fric au détriment de la majorité.
Comment expliquer une chute de 15% en une journée...c'est bien une "monnaie" hyper spéculative !
Gare à l'effet boomerang !
a écrit le 15/01/2018 à 19:31 :
"dont les angoisses profondes voire existentielles, puisent leurs sources dans la mythologie hyper inflationniste de Weimar et du Zimbabwe..."
Les deux faits que vous évoquez sont à mon sens légitime de provoquer une "angoisse profonde" si ce n'est en réalité une méfiance. De plus qualifier l'hyper inflation de Weimar et du Zimbabwe comme relevant de "la mythologie" c'est assez gros ! Allez donc dire aux allemands qui ont connu cette crise que la peur de la planche a billet relève d'un fantasme complotiste.
La partialité caricaturale de votre article n'a rien à envier à certains sites "complotistes".
a écrit le 15/01/2018 à 18:40 :
C'est dingue, le nombre de gens qui ont un avis sur les crypto-monnaies alors qu'ils ne savent pas ce que c'est ni comment ça fonctionne.
Quand on voit le nombre d'articles sur internet qui sort tous les jours, et qui sont remplis de fausses infos, et de haine, on comprends clairement que ce sont des opposants au monde libre, bref ne comptez sur ces gens pour changer le monde et créer un monde meilleur pour nos enfants, personne ne fera le boulot à votre place.
a écrit le 15/01/2018 à 18:25 :
A 100% d'accord avec l'article, certains complotistes encensent le bitcoin, parce-que concurrent du "système".
Mais le bitcoin est LE système, il donne de nouvelles possibilités pour les fraudeurs fiscaux et les narco-traficants, ce sont bien eux qui ont dopé le cours au début avant que ne s'engouffre dans la brèche les professionnels de la spéculation, maintenant le grand-public s'y met. Mais tout l'argent investi dans le bitcoin n'apporte rien à l'économie réelle, que le bitcoin soit une bulle ou pas ne change rien à ce constat.
Le rôle positif de la spéculation est d'investir dans les entreprises d'avenir, les technologie porteuses mais ici rien de tout ça.
Évidemment il y a le discours bien rodé "mais la blockchain c'est révolutionnaire" et bien non.
Acheter du bitcoin ce n'est pas acheter une technologie ni investir dans une technologie.
Il n'y a pas d'avance technologique, il suffit d'une dizaine d'informaticiens doués pour créer une cryptomonnaie .
a écrit le 15/01/2018 à 17:58 :
Les crypto-monnaies doivent vraiment donner de belles sueurs froides à un paquet de monde pour engendrer un article aussi biaisé, partial et hors sujet. Consternant.
Réponse de le 16/01/2018 à 6:40 :
Ce paquet de monde, ce sont tous les banques et autres organismes financiers, les institutions comme le FMI, la BCE etc...et bien sûr les gouvernements conservateurs et leurs alliés. Tout ce monde-là a besoin de contrôler la sphère financière, pour contrôler l'économie et le reste.
a écrit le 15/01/2018 à 17:13 :
Il doit y avoir une corrélation entre l'explosion de l'information dans le monde et l'augmentation de la connerie humaine, le Bitcoin en étant un des signes avec le complotisme généralisé.
a écrit le 15/01/2018 à 16:13 :
les fonctions de la monnaie ont ete decrites chez ricardo........ pour le reste, dans un monde ficuciaire, on sait ce que c'est aussi
ni le bitcoin, ni les sel, ni rien de tout ca ne sont des monnaies, ce sont des moyens de paiement ( d'echange, pour etre plus precis), comme paypal, sauf que le ' paypal' n'est pas cote ( ca reste un compte intermediaire)..........
on va rire le jour ou un czech de boheme voudra payer un breton du crozon avec sa monnaie locale!
le reste, c'est comme les dotcoms en 2000, on sait ou ca va.........
a une difference majeure
quand vous vous faisiez rincer sur les dotcoms, c'etait quand meme ecrit dans votre compte; avec les cryptomonnaies, si votre disque lache ( certains plus vite que d'autres!!!, vous etes mort!)
Réponse de le 16/01/2018 à 12:02 :
"si votre disque lache ( certains plus vite que d'autres!!!, vous etes mort!)"
Rien que ce bout de phrase montre que vous n'avez rien, mais alors rien compris au Bitcoin et la blockchain....Dommage pour vous !
a écrit le 15/01/2018 à 16:06 :
Vive le troc! Car les moyens d'échange sont de plus en plus complexe et sans pouvoir les lire, elles n'existent plus!
Réponse de le 15/01/2018 à 17:06 :
Allez acheter une voiture avec baguettes de pain !!! Si la monnaie a été inventé et généralisé partout c'est qu'elle est indispensable pour facilité les échanges.
Réponse de le 16/01/2018 à 6:53 :
Mais le BTC est un troc : une sorte d'unité de compte virtuelle, qui ne sert que de moyen de transition entre disons, par exemple un travail fournir et les biens et services que l'on veut acquérir. Il n'est qu'un outil, que les banques et le système financier ne peut pas manipuler à sa guise. La preuve, les réactions au début hystériquement hostiles des gros banquiers et financiers.
Réponse de le 16/01/2018 à 23:47 :
@alice
Depuis quand un objet spéculatif échappe aux banquiers? C'est même leur métier !
La vente à découvert , c'est à dire la possibilité de parier à la baisse est possible depuis le 10-12:
http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/12/11/la-bourse-de-chicago-institutionnalise-le-bitcoin_5227679_3234.html
Chute du cours à partir du 15-12. Les traders ont pariés sur une baisse, ils s'en mettent pleins les poches.
a écrit le 15/01/2018 à 15:02 :
Cher M. Santi, autant je vous suis sur d'autres sujets plus "consensuels", autant votre manque de vision sur la technologie blockchain me sidère littéralement. Plus ennuyeux, votre article révèle de profondes lacunes techniques concernant cette technologie. Vous devriez refuser d'écrire un article sur un sujet que vous ne maîtrisez manifestement pas.

Problème du nombre limité de transactions: bientôt résolu.
Le problème du nombre encore limité de transactions/secondes est d'ordre purement technique et sera bientôt résolu. Plusieurs solutions sont notamment proposées par la blockchain Ethereum telles que le passage en "Proof of Stake", le "Sharding", et l'enregistrement des transactions off-chain telles que le "Raiden Network" et prochainement "Plasma".

Problème de l'énergie consommée: Déjà résolu.
Il s'agit d'un problème inhérent au système de calcul appelé "Proof of Work", sur lequel sont fondées de nombreuses blockchains, dont la blockchain Bitcoin. D'autres systèmes de calcul existent d'ores et déjà qui éliminent purement et simplement ce problème de la consommation d'énergie. Le système "Proof of Stake" est de ceux-là, et sera bientôt utilisé par la blockchain Ethereum.

Les deux limites sur lesquelles vous fondez votre article sont fondamentalement incorrectes, ou, en tous cas, ne sont pas insurmontables du tout.
Réponse de le 15/01/2018 à 19:59 :
Vous avez raison, de nouveaux algorithmes sont bien plus rapides et efficients énergétiquement que le bitcoin: mais alors, le bitcoin ne vaut rien finalement?
a écrit le 15/01/2018 à 14:26 :
On a rarement lu un article aussi mal informé, d'une logique aussi bancale et aussi malveillant, sur le sujet - et pourtant les "adversaires" (qui se croient dans un combat..) des monnaies électroniques sont légion.
Le titre d'un ouvrage de l'auteur "Capitalisme entre adultes consentants" rappelle fâcheusement l'argument des défenseurs de la loi de la jungle économique : si un miséreux accepte de travailler pour un dixième du Smic, sans contrat ni protection sociale, pour ne pas crever de faim et nourrir ses enfants, alors c'est qu'il est "consentant" bien sûr, et ne venez pas nous ennuyer avec votre loi stupide qui protège les plus faibles. Il a signé, vous dis-je...
Le fonctionnement du Bitcoin consommerait 0,6 pour cent de l'électricité mondiale. Et alors ? D'abord, les gens qui font ça payent leur électricité, ça fait marcher le commerce, non ? Et surtout a-t-on calculé combien coûtent à l'humanité - et pas seulement en électricité ! - les banques et leurs sièges sociaux luxueux, leurs centaines de milliers d'agences dans le monde, leurs millions d'employés, les déplacements de ceux-ci, la fabrication des billets et pièces, leur stockage, leur transport, les "frais", commissions de change, agios...sans compter les traders vautours qui acculent des sociétés à la ruine, perturbent l'économie des Etats, et nous offrent régulièrement des belles crises qui dilapident bien plus que 60 milliards...mais des centaines de millier de milliards ! Et qui ruinent des dizaines de milliers de gens comme les subprimes, la faillite des fonds de retraite états-uniens, etc, etc...Non, vraiment, lorsqu'on aura remplacé tout ce système pourrissant et ruineux pour l'humanité par une ou plusieurs monnaies électroniques, on respirera mieux !
Réponse de le 15/01/2018 à 15:47 :
Vous pensez que les crises vont s'arrêter en remplaçant les banques par le bitcoin ?
L'argument que vous portez sur l'électricité est consternant. Vous êtes au courant que l'on court au désastre écologique ? Faire tourner le commerce, voilà votre seul souci. J'imagine que vous avez un certain âge qui vous permet de ne pas vous soucier du sort de ceux qui verront le jour en 2050...
Réponse de le 15/01/2018 à 15:58 :
Je n'aurais pas dit mieux! Le bitcoin ou l'ethereum aisni que d'autres monnaies electroniques qui suivront valent et vaudront bien mieux que l'euro et le dollar gérés par des apprentis sorciers dans leur tour d'ivoire.
Réponse de le 16/01/2018 à 6:50 :
@ Alou :

1/ J'ai un âge qui fait que je pourrais être votre fils. Argument vraiment pitoyable !

2/ L'argument de "faire tourner le commerce" n'est évidemment pas le plus important, même si la production d'électricité est de plus en plus privée, donc en effet, que l'on consomme pour du BTC ou pour des néons ou des l'air conditionné partout comme aux USA (chez les riches), cela revient à faire tourner l'économie : profits, salaires, taxes, etc.

3/ Le "désastre écologique", c'est aux multinationales de l'exploitation minière, du pétrole, des gaz de schiste, de l'agro-business, du nucléaire, qu'il faut l'imputer, vous vous trompez d'échelle : ce sont eux qui dévastent la planète. Et aux passage j'imagine que vous soutenez ardemment les voitures électriques, l'avenir "vert" de la planète...hum-hum?
Réponse de le 17/01/2018 à 15:08 :
J'aime bien cet argument sur la consomation energetique. (desole pas d'accents, je suis en QWERTY)
a écrit le 15/01/2018 à 14:16 :
"qui n'ont décidément pas compris que l'économie ne fonctionne que grâce à un ingrédient : la confiance"

Oui mais quelle confiance actuellement ? Comment avoir confiance en un système économique profondément inégalitaire et qui ne fait que générer des inégalités, qui ne fait que les amasser ces inégalités ?

Le bitcoin je le vois plus comme une conséquence de notre système que comme une volonté d'y mettre un terme, les paradis fiscaux, les magouilles politico financières dont on voit bien que la justice ne peut pas régler car empêchée tout simplement de s'attaquer aux plus riches, les crises à répétition qui couronnent les mêmes erreurs, les experts médiatiques qui se trompent régulièrement mais qu'on entend de nouveau quelques mois après faire de nouvelles prédictions et-c...

Comment faire confiance dans ce gros tas de compromission ouvert qu'est notre système économique ???

Le bitcoin n'améliorera certainement pas notre économie mais si au moins il pouvait tout faire péter peut-être, si on empêche les propriétaires d'outils de production et de capitaux du monde de s'en mêler, qu'on pourrait recommencer sur des bases saines et non celles totalement pourries qui font Loi.
Réponse de le 15/01/2018 à 16:46 :
Réaction crypto-anarchiste typique. En quoi la loi décentralisée du bitcoin est elle supérieure au libéralisme que vous dénoncez? Ceux qui en ont, désormais millionnaires, et ceux qui n'en ont pas, exclus du système. Dans le fond, rien ne change.
Le concepteur de l'ethereum est déjà écœuré par la spéculation faite sur sa techno. Marx aurait probablement été écœuré par les goulags, que le communisme a rendu possible (et nécessaire)...
Réponse de le 15/01/2018 à 17:11 :
"Réaction crypto-anarchiste typique."

Hein !? Crypto anarchique ? Vous devriez arrêter de vous écouter parler franchement ensuite ça donne du grand n'importe quoi sémantique comme ça hein...

"En quoi la loi décentralisée du bitcoin est elle supérieure au libéralisme que vous dénoncez?"

Je ne dénonce pas le libéralisme, au lieu de venir nous exposer sans arrêt que vous ne comprenez pas les commentaires auxquels vous répondez, vous devriez poser des questions vous savez, cela n'a rien de honteux bien au contraire ça évite ainsi d'intervenir sans avoir compris et ainsi de démontrer que vous n'avez rien compris mais que vous n'hésitez quand même pas à intervenir. Pas facile pour la crédibilité ensuite hein...

"Marx aurait probablement été écœuré par les goulags, que le communisme a rendu possible (et nécessaire)... "

Oui et donc vous vouliez démontrer quoi ? En quoi votre commentaire contredit le mien ?

BEn en rien comme vous n'avez pas compris mon commentaire vous faite classiquement une réponse à côté.

CQFD
a écrit le 15/01/2018 à 14:10 :
On a rarement lu un article aussi mal informé, d'une logique aussi bancale et aussi malveillant sur le sujet - et pourtant les "adversaires" (qui se croient dans un combat..) des monnaies électroniques sont légion.
Le titre d'un ouvrage de l'auteur "Capitalisme entre adultes consentants" rappelle fâcheusement l'argument des défenseurs de la loi de la jungle économique : si un miséreux accepte de travailler pour un dixième du Smic, sans contrat ni protection sociale, pour ne pas crever de faim et nourrir ses enfants, alors c'est qu'il est "consentant" bien sûr, et ne venez pas nous ennuyer avec votre loi stupide qui protège les plus faibles. Il a signé, vous dis-je...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :