Iran  :  « Si la nation se soulève, nous serons tous jetés à la mer  !  »

 |  | 1880 mots
Lecture 10 min.
Gérard Vespierre
Gérard Vespierre (Crédits : Valérie Semensatis)
OPINION. Qui parle ainsi ? L’Ayatollah Javadi Amoli. L’analyse la plus perspicace sur l’avenir du régime clérical iranien ne viendrait-elle pas de l’intérieur du système ? Les évolutions politiques et sociales du pays doivent être très attentivement suivies, tant les tensions sont vives, et l’avenir du régime, incertain. Par Gérard Vespierre (*), Directeur de recherche à la Femo, Fondation d’études pour le Moyen-Orient et président de Strategic Conseils.

L'ayatollah Abdollah Javadi Amoli, ancien imam de la prière du vendredi pour la ville de Qom, principale ville religieuse du pays, déclarait le 27 avril 2018 (selon le quotidien iranien Asr-e-Iran) : « Il vaut mieux prendre garde, si la nation se soulève, le peuple nous jettera à la mer. Beaucoup ont déjà fui ou ont trouvé un endroit où s'échapper. Mais nous, nous n'avons nulle part où nous sauver. »

Que faut-il comprendre ? Âgé de plus de 80 ans, l'ayatollah Amoli a tout vécu et tout connu de la révolution cléricale, islamique, iranienne. Nommé par le régime, dans cette haute position à Qom, il a pu observer la lente et constante dégradation économique et sociale de la population de son pays. Il connaît de l'intérieur du régime, les systèmes et réseaux de corruption qui ont été mis en place aussi bien par les religieux, et leurs fondations, que par le Corps des Gardiens de la Révolution.

Lire aussi : Iran : les symptômes d'un régime en déclin

Il sait qu'un certain nombre d'entre eux, fortune faite, ont quitté le pays. Il a vu de l'intérieur monter la contestation populaire à l'encontre du pouvoir des religieux. Il est donc en position d'anticiper la prochaine étape, un soulèvement populaire violent, à l'encontre des membres de cette caste religieuse qui n'auront pas eu la possibilité de quitter le pays. L'avis d'un homme, seul, ne saurait décrire de façon fiable, le futur probable d'un pays, pourrait-on rétorquer ! Certes.

Laissons au regretté Antoine Sfeir, fondateur des Cahiers de l'Orient, le soin d'apporter ses propres observations. Au cours d'une conférence à Paris, début 2018, il décrivit une scène de rue dont il avait été le témoin direct, lors d'une de ses dernières visites à Téhéran (il est décédé le 1er octobre 2018) : « Sur le trottoir où je marchais, un mollah se dirigeait vers moi. Avant que nous nous croisions, deux jeunes gens ont croisé son chemin, en arrivant à sa hauteur ils ont ostensiblement craché par terre. Il y a quelques années, une telle scène aurait été inimaginable... Si la jeunesse entre en phase de détestation du régime, à l'évidence le régime, dans les prochaines années, a du souci à se faire. » Il y a pratiquement un an, un homme a été pendu en public, le 28 août 2019, pour avoir tué un imam de la prière du vendredi à Kazeroun (ville du sud) selon l'agence officielle Irna. Hamid Reza Derakhshandeh a été exécuté à l'endroit où il avait tué l'imam Mohammad Khorsand, le 29 mai. Le meurtrier avouera avoir prémédité son acte.

Les faits montrent donc une lente montée d'un fort ressentiment à l'encontre des membres du clergé au pouvoir. À cette tendance s'ajoute les conflits à l'intérieur même du pouvoir religieux.

De la détestation des religieux à la détestation interreligieuse

Toujours en août 2019, les mollahs Mohammad Yazdi et Sadeq Larijani, l'un ancien chef du système judiciaire, l'autre tête du Conseil du discernement, ont chacun publié une lettre dans laquelle ils s'accusaient mutuellement de corruption et de détournement de fonds dans les termes les plus violents.

Mohammad Yazdi a accusé Sadeq Larijani, d'être une personne « corrompue », et l'interroge sur la richesse qu'il a accumulée et les palais qu'il s'est fait construire ! Réciproquement, Larijani qualifie Yazdi d'individu « corrompu » et « incompétent ». Il affirme également posséder de nombreuses informations sur la corruption de hauts responsables du régime. Il menace même de donner des informations précises si ses adversaires faisaient des révélations sur sa propre situation ! De tels affrontements, publics, révèlent l'état de corruption et de délitement à l'intérieur du régime, de la part de personnages très proches du Guide suprême. Un autre responsable religieux, Mohammad Kermani, s'est même permis de déclarer à cette occasion : « Je crois que notre système est fortement contaminé par le cancer (de la corruption) et le cancer est partout dans le système. Nous avons besoin d'une chimiothérapie généralisée. »

Voilà des faits. Nous avons devant nous, à l'œuvre depuis quelques temps déjà, le processus de délitement du régime iranien. Peut-il y avoir une analyse plus perspicace, et pertinente, sur la situation du régime, que celle venant de l'intérieur même de ce régime ?

Des détestations aux conflits politiques internes

Toujours à la recherche des faits se déroulant à l'intérieur des institutions iraniennes, il est particulièrement approprié de présenter ci-dessous les échanges, il y a seulement quelques semaines, au Parlement de Téhéran (le Majlis).

Au cours de la séance du 5 juillet, tout en faisant référence à Zarif, le ministre des Affaires Étrangères, le député Mohammad-Taghi Naghd-Ali a déclaré : « Bien qu'il y ait d'innombrables questions à poser à Zarif, il devrait y avoir un juge et un procès pour poursuivre non seulement Zarif, mais aussi M. Rohani pour trahison contre la nation (...). La feuille de route que le parlement a choisie ne nous mènera nulle part ! Rester assis ici et écouter les sornettes de certains ministres est inutile (...). Nous ne pouvons plus faire face au taux de change du dollar (qui monte en flèche) de 2.1000 tomans, au prix des pièces d'or de 10 millions de tomans. Ce sont les résultats de la politique de Rohani et de son équipe ces sept dernières années. C'est une perte de temps que de s'asseoir à écouter les paroles inutiles des ministres. Commençons la destitution du Président. »

Voici ce qui se passe réellement et concrètement dans la classe politique actuellement en place à Téhéran : des conflits fondamentaux dans les plus hautes sphères du régime. Nous pouvons constater que nous sommes ici très loin de tous les discours d'influence diffusés par le régime, et relayés avec grand conformisme, à l'extérieur de l'Iran. Nous ne nous trouvons pas ici dans des effets de propagande, mais devant la réalité des faits et des violents conflits politiques internes. Un avant-goût de fin de règne ? Dans cette situation de conflits au sein même du pouvoir, une nouvelle organisation, contestant le régime, et venant du peuple, a vu le jour : les « Unités de résistance ».

Naissance des « Unités de résistance »

Le Guide Suprême lui-même, l'ayatollah Ali Khamenei, reconnaît l'influence et le rôle joué, tant à l'extérieur qu'à l'intérieur de l'Iran, par l'OMPI, l'Organisation des combattants du peuple iranien. Depuis plus de cinquante ans, ce mouvement s'oppose en Iran à toutes les formes de régime autoritaire, non démocratique, donc aussi bien au régime impérial du Shah qu'à la République islamique.

L'OMPI, mouvement le plus important au sein du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), a décidé d'organiser et d'augmenter la pression sur le régime depuis l'intérieur du pays. Dans toutes les provinces se sont donc mis en place des groupes d'action qui ont pris le nom d'Unité de résistance (UR). Ces UR ont pour objectif d'exprimer et de rendre visible l'exaspération populaire après plus de quarante ans de régime islamique. Elles sont aussi une forme de réponse à la sanglante répression (1.500 morts, selon l'agence Reuters) des soulèvements populaires de la fin de l'année 2019. Depuis le début de l'année 2020, de très nombreuses opérations ont été entreprises à travers tout le pays.

Lire aussi : Iran: « L'ennemi est ici, mais on nous dit que c'est l'Amérique »

Une organisation méthodique des actes de rébellion

Leur mode d'action est dans le principe très simple. Il consiste à intervenir de nuit et de viser la destruction au moins partielle de bâtiments officiels. Ces opérations sont menées sur l'ensemble du territoire. Depuis le début de l'année, des dizaines ont été menées. Les principales villes impliquées ont été : Téhéran, Machad, Ispahan, Qom, Chiraz, Karadj... Les infrastructures ciblées sont emblématiques de la représentation du régime : casernement et bureau des forces de sécurité, bâtiments du ministère de l'Intérieur, immeubles des instances judiciaire, bureau des Fondations religieuses. Il convient également de mentionner l'incendie de nombreux panneaux à l'effigie du Guide suprême Khamenei, ou du général Soleimani.

Ces actes de rébellion ont été filmés, afin d'en montrer la réalité, et de les faire connaître. Les vidéos sont disponibles sur les réseaux sociaux. On peut légitimement s'étonner que de tels documents n'aient pas encore été présentés dans les médias télévisuels. Ils montrent la réalité de l'intérieur de l'Iran et la montée des actes de résistance au régime.

Les autres signes forts de tension interne

Il faut également mentionner les très nombreuses manifestations dans les entreprises, lancées par les travailleurs eux-mêmes. Depuis le début du mois d'août, des actions touchent le très sensible secteur pétrolier et gazier. Des milliers d'ouvriers sur plus de 18 sites ont entamé manifestations et grèves. Les revendications concernent aussi bien les contrats de travail, le plus souvent précaires, que les retards de paiement de plusieurs mois de salaire.

Dans le domaine sanitaire, la situation se complique aussi pour le régime. Après avoir, en février, retardé l'annonce de la pandémie du Covid-19, à cause de la célébration de l'anniversaire de la Révolution et de l'élection des membres du parlement, le régime est maintenant ouvertement accusé de falsifier la réalité. Le 9 août, un ancien membre du groupe officiel de lutte contre le Covid-19, Mohammad Reza Mahboubfar, a accusé le régime de « dissimuler les vrais chiffres en raison de leurs considérations sécuritaires et politiques ».

Lire aussi : Iran : mensonge et dissimulation à l'origine de la propagation rapide de Corona

Si le ministère de la Santé reconnaît officiellement que le cap des 17.000 décès vient d'être franchi, l'OMPI, déjà citée, à partir de ses réseaux et sur la base d'informations recueillies dans 373 villes (hôpitaux et morgues), dénombre plus de... 87.000 décès ! Nouvelle dissimulation.

L'Iran se trouve donc de plus en plus déchirée, écartelée. Écartelée entre les déclarations du régime et la réalité des faits et des chiffres ; écartelée entre un rêve de puissance régionale et la lente désagrégation de l'arc chiite de Beyrouth à Sanaa en passant par Damas et Bagdad ; écartelée entre les promesses économiques et la baisse continue du niveau de vie de dizaines de millions d'iraniens ; écartelée entre les différentes factions du régime.

Des écartèlements, simultanés et dans de si nombreux domaines, ne peuvent inéluctablement menés, un jour, qu'à la grande déchirure...

__________

(*) Gérard Vespierre, diplômé  de l'ISC Paris, maîtrise de gestion, DEA de finances, Paris Dauphine, rédacteur du site : www.le-monde-decrypte.com

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2020 à 9:56 :
Article tout à fait transposable à la France des gilets jaunes qui regarde sa descente aux enfers, avec ses tous ses partis médiatisés pro atlantiste et pro Bruxelles, avec pour conséquence la dégradation sociale année après année qui est creusée par suivisme et "larbinisme"..
En fait on lit là la poutre dans l' oeil du voisin.
Réponse de le 21/09/2020 à 11:24 :
ben voyons!
Tout dans la nuance et la pondération! Une analyse toute en finesse de la situation Française!
Bubon devrait aller vivre quelques temps en Iran, comme beaucoup de Français d'ailleurs qui bêtifient sur le déclin et la misère en France, et qui n'ont jamais mis les pieds dans des pays en développement.
a écrit le 15/09/2020 à 20:40 :
La femo est un un faux nez de l'arabie saoudite, qui la finance, et dont la seule activité consiste à désinformer l'occident sur l'Iran.

Le jour ou les peuples du moyen orient se débarrasseront de leurs dictateurs, MBS et sa clique de potentats seront les premiers à partir.... en yacht.

L'Iran n'est pas un régime parfait mais c'est une république, ou les gens votent et ou il y a un parlement qui légifère. Même si les journalistes sont parfois maltraités, on ne le découpe pas en morceaux dans les sous sols des ambassades.
Ce n'est pas le cas dans les monarchies pétrolières
a écrit le 03/09/2020 à 9:45 :
Ce peuple Perse n'a jamais connu de liberté une dictature a chassé une autre. Nous pouvons que lui souhaiter un meilleur..
a écrit le 19/08/2020 à 11:30 :
Je crois pas pour l'instant à un renversement de la société. Celle ci n'est encore assez mature intellectuellement et idéologiquement.
Il faut attendre l'effondrement économique du pays, ce n'est juste qu'une question de temps pour ce pays totalitaire x
a écrit le 19/08/2020 à 9:14 :
Vous savez vous remplacez Iran par france et Religieux par Enarques et ca marche aussi bien:
« Il vaut mieux prendre garde, si la nation se soulève, le peuple nous jettera à la mer. Beaucoup ont déjà fui ou ont trouvé un endroit où s'échapper. Mais nous, nous n'avons nulle part où nous sauver. »

Que faut-il comprendre ? Mr X a tout vécu et tout connu de la révolution Libérale Finnancière, Occidentale. Nommé par le régime, dans cette haute position à Cantal, il a pu observer la lente et constante dégradation économique et sociale de la population de son pays. Il connaît de l'intérieur du régime, les systèmes et réseaux de corruption qui ont été mis en place par les énarques et les oligarques.
Ca pourrait être amusant non comme article?
a écrit le 18/08/2020 à 17:24 :
Les personnes nées après 1962,
ont de quoi blamer leurs parents et grands parents d'avoir réclamé cette dictature,
et rejeté et détruit l'Iran riche et prospère pour tous, d'avant 1979.

Giscard 94 ans et Carter ( U.S.A ) 96 ans, en sont à 75% responsables et coupables.

Ronald Reagan, élu 4 ans plus tot aurait facilement empeché celà.
a écrit le 14/08/2020 à 16:21 :
Ces choses-là sont dites, avec précisions!
A quand le chant du cygne de ces dictateurs de l'Histoire d'avant, que puissances religieuse, militaire, impériale au masculin fascinent encore.
L'heure est aux Unités de résistance en Iran.... et ailleurs.
a écrit le 14/08/2020 à 14:57 :
En effet je vois rarement d'article dans les médias faisant état de cette situation intérieure en Iran, en particulier sur la réaction des Iraniens qui s'organisent contre le régime. Par contre je lis beaucoup d'arguments creux sur l'OMPI. Comment un mouvement peut à la fois depuis quarante ans de répression rester actif et être tout à la fois impopulaire" ? Le focus sur ces "unités de résistance" est très intéressant. Cet article intelligent permet de comprendre que les "fantasmes" des opposants est plus proche de la réalité que la analyses des "iranologues" déconnectés du peuple iranien que l'on nous répète dans les médias, un peuple qui a largement évolué ces derniers années.
Réponse de le 18/08/2020 à 22:36 :
Le fait d'être actif en tant qu'opposant depuis 40 ans (!) démontre précisément
que l'ompi est totalement impopulaire en Iran sur une population de plus de 80 M et n''aucune percée. Donc échec total.
Le peuple iranien a effectivement évolué et a compris BEAUCOUP de chose sur les opposants...Je vous invite d'aller en Iran et mener un vrai petit sondage. Vous serez surpris des résultats.
Réponse de le 29/08/2020 à 11:53 :
La grande blague c'est de prétendre qu'en Iran on peut mener un véritable sondage d'opinion ! C'est comme si sous l'occupation nazi en France on voulait mener un sondage sur le général de Gaulle ! Après 40 ans de désinformation et de propagande du régime théoccratique contre l'OMPI on peut bien conclure que le fait que ce mouvement reste le principal mouvement d'opposition démontre qu'il s'agit d'un mouvement enraciné et authentique aux yeux du peuple iranien et ceci malgré la censure et la dictature des mollahs. Mais gardons le sondage et le suffrage pour après la chute du régime, c'est ce qu'on verra.
a écrit le 14/08/2020 à 12:32 :
Merci pour cet éclarage utile.
a écrit le 13/08/2020 à 17:44 :
Il ne faut prendre les fantasmes de l'OMPI pour de la réalité !! Très étonnant de mettre systématiquement et toujours en valeur cette organisation (!!) qui a participé activement au côté de l'Irak de Sadam pendant la guerre Irak-Iran en tuant leurs propres compatriotes civils et militaires !!
a écrit le 13/08/2020 à 15:21 :
j'espère que l'on ne va pas les récupérés chez nous;
a écrit le 13/08/2020 à 9:30 :
Il faut l’espérer, ces vieilles oligarchies pétrolières peuvent être un avant goût de ce qu'il va arriver aux oligarchies de tous les pays car quand elles auront anéantie la moitie de la population mondiale, l'autre moitié suffira largement pour tous les "jeter à la mer".

D'autant que parallèlement à ces vieux régimes moribonds de la région se développe le système d'auto-gestion kurde à vitesse grand V, autogestion bien plus démocratique et ultra moderne, dans l'air du temps au centième de millimètre près, que tous les pays du monde s'affichant comme les plus grandes démocraties du monde.

Il serait cocasse qu'à terme cette région historiquement ravagée par des hordes de barbares devienne le fer de lance civilisationnel de demain et le seul espoir de l'humanité. Cocasse mais logique.
a écrit le 12/08/2020 à 19:51 :
Je n' ai pas étudié les stratégies révolutionnaires, mais je me suis toujours demandé à quel moment le peuple dit "stop". Il y a bien sur une avant garde qui organise, mais à partir de quand l le peuple decide t il de passer à l' action, de braver l' armée, la police, n' a plus peur. Je pense que c' est quand il n' y a plus aucun espoir d'un avenir meilleur.Quand les forces répressives se rendent comptent qu'elle risque d' etre balayées alors tous les régimes tombent.
La RDA est tombé sans un mort (ou presque), La Chine s' est soulevée mais a été écrasée. L Algérie comme beaucoup d' autres pays est sur la ligne rouge. Pourtant la situation actuelle pourrait durer 10, 20 ans, jusqu' a quel déclencleur ?
Réponse de le 13/08/2020 à 13:30 :
Il est vrai que les révolutions liées à la volonté de liberté n'aboutissent jamais mais c'est normal puisque nous sommes paramétrés depuis belle lurette à obéir à une classe dirigeante, les souris votant pour les chats, à mon avis cela dépend dans la majorité des cas de la famine et de l’État profond américain.

Contempler l'Amérique régner.
a écrit le 12/08/2020 à 14:38 :
Et l'Algérie plus proche de nous n'est-elle pas dans le même cas de délitement?
Mais chute ils vont se fâcher, et parler de main de l'étranger et d'ingérence...
Réponse de le 12/08/2020 à 23:45 :
Laisser tranquille l'Algerie nous allons nous en sortir nous avons aucune dette extérieur. Momo occupe toi de ton Maroc en faillite ou la situation est despere lire les derniers éditoriaux du journal économique du Maroc l'economiste.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :