Engie et sa patronne Isabelle Kocher dans le viseur du pouvoir

 |   |  917  mots
Les relations entre Isabelle Kocher (en photo) et l'actuel hôte de l'Élysée n'ont jamais été simples.
Les relations entre Isabelle Kocher (en photo) et l'actuel hôte de l'Élysée n'ont jamais été simples. (Crédits : Reuters)
POLITISCOPE. Entre Macron et Kocher, ce n'est pas qu'une querelle d'ego, comme la presse l'a parfois rapporté. Le chef de l'État estime que, dans un domaine aussi stratégique que l'énergie, l'État a son mot à dire et doit rester le grand ordonnateur, au nom de la souveraineté. Ce mardi, doit se tenir un conseil d'administration qui pourrait acter un changement de gouvernance. Par Marc Endeweld, journaliste (*).

Les jours de la directrice générale d'Engie, Isabelle Kocher, sont-ils comptés à la tête du groupe énergétique ? Dans le petit Paris des affaires, et au sein de l'entreprise, c'est la question que tout le monde se pose depuis qu'un article de BFM Business a mis le feu aux poudres : « Le conseil d'administration s'oriente vers un changement de gouvernance », annonçait-il début décembre. Ce conseil de tous les dangers pour Isabelle Kocher, dont le mandat arrive à échéance en mai 2020, doit se tenir ce mardi 17 décembre.

Mastodonte

Le groupe français, issu d'une fusion menée tambour battant sous Nicolas Sarkozy entre GDF et Suez, dispose encore de quatre métiers dans l'énergie : la production d'électricité, les infrastructures gazières (terminaux de GNL, gazoducs et réseaux de distribution, stockage...), les services et le nucléaire en Belgique. Ce mastodonte représente ainsi 60 milliards d'euros de chiffre d'affaires et rassemble 170.000 salariés. Dans la distribution, Engie dispose d'un portefeuille de 10 millions de clients, hérités de Gaz de France. Ce profil intégré...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2019 à 8:45 :
"Le chef de l'État estime que, dans un domaine aussi stratégique que l'énergie, l'État a son mot à dire et doit rester le grand ordonnateur, au nom de la souveraineté"
Rien que cette phrase fait perdre toute crédibilité à l'article. La souveraineté de l'Etat ? Avec Macron ? Dans l'UE ? Personne n'y croit un instant...
a écrit le 18/12/2019 à 14:32 :
Les loups se bouffent entre eux, la preuve....
a écrit le 18/12/2019 à 12:05 :
"l'Etat a son mot à dire" : "Je sais, à mes yeux, je crois..." Qui croire en vérité? Elle ou lui?
a écrit le 17/12/2019 à 5:45 :
La fin de la république des copines car elle a fait exactement comme son prédécesseure laisser la politique des copinages et des réseaux
a écrit le 16/12/2019 à 14:45 :
Pour ma part, je pense que moins l'Etat a son mot à dire, mieux la France se porte! Mais j'ai bien peur de ne pas être suivie!
Réponse de le 19/12/2019 à 8:43 :
Vous avez raison d'avoir peur.
Surtout que des entreprises comme Airbus, France Télécom, Areva, ENGIE, EDF, championnes dans leurs domaines respectifs ont toutes été crées par...l'Etat !
Réponse de le 19/12/2019 à 8:43 :
Vous avez raison d'avoir peur.
Surtout que des entreprises comme Airbus, France Télécom, Areva, ENGIE, EDF, championnes dans leurs domaines respectifs ont toutes été crées par...l'Etat !
a écrit le 16/12/2019 à 13:39 :
C'est au nom de ce principe qu'en d'autres temps, où M. MACRON était ministre, la branche énergie d'alstom a été vendue à Général Electric. Les USA tiennent maintenant la France au creux de leur main par le transfert des droits sur les cuves des réacteurs équipant nos centrales nucléaires: il est impossible à EDF de les entretenir sans l'aval des américians
a écrit le 16/12/2019 à 11:29 :
Gaz de France vendu à Suez, pourquoi ? Par pure logique néolibérale, pour le bien-être des actionnaires.
Résultat des prix du gaz qui s'envolent et un réseau dans un piteux état.
a écrit le 16/12/2019 à 9:30 :
ah, j'oubliais
les socialistes pourraient recaser anne lavuvergeon, arnaud montebourg, segolene royal et najat belcassem pour diriger engie ( d'une main de fer, comme le veut l'usage chez tous ces bons democrates!)
ils ont fait leurs preuves ' dans les objectifs de nivellement qu'on leur a assignes conformement a ce que lenine ecrivait deja en 1920'
a écrit le 16/12/2019 à 9:27 :
la gauche a coule edf en rigolant et en lui demandant une fois que les caisses sont vides de reinvestir dans le nucleaire apres l'avoir interdit
maintenant ils veulent faire la meme chose avec engie
on en a pendu pour moins que ca...........
l'etat stratege socialiste, ca mene a la grande roumanie bienveillante de ceaucescu, developpement economique et democratie compris
Réponse de le 16/12/2019 à 11:24 :
@Churchill
.....Ça va pas mieux on dirait.
Ne désespérez pas
J'ai ouïe dire qu'un vaccin contre la "beaufitude" était en préparation.
Bientôt en vente dans toutes les bonnes pharmacies, le bien nommé" Beaufivax".
Remboursé par l'Etat socialiste. Bien à vous .
a écrit le 16/12/2019 à 8:39 :
L’État a son mot à dire oui mais l’État éclairé, puissant soucieux de servir les seuls intérêts de la nation, les LREM ne sont pas assez compétents pour conseiller qui que ce soit ou quoi que ce soit.

Quand on a comme objectif d'engraisser toujours plus les riches au détriment de la pays et de ses citoyens on ne peut du fait de son intervention qu’aggraver les situations. Tout ceux qui ne sont pas vos maîtres ne peuvent, à raison, que se méfier de vous.

JE comprends parfaitement les patrons qui ne veulent pas que ces comptables néolibéraux interviennent dans leurs affaires. Un serviteur ça fait pas un dirigeant.
a écrit le 16/12/2019 à 8:38 :
La confiance envers la "politique Macron" est sans cesse en train de baisser, et le régalien est bafoué par sa vente, de la France, a la découpe! Le stratégique n'est plus son soucis!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :