Ne laissons plus les GAFA s'emparer des données européennes !

 |   |  1289  mots
(Crédits : DR)
LETTRE OUVERTE. 52 personnalités du numérique et responsables politiques s’adressent à Cédric O, Secrétaire d’État chargé de la transition numérique et des communications électroniques. Mailo, un service de messagerie "européenne sécurisée et souveraine", a pris l'initiative de cette tribune pour pousser un cri d'alarme. Son équipe est un témoin privilégié d'un gigantesque système de prise de contrôle de nos données organisé par les GAFA, constituant un véritable danger pour la souveraineté européenne. Dans une époque marquée par le Covid-19 qui nécessite une relance énergique, cette tribune affirme l'urgente nécessité de mener une politique protectrice et stratégique visant à reconquérir notre souveraineté numérique.

En l'espace de deux décennies, les « GAFA » ont éteint toute compétition digne de ce nom. Ils ont monopolisé les secteurs de la messagerie, des réseaux sociaux, de la communication, des moteurs de recherches, des smartphones... en construisant de véritables Empires numériques. Leurs points communs ? Ils sont tous américains, et reposent sur l'exploitation de milliards de données. Avec une insouciance totale, nous autres, Européens, utilisons quotidiennement ces plateformes et permettons à des milliards de données de traverser l'Atlantique pour être stockées sur le Cloud américain. Ces données, ce sont nos conversations privées ou professionnelles, nos données sanitaires, et même des informations intérieures de haute importance.

Si la crise du Covid-19 a révélé l'extrême dépendance de nos productions de masques, de gel et de médicaments vis-à-vis de l'étranger, elle doit aussi précipiter des mesures concrètes pour préserver notre souveraineté numérique qui se dégrade jour après jour. C'est notre liberté collective qui est en jeu.

L'Europe, victime d'une bataille mondiale du numérique ?

Le secteur des données est incroyablement déséquilibré en faveur des États-Unis et de la Chine, au sein duquel l'Europe fait pâle figure. En 2018, Amazon, Microsoft, Alibaba, Google et IBM détenaient ni plus ni moins que 76,8% du marché mondial du Cloud (selon Gartner). Et non seulement ces mastodontes pillent nos données, mais ils rachètent aussi à tout-va nos entreprises les plus prometteuses à coup de millions de dollars. Force est de constater que nous sommes les idiots utiles d'une bataille numérique mondiale.

Ce déséquilibre se nourrit de nos habitudes quotidiennes. Lorsque nous écrivons un e-mail, activons notre géolocalisation, visionnons des publicités..., nous envoyons des données stockées dans des serveurs américains, permettant aux GAFA omniscients d'en tirer d'immenses bénéfices. Prenons un secteur qui nous est cher : la messagerie. Google, avec Gmail, a la capacité d'analyser et de lire l'intégralité de nos messages « privés » et de revendre ces données à d'autres entreprises. Même la DGSI, le cœur des renseignements français, a récemment décidé de continuer de travailler avec le géant américain Palantir, tandis qu'une grande partie de notre administration publique échange des mails à travers... Microsoft.

Or, comprenons bien que ce qu'on appelle une « donnée » n'est pas une simple information numérique. C'est une ressource, un trésor numérique national, le pétrole d'aujourd'hui ! Les données sont aussi importantes que la découverte et l'exploitation de ressources naturelles. En fournissant gratuitement nos données aux GAFA, nous alimentons aussi le développement de leurs programmes d'intelligence artificielle, et nous prenons un immense retard dans ce qui constitue la prochaine révolution économique et industrielle déjà en cours, et dont nous dilapidons la matière première. Alors, agissons dès maintenant.

Un État protecteur et stratège est plus que jamais nécessaire.

L'objectif est donc clair : maintenir nos données sur notre sol en faisant émerger des services alternatifs. Malheureusement, l'Europe se limite aujourd'hui à un rôle de régulateur, à l'heure où les États-Unis (avec le CLOUD Act) et la Chine (avec le bannissement des GAFA) mènent une politique agressive. En France, les mesures fiscales et de relocalisation de certaines données publiques mises en place sont largement insuffisantes. Alors ne nous limitons pas à de grands discours, agissons !

Nous avons besoin d'un État à la fois protecteur et stratège. Protecteur parce qu'il doit prendre les mesures nécessaires pour protéger massivement nos données. Stratège parce qu'une vision long-termiste est nécessaire pour définir notre stratégie numérique. Si nous n'agissons qu'au fil des événements, à coup sûr nous perdrons !

Pour obtenir ce cadre protecteur au niveau de l'UE, utilisons la même méthode concrète que pour la taxe GAFA : commençons par la France, donnons l'exemple en Europe par des dispositions courageuses. C'est dans cet esprit que nous vous appelons, Monsieur le Ministre, à créer un label « NSF » (« Numérique Souveraineté France ») décerné aux services internet français vraiment respectueux de nos données personnelles. Ce label devra s'obtenir selon 4 critères essentiels : le premier est le respect des réglementations françaises en matière de données personnelles. Le second est l'hébergement en France des données des internautes français utilisant le service. Le troisième est que la maison mère de l'éditeur du service paye ses impôts en France. Le quatrième est de ne pas être contraint par une législation étrangère sur le sol français (comme le CLOUD Act). La mise en place sans tarder à l'échelle nationale du label « NSF » doit préfigurer la mise en place d'un « NSE » (« Numérique Souveraineté Europe ») qui devra suivre au plus vite.

L'objectif de ce label n'est pas seulement réputationnel, il consiste à mettre en lumière et à valoriser les entreprises qui œuvrent dans le sens de notre souveraineté numérique et qui créeront de nombreux emplois. Les pouvoirs publics doivent aussi avoir une démarche déterminée pour encourager les sociétés labellisées et notamment en utilisant leurs solutions dans l'administration.

Ce label ne serait bien entendu qu'une première étape, un socle essentiel, avant la mise en place d'une politique numérique souveraine et ambitieuse, à laquelle nous sommes résolument prêts à contribuer par des propositions très concrètes.

____

(*) Signataires :

  • Florent Barre, Quorum
  • Florian Bercault, Estimeo
  • Owen Simonin, Hasheur
  • Sajida Zouarhi, Ingénieure Blockchain
  • Jean-Manuel Rozan, Cofondateur Qwant
  • Thierry Grillot, CEO Linkello
  • Thomas Fauré, Président Whaller
  • Christophe Coquis, Directeur Geek Junior
  • Laurent Denel, CEO OpenIO
  • Arnaud Touati, Hashtag Avocats
  • Léonidas Kalogeropoulos, Délégué Général de l'Open Internet Project (OIP)
  • Frédéric Sitterlé, Directeur Général HETIC
  • Jean-François Husson, Sénateur Meurthe-et-Moselle
  • Robin Reda, Député de l'Essonne
  • Fabrice Lenoble, Directeur Général Teachreo
  • Thomas Saint Aubin, Président Privacy Tech
  • Olivier Marec, Ancien Président de l'ADI
  • Bertrand Badré, Ancien DG Banque Mondiale
  • Ronan Le Gleut, Sénateur Français de l'étranger (Berlin)
  • Raphaël Richard, CEO Neodia
  • Pascal Gayat, CEO Digital Influence - Cofondateur de Play France
  • Alain Garnier, CEO Jamespot
  • Marc Watin-Augouard, Général - Fondateur du FIC Cybersécurité
  • Thierry De Vulpillières, Cofondateur & Directeur Général Evidence B
  • Jean-Marie Cavada, Ancien Député européen - Président de l'Institut IDFRights
  • Pierre Moorkens, Président de l'Institut Neurocognitivism
  • Pierre-François Petrignani, Président Educastream
  • Jean-Luc Lagleize, Député Modem
  • Christine Hennion, Députée LREM
  • Christophe Agnus,CEO Nautilus
  • Laurent Gayard, Auteur de "Bitcoins, GAFA, vie anonyme sur Internet"
  • Nathalie Moulin, Entrepreneure - Conseillère Municipale Chatou
  • Laurent Hartung, CEO Hartung & Co
  • Jean-Christophe Lagarde, Député - Président de l'UDI
  • Jean Spiri, Co-auteur de l'essai "Demain Tous Estoniens?"
  • Jérôme Bondu, Directeur de Inter-migere Consulting
  • Geneviève Bouché, Forum de l'Athena - Coordonnatrice think tank numérique
  • Yves Gernignon, Président du Parti Fédéraliste Européen
  • Jean-Christophe Denis, Architecte Ciber-sécurité de Walix
  • Arnaud Créput, CEO Smart AdServer
  • Benjamin Jayet, Président de GibMedia
  • René Sylvestre, Fondateur de l'Etudiant
  • Jean-Michel Mis, Député LREM de la Loire
  • Alexandre Zapolsky, Président de Linagora
  • Quentin Adam, CEO de Clever Cloud
  • Violaine Champetier de Ribes, Co-auteur de l'essai "Demain Tous Estoniens?"
  • Sylvain Berrios, Maire de Saint-Maur-des-Fossés
  • Paul Christophe, Député Agir du Nord
  • Yannick Ponce, Président de In Memoris Fondation
  • Sébastien Roussel, Fondateur de « arobase.org »
  • Pascal Voyat, Cofondateurde Mailo
  • Philippe Lenoir, Cofondateur de Mailo

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/08/2020 à 12:36 :
Évidemment, nos comportements individuels dans les services et produits que nous choisissons d'utiliser sont notre première capacité de lutte.

Utilisons :
Qwant à la place de Google
Gnu/Linux à la place de Windows ou Mac OS X
Gimp à la place de Photoshop
Mplayer et Clémentine à la place de Windows Media Player et iTunes
Evince à la place d'Adobe Acrobat ...

Pour les développeurs, pitié arrêtez d'utiliser Github. Merci.
a écrit le 08/08/2020 à 12:22 :
Il n'y aura pas de souveraineté numérique saine sans neutralité du net.
Pour cela, que ce soit aux présidentielles, aux législatives ou autres votons d'abord pour des personnes qui ont déjà prouvé leur engagement dans la neutralité du net par des actes effectifs.
Sensibiliser CES personnes LÀ pour la défense du label NSF et pour un NSE sera plus efficace et moins risqué car c'est une arme à double tranchant.

Conclusion : Oublions les campagnes télévisées, les tracts et autres articles et votons enfin intelligemment en investiguant sur le passé de chaque candidat. Par anticipation, nous pouvons déjà mener des campagnes de sensibilisation auprès d'eux.
a écrit le 06/08/2020 à 11:53 :
Merci d'avoir dit ce que je pense depuis longtemps. Ni la population, ni le pouvoir économique ne semblent mesurer l'ampleur du problème. Pas assez en tout cas pour réagir. Il ne reste que l'état. Les pouvoirs législatifs et exécutifs de tous les pays doivent ouvrir les yeux et retrousser les manches. Informer, inciter, contraindre quand il le faut. Les citoyens et les entreprises. Montrer l'exemple. Le plus tôt sera le mieux.
a écrit le 04/08/2020 à 15:38 :
Bonjour à tous, bien sûr que l'on souhaite réagir à cette tribune.. Je n'ai lu que le début et en ai vite compris la teneur. Ces " puissances " du numérique ne sont en fait puissante que de notre inertie. L'Europe se repose sur ses lauriers pour ne pas dire qu'elle dort d'un sommeil profond et destructeur. Cela fait des années que ça dure et aucun gouvernement ni français ou autre européen ne fait quoi que ce soit. Ou est le projet FRANCE OS de Mr Arnaud de Montebourg ? Nous avons un certain nombre d'entreprises du numérique en France et en Europe.. OVH, TotalCloud, Archos, Motorola (téléphonie), DXO image numérique, UR (Navigateur web), Mailo, Parrot (Drone), les développeurs de la base de donnée JOOMEO à Grenoble, et j'en oublie beaucoup. Pourquoi ne pas lancer un projet franco européen ou franco français pourquoi pas puisque les structures sont là. J'oubliais Linagora qui en pourparler depuis deux ou trois ans je crois avec Qwant l'excellent moteur de recherche français dont on ne parle nulle part. Voilà ma position de petit, tout petit représentant de la société humaine française. Ha oui en plus nous pourrions nous lancer dans un projet de data center moins gourmand en énergie..
a écrit le 04/08/2020 à 12:58 :
La lutte contre la vampirisation de l'économie via le capital, les sociétés fraudeuses de l'impôt et un usage inacceptable de la toile, est plus que nécessaire et ne peut être menée qu'au plus haut niveau dans tous les Etats. Halte à la main mise sur nos vies par des technologies invasives et débilitantes.
a écrit le 03/08/2020 à 9:53 :
En tant que chef de projet informatique dans une entreprise de la région Nantaise, j'adhère à 100 % à votre initiative. Nous proposons de l'hébergement sur des serveurs implantés exclusivement dans l’hexagone mais .... avons du migrer sous Microsoft office 365 avec de l'hébergement de données sur des clouds dont nous ne maitrisons pas l'implantation.
Le paradoxe ...
Réponse de le 04/08/2020 à 15:39 :
Tournez vous vers la société française TotalCloud
a écrit le 02/08/2020 à 17:52 :
Merci pour cette tribune, j'espère que ce sera suivi de FAITS.
J'enseigne la SNT (Sciences Numérique et Technologie) au lycée, nouvelle matière issue de la réforme du bac avec le but de sensibiliser les élèves au numérique.
Et je suis abasourdi du manque de recul qu'on les jeunes sur tous ces sujets. Il s savent utiliser leur téléphone, mais pour le reste, quasiment aucune connaissance.
C'est du reste la même chose pour le commun des adultes et pourtant....préparer ces cours m'a fait prendre conscience de l'importance des données (c'est le fil conducteur de cet enseignement). Il FAUT réagir.
Quand on pense que + de 90% des recherches sur le web en France sont faites via google, c'est plus qu'aux USA.... 46% en Russie et 5% en Chine....en 2018.
C'est un sujet de sécurité Nationale, le commissaire chargé du Numérique est Thierry BRETON, on attend quoi?
Mais on est deja peut-être déja trop dépendants pour pouvoir réagir......
renseignez vous sur le Cloud Act aux USA, c'est juste hallucinant, ou sur ce que vous autorisez Google à enregistrer quand vous utilisez une @ gmail ou un compte Google/Facebook....
Si les gens savaient........pourquoi les médias n'en parlent pas plus, c'est ça le SCANDALE de la décennie passée.
a écrit le 02/08/2020 à 14:48 :
Cette tribune est une belle petite graine plantée sur la toile numérique.
Une telle pierre à l'édifice est un signe d'engagement et de contribution concrête.

L'idée de ce label comme 1ère étape permet à bien des égards, vu les déboires avérés jusqu'ici et leurs conséquences indéniables révélées de plus en plus chaque jour, semaine, mois, année depuis des décennies, de contrebalancer ce qui pourrait causer notre perte, en tant qu'humains...
Ne laissons pas place à ces êtres déshumanisés en faveur de la robotisation et reprenons notre souveraineté numérique. Cela permettrait même de sécuriser d'avantage, avec le dispositif qui en découle et ce qui peut suivre, la liberté de consommer et d'opter pour une réelle indépendance monétaire, à une réelle révolution, en tant qu'exemple français, puis au sein de toute l'Europe et IN FINE, par effet domino, à l'échelle planétaire, mondiale ...

Moi-même, avec d'autres, j'ai pour projet de contribuer, que j'ancre déjà au quotidien via mon regard en rapport à l'argent, dans le collectif humain, à un "programme" structuré et stratège basé sur la transparence et le libre consentement [qui ne sont clairement pas défendus ni réellement pris en compte par ces GAFA ni même l'UE ou l'OMS, etc].
Ce "programme", passe nécessairement par une sortie de la zone euro, pour une nouvelle europe qui pèse sans dépendre ni du cours du dollar, ni du yen, ni de quelque monnaie d'échange basé sur les intérêts des mieux placés au détriment des populations.

Merci à Mailo et à tous les signataires de ce communiqué.
Ensemble nous sommes plus forts !
a écrit le 01/08/2020 à 13:06 :
Excellente initiative empreinte de bon sens. Mais dans ce monde "d'après" où nous sommes en passe d'arriver par la passerelle de cet événement viral (virus et peur...) les dés ne sont-il déjà pas jetés avec les choix délibérés et conscients de nos "dirigeants" à justement confier nos données, même sensibles, à une entité gestionnaire "supérieure" telle Microsoft et nos données sanitaires.
a écrit le 31/07/2020 à 23:57 :
Les virer n'est qu'une question de volonté politique avec une loi de sécurité européenne... mais comme l'Europe a été conçue comme une colonie depuis l'origine, on accepte l'inacceptable, notamment avec la défiscalisation incroyable des GAFA. Des boites à l'origine françaises appartenant maintenant à des fonds US avaient la technologie pour les sortir ... je pense au search et à l'IA ... mais la nullité des grandes écoles françaises et la corruption des élites est hallucinante à l'image de leur échec avec bull dans les années 70 ... Il est temps de revoir le classement des écoles par rapport à ce qu'on fait leurs diplômés ...
a écrit le 31/07/2020 à 18:30 :
Évidemment qu il faut résister à l atteinte à nos libertés je suis entièrement d'accord avec vous réagissons à ant qu il soit trop tard
a écrit le 31/07/2020 à 13:02 :
Commençons par bannir tout ce qui n'est pas "open source" et libre de droits de notre administration publique...
a écrit le 31/07/2020 à 12:10 :
Protégeons nos données qui sont aux mains de quelques grands Américains qui les utilisent et s'enrichissent à nous dépends.
a écrit le 31/07/2020 à 11:09 :
Je suis complètement d'accord pour que les données soient protégées par un organisme officiel. Il faudrait recréer un espace d'échange propre, c'est à dire un net complètement gratuit sans pub ni cookies. Et interdire l'anonymat sur tous les sites qui s'ouvrirainet sur cet espace. Un petit peu d’honnêteté et de courage seraient les bienvenues.
a écrit le 31/07/2020 à 10:59 :
Nos gouvernants doivent se saisir de cette question ; l’analyse qui est présentée ici est imparable.
a écrit le 31/07/2020 à 10:57 :
J'ai commencé ma "dégafaisation" en prenant un abonnement premium à netc.eu (mailo). J'en suis très satisfait. J'arrive à me passer de Google à la maison par contre j'ai Android auto sur ma voiture, la deuxième étape sera une cartographie indépendante des GAFA. J'ai choisi "Here" qui est à mon avis la meilleure cartographie (racheté à Nokia par les constructeurs allemand). Mais il faut avant que je change de smartphone ... en rachetant de l'Android ! Il n'y a pas d'alternative crédible aux GAFA aujourd'hui pour les smartphones. Les constructeurs Français eux n'ont pas vu le danger d'Android auto et de son équivalent Apple, ils n'ont aucune vision stratégique, ils n'ont jamais investi dans le monde du numérique. L'Europe perd un procès contre Apple par négligence (pour les défiscalisations en Irlande). On est mal barré si nous, les Européens ne faisons pas pressions sur nos dirigeants qui font preuve d'une extraordinaire incompétence.
a écrit le 31/07/2020 à 9:50 :
Bonjour ,
Je suis ravi de cette initiative pour le numérique qui doit être le rėveil des ambitions de notre pays et de l'europe au niveau social , économique et politique afin de prendre en main notre destin et offir un avenir á nos enfants . Plus largement , il faut redéfinir un cadre européen qui intègre des pays ayants la même volonté de mettre l'humain au centre de toutes les prėoccupations et le profit au service de la communauté .
a écrit le 31/07/2020 à 9:32 :
les societes industrielles en france sont taxées (impot de production), les vendeurs sur les marketplaces ne paient meme pas la TVA...
=> 2 poids, 2 mesures

L'etat accélère le tournant de l'economie. Les usines en chine, les tech et leur profit aux US, la dette en france.
a écrit le 31/07/2020 à 1:26 :
Il est vital d'engager la lutte contre l'hégémonie des GAFA, qui sont en train d'imposer au monde leurs codes, leurs règles, leurs protocoles économiques, technologiques, digitaux, sociétaux et idéologiques. L'objectif des GAFA est clairement le contrôle total des échanges des populations. L'asservissement de l'humanité à ce cartel tétracéphale et privé est inéluctable si une action radicale et concertée n'est pas immédiatement mise en œuvre afin de préserver la souveraineté numérique de tous les individus. Car cette initiative française de "tribune" nécessitera le soutien du plus grand nombre d'états et pas seulement au sein de l'UE. Aujourd'hui encore, par chauvinisme, abus de langage (légitimement sans doute) la France se revendique ou est identifiée comme le pays des droits de l'homme et du citoyen, le pays des libertés, et patati et patata. Mais la France ne pourra pas mener ce combat isolément. La lutte pour recouvrer une souveraineté numérique, déjà quasiment abandonnée aux GAFA, doit être le combat de tous. L'initiative ne doit pas se limiter à la création d'un label national d'appellation contrôlée baptisé "Label NSF" voire élargi en « NSE ». Car la question de la préservation de la souveraineté numérique n'est pas une affaire de défense des terroirs franco-français ou européens. L'enjeu est plus important. C’est celui de garantir l'activité et les échanges numériques de tous. Ce "tous" ne peut-être réduit aux Français, aux utilisateurs, aux clients de la Messagerie Mailo, qui est à l’origine de cette initiative capitale. Pour se donner une chance de victoire ce « tous » doit de facto prendre en compte La Liberté de chaque citoyen du monde. Car c’est bien la Liberté de tous qui est menacée. Si l’on raisonnait déjà en « NSI, Numérique Souveraineté Internationale », on reprendrait rapidement le contrôle de cette bataille qui risque bien de nous échapper.
a écrit le 30/07/2020 à 23:59 :
Énorme oubli sur le nœud du problème !

Le monde est totalement connecté à son mobile. Or, les OS mobiles sont 100% américains (cf. Android_alias "Google"_ et Apple).
L'OS mobile est le nœud principal des GAFAM, devant le PC.

Désolé, mais toute manœuvre visant à reprendre la main sans un OS européen est sans espoir !
Les chinois l'ont bien compris et lance le leur (cf. GDSA de Huawei, Oppo, Vivo et Xiaomi).

Bien à vous.
Danton Q. - 2020-07-30
a écrit le 30/07/2020 à 23:56 :
Énorme oubli sur le nœud du problème !

Le monde est totalement connecté à son mobile. Or, les OS mobiles sont 100% américains (cf. Android_alias "Google"_ et Apple).
L'OS mobile est le nœud principal des GAFA, devant le PC.

Désolé, mais toute manœuvre visant à reprendre la main sans un OS européen est sans espoir !
Les chinois l'ont bien compris et lance le leur (cf. GDSA de Huawei, Oppo, Vivo et Xiaomi).

Bien à vous.
Danton Q. - 2020-07-30
a écrit le 30/07/2020 à 23:54 :
Énorme oubli sur le nœud du problème !

Le monde est totalement connectée à son mobile. Or, les OS mobiles sont 100% américains (cf. Android_alias "Google"_ et Apple).
L'OS mobile est le nœud principal des GAFA, devant le PC.

Désolé, mais toute manœuvre visant à reprendre la main sans un OS européen est sans espoir !
Les chinois l'ont bien compris et lance le leur (cf. GDSA de Huawei, Oppo, Vivo et Xiaomi).

Bien à vous.
Danton Q. - 2020-07-30
a écrit le 30/07/2020 à 23:24 :
Pour ceux qui veulent agir en faveur de la souveraineté numérique et de la proctecion des données. Je vous propose de découvrir des services alternatifs français qui n'ont pas grand-chose à envier à leurs concurrents GAFAM.
Mailo : messagerie web
Mappy : cartographie et calcul d'itinéraire
Olvid : messagerie instantanée
Cozy cloud : stockage en nuage + services centralisés (ex : notes)
Qwant : moteur de recherche
Dailymotion : hébergement de vidéos
Whaller : réseau social collaboratif
Reverso : traduction instantanée et en contexte
(Tous ces services disposent d'une application sur mobile)
Réponse de le 02/08/2020 à 17:31 :
Je pense que vous avez fait une erreur d'orthographe : il ne faut pas mettre de "s" à " leur concurrent GAFAM.
En effet , ALPHABET , propose la totalité des services énoncés en un seul site web , GOOGLE , et c'est bien ce qui fait sa force.
Ce n'est même plus une histoire de concurrence , c'est une guerre qui a été perdue depuis longtemps , par l'ignorance et le manque de pouvoir de gens dépassés par le numérique.
En gros , les services internet consommés en France ,voir en Europe , sont américains , et la télévision est en passe de devenir américaines aussi , vu le succès de Netflix et consorts
Après , c'est sûr , on a eu Hadopi (sic) , et maintenant une "appli" de traç(c)age , sous couvert de covid , des "choses" qui coutent de l'argent , pour permettre uniquement du flicage , sans autre formes de service et c'est surement là la base du problème (sous entendu : les américains fournissent un service en profitant de nos données , nous , on prends les données sans fournir de service , et ça coute de l'argent au lieu d'en rapporter , surement une preuve de l'intelligence française)
Les politicards sortent le bâton , les GAFAM sortent le miel , lequel marche le mieux?
Bref on pourra toujours essayer de croire le contraire , mais on est des incapables en Europe , ou plutôt , les gens à certains postes cruciaux sont des incapables
a écrit le 30/07/2020 à 22:20 :
Nous avons de bons outils européens comme mailo, il ne faut pas qu'ils soient phagocytés par les "gros" étrangers américains ou chinois ou autres. Sinon, en ce domaine comme dans d'autres, l'europe ne sera plus qu'un nom du passé.
a écrit le 30/07/2020 à 22:00 :
Beaucoup de protections existent ( VPN, anti-virus, bloqueurs de publicité....) , et on peut trés bien de passer de Google, Amazon, Face-book, Twetter et autres "pompeurs" de données intimes que vous alimentez sans (vouloir) vous en rendre compte. Arrêtez d'être naifs et soyez moins gloutons en réseaux sots-ciaux (ou plutôt si bas).
Cette société ressemble à ce que nous en avons fait (jusque dans nos actes quotidiens de consommation).
Bon futur quand même!!!
Réponse de le 31/07/2020 à 11:27 :
Vous avez raison. Commençons par se déconnecter de ces horreurs de tweeter et Facebook, puis de Google (c'est plus difficile c'est vrai). Il en va de notre indépendance et de notre santé (mentale).
N'oublions pas que Microsoft est un GAFA comme les autres puisque l'on dit GAFAM maintenant. Pour gagner plus d'argent Microsoft s'oriente vers une vente de service autour du CLOUD car c'est le meilleur moyen pour, d'une part avoir des revenus régulier et d'autre part, utiliser vos données personnelles.
Chez vous faites-vous aider par une association locale pour installer Linux.
Techniquement Windows de Microsoft est totalement dépassé seul les numériquement incompétents croient le contraire, et ils sont nombreux dans l'industrie.
- le noyau Linux est le plus utilisé dans le monde (Android est basé sur linux).
- il y a beaucoup plus de serveur Linux que de Microsoft (même chez Microsoft)
- Microsoft a avoué qu'il a eu tort de dénigrer Linux - Aujourd'hui ils l'intègrent dans leur système.
- Microsoft a racheté GitHub, (7,5 milliard d'euros) GitHub est un site qui rassemble une bonne part des développements de logiciel libre, après avoir taxé de "cancer" le logiciel libre !
- L'usine nouvelle a fait paraitre plusieurs articles sur le logiciel libre constatant que la créativité et la croissance (il n'y a que la croissance qui intéresse les industriels) ne pouvait se faire sans le logiciel libre.
a écrit le 30/07/2020 à 21:15 :
Bonjour,

Je vous soutiens et je suis complètement d'accord avec vous, mais au-dessus des GAFA il y a Blackrock... qui contrôle presque tout et tout les grands de ce monde, alors comment faire ?
a écrit le 30/07/2020 à 21:12 :
Je crois que les internautes se rendent bien compte du problème (ex : ces pubs qui nous suivent à la trace). Mais, il m'a fallu un certain temps avant d'installer Qwant ou Mailo sur mon pc windows, (je ne suis pas passée à Linux, désolée !).
Quand il a fallu se mettre au numérique dans le collège-lycée où je travaillais, les profs et même les administratifs ont freiné des 4 fers, sous le prétexte qu'ils n'avaient pas été formés à l'outil ! Résultat : Windows partout, une petite révolte quand même, Openoffice à été installé, rapidement remplacé par le pack office de Microsoft, puisque tout le monde avait Office chez lui et qu"'il est plus facile et pratique que l'autre" :-( , pas facile de changer les habitudes !!
Donc vous avez tout mon soutien, car ce n'est pas gagné, je doute un peu, beaucoup, de nos politiques ! Quoique, ils ont essayé pour les taxes, mais là il s'agissait de ramener de l'argent... ça fonctionne au fait ?
a écrit le 30/07/2020 à 20:54 :
... belle idée, mais pour cela, il faudrait pouvoir s'adresser à un gouvernement stratège, planificateur et visionnaire qui est tout le contraire du gouvernement élu actuel... malheureusement.

PS : @Fifi, je ne suis pas sûr que les services des GAFAM soient si "confortables" que cela... en revanche, leur hégémonie est écrasante.
a écrit le 30/07/2020 à 19:54 :
Notre indépendance numérique est capitale. L'actualité ne cesse de le démontrer.
Mais il semble que nos politiques n'en aient pas pris la mesure.
Pire même, si vous essayez de bouger les lignes, on vous regarde comme un martien. Je suis enseignant et j'ai installé Linux sur le réseau école. L'académie m'a dit vous êtes fou, les logiciels de direction d'école ne fonctionneront pas. J'ai passé outre et tout fonctionne, et même mieux qu'avec Windows où régulièrement le système buggait.
Je suis choqué que notre administration soutienne les GAFA au lieu de promouvoir des entités françaises et européennes, qui ont une éthique respectueuse des utilisateurs, comme le moteur de recherche Qwant ou des messageries comme Mailo.
Il est temps que l'État réagisse et donne l'exemple.
Le label NSF est une nécessité, gage du respect de nos libertés.
Je soutiens avec ferveur cette tribune.
Christophe Richard, enseignant en primaire, citoyen français et européen.
a écrit le 30/07/2020 à 19:00 :
Tout à fait d'accord. Il faut même aller plus loin :
que l'état Français aide et encourage les entreprises Françaises qui tentent de concurrencer les GAFA.
Qu'une politique anti hégémonique soit planifiée sur le long terme pour se désengager progressivement de tout contrat international avec eux.
Avec la droite, les socialistes et maintenant les mélangés ça n'a pas été possible, alors il reste qui ?
Réponse de le 30/07/2020 à 21:15 :
il reste qui ?
Certainement pas les fachaux soutenus par Poutine !
a écrit le 30/07/2020 à 18:21 :
Oui bien sûr que ce serait bien un label... un peu comme sur la viande quoi, "élevé et abattu en France".
Faudrait d'abord que chacun prenne conscience du problème et se sente concerné, parce que des alternatives française ou européennes, il en existe déjà pourvu qu'on prenne la peine de chercher ! que ce soit pour le mail, les moteurs de recherche, le navigateur internet, le cloud, le commerce en ligne, et même les réseaux sociaux et les smartphones...
La force des GAFAM c'est d'avoir rendu leurs services tellement "confortables" que la plupart de leurs utilisateurs ne veulent pas prendre la peine de changer, et ferment les yeux sur l'utilisation de leurs données personnelles derrière le fameux "je m'en fous, je n'ai rien à cacher". Même les scandales sur leur utilisation abusive n'y change rien ! (cf les révélations d'Edward Snowden sur la complicité de Google, Facebook, YouTube, Microsoft, Yahoo!, Skype, AOL et Apple dans le programme PRISM).
Pour en discuter régulièrement dans mon entourage, ce n'est pas près de changer, même pour un label !
a écrit le 30/07/2020 à 17:44 :
Pour être dans la course mondiale, les pays s'alignent les uns après les autres aux puissances économiques les plus importantes. Cessons de courber l'échine. Il vaut mieux un petit chez soi , qu'un grand chez les autres. La covid 19 nous le montre bien, ainsi que les délocalisations du travail et la déshumanisation des rapports économique. Pour mener ce combat, pensons à ce que nous voulons faire de nos valeurs, notre culture,notre économie occidentale... Rob
a écrit le 30/07/2020 à 17:42 :
Pour être dans la course mondiale, les pays s'alignent les uns après les autres aux puissances économiques les plus importantes. Cessons de courber l'échine. Il vaut mieux un petit chez soi , qu'un grand chez les autres. La covid 19 nous le montre bien, ainsi que les délocalisations du travail et la déshumanisation des rapports économique. Pour mener ce combat, pensons à ce que nous voulons faire de nos valeurs, notre culture,notre économie occidentale... Rob
a écrit le 30/07/2020 à 17:34 :
D'accord !
Par contre, il faut des outils Francais et/ou Européens. J'ai essayé de développer une societé en toute autonomie et sans risque financier : cela me semble impossible en France (travail salarié á 100% + TNS : obligé de payer deux retraites sur un revenu, énormement de temps consommé par l'administrarif -compta, impots, rsi, cci, urssaf, tribunaux- du coup il reste peu de temps pour la production informatique pure). Arrèt au bout de 4 ans, épuisé.

Si une société n'est pas crée de manière indépendante, il y a de trés grande chance qu'elle atterisse dans les mains des GAFA...
a écrit le 30/07/2020 à 17:30 :
+1
a écrit le 30/07/2020 à 17:14 :
L'utilisation d'un VPN, ainsi que de Tor assure déjà une bonne protection [plus le nettoyage systématique des cookies]
Ce ne sera qu'un label de plus. Et au final peut-être pour arriver à des restrictions de connexion ou autres.
Un internet libre est un internet qui se passe de toute contrainte étatique.
a écrit le 30/07/2020 à 16:54 :
Entièrement d'accord, je soutiens pleinement votre action
a écrit le 30/07/2020 à 16:32 :
Je soutiens pleinement cette tribune.
a écrit le 30/07/2020 à 15:50 :
Entièrement d'accord !
a écrit le 30/07/2020 à 15:45 :
Entierement d'accord. l faut défendre nos libertés et nos droits
a écrit le 30/07/2020 à 15:32 :
Il serait temps que nos politiques réagissent et prennent conscience de la situation de notre indépendance (nationale et européenne) et prennent les décisions qui s'imposent. Le drame n'est pas notre absence de savoir-faire ou de moyens, le drame est notre absence de décideur. Compte-tenu de le situation, ce n'est plus de décideurs dont nous avons besoin, mais de Mercenaires, des politiques capables de mouiller le maillot pour redresser notre fleuron national et européen. Des politiques qui ne prennent pas leurs décisions pour satisfaire le grand public ou les minorités qui commencent à gangréner toutes nos institutions.
Alors, bouger vous le ''CUL'', car demain il sera trop tard pour le numérique, l'équilibre citoyen de notre vieille Europe. Arrêtez votre démagogie et rétablissez nos institutions qui ont été pendant des siècles le miroir du Monde.
a écrit le 30/07/2020 à 15:14 :
Je signe
a écrit le 30/07/2020 à 13:23 :
Tout à fait d'accord; mais il n'y a pas que les GAFA qui sont coupables de rétention indue d'infos personnelles.

J'essaie de fermer une ancienne adresse e-mail sur Free depuis plus d'un an et de faire effacer les données de mon compte; mes demandes, y compris par courrier recommandé restent sans réponses; mon e-mail @free est toujours actif bien que je ne m'en serve plus ( je suis passé sur mailo !) . J'ai porté plainte auprès de la CNIL.. en février et je n'ai toujours pas de réponse de leur part... Alors nous devrions aussi balayer devant notre porte et commencer par mettre au pas nos propres "GAFA" dont l'arrogance et le mépris du client .. et des lois ! n'a pas de limite.

Alors oui je supporte votre tribune , mais qu'elle ne s"applique pas qu'au GAFA !
a écrit le 29/07/2020 à 22:12 :
Au lieu de râler ici dans les commentaires, commencez par naviguer sur internet avec Qwant et utilisez Mailo pour vos courriels... Deux sociétés françaises. N'utilisez pas Facebook et ne commandez pas sur Amazon, il y a beaucoup d'alternatives de sites français dans le e-commerce... Pour les conversations privées, utilisez Telegram, c'est un moindre mal.
Réponse de le 30/07/2020 à 15:16 :
Sinon, il y a Signal, c'est encore un moindre mal par rapport à Telegram. Et pour les plus avides, il y aura Kontalk
Réponse de le 30/07/2020 à 16:11 :
Qwant c'est un moteur de recherche (que j'utilise depuis des (dizaines d')années), des navigateurs y a Google Chrome(aïe Gafam), Safari Apple (Gafam), Firefox et une déclinaison 'concurrente' Waterfox (64 bits), Edge (Gafam), Opera, et d'autres peut-être ?
On a créé Stopcovid, cocorico mais c'est pas Gafam donc boudé, sinon les gens se seraient précipité. :-) :-)
Le "cloud" européen, ça n'a jamais décollé, dommage (trop cher, pas assez rentable ? Trop "basique" (serveur pour stocker, banal, le niveau zéro de l'informatique).
a écrit le 28/07/2020 à 17:40 :
Désespérant de faiblesse. Nos investisseurs européens ont été incapables de générer des multinationales d'envergure sur internet, cette façon de quemander, de demander l'aumône, de faire la manche après coup est pitoyable mais particulièrement représentatif de nos milliardaires subventionnés par l'argent public.

Trop d'assistanat cela donne cela.
Réponse de le 01/08/2020 à 16:29 :
@ multipseudos

Tu esquives le problème principal qui est le manque total de vision de nos mégas riches.

Je te signale.
Réponse de le 02/08/2020 à 10:06 :
Regrouper quoi !?

Nos investisseurs européens sont mauvais, trop repus au dumping fiscal et social ils sont devenus totalement incompétents. Et c'est pas en venant les protéger bêtement sans arrêt et machinalement que cela sauvera l'économie européenne.

Et si je peux pas répondre et-c... c'est la dernière fois.
a écrit le 28/07/2020 à 17:03 :
Oui à la protection des données et à la souveraineté numerique en Europe , non au pillage numérique par la CHine et par les GAFA. On ne peut pas laisser faire car on risque très très gros dans l'affaire. Si on taxe les GAFA, ce n'est pour rien, c'est pour defendre l'integrité industrielle de l'europe. Oui avec l'invasion technologique chinoise il faut resister totalement et protéger la R&D dans les telecoms, le spatial, l'automobile, le ferroviaire, le medical, la pharmacie. Oui à une protection des données totale en Europe et particulièrement en France ! Non au pillage technologique des brevets par la Chine ou les USA.
Protection des données, développement de l'ordinateur quantique, reindustrialisation des processeurs et patriotisme économique. Oui à la protection totale et non a l'invasion chinoise. Idem dans le militaire. Vive ATOS et vive la technologie numerique française. Il faut protéger le bureau d'études française et europeen.
a écrit le 28/07/2020 à 15:24 :
pendant ce temps la, Orange vient de signer un partenariat privilégié avec google...., pour des outils de traitement de donnée, sur toutes ses activités......!!!!!!!!!!!
et ça passe sans aucun commentaire
Réponse de le 29/07/2020 à 10:30 :
Nos factures vont finir dans le nuage.
a écrit le 28/07/2020 à 15:24 :
pendant ce temps la, Orange vient de signer un partenariat privilégié avec google...., pour des outils de traitement de donnée, sur toutes ses activités......!!!!!!!!!!!
et ça passe sans aucun commentaire
a écrit le 28/07/2020 à 15:11 :
Trop tard !!!
a écrit le 28/07/2020 à 15:07 :
Eh ben y a du boulot !
A titre personnel, j'ai fermé mon compte Facebook depuis environ 2 ans. Il me semblait que ce réseau social était le plus dangereux.
Ce qu'on peut aussi constater, c'est que peu d'informations concrètes sont diffusées dans les médias pour dénoncer et mettre en garde les utilisateurs. Facebook n'est pas vital, il doit être possible de le couper. Seulement, vu que c'est une mine d'or pour les médias quasiment tous privés, ce n'est pas à l'ordre du jour.
a écrit le 28/07/2020 à 14:52 :
Ce plaidoyer est inutile face à l'inévitable tant que nous n'aurons aucune alternative logicielle crédible. Cette idée de label, c'est du pipeau pour occuper une énième administration de certification/contrôle. L'AFNOR veut-elle faire du chiffre?

A quand un système d'exploitation européen? Des utilitaires bureautiques européens aussi puissants que le pack Office de Microsoft ? Commençons par le commencement.

Et à quand des jeux vidéos européens? Des plateformes européennes?
Réponse de le 29/07/2020 à 12:08 :
En tout cas pour les PC les alternatives logicielles existent et depuis longtemps, quant aux jeux vidéos européens ils sont largement aux niveau pour ne pas dire au top.
a écrit le 28/07/2020 à 14:49 :
Aspirateurs à subventions.
a écrit le 28/07/2020 à 13:45 :
Le minitel aurait pu éviter le problème mais on a vu trop gros pour nos moyens!
Réponse de le 31/07/2020 à 17:42 :
Le minitel (bidule franco-français ) nous a surtout fait rater les débuts d'internet et prendre un retard considérable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :