De la nécessité de se transformer en profondeur

 |   |  1802  mots
NE NOUS FÂCHONS PAS! Chaque semaine, l'Odissée (*) présente une chronique proposant un Discours de la méthode 2 ! Aujourd'hui : de la nécessité de se transformer en profondeur.

Dans le classement de la performance mondiale publié dans L'état social du monde - 2015, la France se positionne à la 55éme place. Ces difficultés trouvent leur source dans la centralisation génératrice de non-dits : dans la société mondiale en transformation accélérée, le système socio-économico-politique monopolistique français de la France n'est plus adapté.

La France en contre-performance

La France va mal. Les faits sont en rupture avec la bien-pensance :

  • La réalité du PIB par habitant doit être évaluée en comparaison avec nos voisins. En 1970, le PIB par habitant des Français était le même que celui des Allemands et le double de celui des espagnols. Il est désormais 18% derrière l'Allemagne et seulement 12% devant celui des espagnols : en deux générations, nous sommes passés de la parité avec l'Allemagne à un niveau plus proche de celui de l'Espagne ! Cela, alors que les Allemands se sont réunifiés à grand coût : ils creusent l'écart de près d'un pour cent par an depuis dix ans !!!
  • Le déficit réel de l'Etat ne doit pas être regardé à travers les critères flous de Maastricht qui le situe à environ 3%, mais au regard des ressources propres de l'Etat. Dans la Loi de finances 2018, l'Etat français dispose de 242,9 milliards d'Euros de ressources prévisionnelles en 2018 et prévoit 86,7 milliards d'euros de déficit, soit un manque de 35% !!! De plus, la charge de la dette est actuellement limitée à 40 milliards du fait de taux d'intérêts proches de zéro. Or, dans les années 80, l'Etat empruntait à 5% : si cette situation se reproduisait, dans cinq à dix ans, le déficit annuel pourrait s'élever de 100 milliards, soit 75% des ressources !!!
  • La quantité réelle de chômeurs n'est pas limitée à la seule catégorie A (3,5 millions de personnes) mais s'étend à toutes les personnes qui sont inscrites à Pôle Emploi et n'ont pas de travail (soit les catégories A,B,C et D), c'est-à-dire environ 6,2 millions de personnes : le taux de chômage réel est donc près du double de celui qui est retenu dans le débat public !!!

-

graph

-

Localiser les racines de la situation

La France est débordée par le mouvement du monde. Son fonctionnement global est décalé.

Les statistiques montrent que l'opposition socialisme / libéralisme est caduque

Depuis 2004, l'Odis publie à la Documentation française des analyses comparatives des territoires français, européens et mondiaux en termes de cohésion sociale et de performance : ces deux dimensions apparaissent en corrélation dans tous les ensembles. Sur la durée, donner le primat à l'une ou l'autre revient à échouer. Les prismes du socialisme et du libéralisme sont donc incomplets.

L'analyse des territoires révèle que la racine de la performance globale réside dans la qualité des débats

Les territoires qui réussissent le mieux sont ceux où l'information circule, où les échanges de proximité intègrent à la fois avec souplesse et rigueur la plus grande diversité des personnes, des faits et des idées. Dans des pays comme la Norvège, la Suisse, la Suède, les Pays-Bas, le Danemark, l'Autriche, les barrières statutaires ne résistent pas au bon sens : les expériences, analyses et idées de chacun sont attendues et reçues par tous.

graph

Les limites du système étatique français

C'est donc un excès de centralisme et de régulation qui ne permet pas à la France d'impliquer tous les français dans la prise en mains des enjeux collectifs. En effet, Paris est le centre routier, ferré, aérien parce que c'est le siège de tous les pouvoirs : politique, économique, social, culturel, médiatique. De plus, à Paris, l'Etat est l'acteur principal :

  • Régulateur expansif avec l'épaississement des codes civil, pénal, travail, mais aussi la multiplication des codes dans l'immobilier, le cinéma...
  • Formateur omniscient car, non seulement propriétaire et dirigeant unique des universités et des plus grandes écoles, il choisit les écoles du privé par l'attribution du statut de Diplôme reconnu d'Etat, sans lequel attirer des étudiants en nombre relève de l'impossible.
  • Géant économique car les plus grandes entreprises ont presque toutes été la propriété de l'Etat et conservent encore aujourd'hui, sinon des liens capitalistiques, des relations privilégiées avec leurs dirigeants qui presque tous issus de la haute fonction publique, dotés des mêmes diplômes qui les engagent à une protection mutuelle entre anciens élèves,
  • Médiateur social qui convoque en souverain du paritarisme, les syndicats et le patronat à des sommets sociaux éclairs à l'issue desquels il impose souvent son véto, sinon ses solutions.

Ainsi, un acteur unique procède seul à presque tous les arbitrages. Cela génère un déséquilibre de la responsabilité : attendu sur tous les terrains, l'Etat est sur responsabilisé tandis que les citoyens, démunis de marges de manœuvre, baignent dans l'irresponsabilité. Ils ne sont pas en situation de contribuer à la maîtrise de leur destin collectif.

Doté de cette omnipotence, le système politique ne sait pas entendre les signaux d'alerte. Il finit toujours par commettre et enchaîner les erreurs, ce qui aboutit à son renversement. Voilà pourquoi la France empile seize constitutions depuis 1789, tandis que le Royaume Uni est resté dans le même système souple qui lui permet de s'adapter en continu.

Une culture de non débat

Ce mécanisme structurel de concentration des pouvoirs en une seule main se retrouve au sein de toutes les formes d'organisation :

  • Peu de débats internes aux partis politiques, toujours créés en France par un acteur au service de sa conquête personnelle du pouvoir. Charles de Gaulle a créé le Rassemblement du Peuple Français, Valérie Giscard d'Estaing l'UDF, François Mitterrand le Parti Socialiste, Jacques Chirac le Rassemblement pour la République, Emmanuel Macron En Marche. Seuls Nicolas Sarkozy et François Hollande n'ont pas créé leur parti, mais aucun de leur concurrent ne l'avait fait non plus. Encore que Nicolas Sarkozy a eu le champ libre dans l'Union pour un Mouvement Populaire du fait des ennuis judiciaires de son créateur Alain Juppé.
  • Peu de contrepouvoirs sereins dans l'entreprise, avec la fusion ultra majoritaire des rôles de Président et de Directeur général. Quel administrateur, quel membre d'un Comité de direction peut affirmer que les réunions au sommet sont des lieux d'échange où l'on construit en transparence un raisonnement collectif... ?
  • Dialogue social en méfiance, voir défiance mutuelle, avec une France championne d'Europe des grèves, sans parler des séquestrations de dirigeants qui renvoient à des prises d'otages. L'installation des négociations n'a pas - encore - résolu le problème.

L'absence de vrai dialogue permet le triomphe de la bien-pensance et rend plus difficile l'émergence d'informations nouvelles et de projets innovants.

Le changement de système : instaurer les vrais dialogues

L'analyse des pratiques montre qu'à la culture du débat doit s'ajouter la structure du débat

Mais, même dans des pays où l'articulation du débat public et interne au sein des organisations s'opère plutôt spontanément, l'explication et l'écoute ne suffisent plus pour faire émerger des innovations porteuses de l'intérêt général.  En effet, alors que la multitude des sources d'information forge autant d'opinions que de personnes, chacun veut désormais de plus en plus participer à l'élaboration des diagnostics et des décisions et refuse d'adhérer a priori. Le rôle nouveau du dirigeant consiste à animer l'écoute mutuelle en s'assurant de l'inclusion systémique de toutes les parties prenantes dans un échange constructif.

Le scénario français

L'alternative consiste donc à inventer un nouveau modèle de gouvernance générateur d'une culture de débat, de respect mutuel, de prise de conscience et de prise en main de la responsabilité intellectuelle à tous les étages. Alors, seulement, la société française sera en situation de réformer dans la sérénité ses systèmes fiscal, éducatif, sanitaire, social, politique, administratif.... Et alors aussi, elle sera en situation de ré éclairer le monde pour bâtir la prise en charge par tous du réchauffement climatique, du maintien de la biodiversité, du dialogue interreligieux, des crises financières... Et alors seulement, elle sera en mesure d'accomplir son destin, car comme l'écrivait Charles de Gaulle : La France n'est réellement elle-même qu'au premier rang ; seules de vastes entreprises sont susceptibles de compenser les ferments de dispersion que son peuple porte en lui-même.

Révolutionner le rôle du dirigeant pour réécrire le contrat social

Depuis des années, nous alertons les décideurs économiques, sociaux et politiques sans attendre la révolution de la rue, mère de tous les excès. Le grand débat n'est qu'un grand début : dans la société, il faut instaurer maintenant le débat citoyen en amont du débat parlementaire sur tous les grands rendez-vous législatifs ; dans l'entreprise, il faut acquérir le réflexe de la réflexion collective inclusive de toutes les parties prenantes dans chaque réunion de chaque service de chaque étage de chaque immeuble de chaque établissement.

La mise en œuvre par les dirigeants de toutes les sphères, unis pour le progrès, d'un mode opératoire nouveau et producteur d'une révolution des esprits permettra la réforme sereine, acceptée et générateur de performance et de cohésion sociale.

___

NOTES

(*) Afin d'éviter les écueils des faux dialogues générateurs de suspicion, de rupture et de conflits, La Tribune ouvre ses colonnes à l'Odissée. Pilotée par son directeur et expert de la dialectique, Jean-François Chantaraud, la chronique hebdomadaire « Ne nous fâchons pas ! » livrera les concepts, les clés opérationnelles de la méthode en s'appuyant sur des cas pratiques et sur l'actualité.

L'Odissée, l'Organisation du Dialogue et de l'Intelligence Sociale dans la Société Et l'Entreprise, est un organisme bicéphale composé d'un centre de conseil et recherche (l'Odis) et d'une ONG reconnue d'Intérêt général (les Amis de l'Odissée) dont l'objet consiste à "Faire progresser la démocratie dans tous les domaines et partout dans le monde".

Depuis 1990, l'Odissée conduit l'étude interactive permanente Comprendre et développer la Personne, l'Entreprise, la SociétéDès 1992, elle a diffusé un million de Cahiers de doléances, ce qui l'a conduit à organiser des groupes de travail regroupant des acteurs des sphères associative, sociale, politique, économique qui ont animé des centaines d'auditions, tables rondes, forums, tours de France citoyens, démarches de dialogue territorial et à l'intérieur des entreprises.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/04/2019 à 22:12 :
C'est comme "les modes", elles sont décalés les une par rapport aux autres sinon "La Mode" n'existerait pas, et... l'on veut nous faire revêtir un uniforme?
Soyons sérieux! Pourquoi nous imposer la même musique?
a écrit le 14/04/2019 à 18:42 :
L'uniformité vient d'en haut, de la hiérarchie et la Démocratie vient d'en bas, du peuple; mais on veut a tout prix nous imposer l'inverse!
a écrit le 14/04/2019 à 15:24 :
C'est comme "les modes", elles sont décalés les une par rapport aux autres sinon "La Mode" n'existerait pas, et... l'on veut nous faire revêtir un uniforme?
Soyons sérieux! Pourquoi nous imposer la même musique?
a écrit le 14/04/2019 à 14:09 :
La démocratie nous est envoyé d'en haut alors que l'on l'a désire d'en bas! Pour cela on nous a inversé les causes et les conséquences, cela perturbe beaucoup de monde ce qui ralentie la compréhension!
a écrit le 14/04/2019 à 13:33 :
L’article est intéressant
Avant le changement , il faudrait le socle , sinon ça s’écroule comme un château de cartes:

1) socle : accepter que les échecs sont des apprentissages ( tirer des leçons du passé )
2) socle : balayer les erreurs ( mensonges , arnaques, mauvaise expérience collective...)

3) socle :simplifier ( balayer les inutiles et répétitions politiques,
sociales)

4) socle : sécuriser par un code ( ou des codes )compréhensible de tous et toutes

5) socle : en cas de décision importante , trouver des compromis : mise à niveau = référendum

a écrit le 14/04/2019 à 9:43 :
La transformation en profondeur nécessite une intégration profonde des valeurs ( les valeurs étant des valeurs humaines et non des valeurs traditionnelles ou culturelles : Stop aux amalgames)
Ce monde glisse ...
pas de respect, pas de valeur ... ça va plutôt mal, partout dans le monde ...
a écrit le 14/04/2019 à 8:36 :
C'est comme "les modes", elles sont décalés les une par rapport aux autres sinon "La Mode" n'existerait pas, et... l'on veut nous faire revêtir un uniforme?
Soyons sérieux! Pourquoi nous imposer la même musique?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :