L'IA pour le bien social et l’inclusion des collectivités territoriales

OPINION. L'Intelligence Artificielle (IA) impacte nos modes de vie devenant une composante essentielle de nos vies. Son utilisation a été renforcé avec la crise sanitaire, en la déployant au niveau mondial pour contenir la propagation, en aidant à la détection de zones pandémiques, et en améliorant les parcours de soins et la recherche thérapeutique. Cette technologie orchestre le volume exponentiel de données générées au sein des organisations et dans leur écosystème, pour un seul objectif : améliorer le bien social. (*) Par Jean-François Sébastian, Directeur général de SAS France

2 mn

(Crédits : Getty Images)

L'un des enjeux les plus prégnants de nos sociétés modernes est de rendre nos villes plus propres, plus vertes, plus sécurisées... Sur ce terrain, les nouvelles technologies offrent un potentiel infini.  La meilleure compréhension de la ville intelligente pourrait permettre de mieux représenter le territoire pour mieux l'administrer ; l'IA apporte des outils pour la gouvernance territoriale, à tous les niveaux. La crise a mis en lumière la nécessité d'une plateforme de commandement pour adapter les services urbains face à la situation d'urgence sanitaire.

Un seul hic : les pouvoirs publics traitent seuls et manuellement des quantités gigantesques d'informations liées à leurs citoyens. Ces processus sont parfois synonymes d'erreurs, d'inefficacité et de lenteur dans la gestion des services. Pour le secteur public, l'enjeu de l'IA est majeur et pourrait contribuer à faciliter la relation entre le citoyen et les administrations.

À titre d'exemple, les collectivités commencent à utiliser l'intelligence artificielle dans le but d'améliorer les échanges avec les citoyens. Ainsi les agents conversationnels (« Chatbots ») intégrant des techniques de recommandations ou de traitement automatique des langues (« Natural Language Processing ») peuvent améliorer les services dédiés aux usagers et surtout, permettre l'inclusion de leur territoire.

Une stratégie « citizen centric »

Grâce à une stratégie inclusive, les supports de traitement d'accueil en Mairie, la dématérialisation et le traitement des paiements des taxes municipales, les informations sur des demandes de services, les inscriptions à des nouveaux services (services de bus, ramassage d'objets encombrants) peuvent être ouverts à tous. Cette combinaison des données et de la technologie ouvre ainsi un nouveau champ des possibles dans le but d'améliorer le monde de l'urbain de demain.

Mais face à ces enjeux, les administrations et collectivités sont confrontées à des réductions budgétaires et à la nécessité de réinventer certains services publics sans outil. Pour réussir cette transformation numérique, les acteurs publics doivent mettre en œuvre des stratégies guidées par les données et surtout concevoir une IA à destination de ses utilisateurs. On peut parler alors de stratégie « citizen centric ». Grâce à ces avancées, les territoires verront apparaitre petit à petit la ville intelligente - prenant en compte la qualité de vie comme baromètre de la satisfaction de ses habitants.

Plus largement, l'intelligence artificielle devrait à terme permettre de simuler l'aménagement d'un quartier, de zones commerciales. Elle pourra prédire les impacts des aménagements futurs et faciliter la gestion des espaces verts. Elle aidera à la détection de mobiliers endommagés voire identifier via des images satellites des logements à rénover. Dans son rôle pour le bien social, cette technologie peut aussi être un outil de surveillance de la qualité de l'air, ou un gestionnaire intelligent de l'eau sur un territoire. À terme, grâce à cette stratégie, elle contribuera à l'amélioration globale de l'urbanisation de la ville durable.

2 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 11/05/2021 à 13:56
Signaler
Lire un article aussi superficiel, creux et mal écrit (et avec des fautes d'accord) sur La Tribune.fr est navrant. Cet article est une caricature. A se demander, effectivement, si ce n'est pas une IA (peu performante) qui l'a écrit.

à écrit le 10/05/2021 à 15:13
Signaler
Est c'est une "IA" qui a écrit cet article donc ? Ben ya du boulot encore hein !? ^^

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.