Inflation  : les Banques centrales choisissent le péché véniel

CHRONIQUE. Les Banques Centrales ne prendront pas le risque d'en faire trop dans leur lutte contre l'inflation. Elles ne souhaitent pas être celles qui causeront la récession économique. Par Karl Eychenne, stratégiste et économiste.

3 mn

(Crédits : WOLFGANG RATTAY)

Au moins c'est clair. « Qui va piano va sano » nous annoncent en cœur les Banquiers Centraux américain, européen, et anglais. Ni la Fed, ni la BCE, ni la BOE ne souhaitent agir plus que de raison concernant la lutte contre l'inflation. Elles ne prendront pas le risque d'en faire trop.

Pour expliquer cette réserve des Banquiers Centraux, il ne faut surtout pas invoquer une forme de sérénité. Non, l'incertitude (hébétude) a rarement été aussi grande en termes de diagnostique monétaire. Ce qui explique l'attentisme, c'est plutôt la peur de provoquer un contre feu plus nuisible encore dans la lutte contre le feu inflationniste. Concrètement, les autorités monétaires reconnaissent que lutter efficacement contre l'inflation se ferait probablement au prix d'une récession économique.

Mais, ces mêmes autorités monétaires savent aussi que « ne pas agir » pour freiner l'inflation finirait aussi par causer une récession. En effet, l'inflation galopante épuiserait le pouvoir d'achat des ménages et les marges des entreprises, et provoquerait un effondrement de la demande. Et c'est peut- être là toute la subtilité du raisonnement des Banques Centrales. En effet, les voilà confrontées au choix de « agir » ou « ne pas agir », sachant que les deux provoqueront une récession économique.

Elles ont choisi : « ne pas agir » (d'agir modérément pour être plus exact). Les autorités préfèrent prendre le risque de voir l'inflation causer la récession économique, plutôt que d'être la cause de cette même récession. Au moins, dans le premier cas peuvent - elles alors endosser le rôle de sauveur, en pansant les plaies de la récession causée par l'inflation. Sauveur plutôt que bourreau, ça se défend. Au pire, les Banques Centrales seront accusées d'avoir laisser l'inflation causer le mal, mais elles éviteront d'être le mal incarné :

Péché véniel plutôt que péché mortel.

Le dilemme du tramway enfin tranché : par les Banques Centrales

En décidant de ne pas agir, les Banques Centrales choisissent donc d'être la cause passive de la récession économique, elles laissent l'inflation causer la récession. Si elles avaient décidé d'agir, les Banques Centrales auraient choisi d'être la cause active de la récession.

Il s'agit d'un célèbre problème de philosophie morale qui se présente régulièrement sous une forme ou une autre en fonction de l'actualité. Fallait - il confiner ou pas durant la Covid ? Faut - il se priver de pétrole et gaz russe ou pas ? Si l'on confine, ou si l'on se prive, on prend la décision active de causer des dégâts économiques. Mais ne pas confiner ou ne pas se priver, est une forme de décision passive provoquant d'autres types de dégâts.

L'illustration la plus célèbre de ce dilemme est celle du tramway : le tramway menace d'écraser 5 personnes, à moins que ne preniez la décision de le dévier en actionnant un levier... auquel cas il empruntera une autre voix et écrasera une seule personne. Le bon sens utilitariste mettra en avant le rapport des quantités, et choisira donc d'actionner le levier. Mais le bon sens Kantien (du philosophe) mettra en avant son fameux impératif catégorique, et choisira de ne pas actionner le levier. Deux morales, l'une active et l'autre passive.

Les Banques Centrales semblent avoir choisi l'option morale Kantienne : ne pas actionner le levier. Caricaturons davantage : « responsable mais pas coupable ».

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 06/05/2022 à 17:04
Signaler
La BCE et la FED sont en fait tres discretement ravis qu'il y ait une ou meme 2 annees d'inflation considerable : cela effacera une bonne partie des dettes souverainnes de l'Europe et des USA, de facon elegante et nonchalante, et "a plus tard le delu...

à écrit le 06/05/2022 à 17:03
Signaler
La BCE et la FED sont en fait tres discretement ravis qu'il y ait une ou meme 2 annees d'inflation considerable : cela effacera une bonne partie des dettes souverainnes de l'Europe et des USA, de facon elegante et nonchalante, et "a plus tard le delu...

à écrit le 06/05/2022 à 16:57
Signaler
La BCE et la FED sont en fait tres discretement ravis qu'il

à écrit le 06/05/2022 à 11:54
Signaler
+ 1.. pis si au passage on peut ruiner l'épargnant, vu que le problème est insoluble autrement, on va de façon ingénue jouer la comédie.

à écrit le 06/05/2022 à 9:48
Signaler
augmenter les taux c est surtout mettre en faillite des pays comme l italie ou la france. Lagarde n a pas ete nommee a la BCE pour ca mais au contraire pour que le panier percé france puisse continuer a vivre au dessus de ses moyens (ce qui va forcem...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.