Tesla, des voitures électriques qui roulent au... charbon

La nouvelle Tesla, une "voiture qui peut changer le monde"? Cette publicité ne correspond à rien. Il est insensé de gaspiller des millions de dollars en subventions pour des jouets de riches réduisant marginalement les émissions de carbone. Par Bjorn Lomborg, directeur du Copenhagen Consensus Center et professeur adjoint au Copenhagen Business School

4 mn

Bjorn Lomborg
Bjorn Lomborg (Crédits : DR)

Suite à la présentation de la nouvelle Tesla 3 par Elon Musk, certains médias se sont empressés d'annoncer en écho l'avènement d'une "voiture qui peut changer le monde" et dans la foulée "dominer" le marché. En quelques jours seulement, cette voiture a enregistrée 276.000 précommandes incluant un acompte de 1.000 dollars.

Sauf que le Modèle 3 n'existe pas encore. A ce jour, il n'y a aucune version finale de production, et encore moins de production. Elon Musk se dit être "relativement confiant" quant à la réalisation des premières livraisons en fin 2017. Néanmoins, respecter les échéances n'est pas le point fort de Tesla. En attendant, la voiture actuellement la mieux vendue de la marque se voit confrontée à des problèmes de qualité.

Un avenir durable pour la planète?

Tout ceci peut être assimilé à un débat iPhone vs Galaxy - à une exception près que ces voitures sont plébiscitées et considérées comme contribuant à l'écologie et bénéficient de fait de subventions atteignant des milliards de dollars.

Avant de dévoiler la voiture, Elon Musk a déclaré dans un discours moralisateur que Tesla a été conçue pour donner à la planète un avenir durable, soulignant notamment la hausse des niveaux de CO₂, et déplorant 53.000 décès liés à la pollution de l'air issue du transport. Tesla, selon son discours, est un sauveur de vies. Comme tous les autres véhicules électriques, elle produit "zéro émission" de pollution atmosphérique et de CO₂.

Responsable d'une pollution atmosphérique lourde

Mais, en réalité, cela vaut uniquement pour la voiture en elle-même, puisque l'électricité qui l'alimentera est souvent produite à partir du charbon, ce qui veut dire que cette voiture supposément propre sera responsable d'une pollution atmosphérique lourde. En tant qu'investisseur vert en capital risque, Vinod Khosla se plaît à souligner que "les voitures électriques sont des voitures qui roulent au charbon".

Une augmentation de 10% en 2020 du parc automobile diesel et à essence des États-Unis induirait 870 décès de plus liés à la pollution de l'air. Projetée sur les voitures électriques, une telle augmentation causerait 1.617 décès supplémentaires par an, principalement liés à la combustion du charbon.

Un impact délétère de l'électrique en Chine

En Chine où les centrales électriques au charbon sont extrêmement polluantes, l'impact des voitures électriques sur la qualité de l'air local est encore plus délétère : à Shanghai, la pollution de l'air générée par les voitures électriques serait 3 trois fois plus mortelle que celle générée par les voitures à essence ou diesel.

Par ailleurs, si les voitures électriques émettent moins de CO₂, cette économie est bien plus limitée que la plupart des gens s'imaginent. Après avoir effectué 150.000 km au cours de sa durée de vie, le modèle haut-de-gamme Tesla S aura émis environ 13 tonnes de CO₂. Mais, à elle seule, la production de ses batteries en émettra 14 tonnes, en plus des 7 tonnes supplémentaires générées par sa production et son démantèlement en fin de vie.

A peine moins polluant que le diesel...

Comparativement le modèle diesel, ayant une performance similaire, Audi A7 Sportback, qui consomme environ 7 litres aux 100 km, soit 10.500 litres au cours de sa durée de vie, produira une émission de 28 tonnes de CO₂. Cette Audi émettra également un peu plus de 7 tonnes en production et en fin de vie. Au total, la Tesla émettra 34 tonnes contre 35 pour l'Audi. De fait, sur une décennie, la Tesla n'épargnera la planète que d'1,2 tonnes de CO₂.

Pour mettre cela en contexte : appliquée sur le système d'échanges de quotas d'émission de l'Union européenne, une réduction de 1,2 tonnes de CO₂ coûtera environ 7 dollars ; mais par contre, nous payons jusqu'à 12.000 dollars en subventions pour chacune de ces voitures. La totalité des voitures électriques vendues à ce jour dans le monde a englouti 13 milliards de dollars en subventions, pour n'épargner finalement que 3,3 millions de tonnes de CO₂. Cela réduira la hausse globale des températures de 0.00001°C en 2100 - ce qui équivaut à faire reculer le réchauffement climatique de 30 minutes à la fin de ce siècle.

Les voitures électriques seront une bonne idée lorsqu'elles pourront être concurrentielles - probablement en 2032. Mais il est insensé de gaspiller des millions de dollars sur le dos des contribuables pour des jouets de riches qui tuent plus de gens à travers les émissions qu'ils induisent, tout en réduisant à peine les émissions de carbone. La Tesla 3 est effectivement une merveille à "zéro émission"- mais c'est uniquement parce qu'elle n'existe pas encore.

Traduit par Ninah Rahobisoa

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 03/05/2016 à 15:17
Signaler
Pour mettre les choses en perspective, peut-être pourriez vous ajouter dans votre comparaison une version de la Tesla ne roulant qu'à l'électricité verte ? :) Ainsi qu'une version de l'Audi ne roulant qu'au pétrole vert, ah non, ce n'est pas possible...

à écrit le 01/05/2016 à 11:37
Signaler
Les voitures électriques roulent au charbon et sucer trop de glace rend idiot ! Ce M. Bjorn Lomborg me fait penser à M. Claude Allègre, ses travaux scientifiques et sa carrière de chercheur ont notamment été récompensés par le prix Crafoord en 1986 ...

à écrit le 30/04/2016 à 18:01
Signaler
Au charbon? Mais aussi à l'éolien, au solaire, voire au pétrole ou nucléaire dans un moins bon cas. Tout dépend de la centrale qui produira l’électricité. Notons aussi qu'une centrale au pétrole (comparons ce qui peut l'être) est moins polluante ...

à écrit le 28/04/2016 à 20:28
Signaler
Un grand merci à Ninah Rahobisoa qui a traduit la charge au vitriol de Bjorn Lomborg, De quoi régaler nos soirées entre amis ou de permettre à d’autres médias de s’en donner à cœur joie pour démarrer un nouveau Tesla Bashing. Si après avoir lu...

à écrit le 28/04/2016 à 10:21
Signaler
Article presque invraisemblable ! L'électricité décarbonée est en pleine croissance, partout dans le monde, y compris aux USA. Pour prendre un seul exemple : http://www.renewableenergyworld.com/articles/2016/04/global-wind-energy-insight-wind-leadi...

à écrit le 28/04/2016 à 2:55
Signaler
Les Américains (et beaucoup d'autres nations ) rêvent de consommer plus en polluant moins! S'en est tellement absurde (ou débile) que la planète consommation y croit dur comme fer. La vrai solution consiste surtout a limiter le nombre d'humains et de...

à écrit le 27/04/2016 à 23:31
Signaler
Le CO2 est une chose mais les particules fines des diesels ainsi que les autres pollutions des véhicules à combustion (NOx...) sont beaucoup plus nocif pour les citadins

le 28/04/2016 à 9:58
Signaler
Vous oubliez la pollution des centrales thermiques au charbon à côté desquelles la pollution des diesels d'aujourd'hui est de la rigolade. Personne n'a jamais pu prétendre que les poussières de charbon était non cancérigènes car tout les techniciens...

à écrit le 27/04/2016 à 22:11
Signaler
Il est vrai que conduire une TESLA aux USA , c'est un bien beau moment!(je l'ai conduite à Menlo Park en Californie) Mais ce n'est pas ECOLO, du tout! Tout le monde sait que l'énergie électrique aux USA est produite par le charbon et, comme le dit ju...

à écrit le 27/04/2016 à 20:26
Signaler
Mieux vaut bruler de l'essence et du diesel dans les voitures qui circulent dans les villes que de produire de l'électricité hors des grands centres en brulant du charbon. C'est d'une évidence!

à écrit le 27/04/2016 à 20:19
Signaler
Pipo absolu Comme si les thermiques n,usaient pas de charbon...c,est bien une pompe electrique qui rempli le reservoir de l,A7 et qui raffine le brut.... Puis dans le bilan il n'a pas pris en compte que l,audi tombe en panne tous les 5 mètres. Pne...

à écrit le 27/04/2016 à 17:25
Signaler
Qu'en pense celui qui habite prés du périphérique d'une grande ville ? ceux qui doivent respirer et supporter le bruit de ces milliers de véhicules thermiques ? Pourquoi est ce nécessairement des centrales charbon sans mesure de captation des gros p...

à écrit le 27/04/2016 à 15:37
Signaler
Enfin un peu de recul et d'esprit critique, ca fait vraiment du bien dans cet océan de contre-vérités vertes qu'on nous assène un peu plus chaque jour. Merci.

le 27/04/2016 à 16:17
Signaler
Bonjour, Je trouve au contraire que l'auteur prouve bien l'intérêt des voitures électriques par rapport aux voitures diesel/essence, lorsque c'est conjugué avec une vraie politique énergétique favorisant énergies renouvelables (voire nucléaire si on ...

le 27/04/2016 à 17:39
Signaler
Quand on regarde le bilan carbone de l'électricité pays par pays, on constate que le nucléaire et surtout l'hydraulique sont les seuls moyens pour vraiment décarbonner son electricité. Le PV et l'éolien n'ont dans ce domaine qu'un effet cosmétique, ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.