Emmanuel Macron a-t-il raison de vouloir abolir le clivage droite-gauche ?

 |   |  1476  mots
Emmanuel Macron a fondé un mouvement qui ne sera ni de droite, ni de gauche. Une bonne idée ?
Emmanuel Macron a fondé un mouvement qui ne sera "ni de droite, ni de gauche". Une bonne idée ? (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)
Le ministre de l'Economie crée « un mouvement politique qui ne sera ni de droite, ni de gauche » avec pour ambition de « réformer » la France. Mais la démarche est-elle la bonne pour la démocratie française ?

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a donc lancé un nouveau mouvement politique. Le message central de ce lancement est celui de la « modernisation » du pays qu'il entend vouloir porter. Et pour parvenir à ce but, le jeune ministre refuse d'intégrer le fonctionnement traditionnel de la politique. Aussi son mouvement En Marche ! ne sera « ni de gauche ni de droite », selon les propres paroles de son fondateur.  En s'arrachant des codes habituels de la politique, le ministre chercherait, si l'on en croit de multiples observateurs, à faire preuve de pragmatisme en prenant des idées à gauche comme à droite. Toutes les bonnes volontés seraient alors concentrées sur l'objectif de « moderniser » une France décidément ringarde, vieillie et en retard.

Une tradition ancienne en France

Ce refus du clivage entre droite et gauche est une forme récurrente de la politique française. En cela, Emmanuel Macron n'est guère novateur. De Jean Lecanuet à « l'ouverture » de François Mitterrand en passant par "la nouvelle société" de Jacques Chaban-Delmas, la démarche a été plusieurs fois tentée, souvent vainement, du reste. Mais il convient de remarquer que, depuis quelques années, en France, un fort courant d'opinion, assez représenté dans plusieurs médias, milite en faveur d'une dissolution du clivage « droite-gauche » dans une union nationale. Selon ce courant, si la France ne sait se « réformer », c'est qu'elle est minée par ce clivage néfaste. Il faut donc une union entre la gauche et la droite pour « faire les réformes ». C'est exactement le programme du locataire actuel du troisième étage de Bercy.

Un faux choix

Mais que signifie en réalité cette volonté d'union ? Il s'agit de « suspendre » le jeu démocratique normal, autrement dit de réduire le choix autour d'un thème jugé fédérateur. Ici, il s'agit de la modernisation de la France. Cette ambition est considérée comme « hors de la politique », autrement dit, l'électeur n'a le choix qu'entre être favorable à la modernisation ou y être défavorable, ce qui fait de lui une personne marquée « négativement » sur le plan social. Autrement dit, le citoyen n'a le choix qu'entre être moderne, positif, donc gentil ou ringard, négatif et donc méchant. Ce choix, on le comprend, n'en est pas vraiment un. Il exclut simplement les « asociaux », ceux qui veulent détruire la société. Un tel mouvement a donc vocation à embrasser l'ensemble du corps social et c'est précisément pourquoi il refuse toute forme de « fausse division » comme le clivage droite-gauche. Pour s'en convaincre, on peut se rendre sur le site Internet d'En Marche ! qui propose d'emblée un choix entre « je marche » et « je reste assis sans rien faire. » Autrement dit : je participe à la société ou je m'en exclus.

Une démarche métaphysique

Dans cette conception de la politique, le concept dominant, ici celui de «modernisation», est donc divinisé. Il est intouchable et sa réalisation va de soi. Derrière l'idée de l'union nationale, il existe toujours une nécessité plus forte que tout, qui s'impose. Cette nécessité est extérieure à la démocratie, elle est la vérité que le mouvement « unifié » doit incarner par une politique qui ne fait pas débat parce qu'elle est précisément l'émanation du vrai absolu et du bien suprême. La suppression du clivage droite-gauche fait donc appel à une métaphysique. Et ce n'est pas un hasard si ce discours a si longtemps été utilisé par la droite extrême pour qui le clivage droite-gauche est une division artificielle qui fait oublier la vérité nationale ou religieuse, les seules qui, pour ces mouvements, comptent. Son abolition est donc une nécessité. Le Front National a d'ailleurs utilisé également ce slogan « ni droite, ni gauche, Front National »,  dans la campagne de 2012.

La vérité par les « réformes »

Dans le cas d'Emmanuel Macron, la « vérité » suprême n'est pas nationale, elle est économique. « Moderniser » pour le ministre signifie mener une politique de l'offre qui permette d'améliorer la compétitivité externe du pays, libéraliser les secteurs « verrouillés », réaliser les fameuses « réformes structurelles »... Bannir toute discussion entre droite et gauche sur ces projets revient donc à refuser de s'interroger sur leur pertinence et leur réalisation. On part du principe que tout Français « normal » accepte cette politique et si celle-ci n'est pas réalisée, ce n'est que pour des raisons d'appareils et de jeu politicien.

Supprimez alors le jeu politicien et la vérité apparaîtra à vos yeux : il faut « réformer ». Voici le message du jeune ministre de l'Economie. Du reste, dans son clip de campagne, comme sur son site, on chercherait en vain des mesures concrètes. Lorsque, sur le site, on refuse de marcher, on se retrouve face à des « faits » destinés à nous faire avancer, donc entrer dans la communauté des « gentils. » Ces faits, comme le taux de chômage des jeunes ou la pauvreté sont présentés tels quels, la solution précise n'est pas présentée. Car la solution va de soi, c'est de se mettre « en marche », donc de faire confiance à Emmanuel Macron qui s'occupera de tout et s'engage à tout régler en « modernisant. » Tout se passe comme si vous aviez le choix entre être dans le mouvement et contre le chômage ou être dehors et pour le chômage...

Un produit de la pensée économique classique

Cette démarche est directement issue d'une forme de la pensée économique. Dans l'opinion de l'école classique, l'économie est une science exacte qui, en tant que telle, échappe à la société. Ce qu'elle dit est une vérité qui ne saurait faire débat. Jean-Baptiste Say disait que la science économique, comme toute science, avait vocation à dire « ce qui est. »  Les politiques ont alors le seul rôle de laisser « ce qui est » être réellement en appliquant une politique qui « accompagne » le réel. D'où la présentation de simples « faits » sur le site d'En Marche ! A quoi bon alors se déchirer, alors qu'il ne s'agit que de laisser l'évidence se déployer ? Face à une vérité absolue, il n'existe en effet ni droite ni gauche. Seulement ceux qui sont dans le vrai et ceux qui sont dans l'erreur. La démarche d'Emmanuel Macron vise donc à ôter au corps social la charge de réfléchir et de décider de sa forme d'organisation économique et de ses politiques économiques. Les scientifiques décriront ce qu'il faut faire, ce que le bon peuple ne saurait déterminer seul. Le rôle de la démocratie sera donc de s'assurer que la société ne se suicide pas en choisissant l'erreur plutôt que la vérité.

Une « modernité » certaine

En Marche ! est donc moderne au sens où, depuis plusieurs années, la démocratie est mise en échec dans le domaine économique au nom d'une vérité absolue qui s'imposerait aux peuples. Les mesures d'austérité dans toute l'Europe ont été le fruit de cette pensée et elle s'est répandue sur des alliances plus ou moins contraintes entre la gauche et la droite. Lorsque la BCE a menacé l'Irlande, la Grèce ou Chypre de couper à ces pays l'usage de leur propre monnaie s'ils ne se conformaient pas à une certaine forme de politique économique, elle propose le même choix qu'Emmanuel Macron sur le site d'En Marche ! : dedans avec les « réformes » ou dehors avec le diable. Le combat mené contre Alexis Tsipras au premier semestre 2015 par les créanciers européens n'a eu d'autre fonction que d'intégrer Syriza dans la « grande coalition » de ceux qui croient dans la toute-puissance des « réformes », malgré le bilan affligeant de ces politiques en Grèce. « Moderne » donc, sans doute, mais pragmatique et lucide ? Cela reste à prouver.

Le danger : le refus du débat

Le danger est que le citoyen n'ait bientôt le choix qu'entre deux mouvements refusant la droite et la gauche : l'un pour des raisons d'absolu économique, l'autre d'absolu national. C'est pourquoi le clivage droite-gauche doit, au contraire, reprendre tout son sens, s'extirper de l'idée d'une vérité révélée en économie et relancer le débat sur la politique économique du pays. Il reviendra ensuite aux citoyens de choisir. Ce qui nuit au pays n'est en effet certainement pas le clivage lui-même, mais bien l'incapacité des politiques des deux bords à assumer leurs choix et à réaliser leurs politiques. C'est le débat - et donc le doute - ainsi que le respect des engagements issus de ce débat qui font vivre la démocratie. L'ambition d'Emmanuel Macron par son aspect métaphysique et unitariste n'est donc peut-être pas une solution idéale aux maux  du pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/04/2016 à 10:07 :
La politique de nos jours c'est comme la fin de la période royale en France, ça coûte terriblement cher et on découvre de plus en plus d'abus. Normalement les politiciens doivent être à notre service et au service du pays, ça fait déjà longtemps que ce n'est plus le cas. Droite et gauche n'existe plus depuis un certain temps. La gauche sous prétexte d'être social plume tout le monde et rien n'avance, au contraire on recule bien. Donc oui, il faut oser de trouver un autre système mais moi je commencerai par mettre à plat tout le système d'impôts qui tue le français moyen. En Gironde la politique a décidé d'augmenté la taxe foncière de 9%! Avec quel droit? Tout ça est tellement honteux qu'on se demande si les politiciens sont vraiment des êtres humains ou viennent-ils des autres planètes pour détruire la France comme ça se passe actuellement? Droite ou gauche, extrême droite ou gauche, c'est toujours les mêmes idioties. Ils roulent que pour leur égo et pas pour le pays sinon ils sont tellement bêtes qu'ils ne comprennent pas que beaucoup de leurs lois et décisions n'apportent que de la destruction de la vie en France.
a écrit le 13/04/2016 à 15:04 :
"Je me voyais déjà en haut de l'affiche, en dix fois plus grand que Valls et Hollande...." Merci sieur Macron j'ai bien compris votre posture !
a écrit le 13/04/2016 à 8:54 :
ce clivage politique qui justifie les partis politiques c'est complètement absurde! exemple flagrant depuis 30 ans en votant a droite ou a gauche la solution est la! (pouvoir d'achat accru, diminution du chômage, et c'est l’éternel refrain et nous pauvres salaries on garde espoir a des jours meilleurs! et voila la raison que le FN devienne un puissant parti politique! TOUS CES ÉVÉNEMENTS TRAGIQUES QUE NOUS VENONS DE SUBIR C'EST BIEN CE PARTI D' EXTRÊME DROITE LE PRINCIPAL INSTIGATEUR..... UNE SOLUTION FAIRE DES DISCOURS SINCÈRES TOUT SIMPLEMENT POUR SAUVER LE PEU DE LIBERTÉS QUI NOUS RESTENT
a écrit le 12/04/2016 à 17:55 :
Ni gauche, ni droite, mais à la botte de l'Union Européenne, avec Mr Junker comme président de la Commission Européenne (exécutif de L'UE), ex-1er ministre du Luxembourg qui fit profiter + de 300 Multinationales de taux d'imposition ridicule, au détriment des pays ou elles étaient implantées.
Rien sur la mondialisation, rien sur l'Europe, rien sur les travailleurs déplacés (nouveaux esclaves du système économique), rien sur les tx de fiscalité différents dans les divers pays de l'UE, de même, rien sur les lois sociales opposées etc....etc...etc...
Il est beau, bien cravaté et beau costard, bonne prestance dans l'international, etc... il plaira beaucoup à ts ceux qui se contente du superficiel.
a écrit le 12/04/2016 à 16:18 :
Macron est plutôt sympathique, mais pour l'instant, à part jouer contre les idées du camp, pour lequel il travaille, et avoir réalisé des réformes lilliputiennes, il n'a pas démontré grand chose. Donc, on va rester prudent et "on va se méfier de nos nerfs". 12/20 élève politique prometteur montrant de la bonne volonté.
a écrit le 12/04/2016 à 11:01 :
Je vous envoie ce commentaire ,déjà posté dans d'autres colonnes. Nous reviendront aux notions Droite -Gauche quand nous serons économiquement en mesure de faire du partage. Ce sera après une remise en ordre minimum du pays...

Curieusement , j’ai écrit début mars dans le cercle " république cherche président"
http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-154865-republique-cherche-president-1204852.php?3sRQIFQZaIuEHYpZ.99
qui débute par un constat: ni la gauche, ni la droite ne sont des termes qui désignent des orientations précises. En effet nous sommes face à une multitudes de candidats se présentant de droite, mais tellement de nuances dans cette droite que cela ne veut plus rien dire. Il en est de même à"gauche". Il y a maintenant plusieurs gauches... Les problèmes à résoudre sont de caractère technique on fera de la politique qu’après avoir diminuer nos dépenses et résorber le chômage. Certains diront qu’il y a des solutions de gauche et d’autres de droite.j’imagine ,moi qu’il y a de bonnes solutions qui sont essentiellement rationnelles et logiques. On fera de la politique après avoir remis notre pays en ordre. La situation est un peu celle d’après guerre. Nous sommes face à des problèmes de "reconstruction" on verra après. Ceci ne veut pas dire que je suis macroniste, je ne sais pas,mais il a une démarche qui peut être un signe de renouvellement de la classe politique avec une tendance socialisante. Il devra choisir ses amis:exemple: M. Gattaz n’est pas pour moi un bon conseillé !! Il le trouve "Rafraîchissant " venant d’un patron défraîchi, voilà un mauvais ami...
a écrit le 12/04/2016 à 10:24 :
Ils est arrivé à quoi macron de désespoirs ils fait pas sont travail il est payé pour ca ?
a écrit le 12/04/2016 à 9:18 :
En cela il rejoint le President du Modem a qui ce genre de stratégie n'a pas tellement réussi jusqu'à présent, c'est le moins que l'on puisse dire !! Cela ressemble plus à une impasse qu'à une autoroute menant vers la Presidence comme on nous le susurre !!
Réponse de le 22/04/2016 à 8:52 :
ce n'est pas gentil ( meme si vous ne l'aimez pas ) d'insulter Macron...
a écrit le 12/04/2016 à 7:52 :
Maintenant le principal clivage est entre "européisme" et "souverainisme"!
Réponse de le 12/04/2016 à 11:20 :
+ 1 !
a écrit le 12/04/2016 à 7:34 :
Merci Romaric Godin pour cette grande leçon de réthorique et démonstration de sectarisme et d'aveuglement. On n'en attendait pas moins de vous. C'est toujours divertissant votre ambiance Vintage années 70.
Réponse de le 22/04/2016 à 8:51 :
comme vous dites ...; il arrive meme à nous dire que s'il y a echec de Tsipras en , Grece , c'est à cause du manque de clivage ...! il faut oser celà ? non ?
a écrit le 11/04/2016 à 20:56 :
Ni à Droite, Ni à Gauche ; à... Londres pour se faire financer par Goldman Sachs et consorts !
a écrit le 11/04/2016 à 20:50 :
Bonjour, le chemin qui se dessine ne serait-il pas le suivant : au lieu de choisir entre droite et gauche pour un gouvernement complet, pourrait-on à l'avenir, dans nos systèmes politiques choisir entre droite et gauche pour des thèmes particuliers, je m'explique : choisir entre droite et gaude pour la gouvernance social et puis ensuite, choisir entre droite et gauche pour les politiques économiques des pays, et ainsi de suite pour l'ensemble des éléments de l'exécutif politique . On obtiendrait ansi une représentation démocratique beaucoup plus exacte des attentes d'une population. Évidemment je vois bien en quoi la formation et de la gouvernance de l'exécutif serait difficile il causerait des problèmes, mais n'est-ce pas là l'avenir de nos démocraties qui se cherchent continuellement dans ces clivages gauche et droite par exemple.
a écrit le 11/04/2016 à 18:50 :
Oui il a raison, le centre est une bonne chose, les décisions doivent être sans les clivages droite gauche.
a écrit le 11/04/2016 à 18:28 :
Est-ce un refus d'un clivage Gauche-Droite (il le dit effectivement), ou le simple constat, que chacun fait, de la déliquescence des partis traditionnels, contestés par une très grosse partie de l'opinion? Qui se reconnait dans un PS à bout de souffle (soyons aimable), ou dans les méandres du PR?
a écrit le 11/04/2016 à 17:51 :
Peut etre qu'Emmanuel Macron sent la nécessité de mettre en oeuvre des politiques anti-establishement pour contrer le FN... Peut etre que Mr Macron espère s'inspirer du bipartisme à l'américaine ou d'une vision Démocrate. Si Marine Lepen réussissait à se faire voir comme un parti conservateur, alors pourquoi pas Macron en démocrate... Au dela du marketing Macron, la vraie question est de comprendre qui le sponsorise pour comprendre ce que lui poussera comme réforme. Je crains malheuresement que ca ne résolve ni la question du chomage, ni la question des delocs faites par ses copains, ni la question du racisme grandissant...
a écrit le 11/04/2016 à 17:40 :
rhétorique creuse et arguments sans valeur : le front national obtient un joli pourcentage avec ni droite ni gauche! On a déjà essayé ça n'a pas marché ce n'est pas une raison pour ne pas essayer à nouveau ; Mitterrand et Chirac se sont portés candidats combien de fois avant d'être élus?

Il n'est pas nécessaire d'espérer....... (Orange) pas les télécom l'autre
a écrit le 11/04/2016 à 17:25 :
il a entièrement raison sur le fond ; il faut moderniser et simplifier la vie politique dans ce pays pour cela il nous faut de nouvelles têtes
a écrit le 11/04/2016 à 16:32 :
Mais qu'est ce que la modernisation selon Macron ? Il s'accapare ce terme, mais je le lui dénie. Il veut lancer la France dans une course poursuite vers des modèles toujours plus déshumanisants, mais ces modèles préexistent à son mouvement, donc là dessus rien de moderne. Par contre, on voit que la jeunesse de l'Amérique est en train de voter au primaire à plus de 70% pour un homme qui leur propose un modèle qui s'apparente au notre ! L'ennui en France, c'est qu'il y en a beaucoup qui sont plus royalistes que le roi, toujours dans l'excès, si en plus ils sont à contre-courant, qu'ils se mettent tous seuls dehors, et une, deux, une, deux !
a écrit le 11/04/2016 à 16:22 :
Point de vue très intéressant qui fait réfléchir... Mais mieux vaut un Macron en quête de pouvoir qu'un FN qui joue sur les votes de petites gens qui cèdent au penchant raciste..
Cette situation laisse songeur

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :