Quand l’État reprend en main EDF avec son projet « Hercule »

 |   |  2118  mots
Le 28 octobre 2019, à Bercy, le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, et le directeur général de l'entreprise d'État EDF, Jean-Bernard Levy, tiennent une conférence de presse pour présenter le rapport Folz, sur les problèmes de construction de l'EPR de Flamanville et plus globalement sur l'avenir de la filière nucléaire française.
Le 28 octobre 2019, à Bercy, le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, et le directeur général de l'entreprise d'État EDF, Jean-Bernard Levy, tiennent une conférence de presse pour présenter le rapport Folz, sur les problèmes de construction de l'EPR de Flamanville et plus globalement sur l'avenir de la filière nucléaire française. (Crédits : Reuters)
ENQUÊTE SUR LA FILIÈRE NUCLÉAIRE FRANÇAISE 1/4. La réorganisation d’EDF, présentée comme une opération décidée en interne, est portée depuis le début par l’Élysée. Le destin de l’électricien, surendetté, dépend plus que jamais de l’État, son principal actionnaire.

L'électricien national, EDF, est au pied du mur. Fin octobre, après la remise du rapport de Jean-Martin Folz sur les EPR, les réacteurs nucléaires de troisième génération, le gouvernement a sommé la direction du groupe public de fournir en un mois un « plan d'action ». Au sein de l'entreprise, les équipes ont donc mis les bouchées doubles pour présenter au gouvernement des solutions pour sauver ce grand paquebot et sa filière nucléaire (près de 69 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2018, plus de 150 000 salariés). Ce plan est censé répondre aux défaillances décrites par Jean-Martin Folz dans son rapport, concernant notamment les compétences internes ou la coordination avec les sous-traitants de la filière nucléaire...

Selon nos informations, la copie d'EDF devrait être présentée au gouvernement la semaine prochaine. Preuve que le dossier est sensible : nos interlocuteurs - salariés de l'entreprise, syndicalistes, anciens cadres dirigeants, professionnels du secteur de l'énergie, hauts fonctionnaires - ont tous exigé l'anonymat. Interrogée lors de notre enquête sur la réorganisation du groupe et la filière nucléaire, la direction de communication d'EDF a préféré décliner toute interview : « Nous ne faisons pas de commentaire sur ce sujet qui est encore en cours de discussion et sans décision prise. »

Libéralisation du marché

Cela fait des mois que Jean-Bernard Lévy, PDG du groupe, dont le mandat a été renouvelé par Emmanuel Macron en février dernier, est sous pression. Le grand patron est régulièrement ballotté par les déclarations tonitruantes de Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, qui avait demandé cet été de faire « toute la transparence » sur l'EPR et « sur les dérives » de la filière nucléaire, ou par celles d'Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, qui expliqua, lors d'une interview, que ce n'était « pas une lubie de parler d'un scénario 100 % renouvelable » après 2035.

Pour EDF, dont l'État est aujourd'hui actionnaire à 83,7 %, les défis à relever sont immenses. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : déjà plombé par 37 milliards d'euros de dettes, le groupe accumule les mauvaises nouvelles avec l'explosion des coûts de ses chantiers EPR de Flamanville et de Hinkley Point, en Angleterre, qui s'élèvent à 12,4 et 24 milliards d'euros. Ce ne sont pas les seules dépenses auxquelles EDF va devoir faire face : la construction de six EPR supplémentaires annoncée en octobre s'élèverait à 46 milliards d'euros, et le coût global du « grand carénage » visant à allonger la durée de vie des centrales existantes est, lui, estimé à 100 milliards d'euros, selon la Cour des comptes. « Pour assurer de telles dépenses, il manque à EDF 6 milliards par an. Une équation impossible », décrypte un cadre. Une situation en partie héritée du sous-investissement que l'électricien français a connu à partir de la fin des années 1990, période où, pour ne rien arranger, avaient été décidées des baisses des tarifs, alors que le marché de l'énergie commençait à être libéralisé.

C'est dans ce contexte difficile que l'Élysée a décidé d'imposer une réorganisation du groupe public à la direction d'EDF sans même attendre les propositions du management interne à l'électricien. Dévoilé par Le Parisien au printemps, ce projet secret, surnommé « Hercule », consisterait à séparer le groupe en deux entités : EDF Bleu, public, pour porter la dette nucléaire, et EDF Vert, privatisé et coté en Bourse, pour financer la transition vers les énergies nouvelles. Depuis les premières fuites dans la presse, les communicants ont expliqué que ce projet avait été proposé par la direction EDF. Il n'en est rien. En réalité, Hercule est porté depuis l'origine par les plus hautes instances de l'État, Élysée en tête. Ce projet s'apparente, selon ses détracteurs, à un « démantèlement » du groupe, pour ses supporters, à une simple « filialisation » des activités commerciales et des énergies renouvelables.

À terme, cette opération permettra d'ouvrir plus largement aux investisseurs privés le capital de la future entité EDF Vert, filiale de la ­maison mère, surnommée EDF Bleu, et qui deviendrait, elle, 100 % public. Présentée par ses partisans comme une solution miracle pour remettre d'équerre le groupe, ses détracteurs s'interrogent sur la finalité de cette restructuration qui, au final, ne répond ni aux besoins réels de financement du groupe, ni à la nécessité d'imaginer son avenir industriel.

Brainstorming élyséen

De fait, avant d'être reconduit, Jean-Bernard Lévy était lui-même opposé à un tel projet qui revient à mettre en cause le caractère intégré du groupe EDF, alors que celui-ci rassemble jusqu'à aujourd'hui en son sein activités de production, de distribution et de réseaux. Lors d'une rencontre entre représentants syndicaux et direction, qui a eu lieu le 20 juin dernier, au siège du groupe à Paris, le PDG a d'abord présenté Hercule comme une commande issue du plus haut niveau : « Le président de la République m'a demandé de travailler à la réorganisation des actifs. »

En octobre pourtant, la direction du groupe annonçait un report d'Hercule pour le printemps. Loin de signifier un abandon du projet - le 29 janvier prochain, les actionnaires salariés sont convoqués à une présentation d'Hercule -, cette décision est à la fois tactique et politique, une manière de contourner le prochain conflit social sur les retraites ainsi que les prochaines échéances politiques : « Des signaux clairs ont été envoyés aux syndicats du groupe. Macron est bien décidé à mettre en place Hercule après les municipales. Et quiconque s'y opposerait verrait sur lui s'abattre les foudres de Jupiter ! », s'inquiète un cadre.

Cette volonté présidentielle est en réalité ancienne : en coulisses, le brain­storming élyséen sur Hercule a débuté dès les premiers mois du quinquennat. Tout s'accélère à l'été 2018. Une fuite de l'APE, l'Agence des participations de l'État, au magazine Challenges évente les premières réflexions. Quelques jours plus tard, Jean-Bernard Lévy semble particulièrement irrité de ne pas y avoir été associé : « C'est le privilège de l'actionnaire majoritaire d'EDF, l'État français, de regarder si la structure actuelle des actifs est optimisée afin de répondre aux attentes que l'État pourrait avoir au regard des missions d'EDF », déclarait-il. À cette époque, le pouvoir envisage de séparer EDF en trois entités différentes, en regroupant le gestionnaire de réseau RTE et la distribution avec Enedis. Plusieurs représentants syndicaux sont reçus à l'Élysée par des conseillers : « On envisage une scission », annoncent-ils. Emmanuel Macron est tenté de passer en force, dès l'automne 2018. L'actualité politique en décidera autrement, entre l'affaire Benalla et le mouvement des « gilets jaunes ».

C'est en fait dès 2015 que le futur président de la République, alors ministre de l'Économie, est influencé par plusieurs acteurs sur le dossier EDF. ­Messier Maris est alors la banque conseil de l'État sur le démantèlement d'Areva, et y officie l'ancien PDG d'EDF, François Roussely. Ce dernier explique à Emmanuel Macron que l'électricien doit devenir le chef de file du nucléaire français, et que les contrats d'État à État dans ce domaine si sensible vont se généraliser sur le marché international. À la même époque, une note produite par Rothschild & Co conseille également la scission d'EDF. Lors d'une audition à l'Assemblée nationale en mars 2016, l'actuel chef de l'État déclarait ainsi que « le statut d'objet coté du nucléaire français [n'était] pas satisfaisant », et qu'une évolution pourrait consister à « rompre le lien entre les activités dans le domaine du nucléaire en France et le reste du groupe ». Macron évoquait alors l'idée d'une scission, tout en rappelant « dans l'entreprise, chez les salariés et les dirigeants, une volonté forte de maintenir l'intégrité du groupe ». À l'époque, il concluait son intervention sur la difficulté de mettre en œuvre un tel schéma qui « impliquerait [...] un démantèlement » d'EDF.

Aujourd'hui, le pouvoir macroniste est bien plus offensif. Sa stratégie ? Convaincre chaque acteur en avançant un argument allant dans son sens pour justifier l'utilité de la scission. Aux syndicats, et notamment à la puissante CGT, il a été expliqué dans un premier temps que cela permettrait de relancer la filière nucléaire et d'en assurer son financement. « D'où la petite musique sur la construction de nouveaux EPR. C'est la carotte du gouvernement », ironise un syndicaliste CGT qui n'est pas dupe de la manœuvre. À la direction d'EDF, l'Élysée promet une meilleure régulation du prix de l'électricité en faveur d'EDF alors qu'Alexis Kohler, le secrétaire général, négocie depuis cet été avec Bruxelles sur la réforme de l'Arenh (lire ci-dessous). Quant aux concurrents de l'électricien public, ils sont ravis : si le projet aboutit, EDF Commerce, logé dans « EDF Vert », n'aura plus d'accès privilégié à la production du groupe. « Tout le monde a des raisons d'être d'accord. On a du mal à être audible dans ce contexte », déplore un opposant à la réforme. Ajoutant : « Dans ce schéma, on laisse au secteur privé les activités régulées d'EDF, comme Enedis, Dalkia, l'outre-mer, ou EDF ENR ! Les marchés financiers vont être contents. »

Des marges de manœuvre de plus en plus réduites

Cette logique financière qui prend le pas sur le projet industriel est dénoncée par un ancien cadre dirigeant du groupe public : « N'oublions pas qu'historiquement le parc nucléaire français a été construit et financé par EDF. Le risque a été porté par l'usager. C'est le tarif qui finançait les investissements. Aujourd'hui, il est porté par les contribuables. » Mais c'est surtout la perspective de voir disparaître un groupe EDF intégré qui inquiète ce spécialiste du secteur : « On est en train de détruire la cohérence du système. » Dans l'énergie, avoir la maîtrise des réseaux est stratégique. Si le nucléaire favorise une centralisation du système, les énergies renouvelables, au contraire, ont besoin d'une décentralisation.

Autre conséquence négative, selon un haut cadre, les marges de manœuvre de la direction du groupe sont de plus en plus réduites : « Ces dernières années, on a libéralisé l'énergie, mais finalement EDF n'a jamais été autant sous la tutelle de l'État. » Peu à peu, l'entreprise a perdu son autonomie, et la scission risque de renforcer cette dépendance : depuis 2015, l'État a déjà injecté 3 milliards d'euros sous forme d'augmentation de capital d'EDF et a renoncé à 4,5 milliards de dividendes. Au sein du groupe, la nomination récente d'un non-ingénieur à la tête de la direction du parc nucléaire, chasse gardée des polytechniciens, est un signe supplémentaire de cette tutelle renforcée de l'État : présenté par l'un de ses amis comme « un sauveur, un peu comme un Christian Blanc à Air France », Cédric Lewandowski, en fait le numéro 2 du groupe, a effectivement un profil très politique (il fut le directeur de cabinet de Jean-Yves Le Drian quand ce dernier était ministre de la Défense). Cet homme à poigne connaît néanmoins très bien EDF pour avoir été le chef de cabinet de François Roussely. À ses côtés, un nouveau chargé de mission : Thierry Knockaert, lui aussi un proche de l'ex-PDG favorable au projet Hercule. « Roussely continue de passer des coups de fil », nous confirme d'ailleurs un syndicaliste.

Mais l'Élysée peut compter au sein d'EDF sur la présence du financier Aymeric Ducrocq, comme directeur Investisseurs et Marchés, ex-camarade d'Emmanuel Macron à l'ENA, et ancien de l'APE ayant eu en charge la cession d'Alstom Énergie au géant américain General Electric. Chez EDF, il a assuré l'acquisition d'Areva NP (devenu Framatome).

Reste que plusieurs questions sont sans réponse, concernant notamment les finances du groupe : où sera logée la dette qui atteint 37 milliards d'euros sans compter les investissements nucléaires à venir ? Quid du régime des concessions Enedis auprès des collectivités locales alors que le gouvernement envisage une régionalisation du système de distribution d'électricité qui serait refusionné avec les réseaux de gaz (GRDF) ? Bruxelles va-t-elle accepter d'éventuelles aides d'État, et à quelles conditions ? Enfin, la relance d'un programme nucléaire passera-t-il par l'appoint d'investisseurs étrangers, notamment chinois, comme pour le projet Hinkley Point ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/12/2019 à 19:39 :
Le projet Hercule ressemble aux scissions opérées à la SNCF il y a quelques années , qui consistent à socialiser les pertes et à privatiser les bénéfices (offerts à la concurrence ouverte). De fait, ces entreprises publiques se trouvent face à un mur de dettes accumulées, mais dans le cas d'EDF, le constat fait par cet excellent article est glaçant, car il s'agit en premier lieu de la sécurité de la population. Laquelle est très mal informée par l'établissement public qui ne veut pas communiquer sérieusement. Pourtant le premier ministre E.Philippe est un ancien d'Arèva .Un état dans l'état donc. Pas de pub pour les surcoûts énormes des EPR finlandais et anglais, que les contribuables français doivent éponger. Bien d'autres problèmes très graves, peut être évoqués dans les prochains articles. Faillite complète des "élites" .
a écrit le 14/12/2019 à 14:49 :
Le public pour porter la dette... Vivement la retraite a 70 ans pour les français.
a écrit le 13/12/2019 à 14:49 :
Précisons en effet :

-le rendement dont je parle ce n'est pas 1/3 pour tout le monde bien sûr que non ,c'est:

1) 30% pour le nucléaire (car il fonctionne à basse température ..vous avez dit Carnot?)
2) 45 % pour les centrales à charbon nouvelle génération (haute To)
3) 58 % en électricité et 90% au total en récupérant l'eau chaude pour les cycles combinés à gaz naturel
En comparant 1 ,2 ,3 on trouve pour 1 kwh électrique :2,33 kwh thermiques rejetés pour le nucléaire et 1,22 pour le charbon , pour le gaz 0,10 ...

-le nucléaire réchauffe la planète a) en émettant les quantités les plus importantes de chaleur , b)mais aussi par effet de serre , car la vapeur d'eau a un effet de serre , moins important que le CO2 , mais conséquent tout de même

-le nucléaire pompe 57 % de l'eau douce en France , mais miracle de l'atome :
il la restitue , bravo !!!Hier soir j'ai pris une douche , moi aussi j'ai restitué mon eau , mais sans Tritium, ni phosphates , nitrates , cuivre , cadmium , métaux lourds de toutes sortes...le nucléaire est un pollueur majeur de nos fleuves en plus d'être un pollueur radioactif

Pas étonnant que le monde entier tourne le dos au nucléaire : c'est plus cher , ça réchauffe et ça pollue, mais ....ça rapporte à quelques uns et quelques unes .
a écrit le 13/12/2019 à 9:49 :
Les chiffres que nous donne Cmaxime sont sortis de la bouche d'un ministre français et ne correspondent à aucune statistique:400 à 600 g de CO2 ne veut rien dire , et encore il faudrait donner l'année , les champions du nucléaire oublient toujours l'année .

Toutes sources confondues:

En 2018 l'Allemagne a émis 866 Mt de CO2 , la France 460 Mt
En 2020 l'Allemagne 750 Mt , la France 448 Mt

Quant au nucléaire il ferme partout , y compris en France (FSH 1 et 2 ),

de 17,5 % en 1996 sa part dans l'électricité mondiale est passée à 10 % en 2018 , normal c'est l'électricité la plus chère au monde et celle qui réchauffe le plus la planète avec son eau chaude: pour chaque kwh d'électricité produite , 2,33 kwh thermiques sont rejetés dans l'atmosphère et les fleuves.

Et le nucléaire pompe 57 % des ressources prélevées en eau douce de la France
(source EDF)
Réponse de le 13/12/2019 à 10:48 :
quelques précisions me semblent nécessaires ...

1) le rendement thermique dont vous parlez (1/3 de production électrique 2/3 de production calorifique) est lié au rendement de carnot de toute production électrique dans une turbine ... il s'applique donc également aux centrales charbon et gaz (ce n'est pas une spécificité du nucléaire)

2) Vous comparez abusivement ("celle qui réchauffe le plus la planète") la production calorifique au moment de la production électrique à celle liée au forçage radiatif du à la génération supplémentaire des gaz à effet de serre qui eux perdurent dans l'atmosphère pendant 50 à 100 ans. Ou sont les éléments chiffrés qui vous permettent d'écrire celà ? Le nucléaire ne produit pas de gaz à effet de serre ...

3) et si le nucléaire à besoin d'eau douce ce n'est pas pour la consommer ou la détruire ... c'est juste pour son refroidissement et cette eau est intégralement rendue en aval du site avec juste 1 ou 2 °C de plus ...
a écrit le 12/12/2019 à 18:07 :
Enfin un article qui donne des chiffres réalistes:

les 37 milliards de la dette ,41 milliards en fait car il faut rajouter les obligations hybrides qui ont été abusivement classées dans la rubrique capital.
les 100 milliards du grand carénage qui ne se fera pas en totalité , mais il faudrait y ajouter 80 à 100 milliards pour le démantèlement qui lui ne se fera pas du tout , EDF et l'état en sont à débuter le démantèlement des centrales graphite-gaz arrêtées il y a 30 ans , alors les centrales actuelles ...elle seront abandonnées en l'état comme le fut la Ligne Maginot.

Tout ça c'est le passé , l'avenir est bien plus grave , l'état et EDF ont laissé passer le train des énergies renouvelables qui représentent par exemple 46 % de l'électricité en Allemagne :

dimanche dernier l'Allemagne a payé ses clients qui voulait de l'électricité supplémentaire (marché spot ) et pour la 1ère fois ce fut de même en GB:la raison ?Les vents forts qui ont conduit à une montée de la production éolienne...Au même moment la France vendait à ...zéro euro/mwh , quand on sait que le coût du nucléaire c'est 55 euros/mwh aïe
Réponse de le 12/12/2019 à 21:12 :
Tu aimes le model allemand avec ces 400g a 600g de co2/kWh ou le modem Français avec ces 60g de co2/ kWh ? Ou est l'urgence tuer la filiaire nucléaire francaise ou lutter contre le réchauffement climatique ?
a écrit le 12/12/2019 à 14:39 :
EDF se sert de l'acquis de ses années de monopole puis quasi monopole pour mieux cerner ses assujettis au profit de la caste CGT qui constitue son noyau dur, en renforçant sa puissance de nuisance pécuniaire.
nb sans oublier de créer une concurrence factice et lancer ici et là quelques gadgets pour faire bonne mesure
a écrit le 12/12/2019 à 12:22 :
La solution la plus simple et la plus équitable ne serait-elle pas tout simplement de laisser à EDF la gestion de ses centrales nucléaires (dans le respect des normes et obligations sécuritaires) en terme de financement, de démantèlement, ... mais aussi de commercialisation de l'électricité produite !!
On ne peut en effet demander à EDF de financer les coûts du nucléaire, mais ne pas laisser EDF profiter des marges possibles sur sa production d'énergie, en obligeant l'entreprise à brader l'électricité nucléaire à ses concurrents !!! ... pour moi, c'est une simple logique !
a écrit le 12/12/2019 à 6:45 :
Ou comment casser un système qui fonctionne quand on veut se débarrasser de son chien on dit qu'il a la rage
Bruno Lemaire dans toute sa médiocrité
Réponse de le 12/12/2019 à 9:28 :
Voilà ce que j'appelle faire l'autruche. Une affaire qui marche est une affaire en déficit qui accumule les dettes ?
Heureusement que vous ne dirigez pas une entreprise !
S'il n'y avait pas la garantie de l'état il y a longtemps qu'edf serait en faillite
Serge Rochain
a écrit le 12/12/2019 à 3:28 :
"Ou sera logee la dette ..."
Mais ce sont les francais qui vont se faire un plaisir de s'en occuper sous forme de nouvelles taxes et impots divers..
a écrit le 11/12/2019 à 18:52 :
Prix qui correspndent a ses couts? Salaire moyenne a EDF = €60.000. Oui. C'est pas vraiment beaucoup 400.000 FF mais la reste du pays ne gagne que 200.000 FF en moyen.

Et la technologie nucleaire est assez intelligent que de bruler les diamants pour faire bouillir de l'eau. C'est possible oui. Comme disait Einstein "nuclear power is one hell of a way to boil water".
a écrit le 11/12/2019 à 17:42 :
Quel Bordel, Quelle Décadence, Quels Incompétents Quelle Faillite,
les girouettes !

Toutes ces conneries pour toujours beaucoup plus de Dette Publique :

Reprise de la dette de l'hôpital de la SNCF EDF etc.….
a écrit le 11/12/2019 à 14:18 :
Bonjour,
pour en être arriver à la situation actuelle il n'y a que des hauts fonctionnaires capables d'un gachis pareil.
Premier acte, pour couler l'entreprise on commence par l'empêcher de FIXER DES PRIX QUI CORRESPONDENT A SES COUTS, ce qui est la base de la base. On a donc une dérive financière qui s'installe.
Deuxième acte, comme les HFs sont brillants et qu'EDF est encore debout, continuons, on oblige à vendre l'électricité à des concurrents là aussi à des prix administrés parce que sinon l'éolien ou le solaire ne sont pas rentables et personne ne voudrait y aller. Et ils ne sont pas rentables pour des raisons physiques (de science quoi). La dérive s'aggrave ...
Troisième acte, on décide au niveau de l'état de forcer la construction d'EPR dont on ne veut pas en interne car jugé trop risqué, trop complexe. On aggrave encore la situation.
Quatrième acte, on fait peser une incertitude sur la filière et on encourage la sous traitance à tout va histoire de détruire le socle de compétences historiques.
Cinquième acte, HERCULE, pour finir de détruire complètement EDF.
Les brillants HFs ont encore une fois bien compris les choses, on touche à la sécurité énergétique du pays là, avec des objets qu'on appelle des centrales nucléaires qui sont des objets extrêmement pointus dont un acteur privé ne peut avoir de visions sur des décennies.
Evidemment des gens qui ne pannent rien à l'énergie comme Rotschild fleurent bon les commissions et opérations financières bien juteuses et on écoute leurs conseils avisés, vous me direz qu'on est entre gens compétents n'est-ce pas ?
Ca va forcément bien se passer encore une fois ... La France va connaître des blackouts comme en Californie, c'est écrit.
Réponse de le 11/12/2019 à 15:30 :
Robert O Paxton indiquait dans la France de Vichy que la catastrophe de 1940 était en partie celle de nos élites, et bien nous y sommes.. Solution: supprimer Sciences Po et l'ENA..
Réponse de le 11/12/2019 à 16:15 :
Le secteur de l'énergie est le domaine réservé du puissant et prestigieux corps de mines ( et non de l'éna et sciences po comme l'écrit albert ) et cela depuis au moins 60 ans époque où il a été décidé d'investir dans le nucléaire pour notre indépendance ( chère à de Gaulle ) énergétique .
Pour info l'éna n'existait pas sous Vihy et ce sont des polytechniciens qui appartiennent au corps des mines !!!
Réponse de le 12/12/2019 à 11:56 :
Cher Idx j'entends bien cependant dans ce bouquin (à lire et à relire) c'est l'ensemble des élites qui sont citées, des magistrats aux grands corps en passant par les préfets avec parfois des noms et circonstances. Mention particulière pour deux établissements : " A la libération on a voulu détruire les chapelles des hauts fonctionnaires, et l'on a bâti une cathédrale dira André Passeron " à comparer au cursus du patron de Siemens. Chez nous des pantoufles chez eux des Pros – Triste.
a écrit le 11/12/2019 à 11:30 :
L'Elysée ou le palais d'Hercule. Il ne s'agit que d'un Hercule financier qui reprend au nom du contribuable toutes les dettes des entreprises nationales et des établissement publics. EDF qui a sauvé tous ses fournisseurs dont AREVA et Alstom doit maintenant être sauvé par l'Etat Mais la gestion reste indéfiniment polluée par les ambitions des fonctionnaires: diviser pour mieux régner.
a écrit le 11/12/2019 à 10:46 :
Avec une telle dette en cours et à venir, je ne vois pas comment le "contribuable" va pouvoir s'en sortir. C' est une fuite en avant mortifère ce nucléaire, ça finira en cessation de paiement.
a écrit le 11/12/2019 à 9:13 :
Les russes avec leur petit réacteur paquebot ont montré la voie, dommage que cela ne vienne pas de la France dont le secteur a été ravagé par la corruption entre politiciens et hommes d'affaires qui l'a anéanti.

Avec un gouvernement aussi perméable aux intérêts des marchés financiers je vois mal comment ce secteur va pouvoir être sauvé s'ils continuent d’appliquer la feuille de route de l'oligarchie financière.

Soit les LREM pensent enfin contre eux et avancent d'un bond soit ils continuent de servir les intérêts de ceux qui n'ont rien à faire de la planète et de son humanité de ceux qui ne penset qu'à alimenter les comptes de leurs paradis fiscaux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :