L'intelligence artificielle, une (r) évolution plus humaine que technologique

OPINION. Alors que les algorithmes colorent notre quotidien, persistent certaines réactions de rejet, ou fantasmes issus du réalisme de fictions qui confondent intelligence et domination. Par Emeric Kubiak, Head of Science chez AssessFirst
(Crédits : iStock)

Les algorithmes sont jugés plus sévèrement que les humains quand ils font une erreur. Aussi, s'il est malvenu de chercher à nier les dérives dangereuses issues de l'usage de certains algorithmes, il serait encore plus naïf de tous les condamner, au gré de sur-généralisations, de leur incompréhension, ou de la malhonnêteté de certains concepteurs.

Considérer les algorithmes à travers l'unique prisme d'une menace ou d'une déshumanisation se révèle ainsi une erreur d'attribution qui nous limite dans notre capacité à les comprendre comme catalyseur du potentiel et des synergies humaines. Dans le fond, les technologies ne changent pas réellement les sociétés : c'est leur réappropriation par l'Homme qui permet d'en faire de réelles évolutions. Cette fine nuance permet d'envisager la place centrale de chacun dans la construction d'un futur souhaité, où l'emportent les applications bénéfiques de l'IA.

Émancipation intellectuelle

La tendance à préférer les recommandations faites par une autre personne plutôt que par un système de recommandation (même plus performant) s'expliquerait par une illusion de mieux comprendre l'humain. Celle-ci émerge du fait que les gens projettent plus facilement leur compréhension intuitive d'un processus de décision vers une autre personne, plutôt que vers un algorithme. Toutefois, quand on leur demande d'expliquer la décision d'une autre personne, leur perception de compréhension diminue. Il en est de même pour notre compréhension des algorithmes : si nous pensons comprendre leur fonctionnement, nous faisons preuve d'une forte surconfiance issue d'un principe d'illusion de profondeur explicative. D'autres études au MIT montrent par ailleurs l'importance du style cognitif dans l'acceptation, ou l'aversion à l'IA.

Ces conclusions ne doivent pas laisser croire que les algorithmes ont toujours raison : elles invitent plutôt chacun à prendre la mesure de ses propres biais et crédulité, à développer son humilité intellectuelle, et à repenser ses convictions. Alors que l'explicabilité des algorithmes s'avère une nécessité, l'émancipation intellectuelle devient un levier essentiel pour amener chacun à se forger une compréhension éclairée de leur potentiel, au-delà des zones d'ombre et du sensationnalisme portés par certains lobbies. À tous les niveaux de la société, il apparaît ainsi essentiel de promouvoir la culture scientifique et de développer son esprit critique.

Intelligence collective

L'émergence de l'IA appelle d'autre part à renforcer les synergies collectives, et à briser les silos existants dans les entreprises ou dans l'éducation. Longtemps perçue comme une activité à l'exclusivité des profils 'techniques', force est de constater qu'un besoin de transversalité et de pluridisciplinarité est nécessaire, afin de  permettre à chacun de se sentir concerné par l'émergence de l'IA, et de développer des systèmes efficaces et impactant. Il est, en effet, encore - trop - courant et regrettable de voir émerger des gaps entre les perceptions de différents acteurs quant au potentiel de l'IA, ou de voir se créer des start-ups qui proposent d'automatiser certains processus métiers qu'elles ne maîtrisent pas. Les entreprises doivent ainsi se détacher d'une vision 'product-first', pour construire une vision 'service' qui considère l'utilisateur final comme un réel collaborateur et coconcepteur du service. Créer une harmonie entre les disciplines et les personnes, à travers une approche systémique de l'IA, de son développement, et de ses capacités, est alors un prérequis pour en jouir des bénéfices, tout en contrôlant les biais, grâce à l'apport d'expertises complémentaires et interactives. Certains écosystèmes mettent d'ailleurs déjà en place ce genre de collaborations pluridisciplinaires.

L'IA s'avère avant tout une révolution humaine, tant dans notre capacité à actualiser nos connaissances, que d'optimiser nos collaborations. Se focaliser sur de potentielles menaces, bien que légitime, c'est passer à côté d'une incroyable opportunité de nous faire évoluer individuellement et collectivement. Les débats ne doivent donc plus s'attarder à une dualité entre les Hommes et l'IA : qu'on le veuille ou non, la prévalence des algorithmes croît de manière exponentielle. Une réflexion plus stimulante est de vous interroger sur la place que vous voulez avoir dans la définition du monde de demain : rester passif et tolérer un monde décidé par d'autres, ou être proactif dans la coconstruction d'un monde souhaité ?

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 08/07/2022 à 8:24
Signaler
"Une réflexion plus stimulante est de vous interroger sur la place que vous voulez avoir dans la définition du monde de demain" Ce n'est pas à nous qu'il faut dire cela, nous nous ne possédons rien et nous ne pouvons rien, c'est aux propriétaires de ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.