Ce que veut dire l'hostilité aux travailleurs détachés

 |   |  1202  mots
(Crédits : reuters.com)
Quand la préférence nationale devient une valeur de gauche... par Ferghane Azihari - Coordinateur pour European Students for Liberty en région parisienne et collaborateur chez Young Voices et Guillaume Thomas doctorant, enseignant en sciences sociales.

L'hostilité de la gauche française à l'égard des travailleurs détachés rappelle étrangement les intuitions du Prix Nobel d'économie Friedrich Hayek. Celui-ci disait à propos du socialisme qu'il était théoriquement internationaliste mais qu'il devenait nationaliste une fois mis en pratique. Ainsi les autorités tentent d'exclure les travailleurs de l'Est en supprimant leurs avantages comparatifs - leurs salaires plus faibles - pour diminuer leur employabilité. D'où par exemple l'application plus étendue du salaire minimum légal dans le secteur routier entrée en vigueur le 1er juillet 2016 ou encore la volonté du gouvernement français de réviser la directive européenne qui encadre ce dispositif pour renforcer les charges et les restrictions qui pèsent sur le détachement.

Un protectionnisme contraire aux intérêts de tous

 En excluant les travailleurs de l'Est des marchés de l'Ouest, le gouvernement va nuire à des individus qui pouvaient accroître substantiellement leur salaire par rapport à un même travail dans leur pays d'origine. Curieuse conception de la solidarité européenne ! C'est pourquoi les pays d'Europe centrale et orientale ont longtemps lutté contre l'harmonisation sociale. « Ils veulent nous expulser du marché » expliquaient des routiers au micro d'Euronews. Ils manifestaient quelques mois auparavant contre le salaire minimum français et allemand à Bruxelles qu'ils accusent de protectionnisme. Une accusation loin d'être fantaisiste : le Conseil économique, social et environnemental a récemment rapporté que « le salaire minimum légal en France a limité l'avantage économique du recours aux travailleurs détachés ». Bruxelles ne s'y est donc pas trompé en ouvrant une procédure d'infraction contre l'application renforcée du salaire minimum au nom de la libre-circulation. Les réactions de la gauche constituent visiblement des manœuvres destinées à flatter les instincts nationalistes d'un électorat de plus en plus hostile au libre-échange.

 La baisse des prix entravée

Cette hostilité à la concurrence européenne est pourtant infondée. Elle n'affecte pas seulement les pays qui détachent des travailleurs. Elle nuit aussi à l'économie des pays importateurs. Elle entrave la baisse des prix et encourage une mauvaise spécialisation des industries, ce qui ralentit la production de richesses et la lutte contre la pauvreté. Les bénéfices du libre-échange et de la division internationale du travail sont attestés par la grande majorité des économistes, keynésiens y compris, comme en témoigne l'exemple de Paul Krugman. Pourquoi donc les leaders socialistes continuent-ils à dénigrer une concurrence qui profite à tous ? C'est probablement que le travailleur européen n'a pas le droit de vote dans le pays dans lequel le politicien français cherche à s'accaparer le pouvoir. La défense du libre-échange est politiquement d'autant plus difficile que ses bénéfices sont diffus et que ses coûts sont concentrés. Cela favorise les intérêts des petits groupes de pression organisés au détriment de ceux du consommateur.

 Un discours qui conforte les replis nationalistes et xénophobes

 Les diatribes contre les étrangers sont donc motivées par la volonté de flatter les étroits intérêts mêlés aux réflexes nationalistes des travailleurs et syndicalistes français. Après tout les convergences entre socialisme et nationalisme sont tout à fait naturelles sur le plan philosophique et électoral. Le socialisme - dans sa forme dominante en France - désigne en effet un ensemble d'idéologies qui ont en commun la volonté d'adopter une gestion centralisée des activités humaines. Le nationalisme est quant à lui l'alibi culturel destiné à légitimer l'existence et l'action de l'État. Loin d'être contradictoires, les deux philosophies sont en réalité parfaitement complémentaires. Sur le plan international, le goût prononcé du socialisme pour la gestion centralisée de l'économie conduit ses partisans à rejeter le libre-échange et la concurrence internationale et à préférer le commerce administré et le protectionnisme qui lui est consubstantiel.

 Nul besoin de préciser que le protectionnisme est un vecteur naturel de nationalisme et de xénophobie et inversement. L'économiste autrichien Ludwig von Mises avait lui aussi décelé au début du 20ème siècle les tendances xénophobes qui imprégnaient les syndicats bien connus pour leurs penchants collectivistes. Il écrivait dans Le Socialisme : « Les ouvriers qui accourent en foule à un certain endroit y pèsent sur la productivité [marginale]. Le revenu du travail, le salaire, baisse, et par là un tort est causé aux ouvriers qui travaillaient en cet endroit avant l'immigration. Ces ouvriers voient dans les immigrés la cause de leurs salaires réduits. Leur intérêt particulier exige une prohibition de l'immigration. Empêcher l'afflux de nouveaux ouvriers devient un point du programme de la politique particulière de tous les groupements d'ouvriers. » Von Mises avait cependant compris que restreindre la concurrence entravait la production de richesses et nuisait finalement à toute la population et corrélativement aux travailleurs que l'on cherchait à protéger en premier lieu.

 Renouer avec l'internationalisme via le libre-échange

 Il serait évidemment injuste d'imputer ce protectionnisme xénophobe à la seule classe ouvrière. Aucune profession n'est en réalité épargnée. Le groupe d'information et de soutien aux immigrés (GISTI) avait à ce propos produit une note en 2000 qui rappelait par exemple que la réglementation des professions telles que médecin ou avocat au 19ème siècle était elle aussi le fruit de pressions protectionnistes dirigées contre des praticiens étrangers alors accusés de concurrence déloyale. Ainsi que l'a relevé Adam Smith, c'est une expérience éternelle que la loi de la concurrence est appréciée par tous les milieux d'affaires aussi longtemps qu'elle épargne leur secteur. Le cas de la sphère ouvrière est cependant plus remarquable en raison de ses contradictions avec la mythologie internationaliste construite de toute pièce par l'intelligentsia de gauche. Ces contradictions tendent à être appuyées par les études récurrentes sur la sociologie électorale de ces milieux.

 Ces études pointent régulièrement depuis l'élection présidentielle de 1995 l'existence d'un « gaucho-lepénisme » et d'une certaine porosité des milieux ouvriers et syndicaux, jadis sympathisants du Parti Communiste ou du Parti Socialiste, avec l'extrême-droite[1]. Les enquêtes de Guy Michelat et Michel Simon montraient également que l'électorat du Parti Communiste dans les années 1960 était teinté de xénophobie à l'image de Georges Marchais qui, le 6 janvier 1981, publiait dans L'Humanité une lettre ouverte adressée au recteur de la Mosquée de Paris qui énonçait qu'il fallait « arrêter l'immigration, sous peine de jeter de nouveaux travailleurs au chômage ». Ce nationalisme économique de gauche n'est pas une fatalité. Mais le combattre requiert de cesser de présenter la concurrence internationale comme un facteur d'appauvrissement. Promouvoir le libre-échange est la seule voie intellectuellement cohérente pour renouer avec l'internationalisme dont se réclame la gauche.

Ferghane Azihari - Coordinateur pour European Students for Liberty en région parisienne et collaborateur chez Young Voices.

Guillaume Thomas - Doctorant. Enseignant en sciences sociales.

 [1]      Pascal Perrineau, « La dynamique du vote le pen le poids du « gaucho-lepénisme », in Pascal Perrineau, Le vote de crise. L'élection présidentielle de 1995, Presses de la FNSP, 1995, pp. 243 - 261

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/12/2016 à 12:40 :
Les auteurs indiquent que la protection des travailleurs français et allemands mène à la xénophobie. Il me semble que c'est exactement le contraire. Un travailleur français n'éprouvera pas forcément de rancoeur vis à vis d'un travailleur étranger qui a les mêmes conditions de salaires que lui mais qui se trouve être plus spécialisé par exemple. Par contre il en éprouvera inévitablement à l'encontre d'un travailleur détaché payé 3 fois moins et qui entrainera donc précarité, chômage et baisse des salaires moyens.
a écrit le 08/12/2016 à 16:39 :
'le Conseil économique, social et environnemental a récemment rapporté que « le salaire minimum légal en France a limité l'avantage économique du recours aux travailleurs détachés »'.

Normal, ils ne sont pas concernés.Il suffirait de trouver des gens détachés en Europe pour faire leur boulot à 500€ mois et ils auraient vite fait de changer d’avis.Oui ,mais voila,seule une couche sociale et certains métiers sont concerné dans ce pays par ce problème ,pour les autres ,ils profitent de cette arrivée .
a écrit le 08/12/2016 à 13:54 :
Démonstration parfaite que la "concurrence européenne" n'est que le masque du dumping social.
a écrit le 08/12/2016 à 12:02 :
On ne nait pas nationaliste, patriote ou xénophobe, on le devient! Ce n'est pas une cause mais une conséquence! Les européistes inversent souvent ces termes pour induire en erreur!
a écrit le 08/12/2016 à 11:57 :
Où est la solidarité quand les travailleurs doivent se séparer de leur famille, de leur environnement pour pouvoir les faire vivre? Où est la solidarité quand on ne peut plus travailler sur place parce que d'autre vous on prit le job parce que "subventionné"? La solidarité n'est pas au niveau du travailleur mais au niveau des donneurs d'ordre!
a écrit le 08/12/2016 à 11:57 :
Article de personnes qui n'ont pas du avoir beaucoup à se battre dans la vie pour avoir un bon boulot tranquille et bien payé. Déjà vos notions de droite et de gauche sont incohérentes au possible vous devriez arrêter d'essayer de les manier c'est catastrophique.

Du travail détaché oui, du dumping social non, donc au lieu de théoriser confortablement installés vous feriez mieux de regarder la réalité, or la réalité veut que les patrons emplois les travailleurs européens pas chers en les payant moins que les locaux.

En quoi faire venir des esclaves est une avancée progressiste je vous prie ? Qui y gagne réellement ?

C'est d'imposer le dumping social qui génère le racisme et la xénophobie, d'ailleurs c'est bien depuis 2005 à savoir quand les gouvernements européens sont passés outre l'avis de leurs peuples que le vote fascise a commencé à franchement dégénérer, validant la Loi bolkenstein que les entreprises se sont précipitées à valider.

Pour ma part, afin de vous mettre la réalité sous les yeux, concept qui vous manque cruellement, je connais un chef d'entreprise du btp qui va dans les bidonvilles de travailleurs sans papiers pour recruter des salariés au blanc à 50 euros par jour, qui dorment sur les chantiers et qui quand ils sont blessés ben c'est pas de bol pour eux.

C'est avec des études complètement éloignées des réalités de ce style que l'on incite les gens au racisme et à la xénophobie pas en voulant empêcher l'esclavagisme salariale, merci.
a écrit le 08/12/2016 à 11:45 :
Tissu d'âneries technocratiques de "doctorants" n'ayant jamais rien fait de leurs dix doigts.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :