La République en marche a-t-elle un avenir après les municipales ?

 |   |  847  mots
Stanislas Guerini, comme ses prédécesseurs à la tête de LREM, notamment Christophe Castaner, n'ont rien fait pour revitaliser le « mouvement » - mais ne devrait-on pas plutôt parler maintenant de « parti », formule tellement ancien monde?
Stanislas Guerini, comme ses prédécesseurs à la tête de LREM, notamment Christophe Castaner, n'ont rien fait pour revitaliser le « mouvement » - mais ne devrait-on pas plutôt parler maintenant de « parti », formule tellement ancien monde? (Crédits : Reuters)
POLITISCOPE. Peut-on encore parler d'un mouvement, à propos de La République en marche ? Depuis 2017 et la victoire étincelante d'Emmanuel Macron, LREM s'est peu à peu recroquevillé sur un quarteron d'apparatchiks. Et les nombreux militants qui avaient rejoint Emmanuel Macron durant sa campagne de 2017 sont désormais une poignée dans la plupart des départements.

Assiste-t-on à un début d'hémorragie au sein de la majorité ? On en est loin, mais les départs ou exclusions du mouvement présidentiel dans les rangs des députés LREM ont tendance à s'accélérer ces derniers mois. Fin janvier, ce fut au tour de Paula Forteza, députée des Français d'Amérique latine et des Caraïbes, qui soutient Cédric Villani aux municipales à Paris, lui-même banni du parti peu de temps après. L'élue a mis en avant « beaucoup de raisons liées au fond », mais aussi « la méthode, la stratégie politique » du mouvement.

D'ailleurs, peut-on encore parler d'un mouvement à propos de La République en marche ? Depuis 2017 et la victoire étincelante d'Emmanuel Macron, LREM s'est peu à peu recroquevillé sur un quarteron d'apparatchiks, représenté à présent par le très charismatique Stanislas Guerini, issu de ladite « bande de la Planche », ces petits jeunes qui s'étaient mis au service de Dominique Strauss-Kahn en 2006 lors des primaires du PS.

« Tous ceux qui...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2020 à 18:54 :
Mais non ils n'ont pas d'avenir.
Ils réitèrent les erreurs du PS au pouvoir sous Hollande, c'est à dire qu'ils se coupent du peuple.
Une poignée d'entre eux, Président de la république et Premier ministre en tête, pensent détenir la vérité, et ils foncent tête baissée. Ils se prendront donc une claque magistrale, un phénomène de rejet, comme l'ont connu Hollande et Valls, à toutes les échéances électorales qui se sont succédées.
Et ce n'est pas l'épiphénomène de ce soir où Macron réunit sa majorité de Bénis-oui-oui pour les consoler qui va infléchir la courbe.
Ils sont frits, ils n'ont rien compris.
En plus, ils oublient une chose, si les français les rejettent et élisent une autre majorité sur un autre programme de refonte de leur retraite bidon, une autre loi viendra détricoter ce qu'ils auront monté à la va-vite, puisque le peuple n'aura pas adhéré à leur réforme !
Moralité, ils auront perdu leur temps et une occasion de se faire réélire, comme le PS en 2017 !
a écrit le 10/02/2020 à 19:14 :
Les élections municipales sont des élections locales, on semble l'oublier. Elles ne refléteront pas la réalité politique d'élections législatives ou présidentielles. Cependant on peut faire confiance aux réseaux sociaux et médias, qui sont à l'unisson, les uns nourrissant les autres, pour en tirer des plans sur la comète.
Il faut examiner l'histoire politique de la V ème républiqe, au plus ce peut être une tendance donnée , les vieux partis vont avoir l'impression de renaître, on voit des listes de candidats socialo communistes pures, hors sol, mais ce peut être illusoire.
Le tassement du parti présidentiel est un classique lors des élections intermédiaires ce qui est nouveau c'est la haine exprimée du parti présidentiel.
En 2022, s'il y un nouveau président avec une nouvelle majorité, ce peut être un président fort et autoritaire avec une majorité musclée.
a écrit le 10/02/2020 à 18:59 :
Le parti est quasiment saigné à blanc de militants et a très peu d'élus.

Les comités locaux de marcheurs ont été écœures par le caporalisme parisien de LREM et ce, dès l'élection de Jupiter.

Les candidatures aux législatives de 2016 ont été décidées par un quarteron de proches du président qui a écarté beaucoup de militants locaux au profit d'apparatchiks venus de la vieille politique et de copains de copains.

La politique menée par le pouvoir n'a plus grand chose à voir avec les promesses de campagne et la meilleure mesure de la déliquescence du parti est que dans les 60 plus grosses communes de France, le candidat officiel est challengé par un frondeur local dans 20 villes.
a écrit le 10/02/2020 à 16:06 :
Depuis qq jours, est étudiée en commission des lois, la réforme des retraites. 19000 amendements à discuter. A ce jour,seuls 4000 ont été étudiés. Mercredi tout doit être terminé et si les 19000 amendements n'ont pas été tous parcourus, les amendements retenus lors des discussions ne seront pas mis dans le projet de loi. Et l'on appelle cela la démocratie. Bien sûr que LReM suit la constitution mais il y a certaines limites à ne pas dépasser. A quoi cela sert il de perdre son temps si tout est pipé au départ. Quant aux municipales, Macron n'en a que faire. Depuis son avènement , il dirige sans le soutien des villes importantes et cela ne l'empêche pas de suivre sa ligne de conduite.
a écrit le 10/02/2020 à 14:04 :
"La République en marche" n'a de l'avenir que si il y a du fric a se faire, le reste n'est qu'un moyen!
a écrit le 10/02/2020 à 10:36 :
ces gens qui pensent que seul leurs idées sont bonnes finissent par agacer,un peut d'humanité et d'humilité j'ai vote pour un député larem elle passe souvent à la télé je suis ecoeuré par son comportement et son arrogance elle n'aura plus nos vois
a écrit le 10/02/2020 à 10:31 :
P.S (on dit jamais deux sans trois): En plus nous avons un besoin urgent de permaculteurs que les autorités françaises et européennes massacrent allègrement car bien souvent sans argent c'est extrêmement compliqué de tenir les 5 années afin de vraiment pouvoir produire abondamment, le meilleur marchand de porc bio que je connait, dont j'ai goûté la viande , un plaisir de goût à faire "pleurer de tendresse", a du fermer parce qu'il avait aussi des canards qu'il a du abattre, et ses reproducteurs avec, sous ordre de la Kommandantur.

Un gars qui bossait 12h par jour s'est fait fermer par des emplois fictifs français et européens avec des salaires à 5 chiffres...

Aussi, au lieu de désinformer les gens en massacrant la vérité, vous vendez votre logement de 40m2 à Paris, vous aurez 600000 euros avec lesquels vous pourrez acheter une magnifique demeure, voir un château, en très bon état et 50 hectares par chez nous et zou tous à vos semis ! :-)

Peut-être le temps de quitter le monde virtuel oligarchique dorénavant totalement déconnecté des réalités non ?
a écrit le 10/02/2020 à 10:13 :
Avec Lrem, la démonstration est faite que sans passé, sans un socle et des ancrages solides dans les territoires, l'expérience Lrem restera une parenthèse.
a écrit le 10/02/2020 à 9:48 :
C'est bien ce que je dis, comme sur arte, ode à notre doudou national obligatoire !

Ben moi je dis les gars que quand on est forcé à faire de la propagande et que l'on se dit journaliste, soit on fait des documentaires animaliers, à savoir on cherche à instruire les gens d'une autre façon, après tout la politique a toujours été pourrie et les mots ne la changeront pas grand chose j'en suis bien conscient, c'est pas difficile d'aller chercher un sujet sur la "Pygargue à queue blanche", au moins on apprendra quelque chose, soit on démissionne.

"Ne fait jamais de quelqu'un une priorité, quand pour elle tu n'es qu'une option" Mark Twain

Même si vous me censurez je sais que vous la lirez cette citation qui me donne tellement raison parce que nous ne sommes tous que des "options" ! Pensez-y...
Réponse de le 10/02/2020 à 14:32 :
@ multipseudos (pour une fois que tu es à ta place... ):

C'est pas de l'invective c'est un appel à réfléchir à long terme.
Réponse de le 10/02/2020 à 15:22 :
@ Multipseudos:

Visiblement t'as pas lu: ""Ne fait jamais de quelqu'un une priorité, quand pour elle tu n'es qu'une option" Mark Twain

Ou t'as pas compris et dans ce cas chez les gens éduqués on pose une question on ne se précipite pas sur lui.

TU veux que je t'explique cette citation de Twain journaliste ?
a écrit le 10/02/2020 à 9:00 :
"et la victoire étincelante d'Emmanuel Macron"

"Étincelante" alors que grâce au FN ? Vous écrivez cela sérieusement ? La vache on se croirait sur Arte dites donc... -_-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :