Lutte contre l'inflation : les banquiers centraux y croient-ils vraiment ?

CHRONIQUE. Les banquiers centraux multiplient les effets de manche afin de justifier la lutte contre l'inflation. Sauf que les taux d'intérêt proposés ne collent pas au danger annoncé. Par Karl Eychenne, stratégiste et économiste.

5 mn

(Crédits : Reuters)

« L'inflation risque de tout raser sur son passage, il faut agir vite et fort. »

Voilà un condensé de ce qui a pu être dit par les membres des banques centrales américaine (Fed) et européenne (BCE) au cours des dernières semaines. Agir vite et fort, mais pas trop vite quand même, précise Christine Lagarde dans son dernier discours. Globalement, on a quand même bien compris le message. Les banquiers centraux ourdissent des politiques monétaires plus restrictives.

Pourtant, quelque chose ne colle pas. Il y a un décalage étonnant entre les mots et les taux. Les mots employés pour parler du danger inflationniste ne se retrouvent pas dans les taux qui sont proposés pour juguler ce risque. En vérité, on est bien loin d'une politique monétaire qui deviendrait restrictive. Il conviendrait plutôt de parler de politique monétaire moins accommodante.

Le cas américain en est la plus parfaite illustration. Aujourd'hui, le taux d'intérêt directeur de la Fed s'établit dans une fourchette allant de 0,25 à 0,5%, alors que l'inflation est en orbite à 8,5%. Le coût de l'argent (taux) est donc bien inférieur au coût de la vie (inflation). On pourrait anticiper alors que la volonté de la Fed de lutter contre l'inflation se traduise par une remontée des taux significative. Oui, la hausse sera significative, de 0,5 à près de 2% fin 2022 si l'on en croit les anticipations. Mais ce coût de l'argent restera bien inférieur au coût de la vie qui devrait décélérer de 8,5% à près de 5%. Même à son acmé en 2023, le coût de l'argent ne parviendrait qu'à revenir au même niveau que l'inflation : 3%. Pas vraiment l'impression d'une politique qui se donne les moyens de lutter contre l'inflation galopante.

En vérité, la lecture devient plus troublante encore si l'on adopte une approche plus fine. En effet, les initiés ont pour habitude de consulter un éventail de règles de politiques monétaires proposées par la recherche académique. Ces règles leur permettent de calibrer un niveau adéquat de taux d'intérêt directeur en fonction des fondamentaux économiques, un niveau qu'ils confrontent alors au taux d'intérêt directeur en vigueur. Si le taux requis par la règle est supérieur au taux en vigueur, on dira alors que la politique monétaire est trop accommodante : la Fed devrait donc remonter ses taux. On peut même se projeter en comparant le taux prévu au taux requis en fonction de différents scénario économiques.

Le constat est sans appel. Sur 21 cas retenus (7 règles et 3 scénarios), 19 justifieraient un taux d'intérêt directeur supérieur aux niveaux actuels de 0,5% aujourd'hui même. A horizon 1 an, 17 cas sur 18 justifieraient un taux directeur supérieur au 2% qui sont prévus. Enfin à horizon 2 ans, 13 cas sur 14 justifieraient un taux directeur supérieur à 3%. Clairement, la politique monétaire n'est pas, ne deviendrait pas restrictive, si les taux prévus par les membres de la Fed ou les marchés sont ceux qui seront appliqués. La Fed restera très accommodante, certes un peu moins.

La BCE n'est pas en reste. Certes son niveau d'inflation est un peu en dessous de celui des Etats-Unis à 7,4%. Mais la BCE ne prévoit pas de remonter ses taux aussi fort et aussi vite que la Fed. Seule une hausse des taux de 0 à 0,25% serait envisagée par la majorité des membres d'ici la fin de l'année. On est bien loin des 2% de la Fed. On peut alors procéder au même type d'analyse que pour la Fed ci-dessus. Le résultat sera du même acabit : la BCE ne pratiquera pas de politique monétaire restrictive ni en 2022 ni en 2023, mais une politique légèrement moins accommodante.

Le maniérisme monétaire

Mais alors pourquoi une telle agressivité verbale des banquiers centraux, pour une politique monétaire tout juste moins accommodante ? La première explication qui vient à l'esprit, c'est qu'ils ne croient pas à ce qu'ils disent. Le risque inflationniste est survendu. Personne ne croit vraiment que cette inflation galopante, dopée par les confinements à répétition et le conflit Ukrainien, ne tisonne un jour les salaires. Personne ne croit vraiment aux effets de second tour sur l'ensemble des prix des biens et services. D'ailleurs, même les marchés obligataires n'y croient pas. Franchement, avec des taux d'intérêt à 10 ans à près de 3% aux Etats-Unis et 1% en Allemagne, alors que l'inflation est à 8,5 et 7,4%, peut - on parler de Krach obligataire ? La hausse des taux depuis le début de l'année est impressionnante, vive et rapide, sans nul doute. Mais on est plus proche de l'allegretto que de l'allegro. Certes, l'histoire n'est pas terminée.

Plus vraisemblablement, les banquiers centraux ne reconnaissent toujours pas le risque inflationniste. En leur for intérieur, ils restent convaincus que l'inflation va retomber comme un soufflet, et qu'il faut éviter à tout prix de pratiquer une politique monétaire restrictive. L'activité économique n'y résisterait pas, et les marchés n'y survivraient pas. Depuis 15 ans les crises successives (Subprime, dette souveraine, Covid) ont rendu la performance économique et financière bien trop dépendante d'une politique monétaire qui devint ultra - accommodante sans jamais motiver de tensions indésirables sur les prix. Un constat que l'on peut faire dans toutes les économies dites développées.

Convaincus que cette période fut marquée par le sceau de l'excellence en matière de politique monétaire, les banquier centraux se refusent de croire qu'elle peut se terminer aussi bêtement. Ils tentent alors de donner le change avec des mots plutôt qu'avec des taux. Ils exagèrent le verbe plutôt que le geste. En art aussi on connût ce genre de pratique au XVIe siècle: on appela cela le maniérisme. L'expression d'un courant qui cherchait sa voix après que les artistes phares de l'époque (XVIe siècle) eurent tutoyé la perfection. Plutôt que de se risquer à quitter l'ivresse du génie, on préféra seulement s'en éloigner un peu, en exagérant les traits, les figures, les motifs. Bref, de l'exubérance plutôt que de l'errance diagnostique.

5 mn