La République des initiés

 |   |  1151  mots
(Crédits : dr)
SÉRIE D'ÉTÉ POLITIQUE-FICTION - ÉPISODE 3/8. Dans un "House of Cards", version Macron, La Tribune raconte chaque vendredi sous la plume de Marc Endeweld (*), les secrets du quinquennat sous la forme d’un récit mêlant la fiction et la réalité pour montrer comment le président de la République, élu sur la volonté d’un renouvellement de la vie politique et d’un « dépassement » des clivages, se prépare malgré son impopularité à rééditer le « coup » de 2017 en étouffant à petit feu ses adversaires, droite, gauche et écolos... Aujourd'hui, récit notamment avec Alexandre Djouhri, mis en examen dans le dossier du financement libyen présumé de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, et dont l'ancien avocat est maître Dupond-Moretti, le nouveau garde des Sceaux.

Quelque part du côté de l'avenue d'Iéna, dans le « triangle d'or » parisien, entre la Seine et les Champs-Elysées, Alex tourne en rond dans le grand appartement qu'un de ses amis lui a prêté depuis qu'il est sorti de prison. Sa libération, il l'attendait depuis plusieurs semaines, et elle est intervenue, comme par ironie, un jour avant le confinement national décidé par le président Macron. Le 16 mars, l'intermédiaire Alexandre Djouhri, mis en examen dans le dossier du financement libyen présumé de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, fut ainsi libéré de la prison de Fresnes, pour raisons médicales. La nouvelle passa quasiment inaperçue au moment même où le pays tout entier sombrait sous l'épidémie de Covid-19. Les exégètes des coulisses parisiens se perdirent pourtant en conjectures.

>> ÉPISODE 2 : «Château de cartes» à l'Elysée : Brigitte et le «gang» des femmes

Depuis, « Monsieur Alexandre » prend son mal en patience. Pour occuper son temps, il ne loupe aucune miette des dernières actualités politiques... « On l'a sauvé ! Son quinquennat était foutu, il n'avait plus rien à dire... », expose ainsi Alex à l'un de ses amis. La personne au centre de son attention ? Emmanuel Macron, bien sûr. C'est du reste ce que les sarkozystes du premier cercle aiment se dire depuis le dernier remaniement. Le policé Camille Pascal, ancienne plume de Nicolas...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/07/2020 à 18:18 :
Seriez nous en train d'essayer de nous dire que la marionnette présidentielle va changer de main ?

Alors certes on peut imaginer que Marine Le Pen au second tour va encore nous sortir une énorme aberration afin que les gens ne l'elisent pas, elle a signé pour ça mais c'est sans compter sur la capacité des français à rejeter un pouvoir en place bien trop oligarchique et européiste.

Vous allez voir elle se fera quand même élire, ça devrait être bien marrant de tous les voir paniquer et se réorganiser du fait de leur énième lamentable échec et ça permettra d'effacer enfin l'imposture d'extrême droite pour les élections futures.

Le déclin c'est sans fin.
a écrit le 31/07/2020 à 12:41 :
Initié, c'est peu de la dire! Vous pensez que tout ceux qui regardent ne l'on pas compris?!

comme l'économie, tout est question de réalité! Mais nous allons voir si les clones d'écoles vont pouvoir changer le paradigme de la crise....

Pas pour eux, mais pour ceux qu'ils sont censé représenter! Il sera difficile d'expliquer le résultat en accusant le covid, l'économie, ou la faute des autres.

Et comme la plupart d'entre eux sont des gestionnaires et pas des visionnaires, disons que les initiés peuvent se l'a couler douce lorsque tout va normalement.

Et l'on a pu voir macron a l'oeuvre pendant le covid, et voir comment le média tente de le sortir de son impotence et de son manque d'anticipation !

La république des hauts fonctionnaires, les mêmes qui vendaient toute l'industrie et qui aujourd'hui a mis le pays dans un gouffre que le chômage de masse par habitude fait démonstration de l’impotence.

Hormis la police et la viollence d'état, c'est tout ce que nous avons pu voir.

La vision, hormis servir ces potes "initiés", vont sans doute vider ce qui reste encore...

Question intégrité, n'en parlons pas, du coup avec la crise éco, la crise de la dette, la crise de légitimité, bref nous allons bien nous marrer!

Avec une police en dehors du droit, et son chef qui lui même semble dans des pratiques "d'initié" bref, comment peut on imaginer autre chose que l'implosion a court terme.

Nommer des gens n'est pas satisfaire un peuple, alors attendons nous allons bien nous amuser!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :