La pointe avancée de l'OTAN dans les pays baltes : une épine pour Moscou

 |   |  1275  mots
(Crédits : Yves Herman)
IDEE. En répondant à un sentiment tenace d'insécurité chez ses nouveaux alliés, l'OTAN prend un risque calculé : celui d'attiser les tensions avec la Russie. Par Cindy Regnier, Université de Liège

En 2017, l'OTAN renforçait sa présence sur le flanc Est de son territoire avec l'opération « présence avancée rehaussée », qui consiste dans le déploiement de quatre bataillons multinationaux dans les pays baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie) et en Pologne. La France, présente en Estonie avec 300 soldats, participe avec les autres États membres de l'OTAN à ce déploiement.

Depuis la fin de la Guerre froide, aucun déploiement de cette ampleur n'a eu lieu au sein de l'Alliance atlantique. Cette décision d'envoyer des troupes aux frontières de la Russie s'est faite en réponse à un sentiment d'insécurité au sein de ces pays. En effet, l'intervention russe en Ukraine motivée officiellement par la volonté de défendre les citoyens russophones et la politique du « fait accompli » qui en résulte ont augmenté ce sentiment d'insécurité au sein de ces trois pays frontaliers de la Russie, malgré leur appartenance à l'OTAN.

Nous nous proposons d'analyser et de questionner les différentes raisons qui sous-tendent ce déploiement de troupes.

L'alibi inquiétant de la protection des Russes à l'étranger

Le concept de protection des compatriotes russes à l'étranger est régulièrement invoqué par le Kremlin pour légitimer ses interventions extérieures. Ainsi, en 2008, le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, pointait l'existence d'un « nettoyage ethnique » visant les russes en Géorgie, avant que l'armée de Moscou n'intervienne dans ce pays.

En 2014, les « little green men » - des soldats sans signalement d'appartenance nationale - envahissaient la Crimée, territoire située en Ukraine majoritairement russophone, suivi bientôt par des soldats en uniforme de Moscou. L'annexion de ce territoire fut précédée d'un référendum organisé par la Russie et non reconnu par l'Occident.

Si la protection des populations russophones présentes dans les pays limitrophes de la Russie est évoquée par le Kremlin pour justifier ses actions, certains auteurs, considèrent plutôt que le rapprochement de l'OTAN avec ces pays et la possible adhésion de ceux-ci à l'Alliance atlantique ont poussé Moscou à intervenir militairement. De fait, ces dits pays sont devenus instables et, en tant que tel, « indigestes » pour l'Alliance.

Dans les pays baltes, et plus particulièrement en Estonie et en Lettonie, un quart de la population est d'origine ethnique russe. Cette forte présence russophone inquiète ces États qui craignent de devoir faire face à une intervention russe suivant les mêmes motifs.

Les politiques de désinformation et d'accusation de discrimination envers les russophonesdans la Baltique sont déjà perçues comme les prémices d'une possible intervention. Cependant, les trois pays baltes, ainsi que la Pologne, sont déjà membres de l'Alliance et, de ce fait, les références aux cas ukrainien et géorgien doivent être relativisées.

La stratégie du fait accompli

Ce fort sentiment d'insécurité des pays baltes s'explique également par leur crainte de ne pas être soutenus par l'OTAN en cas d'intervention russe et d'annexion d'une partie de leurs territoires. En effet, l'intervention en Ukraine et l'annexion de la Crimée, malgré la réprobation internationale, sont souvent interprétées comme une stratégie du « fait accompli » de la part de la Russie.

Celle-ci consisterait en une intervention rapide et une annexion définitive d'un territoire, laissant ensuite le soin aux diplomates et politiques du Kremlin de tenter de reprendre le « business as usual » avec les États qui s'étaient opposés à ces actions.

Cette politique repose sur le postulat que les États occidentaux préféreront lancer une politique de « reset » avec la Russie, et ainsi reconnaître de facto l'annexion, plutôt que de maintenir indéfiniment des sanctions contre Moscou, ou encore d'intervenir militairement.

L'OTAN en difficulté face aux attaques hybrides

A ces enjeux s'ajoutent les actions de déstabilisation auxquelles font face les pays baltes. La suspicion de cyber-attaques, ainsi que la mobilisation de la diaspora russe présente principalement en Estonie et en Lettonie, créent des tensions au sein de ces États.

Ce type de déstabilisation a la particularité de ne pas déclencher l'article 5 du traité de Washington, lequel établit le principe de la défense collective de l'Alliance : une attaque armée contre un membre est considérée comme une attaque contre tous ses membres (en vertu de l'article 51 de la charte des Nations unies qui permet la défense collective).

Or, l'article 5 implique une attaque armée et n'est donc pas mobilisable dans le cas d'attaques hybrides. Ainsi, la Russie réussit, avec des techniques non-traditionnelles, à déstabiliser les pays baltes tout en testant la solidarité des membres de l'OTAN.

Par ailleurs, si l'article 5 implique une attaque armée, le déclenchement de celui-ci - même dans ce cas précis - n'est pas automatique. Dès lors, si la Russie envahissait les États baltes, une décision par consensus devrait être prise par les 29 États membres de l'OTAN. Une attaque armée de la Russie semble certes improbable en l'état, mais le Think tank américain Rand Corporation l'a toutefois envisagée et conclut qu'il suffirait de 36 heures pour que la Russie prenne le contrôle des trois États baltes.

Effet de dissuasion recherché

Cette facilité avec laquelle la Russie pourrait intervenir militairement en Estonie, Lettonie et Lituanie s'explique notamment par l'existence du système A2AD (« anti-access area denial ») déployé à Kaliningrad et dans l'ouest de la Russie. La présence de missiles sol-air, antinavires et sol-sol empêche, de facto, une intervention des troupes de l'OTAN sur le territoire des pays baltes en cas d'agression.

Le déploiement des troupes de l'OTAN dans les pays baltes et en Pologne. DR

La « présence avancée rehaussée » de l'OTAN sur leur territoire vise, dès lors, à dissuader une attaque russe, et cela pour deux raisons. Premièrement, le déploiement des troupes de l'OTAN sur place en cas d'attaque permettrait d'alerter l'Alliance en temps réel en cas d'intervention de « little green men ».

Deuxièmement, en cas de menace sur leurs troupes, les pays occidentaux seraient automatiquement plus impliqués dans une éventuelle crise. Les pays baltes redoutent en effet l'inertie des pays fondateurs de l'Alliance, peu enclins à mobiliser leurs soldats dans un conflit direct avec la Russie en cas d'attaque. Or le recours à l'article 5 se fait par consensus... Par ailleurs, comme nous l'avons vu, le flou entourant les attaques hybrides et le doute sur la possible responsabilité de la Russie impliquent davantage d'indécision au sein des États membres de l'OTAN.

Risque d'escalade

Pour la Russie, cette présence de troupes sur le flanc Est de l'Alliance est en contradiction avec l'Acte fondateur de 1997 entre la Russie et l'OTAN stipulant qu'aucun positionnement conséquent et durable de troupes ne peut se faire sur le territoire des nouveaux membres de l'OTAN.

Cet argument est rejeté par l'OTAN, qui soutient qu'une rotation de troupes ne constitue pas une violation des accords. Il n'en reste pas moins que ce déploiement militaire à ses frontières est vu par le Kremlin comme une véritable provocation de la part de l'OTAN.

De plus, la protection de l'article 5, même mise à mal par les attaques hybrides, reste symboliquement non négligeable, et il est peu concevable que la Russie prenne le risque d'annexer militairement les pays baltes. Mais en répondant à un sentiment d'insécurité chez ses nouveaux alliés, l'OTAN prend un risque : celui d'attiser les tensions avec la Russie.

The Conversation ________

 Par Cindy RegnierDoctorante en Relations internationales, Université de Liège

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/08/2019 à 0:05 :
"Le concept de protection des compatriotes russes à l'étranger est régulièrement invoqué" :
En 1939, c'était le sort des allemands des Sudètes qui avait servi de prétexte à l'invasion de la Tchécoslovaquie (problème "résolu" en 1945 par un "nettoyage ethnique" de pauvres gens qui, dans l'ensemble, n'avaient rien demandé à personne).
Le temps passe, les politiciens restent…
a écrit le 01/08/2019 à 18:14 :
En inversant les causes et les conséquences de ce que l'on nous raconte, on est toujours plus près de le Vérité! La propagande veut avoir toujours raison!
Réponse de le 01/08/2019 à 23:26 :
En effet, c'est ce que nous faisons avec votre commentaire.
a écrit le 01/08/2019 à 12:47 :
Inutile de jouer au petit soldat qui va défendre l'Occident. La tension est volontairement maximalisée avec la Russie (budget militaire inférieur à l'Allemagne !) pour justifier l'Otan .
L'Otan (les Usa) imposent à leurs vassaux 2 % de leur budget en armement ; comme les pays européens ne produisent pas en cette quantité, il leur faut acheter américain .
Le reste est du bla-bla va-t-en guerre
Réponse de le 01/08/2019 à 20:34 :
Vous comparez les budgets militaires comment !En Russie tout est 10 fois moins cher qu'en occident donc au niveau militaire tous les couts sont dans un rapport de 10 environ ;Quand on voit que la france achete 1 mirage à Dassaut 120 millions d'€ la Russie achete a Sukoy 1 S 35 équivalent pour moins de 35 millions de $il en va de meme pour les soldes des soldats .Si en France un capitaine gagne net 4000 e par mois en Russie il en gagne 400 mais en Russie un caddy de la menagere qui vaut 200 e en France ne vaut que 20 e donc on ne peut pas parler directement de comparaison entre les budgets militaire........
a écrit le 01/08/2019 à 11:40 :
Avec un poutine aux commandes, il vaut mieux prevenir que guerir.
Réponse de le 01/08/2019 à 18:29 :
Surtout qu'avec Macron, on a beau le prévenir, il ne peut rien guérir!
a écrit le 01/08/2019 à 11:27 :
Bel article très atlantiste à la solde de l'OTAN et donc, de son mentor. Pendant ce temps, notre Défense de l'Europe ne nous appartient pas (hormis -pour combien de temps?- notre propre dissuasion nucléaire) . Ainsi, pas de développement rapide de notre Industrie, bloquée souvent pas des "manips" abusives de notre "allié" et des ses commettants européens (Allemagne en tête), pas de constitution d'une vraie Défense de niveau mondial. Cela veut dire? Disparition à terme de la vieille Europe, sans souveraineté, sans autorité, passée par pertes et profits aux mains de son "allié" belliqueux. Pourtant il y aurait d'autres voies, mais il faudrait au préalable que notre allié, justement, passe un peu la main…fasse de l'Europe et de la Russie des alliés authentiques face aux grands blocs asiatiques, mais cela devient très utopique. Nous n'avons de toute façon toujours pas le leader capable d'imposer des stratégies.
Réponse de le 05/08/2019 à 13:58 :
Beau commentaire a la solde de la Russie et donc de son mentor W Poutine. L OTAN a la faveur d une tres grande majorite d europeens dont ceux de l est qui craignent toujours l appetit de l ours russe après + de 30 ans occupation soviétique. Ces pays reconnaissent que cette organisation a été très efficace face au bloc soviétique qui s s'est effondré e 1989.
a écrit le 01/08/2019 à 10:11 :
Attiser les tensions avec la Russie n'est pas un risque mais un acte délibéré des américains pour déstabiliser l'union européenne, maintenir une présence militaire US et imposer la vente de matériel militaire US. Après certes l'OTAN n'est pas constituée que d'américains mais les américains jouent sur la peur des pays de l'Est et sur le soutien d'idiots utiles et des américanophiles naïfs européens.
Quant à la Russie, elle n'attaquera jamais là-bas, la Russie est dépendante de l'UE pour son développement économique.
a écrit le 01/08/2019 à 8:52 :
Les russes ont avancé par petits pas également en annexant plusieurs territoire, l'idée de l'université de liége, ville du pays dont on a fait hypocritement la capitale de l'UERSS, serait elle donc de continuer de les laisser avancer de la sorte ?

Vous reprochez quoi en fait à une armée, de s'adapter à la stratégie de son potentiel adversaire, d'en anticiper les mouvements ?

La vache et dire que l'on vous offre l'armée française... -_-
Réponse de le 01/08/2019 à 16:32 :
Citoyen blasé. Soyez le moins, observez bien. Qui porte le plus gravement atteinte à notre industrie? Qui impose une Union Européenne sans souveraineté, à sa botte? Qui impose sa présence militaire parfois directement mais en tout cas, indirectement, par le commandement, à notre continent? Qui nous impose à travers sa géopolitique des guerres auxquelles nous participons et dont nous subissons les contre-coups (terrorisme, immigration)? Qui pourrait croire que la Russie serait capable d'envahir l'Europe? De ne pas croire en notre propre force de dissuasion qui nous a déjà protégés? Qui ne voit pas que l'Europe n'est que le bout d'un continent, l'Eurasie et que la Russie a la plus longue frontière avec la Chine, et que son alliance avec l'Europe (à laquelle elle appartient) est nécessaire pour nous et pour elle? Pourquoi n'a-t-on pas dans les médias répercuté les discours de Poutine dans ce sens, lequel, devant ce non-dit européen, tente de trouver des modus-vivendi avec la Chine? Beaucoup de Sages et de stratèges ont expliqué qu'un "allié" qui s'impose par la force était souvent plus dangereux qu'un ennemi. Avec un peu de courage, en évitant de faire l'autruche, on court moins de danger qu'en subissant. Ce fut déjà le cas, lors de la dernière guerre, que j'ai connue, adolescent...
Réponse de le 01/08/2019 à 18:24 :
Si la Russie avance a petit pas, les US avance a grand enjambé pour que l'on ne s'aperçoive de rien! S'il n'y arrive pas, il sème le chaos pour que personne n'en profite!
Réponse de le 02/08/2019 à 9:14 :
"les US avance a grand enjambé pour que l'on ne s'aperçoive de rien"

Bien sûr que non ils avancent à pas de géants parce que ce sont des géants tout simplement, ils n'ont pas besoin que l'on s'apercoive de rien, au contraire ils ont tout intérêt à exposer cette magnifique puissance politique et économique, je le répète arrêtez de chercher ailleurs des responsables de notre déroute économique vous ne faites que l'amplifier les gars hein... -_-

Votre paranoïa, votre complotisme exacerbé ne fait qu'un peu plus nous enfoncer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :