Monsieur Macron, profitez de cette crise pour réformer l'État !

 |  | 1059 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : DR)
OPINION. Les citoyens devraient se méfier des mots-valises en politique, souvent galvaudés et qui cachent l'absence d'une pensée pratique. Ainsi, à l'emphase du titre du seul livre de Macron en 2017, « Révolutions », on devinait déjà la négation de tout changement de grande ampleur ; et plus de trois ans plus tard, l'inspecteur des finances issu du sérail de cette haute administration sclérosée n'a pas encore secoué l'hydre bureaucratique. (*) Par Sébastien Laye, PDG Aslan Investissement et Président du mouvement Quatre Piliers.

De toutes les déceptions du quinquennat, celle de l'absence de réforme de l'État est la plus inquiétante. « Il faut que tout change pour que rien ne change », disait le compte de Lampedusa dans le Guépard.

Le roi énarchique et administratif est nu

Pourtant l'impérieuse nécessité de cette réforme de l'État n'a jamais été aussi criante : avec l'effondrement sanitaire de la France durant la crise du Covid, sa gestion ubuesque par les politiques et les administrations, le manque de tout (masques, appareils médicaux, gels, tests vaccins)... le roi énarchique et administratif est nu. Comment tolérer un tel niveau d'inefficacité avec une dépense publique qui en 2020 va battre le record mondial à 64% du PIB ? Des prélèvements obligatoires qui sont en train de dépasser 50% du PIB, contre 30% à l'époque du Général de Gaulle ! Une époque où non seulement les Français étaient bien soignés et avaient des retraites solides, mais où nos impôts finançaient des infrastructures efficaces et une certaine grandeur politique et militaire plus douteuse de nos jours...

La France a un décalage en dépenses publiques et prélèvements obligatoires d'au moins 10 points de PIB avec ses voisins, soit un différentiel de 200 milliards d'euros : 200 milliards en trop prélevés sur nos ménages et nos entreprises, qui ne parviennent même pas à financer le tonneau des Danaïdes de la dépense publique, puisqu'il faut sans cesse faire appel à de nouvelles émissions de dette publique. Cette dette serait gérable si elle finançait des investissements élevant le PIB, mais elle ne fait que combler les impasses de l'État social nounou.

Cette crise a montré que ce modèle d'État non efficient, mais onéreux n'était plus tenable. Quand on analyse la dépense publique, si 55% financent le social au sens large (mais ce financement pourrait passer en partie par les acteurs privés plutôt que par l'État), les dépenses de fonctionnement des administrations représentent elles plus de 30% ! (Le reste ? la dette, la contribution à l'Union européenne, et un misérable pourcentage à l'investissement public). On retrouve peu ou prou ce ratio, dans les services fiscaux ou même à l'hôpital (30% de personnels non médicaux), inférieurs de dix points dans les autres pays. Macron doit donc se saisir de cette crise pour enfin réformer l'État.

Le statut ou la fonction ?

Nous lui proposerions d'abord de revoir la définition du statut de la fonction publique : la France a été trop généreuse sur le sujet, confondant sphère publique et statut à vie. Chez nos voisins européens, travailler quelques années dans la sphère publique ne signifie pas être fonctionnaire. Le statut onéreux de la fonction publique doit être réservé aux opérationnels de terrain : militaires, policiers sur le terrain, personnels médicaux, enseignants. Un employé à Bercy ou dans une collectivité locale n'a pas besoin de ce statut.

Un autre élément indispensable à la vitalité de la haute administration serait un 'spoil system' français : dans les autres pays, après une élection présidentielle, les directeurs d'administration sont tous changés et nommés. Un gouvernement peut ainsi directement appliquer son programme avec des directeurs d'administration partageant ses idées. Aujourd'hui en France, sous prétexte du mythe du grand commis (alors que nos énarques se servent plus qu'ils ne servent l'État pour la plupart, accaparés par leurs perspectives de pantouflage), les directeurs sont inamovibles : ils restent à leur poste, s'opposent parfois aux réformes. Macron, issu du sérail, pensait naïvement que tous ces hauts fonctionnaires le suivraient : c'est loin d'être le cas en pratique. Non suivis par leurs administrations, les ministres répliquent les personnels dirigeants par leur cabinet ministériel : d'où l'inflation des doublons et des effectifs des cabinets, sorte d'administration bis du Ministère.

Par ailleurs notre démocratie en elle-même coûte cher : ne faisons pas preuve de démagogie ici, ce n'est pas une question de niveaux de rémunérations (ils sont plus bas qu'à l'étranger, ce qui explique aussi que les meilleurs ne s'intéressent guère aux carrières politiques...) Il s'agit d'une question de mille-feuilles administratifs. Mairies, communautés de communes, intercos, départements, régions, avons-nous besoin d'autant d'échelons ? Les seuls départements, entités les plus contestées, prélèvent 70 milliards d'euros par an, soit une multiplication par quatre en trente ans. Il faut se poser la question de la disparition de certaines entités, mais aussi de l'attribution des compétences, afin d'éviter les redondances actuelles et les doublons. Au niveau national, le bicamérisme est utile, mais quid de la promesse de Macron d'introduire une dose de proportionnelle aux législatives ? Le système actuel donne une majorité pléthorique à des formations qui ne représentent pas plus du quart des votants. Si on compare avec les pays voisins au pro rata  la population, notre Assemblée ne devrait pas avoir plus de 400 députés, dont un quart à la proportionnelle au moins. Les élections législatives devraient être groupées avec les présidentielles, tout comme les élections locales en un seul jour.

Enfin, il faut s'interroger sur les missions de l'État : est-ce que toute activité publique, une fois encore, doit être prise en charge par l'État ? Les associations ou même certaines entreprises de l'économie sociale et solidaire n'atteignent-elles pas de meilleurs résultats ? Sur le modèle des social impact bonds proposés par le think tank Génération Libre, nous pourrions confier certaines tâches de l'État, notamment dans le domaine social, à des associations (contrat de délégation de services publics), avec des programmes sociaux potentiellement financées (sous condition de résultats) par des émissions d'obligations privées. Garantis par les États, ces obligations attireraient la vaste épargne actuelle et l'État paierait seulement les intérêts des obligations aux souscripteurs en fonction des résultats concrets de ces actions.

De la RGPP sarkozyste aux promesses macronistes, la réforme de l'État est restée lettre morte au cours des dix dernières années. La crise du Covid nous impose de nous remettre à la tâche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2021 à 9:27 :
Le "compte" de lampedusa : quel lapsus!
Ce que vous voulez c'est une simple logique comptable?
L'Etat a besoin de fonctionnaires formés et de moyens pour protéger les citoyens.
Arrêter de brader l'Etat avant qu'il ne soit trop tard, sinon vos positions de privilégiés seront remis en cause. Et là tout aura changé, Monsieur le "Compte"...
a écrit le 19/01/2021 à 17:44 :
Beaucoup parle de "réforme" sans en connaître la définition qui est la suivante: "Vision préconçue de l'avenir construite avec les données d'hier" ce qui a rien a voir avec une "adaptation"!
a écrit le 19/01/2021 à 16:35 :
la dictature c'est un chat qui dirige des souris
la démocratie à la fançaise ce sont les souris qui votent pour un chat.

Le monde des administrations et des politiques nous ruine et refuse toute amélioration de leur système ubuesque, kafkaien, le tonneau des danaides qui nous mainteint dans ce cercle infernal de la contre performance absolue :
record de dépenses publiques pour les pires résultats, plus ils dépensent plus on est mauvais.
bueget record de l'éducation nationale, on passe derniers d'europe en math quand nos élèves nous coutent 20% de plus que les autres pays !! 400 000 administratifs pour 800 000 enseignants et qui entravent le fonctionnement, culture énarchique pas de vaques...
idem pour la santé comme signalé, 33% d'effectifs administratifs quand la moyenne européenne est de 22%, soit + 50% !!!

l'argent public, notre argent, se dilue dans les strates intermédiaires : ARS, agences départementales, la dizaine de directions supérieurs qui se contredisent...et donc il n'y a plus rien pour améliorer la 1ere ligne : toubibs, infirmières, enseignants...Si on inverse la logique : rationalisation es organisations les les gains afectés à la première ligne, c'est changement total, excellence des résultats.

plan de relance ? macron nomme 90 préfets pour la gérer, avec la logistique qui va avec..comme si le régions ne savaient pas gérer...90 potes au chaud.. et c'est partout pareil, l'usine fantome du monde qui se sert dans la caisse.

La France est le pays de la corruption publique la plus élevée, c'est ça notre cancer qui va nous tuer.
a écrit le 19/01/2021 à 16:25 :
pour vous sauver, on vous endette quoi qu'ils vous en coûte.

Voila la vérité, ce que devrait dire le président.

Et Bruno Le Maire qui dit que la dette va être payée par la relance et la croissance, certes, mais vu que ça fait 40 ans que les politiques avec les administratifs ne savent que créer toujours plus de déficits, donc de dette et de chômage (pour la privé, pas pour eux), comment va t il faire pour passer subitement à des excédents ?

La solution est simple : supprimer tout ce qui ne sert à rien et nous coute un pognon de dingue, et c'est par dizaines de milliards sur chaque poste, et donc baisse drastique des impôts et charges, et on change radicalement de braquet, croissance, excédents..on passe devant l'Allemagne..

Sauf que macron est contre toute réforme et a peur de tout, que du baratin pour nous enfumer, veut satisfaire tout le monde, est incapable de décider...la moindre réforme est une catastrophe en résultats, voir les retraites, ça coute plus que ça ne rapporte quand il y a 7 milliards de régimes spéciaux (de détournement d'argent public) à récupérer, la honte !! l'inefficacité totale, ils couleraient n'importe quelle pme en moins de 3 mois...

ce n'est pas un quinquennat de plus pour rien, c'est un quinquennat à continuer la descente aux enfers, insécurité, banlieues, chômage, gaspillages, déficits, dette...
a écrit le 19/01/2021 à 16:15 :
Trés bonnes mises au piont sur ce que bizarrement aucun média, journaliste, ne met en lumière en interpelant tous nos camelots de la foire qui n'abordent aucuns sujets de fond.

Le monde politicien et médiatique s'épaulent : les premiers parce qu'ils ne gérent que leurs parts de marchés et leur électorat, les seconds parce qu'ils ne gérent que l'audimat et préférent la polémique et l'évitement du fond, es 2 vont bien ensemble mais bafouent la démocratie.

Parce qu'il est clair qu'on ne fait que subir ces gaspillages publics monstrueux, signalés par la cour des comptes mais laissés pour compte, donc une démission totale de gestion et de management de leurs périmètres respectifs.

Nous sommes les esclaves de cette france du secteur public et administratifs, ils nous ruinent et nous envoient dans le chômage profond quand tout va bien pour eux, salaires, primes, retraites et régimes spéciaux et avec la garantie de l'emploi et des instances innombrables de renvoi d'ascenseurs des copains.
a écrit le 19/01/2021 à 16:06 :
il faut que nos entreprises soient sacrément performantes pour tirer malgré tout leur épingle du jeu dans un pays où :
- on cultive à ce point la haine des patrons, des entreprises, des riches
- on a le record du monde d'impôts et charges qui plombe totalement l'économie
- on a l'usine fantôme du monde avec ses 620 élus, ses comissions, conseils, hautes cours, mille feuille, à entraver le secteur productif et marchand avec nos 400 000 normes, 11 000 articles du code du travail, 103 aides sociales qui coutent 45 milliards rien qu'en gestion (ifrap), 42 régimes de retraites...

Il est clair que si on enlève ce parasitisme et détournement massif d'argent public en bandes organisées, on va exploser tous les résultats, on pourra financer du vrai social et de grands projets, et non le faux social payé par les déficits avec chômage de masse induit.

Mais comment on sort de cette dictature politico-administrative qui refuse de se réformes pour nous délivrer de meilleurs services et moins onéreux, et qui donc nous saigne pour garder son train de vie et avantages indus en dizaines de milliards
a écrit le 19/01/2021 à 15:59 :
excellent article qui met le doigt sur les dysfonctionnements majeurs qui nous coutent un pognon de dingue, qui donc sont la cause de notre record d'impôts et charges qui asphyxient les ménages et les entreprises, et donc entrave lourdement le développement te la croissance, et avec notre chômage de masse et notre usine fantôme à reproduire que des déficits et de la dette.

C'est absolument révoltant car notre pays à un potentiel immense mais totalement anéanti par cette deuxième france pléthorique et qui ne gére que ses avantages et mille feuilles indénombrables, qui travaille peu et nous saigne.

Si la France était bien gérée, on ne serait pas le bonnet d'âne de l'europe, on serait premiers et avec des excédents.
L'asso contribuables associés évalue à 97 milliards par an le coût de ces usines fantomes, les 1600 commissions théodules, les mille feuille de trop...de quoi donner 800e/m à 10 millions de personnes. Et ce sans compter les mauvaises dépenses et mauvais choix, au mois autant.

Quant à macron, il a tout promis mais rien fait, la décentralisation, la réforme du secteur public...etc..et quantité de bonnes propositions du grand débat..passé aux oubliettes. De puis le jour de son élection il ne fait que gérer la prochaine, de plus il est comme tous ces énarques qui chapeautent tout le secteur public et politique, incapable de décider, de prioriser, de trancher de donner une vision moyen terme. C'est pilotage a vue et actions politiciennes dans tous les sens. Et s'ils réforment, les gains potentiels deviennent des pertes à force de gaver toute le monde pour que rien ne bouge. La chienlit comme jamais vu, ils n'ont jamais travaillé dans la vraie vie, donc rien à attendre.
a écrit le 19/01/2021 à 13:47 :
A l'évidence, vu l'émigration croissante, les changements devront être radicaux et mondiaux, et aller beaucoup plus loin que la France et l'Europe ne le pourront ! ____ Surpopulations et automatisation des industries manufacturières et de l'agriculture, sont totalement incompatibles vu le manque d'emplois stables !§!
_____ Imposons une limitation mondiale des naissances en ce monde ! ______ La règle la plus logique devra être :
- pas plus d'un enfant fait en ville,
- de deux enfants faits en campagne,
> puis stérilisation du couple !
____ Aucune surpopulation n'est logique ni tenable, et personne ne devrait plus tant croire avoir "l'obligation" de faire des enfants, vu le contexte de pénuries en tous genres et de pollutions planétaires, qui débordent d'effets invivables !§! L'adaptation est d'essence divine ! Aucune rigidité d'esprit et de comportements ne l'est...
a écrit le 19/01/2021 à 13:04 :
le gars n'a rien fait en 4 an, et a un an de la presidentielle, avec la vague de faillite qui s'annonce, il va reformer?
la france est incapable d'economiser un euro, alors ca finira en guerre, et c'est la guerre qui fera les reformes
a écrit le 19/01/2021 à 12:39 :
"Monsieur Macron, profitez de cette crise pour réformer l'État !"
"Enfin, il faut s'interroger sur les missions de l'État : est-ce que toute activité publique, une fois encore, doit être prise en charge par l'État ? Les associations ou même certaines entreprises de l'économie sociale et solidaire n'atteignent-elles pas de meilleurs résultats ? "

--> Nous y voila ! "La stratégie du choc" de Naomi Klein. Quelle opportunité ! Les adeptes de Milton Friedman sont de sortie !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :