Reprise économique : les transports publics refusent d'être les dindons de la farce

 |   |  768  mots
(Crédits : BENOIT TESSIER)
Dans un courrier adressé au président Macron et que La Tribune a pu lire, les élus du groupement des autorités responsables de transport (GART) plaident pour un plan de relance dédié. Sans quoi, ils "ne comprendraient pas que les transports du quotidien, sans lesquels aucune reprise économique ne sera possible, soient laissés de côté".

Il n'en démord pas. Après avoir écrit au Premier ministre le 10 avril dernier avec quatre associations d'élus - AdCF pour les intercommunalités, AMF pour les communes, France urbaine pour les métropoles et Régions de France -, le président du groupement des autorités responsables de transport (GART) a pris sa plume pour interpeller Emmanuel Macron sur les conséquences financières de la crise pour le transport du quotidien.

Lire aussi : Gestion du Covid-19: les métropoles demandent une meilleure écoute de l'État


Dans ce courrier daté du 20 mai, que La Tribune a pu lire, Louis Nègre explique au président de la République que "les collectivités locales vont donc faire face, très rapidement, à un déficit de ressources qui va se chiffrer, à la fin de l'année en cours, à près de deux milliards d'euros en termes de versement mobilité (VM) et à plus deux milliards d'euros pour ce qui est de la baisse des recettes tarifaires".

...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/05/2020 à 8:38 :
Il est plus que temps de prendre des mesures fortes pour régler une fois pour toutes les gabegies des sociétés de Non-Service public. Actons enfin la fin de la SNCF et son démantèlement, et l'ouverture large à la concurrence; certaines lignes ne sont pas assurées, mais elles sont non rentables, sont abandonnées en catimini année après année, et nous ne repousserons l'inéluctable que de quelques années à grand coup de milliards. Cet argent peut-être utile ailleurs. Je crois que les français le comprendraient. Et l'argument "je sauve ma planète" à faire rouler des trains vides n'est probablement que peu opposable.
a écrit le 26/05/2020 à 3:11 :
Ça fait des années que les transports en commun ne sont pas payés par les usagers à leur vrai prix. Combien de temps va encore durer cette politique suicidaire ?
Réponse de le 26/05/2020 à 7:46 :
Ça fait des décennies aussi que l'état a organisé la désindustrialisation du pays et donc la reconfiguration des territoires , qui ont abouti à éloigner toujours plus les gens de leur lieux de travail. Sans compter le dossier de l'immobilier/loyers qu'aucun gouvernement ne veut résoudre.
Donc, oui les transports ne sont pas payés à leur juste coûts. Mais on n'en serait peut-être pas là si les politiques n'avaient pas abandonné l'intérêt général, et surtout le quotides français . Quelque part c'est un juste retour des choses. Et la solidarité nationale sert aussi à ça.
a écrit le 25/05/2020 à 19:25 :
Ok, mais discutons aussi ponctualité, fiabilité et fonctionnalités.
a écrit le 25/05/2020 à 17:26 :
Mais par contre les milliards pleuvent sur l'économie aérienne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :