Impôt : un allègement symbolique, et après ?

 |   |  993  mots
François Hollande assure que la transition énergétique ne passera pas par une hausse des taxes. Mais le parlement a voté cet été une trajectoire pluri-annuelle de forte hausse de la taxe carbone
François Hollande assure que la transition énergétique ne passera pas par une hausse des taxes. Mais le parlement a voté cet été une trajectoire pluri-annuelle de forte hausse de la taxe carbone (Crédits : © Philippe Wojazer / Reuters)
François Hollande promet désormais une baisse d'impôt en 2016, "en faveur des classes moyennes". L'allègement -de l'impôt sur le revenu, probablement- sera surtout symbolique. Il serait financé par une baisse des cotisations familiales moindre que prévu. Pas de quoi révolutionner la fiscalité.

Quelle crédibilité ? Les Français vont-ils croire François Hollande annonçant de nouvelles baisses d'impôts pour 2016 ? C'est peu dire que l'exécutif reste à la peine sur le sujet : sa communication semble susciter, au mieux, le scepticisme. A raison ?
Dès son arrivée au pouvoir, la majorité actuelle a peiné à communiquer sur sa politique fiscale. Pourtant, tout avait été préparé, et même pour une grande part annoncé par François Hollande lui-même : dès la fin janvier 2012, plus de trois mois avant son élection, le candidat socialiste avait annoncé la couleur, détaillant 30 milliards d'euros de hausses d'impôts. Ceux qui ont été surpris auraient dû accorder plus de crédit à cette « promesse » de campagne.

Ayrault se fait traiter de menteur

Mais quand Jean-Marc Ayrault affirme devant les téléspectateurs, à la rentrée 2012, que 90% des Français sont épargnés par la hausse des impôts, il se fait immédiatement traiter de menteur par la presse, quasi unanime. S'agissant des impôts directs, cette affirmation était pourtant exacte, si l'on voulait bien oublier la fin de l'exonération des heures supplémentaires -qui n'avait rien d'un sujet mineur, il faut bien l'admettre.

Le gouvernement a eu beau évoquer le ras le bol fiscal et affirmer vouloir réorienter sa politique dès la rentrée 2013, rien n'y fait : personne n'y croit ! Il faut dire que ce tournant concernait les décisions de politique fiscale à prendre, et non celles déjà votées : la hausse de la TVA, approuvée par le parlement fin 2013, est entrée en vigueur début 2014, alors même que François Hollande avait engagé la « pause fiscale ». Sans parler de la réforme des retraites, qui prévoyait une hausse progressive des cotisations sociales, ou de la montée en puissance de la taxation écologique, qui continue : le chef de l'État a beau affirmer le contraire, qu'il n'est pas question d'augmenter les impôts pour réorienter les usages polluants, c'est bien ce qu'il a fait voter, avec la contribution climat énergie.

 Une taxe carbone en forte augmentation?

Et le gouvernement a laissé passer cet été -avec l'approbation publique de Ségolène Royal- un amendement des Verts fixant une trajectoire pour cette « taxe carbone » : elle serait plus que doublée d'ici 2020, passant de 22 euros la tonne en 2016 à 56 euros. Qui dit vrai? Ségolène Royal devant la représentation nationale, pour satisfaire les Verts et le PS qui défendent la hausse de la taxe carbone, ou François Hollande qui assure ce jeudi, devant la presse, qu'il n'est pas question que la transition écologique passe par des taxes?

Bref, les Français ont quelques raisons de douter. Leur scepticisme est d'autant plus fondé qu'ils perçoivent la faiblesse des marges de manœuvre du chef de l'Etat. A-t-il vraiment les moyens d'inverser la tendance, de baisser franchement les impôts frappant les ménages ? Tout en continuant à alléger les charges des entreprises ? Poser la question, c'est bien sûr y répondre. D'autant que la pression allemande est vive en faveur d'une baisse du déficit public français. Le « patron » des députés CDU au Bundestag a insisté récemment sur le respect par la France du plafond fixé à Maastricht (3% de déficit).

Une équation impossible à résoudre

Baisser les impôts des particuliers tout en continuant à diminuer les charges sociales des employeurs et l'impôt sur les sociétés, sans oublier la réduction du déficit ? Pas besoin de sortir de Harvard pour comprendre que l'équation est impossible à résoudre... sauf à se cantonner à la symbolique.

En clair, la baisse d'impôt promise par le chef de l'Etat n'ira pas bien loin. Il pourrait retrouver quelques marges de manœuvre en jouant sur les curseurs des baisses de charges promises aux employeurs : le gouvernement avait annoncé une baisse des cotisations familiales -payées par les employeurs- à compter de 2016, s'agissant des salaires jusqu'à 3,5 fois le smic. Elle pourrait être finalement réservée aux rémunérations ne dépassant pas 2,5 fois le salaire minimum (à l'instar du Crédit d'impôt compétitivité emploi, CICE). De quoi réaliser quelque économies par rapport au plan de marche prévu, et simplifier l'étape suivante, la transformation du CICE en baisse de charges directes.

Pas de révolution fiscale, du symbolique

Mais pas de quoi, pour autant, révolutionner la fiscalité. François Hollande promet des baisses d'impôts « en faveur des classes moyennes » comme il l'a déclaré à la presse régionale. Mais cette catégorie est plutôt floue. Pense-t-il aux classes moyennes supérieures, aux familles notamment, qui ont subi à la fois la hausse des d'impôts -le mécanisme du quotient familial a été sérieusement raboté- et réduction des prestations familiales ? Mais on n'imagine pas l'exécutif annuler purement et simplement les mesures qu'il a prises avec constance depuis trois ans.
Il y a fort à parier que, compte tenu des marges existantes, la mesure sera très symbolique. Pour qu'elle se voie, elle concernera certainement l'impôt sur le revenu. Une grande tradition française, désormais, à l'approche des échéances électorales. Toutes tendances confondues.

Dans la lignée des candidats précédents à la présidentielle

Jacques Chirac premier ministre avait baissé l'impôt sur le revenu en 1987, un avant le scrutin présidentiel, en 1988. Edouard Balladur, lui aussi premier ministre, avait laissé un cadeau aux familles en dopant fortement la réduction d'impôt pour emploi à domicile, à l'approche de la présidentielle de 1995. Lionel Jospin, convaincu par son ministre des Finances Laurent Fabius que « la gauche pouvait être battue sur le thème des impôts et des charges » avait « cassé » un tabou à gauche, en diminuant le taux maximum d'imposition en 2001. Dominique de Villepin baissa lui aussi l'impôt pour 2007... une véritable lignée dans laquelle François Hollande entend désormais s'inscrire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/08/2015 à 15:21 :
Personne ne croit plus en ce bonimenteur ... Il devait faire des réformes pour les professions réglementées(notaire etc ...) (Rien du vent , de la comm ...)
Vous verrez , il ne réalisera aucune réforme de structure pendant son quinquennat et restera comme le pire président que la France ait jamais eu ...
a écrit le 23/08/2015 à 11:28 :
François Hollande promet désormais un allègement symbolique ----- c'est quoi ça ??...-------------Valls : la baisse d'impôts sera inscrite dans le projet de budget 2016 --- ??????---et la baisse de la dette de l' État ..? la baisse du chômage ...? la baisse des fermetures d'entreprises ;;?;..la baisse des licenciements...... etc etc ...?... en 2017 ?. ----------- en 2016 campagne électorale /2017 élection ........................la baisse d'électeurs ..........
Résultat immédiat .....22 août 2015 Baromètre IFOP-JDD : Hollande gagne 2 points et Valls 3

EXCLUSIF – Le mois d’août est bénéfique pour l’exécutif, dont la popularité progresse. Mais le Président réunit seulement 24% de satisfaits, 43% pour son Premier ministre.
a écrit le 23/08/2015 à 9:39 :
Il est fort possible que François Hollande réussisse sans effort à faire baisser les impôts de nombreux contribuables en 2016. En effet, son échec économique et le chômage qui en résulte privent de plus en plus de Français de revenus. Ils deviennent tout naturellement non-imposables... Pas de travail, pas de revenu, pas d'impôt : promesse tenue.
a écrit le 22/08/2015 à 15:34 :
Blablabla.... baisse des impots ? Au lieu de baisser le nombre de fonctionnaires, ils font des petits gestes qui ne changent pas grand chose.
a écrit le 22/08/2015 à 12:06 :
Plutôt que d'annoncer des baisses d'impôt hypothétiques, il faudrait qu'il nous explique comment il compte réduire les dépenses publiques. Non renouvellement d'un fonctionnaire sur 2 ?
a écrit le 22/08/2015 à 10:13 :
Cynique et inhumain ...Il dépose des fleurs sur les tombes de ceux qu'il a assassiné ...Et bien sûr , lui et ses comparses, ils rient , ils rient...
a écrit le 22/08/2015 à 9:42 :
"Baisse d’impôts pour la classe moyenne"? J'aimerais bien mais bon il semble que je ne fasse pas parti des riche vu le salaire moyen annoncé, ni des pauvres car j'ai droit à aucune aide ni de la classe moyenne vu que mes impôts ne baissent jamais. De qui je fait partie? Ont ils créé la classe des taxés?
a écrit le 22/08/2015 à 0:32 :
Et apres ? Un peu plus de dette, un gigantesque claque a la figure de nos enfants !
a écrit le 21/08/2015 à 18:51 :
Et après ? Bien comme d'hab ? On le remplace PAR UNE TAXE ? Nouvelle ?
Vous souvenez vous de l'avant "TVA" c'est loin hein ? Mais L'AVANT CSG
C'EST PLUS PROCHE ? Bien une nouvelle ? Ou encore UNE "AMÉLIORATION" D'UNE ANCIENNE ? L'heureux tour de la vignette tiens ? Celle "pour les vieux"?
OU UN AUTRE IMPÔT DE SOLIDE HILARITÉ par exemple ? SKY WAS THE LIMIT ?
Faites confiance aux socialistes (sic) POUR ÇA ILS SONT CHAMPIONS DU MONNDEUUUUUU !
a écrit le 21/08/2015 à 16:23 :
le president françois hollande alias martin luther king : J'AI FAIT UN REVE veut nous faire croire au pere noel .
a écrit le 21/08/2015 à 15:57 :
Mr hollande est un reveur et croit encore endormir les electeurs apres les promesses de 2012 qui ont roulés les frabçais dans la farine ,desole Mr le president mais vous etes foutu et rejete par la plutart des electeurs sauf bien sur vos chers fonctionnaires qui creve le budjet de l'etat ,adieu et sans regrets!!!!!
Réponse de le 22/08/2015 à 17:44 :
monsieur hollande;président normal ,se sont vos propos,faut pas nous prendre pour des niais depuis 2 ans ,voir plus, vous avez supprimé l'augmentation de nos retraites , c'est pas un impot çà? vous pouvez faire miroiter tout ce que vous voulez personne ne porte crédit a vos promesses,d'accord avec toi roro
a écrit le 21/08/2015 à 13:18 :
Le mensonge d'un dirigeant qui engage notre pays devrait être sanctionné comme aux Etats Unis. Mais c'est une autre histoire chez nous ou ce type de procédure est normal !!! Le président américain R. Nixon démissionna en 1974 avant que l'impeachment ne l’y oblige. Ce rapport accuse le président de parjure.
Réponse de le 21/08/2015 à 14:27 :
@ IMPUNITE : Georges Bush jr n'a pas été sanctionné, mais bien au contraire réélu après avoir menti effrontément aux américains et au monde entier à propos des supposées armes de destruction massive en Irak.
a écrit le 21/08/2015 à 13:17 :
Je crois que le temps est venu d'instaurer des comités de salut public et de juger tous ces malfrats !!!
a écrit le 21/08/2015 à 12:41 :
C'est très simple, il va réduire les transferts de l'état vers les villes/départements/régions, qui seront presque tous repassés à droite d'ici les régionales, et qui augmenteront donc la fiscalité locale pour compenser. Une bonne gestion politicienne comme notre classe dirigeante est coutumière.
Réponse de le 21/08/2015 à 13:22 :
C'est tout à fait ça. Nous n'aurons plus qu'a payer pour ces décisions inconscientes ou plutôt électorales !!
Réponse de le 21/08/2015 à 14:11 :
Il suffira alors à ces élus de droite D'appliquer la baisse des dépenses publiques qu'ils appellent de leurs vœux depuis de longues semaines .... Cela permettra de s'assurer qu'ils sont vraiment crédibles !!!!!!
a écrit le 21/08/2015 à 12:20 :
Pathétique Pépère ! réduit à faire des promesses démagos, comme ses prédécesseurs ...demain,ça ira mieux, le chômage va baisser... Comme l'écrit l'auteur, distribuer d'un coté sans avoir de rentrées fiscales de l'autre : équation impossible à résoudre, sauf à tout vendre au privé comme en Grèce. P'tain , encore 2 ans avant le prochain guignol !
a écrit le 21/08/2015 à 11:52 :
EXPORTATIONS FRANCAISES 1er SEMESTRE, progression +5% / S1-2014.
On gagne des parts de marché, notamment aux Etats-Unis.
L’Allemagne reste le premier débouché de la France avec 36Md, -0,66%.
Italie, avec près de 16,3 Md, + 3,66 %.
Espagne avec 16,3 Md, + 4,58 %.
Etats-Unis 16,1 Md, +19% (belle progression)
Royaume-Uni, 15,7 Md.
Belgique, 15,5 Md.
Autres progressions de nos exportations vers :
Chine, + 14,6 %.
Suisse + 9,04 %.
Turquie + 27,66 %.
Pologne + 8,51 %.
Corée du Sud + 33,19 %.
Secteurs exportateurs :
Machines-chaudières-produits mécaniques, 25,9 Md
Navigation aérienne et spatiale, 24,5 Md grâce à une hausse sensible des livraisons françaises, + 13,69 %.
Automobile a aussi accéléré de + 9,76 %, Soit 20,6 Md.
Equipement électrique, 17,3 Md, + 5,02 %.
Pharmacie, avec 13,9 Md, + 7,68 %.
Réponse de le 21/08/2015 à 12:11 :
à votre avis, assez long dans le temps et important en volume pour être considéré comme un signe de la transformation du modèle économique français depuis appareil productif tiré par la conso° intérieure vers l'export ?

merci pour ces chiffres marco, la banque de France a également publié des chiffres sur la démographie des entreprises exportatrices (up pour le haut de gamme / haute teneur en techno , flat pour moyenne gamme, fin d'écroulement pour le bas de gamme)
Réponse de le 21/08/2015 à 12:19 :
INSEE publie comptes nationaux , permet d'observer la production divisée par 36 secteurs + part consommée à l'intérieur et part exportée pour chaque secteur.

Si intéressé par analyse de l'évolut° sur quelques années but = évaluer la politique de l'offre FH à travers transformation de la part du revenu tiré de l'int. / rapport à la part issue de l'export (hors tourisme) : mail namasteorior@outlook.fr
Réponse de le 21/08/2015 à 13:58 :
@namasteorior
"à votre avis, assez long dans le temps et important en volume pour être considéré comme un signe de la transformation du modèle économique"
Non, c'est une tendance à confirmer.
Ce sont principalement les GE et 1/3 des ETI qui exportent, reste 2/3 des ETI qui n'exportent pas ou pas suffisamment régulièrement. Pour les PME, tout est à faire ou à refaire.
...............
Mais l'accélération des contrats et accords signés à l'exportation, par nos "peu nombreuses entreprises exportatrices", est bien plus significative et encourageante que des chiffres qui font déjà partie du passé au moment même où ils sont publiés, ou que les sondages sur le moral des consommateurs et entrepreneurs.
L'affaire du gréxit aura plombé l'économie intérieure, mais par la bagarre à l'exportation. La mentalité d'un entrepreneur qui exporte n'a rien a voir avec celle de ceux qui animent l'économie au sein de l'hexagone.
...........
"banque de France a également publié des chiffres sur la démographie des entreprises exportatrices "
Merci, mais rien ne échappe!
...........
- Déficit semestriel global FAB/FAB + (exportations), BdF :
S2/2011 : -34,9 (+217,5)
S1/2012 : -36,8 (+220,9)
S2/2012 : -30,7 (+223,2)
S1/2013 : -30,8 (+218,7)
S2/2013 : -31,3 (+218,3)
S1/2014 : -30,2 (+217,6)
S2/2014 : -27,0 (+220,3) (baisse principalement due à la facture énergétique)
S1/2015 : -21,7 (+227,9) (la baisse de la facture énergétique est de 3 Md par rapport au S1/2014, le reste est à imputer aux exportations en forte hausse
............
Si la France est 6 ou 7ème exportateur de bien, ne pas oublier les exportations services:
Exportation services commerciaux (dont négoce), 2013 :
1 Etats-Unis (662 milliards de dollars pour 322 millions habitants)
2 Royaume-Uni (293 / 64) paradis fiscal.
3 Allemagne (286 / 82)
> 4 France (236 / 63), ramené par habitant nous sommes devant l’Allemagne et les Etats-Unis.
5 Chine (205 / 1193)
6 Inde (151 / 1267)
7 Pays-Bas (147 / 16) paradis fiscal
8 Japon (145 / 126)
9 Espagne (145 / 47)
10 Hong Kong (133 / 7) paradis fiscal
........
Parts des exportations 2014 par type d’entreprise :
- GE : 52%
- ETI : 34%
- PME et Micro-E : 14%
Evolution du nombre d’exportatrices par catégorie / 2013 :
- GE : stable, elle le sont toutes.
- ETI : +0,6%
- PME et Micro-E : +0,4%
Type d’entreprises et part des exportations :
Les entreprises implantées en France et engagées à l’international peuvent être indépendantes (unités légales hors groupe) ou sous contrôle d’un groupe français ou étranger.
- Filiales des groupes français : ~ 56%
- Entreprises relevant de groupes étrangers : ~ 41%
- Entreprises indépendantes, non affiliées à un groupe : ~ 2%
Réponse de le 21/08/2015 à 14:28 :
La France est très lourdement et gravement et chroniquement déficitaire avec presque tous ces pays, là ou l'Allemagne est largement excédentaire partout. La France a décroché de l'Allemagne. La France est partout en déclassement, y compris en Agriculture : il y a peu. Elle était la 1ère puissance agricole d'Europe et deuxième du monde. Elle n'est plus que la troisième d'Europe, et le décrochement s'accélère. Des pans entiers de secteurs de l'Economie et de l'Industrie ont complètement disparu, là meme où nos partenaires socialement et économiquement développés prospèrent. Ce pays France c'est la Grece de demain en pire GRECE QUI REFORME COURAGEUSEMENT : la Grece à qui " Moi Président Je " a passé ces 8 mois à sermonné en nécessités de réformes, pour mieux faire oublier cette exigence VITALE pour La France. Aucune Réforme accomplie par tous en France. Campagne Electorale Permanente Oblige. En Présidentielles La Campagne de Réelection de " Moi Président Je " a commencé dès son élection. Quand La France Réformera ? Lorsqu'elle sera en cessation de paiement. Déficit budgétaire alimentant chaque jour la dette pour payer la dépense quotidienne ! Tous les instituts convergent : La France gaspille 150 milliards d'euros de trop par an. Le service de la dette asphyxie toute marge de manoeuvre : et les taux sont historiquement bas. Quand ils redeviendront normaux tout le système s'écroulera en France. Meme les 56% prélevés par la collectivité sur toute la richesse annuelle produite en France par tous, n'y suffit pas. 6 200 000 Chomeurs : Catégories A+B+C. Il va enlever un peu de la catégorie A 3500 000 chomeurs, pour faire croire à une baisse du chomage : Très pratiques ces catégories aux règles changeantes. Quand à sa baisse d'impot quelle farce après 90 milliards de flambée. " c'est vrai que je n'aime pas les riches, et je considère que l'on est riche dès 4000 eur/mois " " mon ennemi c'est la finance " : amie et bienvenue de tous les pays vers laquelle elle fuit toujours plus, ainsi que les 4000eur par mois et plus : les investisseurs et créateurs de croissance pour tous. Les récents chiffres sont spectaculaires s'agissant de cette fuite silencieuse qui appauvrit définitivement La France. Ils ne reviendront plus : aucune visibilité fiscale et sociale. Changement permanent des règles par des gens qui ne connaissent absolument rien du fonctionnement de l'économie, et de la vraie vie : celles des ouvriers employés cadres chefs d'entreprises.
Réponse de le 21/08/2015 à 15:52 :
@ @marco 14:28
"La France est très lourdement et gravement et chroniquement déficitaire avec presque tous ces pays"
Pas vraiment tous, mais merci pour ce rappel
Et comme précisé plus haut, notre déficit par rapport à l'Allemagne est principalement du au fait que peu de nos entreprises exportent.
Le passé est le passé, nous avons l'avenir devant nous.
Rien n'est irrémédiable.
........................
En 2014 :
Avec le Japon, 3ème PIB mondial.
Exp : 6845 M€
Imp : 4215 M€
Avec le Royaume-Uni, 5ème PIB mondial.
Exp : 1993 M£
Imp : 1586 M£
Les commentaires sont inutiles !
..........
Impossible n’est pas français, machines outils haut de gamme:
Fives, petite société, PME (-de 500 effectifs), est passée GE (+ de 5000 effectifs), avec des marges à faire pâlir la concurrence.
Née en 1947, a fabriqué les premières machine à vapeur, les ascenseurs de la Tour-Eiffel et les machines qui ont creusé le métro de Shanghai.
Pleine crise, la PME décide de sortir les griffes à l’international, sans précipitation, modernisation qualitative et capacitaire, ensuite les bons achats au bon moment.
Fives avait racheté en 2013 la filiale américaine MAG Américas du groupe allemand, comprenant le fabricant de machines-outils français Forest-Liné et deux fabricants américains Giddings & Lewis et Cincinnati.
Ces trois fabricants opèrent principalement dans le haut de gamme.
Juillet 2015, Fives vient de racheter l’anglo-australien ECL et consolide sa place de n°1 mondial de la production de fourniture d'équipements clé de procédé pour les usines d'aluminium. ECL a fourni des équipements à plus de la moitié des alumineries en activité dans le monde, hors-Chine.
Dans la réalité Fives rachète une partie de notre ex-Péchiney.
........
Autre exemple Huron, notre autre Mohican de la machine-outil (franco-indien), qui lui aussi, décide en pleine crise de sortir les griffes. Et maintenant gagne des parts de marchés, là encore dans le haut de gamme. A ouvert un nouveau site de production à Eschau en 2012, 8000 m2, et une usine en 2014, 12000 m2 qui remplace progressivement celle de d'Illkirch-Graffenstaden, de l’autre coté de la frontière.
Produit principalement pour France, Allemagne, Ukraine, Russie et Chine.
Donc en pleine crise, décide de construire et réimplanter d’Allemagne en France. Vraiment des nuls cette direction !
Dans la réalité, Huron pourrait bien rejoindre très rapidement Fives dans le top 10 mondial de la machine-outil (haut de gamme).
Comme quoi, rien n’est jamais joué.
En moins de 5 années, deux géants incontournables pour l’aéronautique, l’automobile et le nucléaire sont nés.
Merci à cette double crise.
..........
Ce n'est pas de moi, mais d'un autre intervenant, mais c'est tellement juste que je me suis collé ces mots de coté.
"Pour les entrepreneurs qui continuent à fabriquer des brouettes et qui vont se faire manger sans assaisonnement, c’est sans solution. Idem pour les ringards qui ont la trouille d’exporter et qui n’ont pas de site internet ou encore un site sans volet en anglais. C’est d’ailleurs à cause des ces nuls qu’on perd des parts de marché sur l’hexagone même, à commencer dans certains secteurs, face à l’Allemagne ou l’Italie. Notamment à cause de ceux qui ont refusé des fusions permettant de constituer des pôles industriels viables. Ces ânes sont maintenant au chômage ou ont été racheté par des groupes qui ont réalisé les fusions nécessaires."
……..
La réalité, pour beaucoup d’entreprises, le problème n’est pas le manque de capitaux, les frais financiers ou la taille de l’entreprise, mais la structure même de l’entreprise, son management, son analyse du marché, ses orientations produits, son évolution numérique, sa stratégie marketing et son dynamisme, et évidement la part des investissements. L’état a depuis des années injecté des dizaines de milliards qui n’ont rien changé.
L’état a lancé un choc de simplification pour les entreprises, c’est bien, mais trop modeste, peut mieux faire.
Mais les entrepreneurs n’ont pas besoin de l’état pour simplifier leurs fonctionnements en interne et miser sur le numérique ou la sécurité.
La manque de sécurité coute très cher à notre économie.
…….
Juin 2015, Si les PME exportent peu, “c’est la faute aux patrons” selon François Turcas, le nouveau vice-président de la CGPME chargé de l'international:
Répondant à une question sur les principaux atouts à l'export, il a écarté les coûts et les prix : "Nos principaux atouts, c'est la réactivité et la volonté d'y aller, ensuite, il y a le service", a-t-il notamment estimé, "c'est notre volonté de communiquer et de prendre de la culture des autres". Si seulement 117000 entreprises exportent en France, et que l'Hexagone ne compte que 4000 ETI contre le triple en Allemagne et plus du double en Italie, "c'est la faute aux patrons".
Les coûts entrent certes en ligne de compte, mais "quand le patron décide d'aller voir ailleurs, ce n'est pas les coûts qui vont l'arrêter", a encore indiqué le vice-président de la CGPME, rappelant "que les concurrents ne sont pas forcément moins chers, à l'instar des Allemands". Et d'indiquer que dans sa nouvelle fonction à la CGPME, il comptait s'atteler à la tâche d'ouvrir ses pairs sur l'international, de les "y emmener", "avec notre force de conviction"
……..
Juin 2015 "En France, le non-conformisme est un trait de caractère" Louis Schweitzer
« L'Office européen des brevets (OEB) a sacré jeudi "meilleurs inventeurs européens" deux chercheurs français sur 6 récompenses. La veille, Louis Schweitzer, commissaire général à l'investissement, expliquait à La Tribune que l'innovation en France a bien des atouts. »
« si la capacité à innover de la France peut encore être encouragée, elle profite néanmoins d'ores et déjà d'un environnement favorable. »
« Je remarque deux points forts qui caractérisent l'innovation en France. D'une part, la qualité des chercheurs français est internationalement reconnue. D'autre part, nombre de startups innovantes surgissent depuis quelques temps dans ce pays où le non-conformisme est un trait de caractère de la population. De ce point de vue, nous sommes bien plus forts que l'Allemagne.
Des points faibles sont néanmoins aussi à regretter, sur lesquels nous devons travailler: la recherche n'est pas encore assez structurée en pôles majeurs, et la coopération public-privé est encore trop faible. Quant aux jeunes pousses, au moment où il s'agit de se transformer en véritables entreprises, trop d'entre elles partent aux Etats-Unis. »
a écrit le 21/08/2015 à 11:24 :
Moi Président ( que reste -t -il de ses engagements) C'est homme n'a pas de parole et encore moins d'amour propre. Mr Hollande travaille pour lui seul. Les Français ils s'en fou. Ce sont des effets d.'annonces électorales pour 2017. Les Français apprécieront ? Qui a vu les impôts baisser depuis son élection accidentelle de 2012 ? Toutes les pseudos baisses ont été compensées par des taxes nouvelles ou des rognages sur les collectivités locales qui sont dans l'obligation de les répercuter sur leurs administrés.
a écrit le 21/08/2015 à 11:17 :
Il croit qu'il a sa chance d'être réélu en racontant n'importe quoi

A part les journalistes et quelques apparatchiks plus personne ne croit en ces promesses

Vivement qu'il disparaisse encore 2 ans a le supporter !!
a écrit le 21/08/2015 à 11:16 :
pour une baisse d impot credible, il faut d abord baisser les depenses... et vous voyez un gouvernement tailler dans les depenses et se mettre a dos les clieneteles electorales qui en vivent ?
Reduire les subventions aux paysans est l assurance de la mise a sac de sous prefectures. Reduire le personnel pletorique du au mille feuille administratif fait une levee de bouclier (ex les departements sont toujours la et la fusion des regions va engendrer ... des surcouts). Quant a tailler dans les depenses de sante (budget de la secu > budget de l etat) c est mettre dans la rue les professionels du secteur et se mettre a dos les vieux (gros consommateurs de soins)
a écrit le 21/08/2015 à 11:07 :
Il n'y a pas a chercher bien loin:les recettes fiscales sont en forte baisse parce que les taxes et impots sont trop élevés.Le gouvernement est donc obligé de baisser les prélèvements et il présente cela comme un cadeau.C'est des gros malins ,ceux qui nous gouvernent!
a écrit le 21/08/2015 à 11:00 :
C'est l'ouverture de la grande braderie et l'on achète des voix par des promesses, d'un coté comme de l'autre, on arrose tout azimut, mais sans rien toucher sur ce qui serait vital de faire pour la France, un travail d'ensemble!
a écrit le 21/08/2015 à 10:46 :
Avant il y a eu le "moi je" qui n'a rien donné, rien fait ou pas grand chose de ce qu'il avait promis. Maintenant il y à, à nouveau des promesses avec le conditionnel à répétition du SI qui apparait dans toutes les déclarations. En attendant les régionales, les abandons de poste "justifiés" pour revenir se planquer sur leur fief vont être légion. On a l'amour du portefeuille en attendant l'amour de la France.......................qu'ils laissent de bonne grâce à leurs électeurs !!!
a écrit le 21/08/2015 à 10:45 :
Votre article resume toute l'impuissance et les contradictions pour ne pas dire les mensonges qui caractérisent notre président. Dans toute entreprise (PME) ce dirigeant serait licencié pour incompétence. Heureusement, il est fonctionnaire et non assugéti à la performance. Encore 18 mois pour le remettre dans un poste sans impact pour les français.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :