L’euro numérique : trois raisons d'être vigilants

OPINION. La Banque Centrale européenne a décidé la création d’une « monnaie publique moderne ». Consultées en amont de cette décision, au même titre que leurs homologues de la zone euro,les banques françaises ont défendu une position commune : sur tous les plans (usages, souveraineté, inclusion bancaire ou innovation), l’euro numérique occupera un terrain déjà couvert par les solutions que propose ou développe le secteur bancaire. Ce double système et son lot d’incertitudes risquent de désorienter l’usager et le consommateur, peu ou pas du tout au fait des doubles monnaies. Vigie attentive, le Crédit Mutuel se prépare à accompagner, mais également à amortir ce choc des usages. Par Pierre-Edouard Batard, directeur général de la Confédération nationale du Crédit Mutuel.
Pour Pierre-Edouard Batard, directeur général de la Confédération nationale du Crédit Mutuel, la BCE ne doit pas se positionner comme concurrente des banques.
Pour Pierre-Edouard Batard, directeur général de la Confédération nationale du Crédit Mutuel, la BCE ne doit pas se positionner comme concurrente des banques. (Crédits : DR)

La monnaie digitale créée et hébergée par la Banque centrale européenne (BCE) sera de facto concurrente des moyens de paiement des banques commerciales. On aura beau penser - et rappeler au public ! - que ces monnaies se valent exactement et qu'elles répondent aux mêmes besoins des entreprises et des particuliers, le fait que la BCE garantisse « son euro » distillera le sentiment, conscient ou non, que les monnaies scripturales et électroniques tenues dans les comptes des banques commerciales, pourtant surveillées par la même BCE, ne présenteraient pas le même degré de confiance.

Prêts à fournir les efforts nécessaires de pédagogie et de communication, nous attendons de l'Europe qu'elle prenne sa part de ce travail en faveur de la clarté.

Préserver l'inclusion bancaire et la relation de proximité

La confusion, si elle devait amener les usagers à privilégier la nouvelle monnaie digitale, provoquerait la fuite des dépôts au profit de la BCE et menacerait la rentabilité de l'activité des banques, les amenant à durcir l'accès au crédit. Pour les derniers réseaux bancaires qui, à l'instar du Crédit Mutuel, persistent à investir dans la proximité et porter leurs services au cœur des territoires, cette tension sur la santé du secteur peut avoir de graves conséquences stratégiques.

Alors que la BCE place l'inclusion bancaire au rang de ses priorités, il serait pour le moins paradoxal que l'accès des usagers au crédit et le financement des projets économiques soient les victimes collatérales de l'euro numérique. Là encore, toutes les parties prenantes doivent rappeler au public et aux citoyens qu'ils disposent d'ores et déjà, sous la supervision de la Banque de France, de la garantie d'utiliser l'euro sous toutes ses formes sans exclusion de population et sans tarification. Ne laissons pas s'installer l'idée selon laquelle l'euro numérique viendrait en sauveur d'un système défaillant : le système actuel fonctionne et il est protecteur.

De nouveaux enjeux de sécurité et de confidentialité

L'anonymat des transactions est une attente légitime des citoyens européens : elle ne sera pas satisfaite par une technologie blockchain ; elle doit l'être dans la garantie du secret bancaire et la préservation de l'intimité numérique.

Par ailleurs, la détection des agissements des filières de blanchiment ou de financement du terrorisme et les procédures de contrôle qui la permettent ne sauraient connaître de relâchement. Hors ces cas de fraude, les banques traditionnelles protègent la confidentialité des usages bancaires du quotidien vis-à-vis des instances publiques, par le respect strict de plusieurs cadres réglementaires (RGPD, cybersécurité, non-monétisation des données...) et le Crédit Mutuel a même inscrit dans ses statuts le principe de leur défense.

Demain, quand nos transactions courantes seront directement opérées par la BCE, nos clients doivent bénéficier des mêmes garanties et disposer des mêmes recours. Sur ces deux terrains délicats, les banques françaises appliquent les dispositions en vigueur sous le contrôle de la DGCCRF, elles constituent un rempart efficace pour le consommateur et une force de proposition fiable pour la BCE.

De nouvelles priorités pour l'Europe monétaire

Je forme le vœu qu'en parallèle du lancement de l'euro numérique, l'Europe monétaire en quête de souveraineté s'attaque à la régulation des cryptomonnaies, chantier primordial et crucial. Il est urgent d'imposer aux acteurs de leur émission et leur circulation ce même cadre réglementaire qui nous incombe pour l'émission et la circulation de l'euro et/ou des instruments financiers : que la vente de bitcoins soit moins encadrée que celle des actions du CAC 40 est sidérant, voire délirant !

D'autre part, alors que la BCE vient d'affirmer la prépondérance des critères climatiques et environnementaux dans ses décisions stratégiques, il devient indispensable que soit clairement estimé, annoncé et débattu le coût environnemental de cette nouvelle monnaie digitale à l'échelle du continent.

Les plus pessimistes vont jusqu'à formuler l'hypothèse d'une BCE, pourtant régulateur et superviseur bancaire, qui se positionnerait en concurrente voire en remplaçante des banques commerciales, devenues alors ses supplétives. Pire : le reliquat serait confié à des acteurs extra-communautaires, un comble pour ce projet annoncé au renfort de la souveraineté européenne. Ces craintes ne relèvent pas de la science-fiction.

Pour toutes ces raisons économiques, stratégiques et éthiques, le Groupe bancaire Crédit Mutuel contribuera activement aux réflexions et aux débats qui vont marquer les mois à venir.

Nous y défendrons notre capacité d'innovation technologique face aux acteurs du numérique, notamment sur la protection de la vie privée et la création de solutions aux défis du paysage européen des paiements. Nous réaffirmerons également ces principes du mutualisme qui nous portent et demeurent une saine boussole pour tout notre secteur.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 03/08/2022 à 9:27
Signaler
L'euro numérique n'est que de l'énergie qui circule, ce qui semble anachronique quand se pose le problème énergétique, la sobriété et la résilience!:-)

le 03/08/2022 à 16:00
Signaler
minage du bitcoin = ruine énergétique, mais la blockchain peut aussi être économe (la variante qui ne mine pas, y a eu un article sur LaTribune à ce sujet, "Blockchain" ne rime pas toujours avec "désastre écologique" 28 Juin 2022 Dominique Chabot, ar...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.