Il faut sauver nos transports en commun !

 |   |  676  mots
François Durovray.
François Durovray. (Crédits : CD91)
OPINION. La facture ne saurait être reportée sur le dos des usagers dont le pouvoir d'achat est déjà fébrile ou sur celui de leurs employeurs tout autant impactés par la crise. Par François Durovray, président du département de l'Essonne, administrateur d'IDF Mobilités et président de la commission Mobilités de l'Assemblée des départements de France (ADF).

L'heure des comptes a sonné pour bon nombre d'entreprises pour évaluer les conséquences de la crise sanitaire. Au sortir du conseil d'administration d'Île-de-France mobilités ce mercredi 10 juin, le verdict était sans appel : les pertes liées à la Covid-19 sont évaluées à 2,6 milliards d'euros. La facture ne saurait être reportée sur le dos des usagers dont le pouvoir d'achat est déjà fébrile ou sur celui de leurs employeurs tout autant impactés par la crise, en augmentant le tarif du pass Navigo. Pourquoi l'Etat, qui a su aller au chevet de nos grandes entreprises de transport aérien ou automobile, ne soutiendrait pas un établissement public -dont il est d'ailleurs actionnaire -au service de 9,5 millions voyageurs au quotidien ?

Lire aussi : Reprise économique: les transports publics refusent d'être les dindons de la farce

 Comment comprendre cette position alors que les transports en commun sont aussi une réponse aux embouteillages qui ankylosent chaque jour la capitale et sa banlieue mais aussi et surtout à la pollution ? Nous ne pourrons faire de notre région Île-de-France un territoire exemplaire en matière de transition écologique sans des transports en commun performants.

Pourtant, ces transports sont à bout de souffle. Souvent vétustes, ils souffrent d'un manque d'investissement cruel depuis plus de trente ans alors qu'ils sont de plus en plus empruntés, en raison de la croissance démographique que connaît l'Île-de-France. La question des mobilités y est donc préoccupante, avec un temps de transport deux fois plus long qu'ailleurs en France : 1h30 chaque jour en moyenne! Cette problématique touche notamment la Grande couronne et mon département, l'Essonne, en particulier. En effet, ici, pas de métro ni de Transilien, seules des lignes de RER, saturées, car le territoire accueille 16000 habitants de plus chaque année.

Une situation ubuesque

Les RER sont sous perfusion depuis des années et leur modernisation est aujourd'hui condamnée sur l'autel du Grand Paris express. J'ai toujours soutenu ce projet visant à désengorger la capitale, à la condition que les réseaux existants restent entretenus. Ce n'est pas le cas. J'en veux pour preuve le retard annoncé sur l'automatisation des RER B et D. Encore un coup porté aux usagers, alors même qu'IDF Mobilités a commandé de nouvelles rames de train, pour un montant de 2 milliards d'euros. Des rames plus confortables, climatisées qui doivent être livrées entre 2021 et 2026 et qui portent la promesse d'être plus régulières. En effet, elles seront adaptées au système d'exploitation Nexteo que la SNCF et la RATP doivent installer à partir de 2026. En réduisant l'espace entre les trains, cet outil permettra ainsi d'augmenter la fréquence des trains et de transporter plus de voyageurs. Mais les engagements ne seraient pas tenus, faute de pouvoir mener de front ce chantier avec celui du Charles de Gaulle Express... Demain, nous pourrions donc arriver à une situation ubuesque dans laquelle les nouveaux trains fermeront la porte au nez des voyageurs sur le quai, comme c'est le cas aujourd'hui, car le réseau est saturé et les rames bondées à craquer!

La situation n'est plus acceptable, alors même que le RER D transporte à lui seul deux fois plus de passagers que tous les TGV de France ! Les transports en commun en Île-de-France sont une insulte à tous les habitants de Petite et Grande couronne qui empruntent ces lignes dans des conditions déplorables. Il faut donc que l'Etat réponde à l'enjeu des mobilités en Île-de-France, en sauvant ses transports en commun.

C'était le vœu formulé par les élus réunis ce mercredi par le CA d'IDF Mobilités présidé par Valérie Pécresse. Ce sera celui de la prochaine Assemblée départementale de l'Essonne qui adoptera aussi une motion en ce sens. Dans une Région qui crée 700 milliards d'euros de richesses par an, il ne serait pas indécent en effet de consacrer quelques milliards d'euros pour résoudre le premier problème de ses habitants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2020 à 19:50 :
Le transport des communs.
a écrit le 12/06/2020 à 18:18 :
Les transports en communs devrait être gratuit sur l'ensemble de notre territoire national et aussi il faut arrêter de porter les masques le covid est passer et la conneries avec maintenant c'est la catastrophe économiques qui nous guettent
Réponse de le 21/06/2020 à 18:12 :
30 000 morts en France, et ce n'est pas fini !!!!
Propos irresponsables et irrespectueux
a écrit le 12/06/2020 à 15:01 :
Arretons de financer ces TC!. Un gouffre totalement non fiable.
En plus, un haut lieu de contamination avec COVID ou autre. Financer la promiscuite, c'est jeter l'argent par la fenetre. Ceux qui les utilisent qu'ils le payent. Il faut financer au meme niveau les autoroutes et les automobilistes.
a écrit le 12/06/2020 à 12:13 :
Pour traiter un problème, être efficace il faut traiter la cause et non les conséquences qui ne font qu'empirer
La cause la concentration des entreprises : le pire exemple le quartier de la défense. Il oblige des millions d'employés à traverser Paris et autres villes avoisinantes pour venir puis repartir aux mêmes heures à leur lieu de travail. Stupide. Les décideurs français sont à ce point moutonniers. Hélas !
Réponse de le 12/06/2020 à 14:27 :
tout a fait, la solution n est pas tant d investir dans les TC que de faire que les gens ne soient pas contraint de s entasser a paris!
autrement dit, l argent du contribuable doit plutot etre utilise pour faire du teletravail et installer la fibre optique dans l aveyron que dans une rame de RER !
a écrit le 12/06/2020 à 12:01 :
"La facture ne saurait être reportée sur le dos des usagers" : Dès la première phrase, l'auteur de cet article montre son manque de réalisme : Et bien si, quand on utilise un service, quel qu'il soit, on en paye le prix. Ça fait des années qu'on subventionne à tout va les transports en commun en IDF. Dernière "bonne idée" en date, le tarif unique Métro/RER, comme ça, les gens à deux stations de métro de leur travail, payent pour ceux qui habitent en banlieue lointaine. Résultat de cette politique de bisounours : Les travailleurs se sont éloignés de leur lieu de travail, et les entreprises se sont éloignées des lieux d'habitation. D'où l'engorgement actuel des transports en commun, et la dépendance accrue de toute l'IDF à l'offre de transports en commun.
Réponse de le 12/06/2020 à 13:50 :
Eh bien que les acheteurs de voitures paient le prix de leur voiture, au lieu d'être subventionnés à hauteur de plusieurs milliers d'euros de primes à titre individuel + à hauteur de plusieurs milliards par l'Etat pour l'entreprise.
a écrit le 12/06/2020 à 9:41 :
Les TC sont déjà largement subventionnés ! Qu'on arrête de mettre le contribuable à contribution ! Il y a bien d'autres solutions, qui permettent d"éviter la promiscuité, néfaste en temps de Covid. Par exemple, la moto (ou scooter)... Marre de soutenir l'idéologie du TC.
a écrit le 12/06/2020 à 9:38 :
Les "rentiers" ont toujours travaillé avec la méthode de "la terre brûlé" afin d'éliminer la concurrence et le retour en arrière et ils continuerons a agir ainsi tant que l'on n'interdira pas la rente!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :