Choisir l'emploi contre la fiscalité et la dette

 |  | 803 mots
Lecture 4 min.
En France, nous avons un chômage supérieur à la moyenne européenne depuis 2015 et 750.000 chômeurs de trop par rapport à nos voisins fin 2019. Handicapés par une fiscalité hors normes - les recettes publiques ont représenté 53 % du PIB de 2013 à 2018, contre 45 % du PIB en Europe -, nous n'avons pas pu profiter normalement de la reprise économique.
En France, nous avons un chômage supérieur à la moyenne européenne depuis 2015 et 750.000 chômeurs de trop par rapport à nos voisins fin 2019. Handicapés par une fiscalité hors normes - les recettes publiques ont représenté 53 % du PIB de 2013 à 2018, contre 45 % du PIB en Europe -, nous n'avons pas pu profiter normalement de la reprise économique. (Crédits : Reuters)
OPINION. Le débat enfle depuis plusieurs semaines et pourrait être un des enjeux de la future présidentielle française: faut-il chercher à effacer une partie des dettes publiques accumulées ces derniers mois ? Si ce n'était pas possible ou souhaitable, faudrait-il augmenter la fiscalité sur les entreprises ou le patrimoine ? D'un point de vue sociétal, l'enjeu est ailleurs: se mettre résolument en condition de recréer attractivité et emploi, ce qui permettra d'alléger le fardeau pesant sur les actifs et l'hypothèque sur les générations futures. (*) Par Nicolas Marques, Directeur général Institut économique Molinari.

Faut-il annuler la dette publique détenues par les banques centrales ? Loin d'être judicieuse, cette proposition est déconnectée des réalités et elle est risquée. D'un point de vue financier, le coût de la dette publique a rarement été aussi faible en France. L'an passé, le rendement moyen des obligations émises par l'Agence France Trésor était de - 0,14 %, nos prêteurs acceptant de s'appauvrir en achetant nos dettes. En 2019, avant la Covid-19, les taux d'intérêt étaient déjà très bas, avec 0,11 % contre 0,53 % en 2018. Des conditions bien plus avantageuses que celles observées de 2009 à 2017 (1,63 % en moyenne) et à fortiori entre 1998-2008 (4,15 %), en raison des politiques radicales mises en œuvre par la Banque centrale européenne (BCE). La charge de la dette est contenue. Elle représentait 1,7 points de PIB en 2020, un coût en ligne avec la moyenne de l'Union européenne, alors que nous sommes plus endettés que nos voisins.

Stratégie risquée

Rétrospectivement, nous sommes les grands bénéficiaires des largesses d'une politique monétaire européenne nous permettant de nous endetter à bas prix. Depuis la mise en place de l'euro en 1999, la charge de la dette publique française a été réduite de moitié, de 3,4 % du PIB à 1,7 %, en dépit du doublement du stock de dette, de 60 % du PIB en 1998 à 120 % en 2020. Dans ces conditions, chercher à pousser notre avantage encore plus loin est une stratégie risquée. Pourquoi bousculer nos partenaires européens et les marchés en agitant le spectre d'une annulation de dettes risquant de fragiliser la branche sur laquelle nous sommes assis ?

La proposition d'annulation des dettes détenues par les Banques centrales ne créera aucune richesse, le capital des Banques centrales étant détenu par les Etats. Comme le disent bien les économistes Philippe Aghion ou Olivier Blanchard « Du point de vue des revenus nets, l'impact, c'est zéro », ce dernier n'hésitant pas à qualifier cette préconisation d'« idiote ». Ajoutons que cette démarche pourrait inquiéter les marchés, en les poussant à augmenter les primes de risques, ce qui serait problématique pour la France qui dépend structurellement de l'endettement. Au-delà de la gestion du stock de dettes, hérité des déficits accumulés depuis 1974, nous continuons à avoir besoin d'émettre de la dette chaque année pour boucler nos fins d'année. En 2019, l'Etat épuisait ses recettes de l'année dès le 4 novembre et émettait des dettes pour financer les deux mois restants. Seule la Roumanie faisait pire. Par comparaison, 13 pays épuisaient leurs recettes de l'année en décembre et 12 Etats, excédentaires, réduisaient leur endettement.

Préconisation contre-productive

Faute de pouvoir réduire notre stock de dette de façon artificielle, un collectif d'économistes a proposé récemment d'augmenter la fiscalité sur les hauts patrimoines et les entreprises. Là encore, la préconisation est contre-productive. Le système fiscal français taxe déjà significativement les gains, qu'ils soient récurrents ou conjoncturels. Il fiscalise aussi les activités sans tenir compte de leur rentabilité, avec des impôts de production déconnectés des performances des entreprises. L'analyse de l'incidence fiscale montre qu'in fine ce sont les ménages qui font les frais de ces sur-fiscalités en tant que consommateurs, salariés ou actionnaires. Lorsqu'ils rechignent à acheter des produits moins compétitifs, ne se satisfont pas de salaires ou de rendements moindres, la fiscalité française favorise les délocalisations des entreprises et des patrimoines, ce qui nuit à l'emploi hexagonal. Cela explique pourquoi nous avons un chômage français supérieur à la moyenne européenne depuis 2015 et 750.000 chômeurs de trop par rapport à nos voisins fin 2019. Handicapés par une fiscalité hors normes - les recettes publiques ont représenté 53 % du PIB de 2013 à 2018, contre 45 % du PIB en Europe -, nous n'avons pas pu profiter normalement de la reprise économique. L'Etat, prisonnier d'une logique à courte vue, a privilégié les recettes fiscales immédiates. Ce faisant, il a sacrifié la croissance qui aurait permis de soulager la société française, tout en redressant les comptes publics.

Un surcoût pour nos finances publiques

Au-delà du gâchis humain, cette politique contre-productive génère un surcoût pour nos finances publiques de l'ordre de 0,6 points de PIB par an. Pour améliorer durablement la qualité de vie de nos concitoyens et rééquilibrer nos comptes, il faudrait se mettre en position de réduire plus significativement nos fiscalités anti-économiques. Si l'on peut saluer les prises de position de Bruno Le Maire et d'Olivier Dussopt contre les hausses d'impôts, il reste beaucoup de travail à faire pour faire reconnaitre l'importance pour la société de fiscalités compatibles avec la création de richesse et le plein emploi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2021 à 15:58 :
La dette actuelle détenue par la BCE est juste une écriture comptable et il serait immoral de rembourser cette dette à la BCE, qui une fois ses frais de fonctionnement retirés, reverserait le solde à la Banque de France, par du travail, et des prélèvement sur les bénéfices des entreprises, qui en France ont le plus bas coef. d'auto-financement. de la CE.
Les capitalistes disent qu'une dette doit être remboursée. Si on continue d'emprunter, même gratuitement, le capital serait à rembourser, mais comment ?
Soit faire des économies. Supprimer une partie de l'armée, réduire les effectifs de la police, supprimer des ministères sans utilité. et cesser de financer les guerres hors frontières de la France.
Soit la solution provient de Friedman et de la Théorie Monétaire Moderne, de Warren Mosler.
a écrit le 09/03/2021 à 12:18 :
Tout ceci est lié à des croyances, des chiffres magiques, certains veulent absolument retrouver une dette < 100, chiffre magique !

Comme les 3% de Maas trique !
Réponse de le 09/03/2021 à 17:49 :
Le 7 février 1992, le Traité de Maastricht inscrit la limite des 3% de déficits publics comme l'un des critères fondamentaux pour entrer dans la future zone euro. L'Allemagne voulait de la rigueur en Europe (pour ne pas avoir à payer pour les pays les moins vertueux) et Jean-Claude Trichet, alors directeur du Trésor, et Jacques Delors, président de la Commission européenne, auraient suggéré la fameuse règle française des «3%» ( juin 1982, François Mitterrand érige le «3%» en norme incontestable de la maîtrise des dépenses publiques ), «que tout le monde comprend», aux négociateurs européens.Pas de calcul savant, donc, ni de justification économique dans cet intouchable «3%». Le «déficit sur PIB» compare des comptes publics (avec des dépenses publiques pour construire des écoles, des hôpitaux, des routes, etc... pour le futur), et le PIB, qui est un indicateur de richesse économique de l'année en cours. Outre la discordance de temps, «on ne peut pas considérer que le déficit public, appréhendé comme un indicateur de bien-être, est le résultat recherché de la croissance», souligne Michel Ruimy, professeur à Sciences Po.
a écrit le 09/03/2021 à 11:08 :
Tout entreprise privée dans le "rouge" réduit sa masse salariale, en premier.
Que fait l'état dans la même situation, il crée de la masse salariale. (?)
Réponse de le 09/03/2021 à 16:00 :
Le problème du neo libéralisme, est qu'il crée des postes de travail qui ne produisent rien. Fini le temps des fonctionnaires productifs. Renault par exemple.
a écrit le 09/03/2021 à 11:05 :
Tout entreprise privée dans le "rouge" réduit sa masse salarial, en premier.
Que fait l'état dans la même situation, il crée de la masse salarial. (?)
a écrit le 09/03/2021 à 9:55 :
Faudrait aussi voir du coté du volume et de la qualité de la dépense publique, le français on a facilement tendance a lui facturer de l'inutile voire du nuisible. La gestion de la crise covid en est un bel exemple avec de très couteuses mesures (fermeture réduction d'activité) dont on peut douter de l'efficacité et même trouver contre productives (rameuter tous le monde a faire la même chose au même endroit avant 18h). Même Attal trouve son gouvernement un peu bizarre.
a écrit le 09/03/2021 à 9:25 :
Dette publique? Un sur dix des francais est propietaire d'une ou plusieres immeubles.
D'ou cet richesse? Financie par le RSA? Parce que en france, au contraire le monde dehors, un locataire RSA n'est pas force de vendre son immeuble millionaire avant de vivre du poche de contribuable.
a écrit le 09/03/2021 à 9:17 :
Force nous est de reconnaitre que ni l'impôt ni la dette n'ont été la solution au déficit budgétaire; l'impôt a été le facteur aggravant de la dette en décourageant et faisant fuir ceux qui créent l'emploi ... et le détruisent; ils sont pourtant LA solution à tous nos maux puisqu'ils créent la richesse qui permet de payer les salaires, les retraites et la santé. Pour les attirer, nous devrons faire du dumping, au détriment de nos voisins, l'Allemagne en particulier, mais cela profitera à l'Union, à terme.
Réponse de le 09/03/2021 à 12:21 :
C'est contre tous les discours venant des multimillionnaires qui ont intérêt à propager de fausses vérités, reprises malheureusement par des benêts, l'évasion fiscal qui alourdis le poids des impôts sur la base fiscale restante !!
a écrit le 09/03/2021 à 8:45 :
Merci beaucoup et le pire est que nous avons reçu depuis plusieurs années maintenant, toujours dans leurs cartons, trois armes d'une puissance hallucinante afin de préserver et renforcer l'emploi que sont le protectionnisme social, le protectionnisme fiscal et le protectionnisme environemental, nous pourrions largement faire une politique de l'emploi bien plus facilement que tout ces exercices comptables aussi grotesques qu'improductifs.

Mais voilà nous sommes en déclin, notre oligarchie étant totalement ravagée par sa cupidité pathologique, ravage notre pays et notre force de travail et donc les citoyens français et donc la nation France, il serait temps de faire la guerre à ce gigantesque coût du capital.
Réponse de le 09/03/2021 à 11:36 :
Citoyen blasé, si vous aviez un blog je serais un lecteur assidu!
Réponse de le 09/03/2021 à 14:05 :
C'est gentil mais ce serait complètement idiot de ma part de m'exposer plus que cela, il vaut bien mieux ce presque anonymat, notre dictature financière ayant généré une possibilité d'enemis particulièrement féroces car particulièrement lâches du fait de leurs pathologiques cupidités faisant de tous de potentiels psychopathes or j'ai autre chose à faire de ma vie que d'avoir à regarder derrière moi sans arrêt, mais vraiment hein...

Quand je li Nietzsche, notamment sur sa critique totale du nationalisme, de l'antisémitisme, de la "grande Allemagne", affirmer également que la guerre de 1870 gagnée par ceux-ci n'était absolument pas la preuve que la civilisation allemande était supérieure à la française comme aimaient tant le dire les responsables de l'époque, sa défense de la liberté et-c... Je me dis que ce n'est certainement pas un hasard que sa "dinde antisémite de soeur" telle que la nommait l'auteur s'était faite approcher de très près par les futurs nazis, sa maladie, sa mort d'ailleurs restent étranges, lui même dans "Ecce Homo" avoue qu'il prévoit que les assaults des allemands à son encontre soient de plus en plus agressifs et efficaces.

Or tout cet obscurantisme n'a pas disparu avec la fin de la guerre mondial et quand on voit qu'au sein de l'UE nous avons un vieux lobby qui demande que les femmes africaines soient stérilisées afin que les européens puissent continuer de prendre l'avion, quand je vois Schauble se comporter avec le peuple greque, que je vois les insultes de nombreux dirigeants du Nord contre les peuples d'europe du sud et-c... je pense, je suis certain même que la gangrène est toujours bel et bien là.

Qu'elle sache que je suis parfaitement achetable hein ! ^^ Je ne défend pas des idées mais la réflexion or la réflexion est bien plus dangereuse pour tout ces croyants idéologiques de toutes sortes que leurs supposées idéologies contraires qui en fait, comme l'a démontré Nietzsche, ne font que conforter ce qu'elles sont censées dénoncer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :